| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> Les Forums - Tous les messages

 Bas   Précédent   Suivant

« 1 ... 26 27 28 (29)


Re: Défi : notre livre (histoire à plusieurs)
Modérateur
Inscrit:
03/05/2012 10:18
De Corse
Messages: 1186
Niveau : 30; EXP : 5
HP : 0 / 726
MP : 395 / 16366
Hors Ligne
Figé, il regardait la façade en attendant qu'une réponse cohérente se crée dans son esprit. Il n'y avait pas de raison, tout a une explication !
De nature plutôt cartèsienne, il avait toujours prôné des raisons concrètes à toute chose paraissant surnaturelles. Les évènements lui avaient, d'ailleurs, après analyse, toujours donné raison.
Toutefois, il devait admettre que quelque chose d'inhabituel se passait, dans cet endroit qu'il connaissait si bien.
L'environnement, même en pleine nuit, ne lui avait jamais inspiré d'inquiètude. Au contraire, il éprouvait, chaque fois qu'il se mettait devant sa porte, durant les courts séjours qu'il passait ici, une torpeur alanguie et un bien-être reposant qu'il ne ressentait nulle part ailleurs.
En cet instant, il lui semblait qu'une petite sonnerie vibrait dans son esprit, comme pour l'informer de l'approche d'un danger qui s' approchait.
Tous ses sens étaient en éveil.
Ses yeux cherchaient , essayant de percer l'obscurité, l'anomalie, le petit détail lui permettant de comprendre la raison de son malaise.
Un long moment passa sans que rien ne se produise, ni même que le moindre son ne retentisse, en dehors de sa petite sonneri intèrieure qui, d'ailleurs, allait en s'amplifiant.
Mais quelle suite à cette histoire vais-je bien trouver ? se dit-il, perplexe.
Quelque chose, soudain attira son regard.
Sans doute était-ce un effet de lune qui avait joué sur la façade de la maison, entre la porte et la fenêtre du salon.
Il fixa intensément la tache d'où était provenue la mouvance et qui l'avait intrigué.
Il n'avait pas rêvé. Cette tache, de nouveau, émit une petite lueur étonnante, faite d' émanations spasmodiques, comme pour des signaux en morse.
La logique ne trouvant pas place dans ce qui venait de voir, il ressentit plus de curiosité que d'inquiètude.
Avec prudence, il s'avança très doucement vers le mur et tendit la main en hésitant.
Il effleura la tache avec deux doigts qu'il retira soudainement: il s'attendait à sentir la fraîcheur habituelle de la pierre rugueuse et il croyait bien avoir touché une peau tiède !
Intrigué, pensant que l'ambiance l'avait conditionné pour réagir bizarrement, de toutes façons, il tenta de nouveau l'expèrience.
Il plaça sa main à plat, sur le muret, le temps de la retirer de nouveau, une quantité de sensations l'avait traversé.
C'était chaud, vivant,et cela émettait de faibles vibrations irrégulières. Il fit brusquement un pas en arrière et ne quitta plus des yeux cette tache qui faisait bien plus que l'intriguer.
Il devait le reconnaitre, il avait une frousse qui commençait à l'envahir !
Une petite vibration du mur. Il vit nettement la tache changer de forme et s'agrandir, insensiblement mais suffisamment pour que ses yeux, qui ne la quittaient pas, aient saisi la différence .






Posté le : 12/06/2012 18:23
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: qu'est-ce qu'un bonheur inodore ou indolore ?
Modérateur
Inscrit:
03/05/2012 10:18
De Corse
Messages: 1186
Niveau : 30; EXP : 5
HP : 0 / 726
MP : 395 / 16366
Hors Ligne
Le bonheur n'est pas un état permanent. S'il l'était, le bonheur anesthésierait le bonheur qui ne serait plus alors un état de grâce permanent, définition même du bonheur imaginé.
Le bonheur se définissant par rapport à un autre ressenti, comment éprouver le meilleur sans la connaissance de ce qui ne l'est pas ?
Le bonheur peut être un beau voyage, puis le plaisir de rentrer chez soi.
Le bonheur peut être un repas entre amis, puis le retour à la maison.
Je sais que beaucoup ont en tête que le bonheur est de partager sa vie avec l'être aimé.Si le bonheur consiste à alterner les joies et les peines, alors oui : nous connaissons tous le bonheur. Par moment.

Posté le : 28/05/2012 13:47
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Un avis sur l'écriture
Modérateur
Inscrit:
03/05/2012 10:18
De Corse
Messages: 1186
Niveau : 30; EXP : 5
HP : 0 / 726
MP : 395 / 16366
Hors Ligne
Je crois que tu es jeune,Lucinda.Et tu sembles atteinte de cette maladie incurable qu'est l'envie d'écrire.C'est une maladie qui n'a pas d'apogée: toute sa vie, écrit après écrit, on ne vise qu'à être meilleur.
L'angoisse de la page blanche n'existe que pour ceux qui sont tenus d'écrire et qui n'ont pas le désir immédiat de le faire. Le risque, au contraire, pour celui qui éprouve l'ivresse de l'écriture devant sa feuille, est de tomber dans une forme de logorrhée des mots.
Il faut donc apprendre à se contenir, à tenter de mesurer le débit des idées qui se précipitent vers tes doigts, les filtrer pour les rendre comprehensibles.Le plus simplement possible. Et les avoir bien compris soi-même avant de les projeter vers leur destin.
' Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement
Et les mots pour le dire vous viennent aisément.'
En bref, refuse toute phrase qui ne te plaira pas, change la tournure d'expression qui t'arrête à la lecture, sans modifier son sens.
Ecrire est un plaisir d'égoïste que l'on partage !
Et puis, apprends à savoir exactement ce dont tu es capable et accepte-le avec humilité....et la volonté perpétuelle de devenir meilleure.
Ceci n'est que ma modeste façon de juger l'écriture.
A nos oeuvres !

Posté le : 27/05/2012 17:54
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Aimer, même sans les mots
Modérateur
Inscrit:
03/05/2012 10:18
De Corse
Messages: 1186
Niveau : 30; EXP : 5
HP : 0 / 726
MP : 395 / 16366
Hors Ligne

Les mots inutiles :

Ce que je veux te dire n'a pas besoin de mots,
Nous les avons usés et ce, depuis longtemps ;
Mais tu es près de moi, je sais que tu entends :
Ce que je ne dis plus vibre comme un écho.

Après avoir usé des cadeaux, des promesses
Que se sont partagé des couples moins unis,
Tu vois, en cet instant, nous sommes réunis;
Tes yeux posés sur moi valent mieux que caresse.

Tu ne demandes plus:' Nous deux, c'est pour longtemps ? '
Un long temps est passé sans que le temps nous lasse.
Tu es, sur cette terre, ce que rien ne remplace,
Tu as besoin de moi, moi de toi tout autant.

Tout comme au premier jour sur la carte du Tendre,
Ta main cherche ma main, tu accordes ton pas.
Nous allons sans un mot: ceux que je ne dis pas
Te parviennent pourtant et tu sembles comprendre.

Reste encore très longtemps afin que je survive,
Je dois te protéger pour me sentir plus fort.
Que je sois ton souci et toi mon réconfort
Est mon seul élément,ma source, mon eau-vive..

Bacchus

Posté le : 22/05/2012 20:01
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: E3t si c'était vrai demande Lannaah
Modérateur
Inscrit:
03/05/2012 10:18
De Corse
Messages: 1186
Niveau : 30; EXP : 5
HP : 0 / 726
MP : 395 / 16366
Hors Ligne
Je pense que les adultes sont de grands enfants. Après l'histoire du Petit Poucet et du Petit Chaperon Rouge, ils adaptent des histoires qui leur procurent les mêmes sensations.
Il est tout de même étonnant de constater que toutes les prédictions, sur des évènements qui se sont produits, ne sont décryptées qu'après coup !Par exemple, les fameuses prédictions de Nostradamus ne sont compréhensibles qu'après qu'elles se soient produites, en interprétant des phrases extrêmement ambiguës de façon à les faire coller à un évènement ! Qui pourrait se permettre d'utiliser ces prédictions pour annoncer avec certitude les catastrophes à venir ?
Les Mayas avaient coutume de changer leur mode de vie d'une manière cyclique, en fonction de la position des étoiles.Leurs ' prédictions ' pour décembre 2012 ne fait pas mention d'une fin du monde mais d'un ' bouleversement ' du monde, c'est à dire de notre façon de vivre.Cela faisait partie de leur façon de voir les choses, pas de leur faculté à deviner le futur !
Combien de 'fins du monde' avons-nous connu de notre vivant ! Quand j'étais gamin, j'ai été terrorisé par l'annonce de la fin du monde en l'an 2000. Jamais un adulte n'a eu l'intelligence de m'expliquer que ce n'était qu'une vaste rigolade, l'an 2000 ne représentant rien, si ce n'est qu'un choix arbitraire dans la façon de compter le temps.
La seule chose certaine, c'est que cette forme de peur est cultivée par des opportunistes qui produisent des livres, des documentaires, des films et des articles qui leur rapportent beaucoup.
Nous vivons au quotidien des ébauches de fins du monde : Tsunamis, tremblements de terre, incendies, attentats, guerres, épidémies. Bizarrement, nous encaissons ces catastrophes avec beaucoup plus de philosophie qu'une vague prophétie sans fondement.
Hou !! Je me fais peur et j'aime ça......




Posté le : 22/05/2012 15:47
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Aimer, même sans les mots
Modérateur
Inscrit:
03/05/2012 10:18
De Corse
Messages: 1186
Niveau : 30; EXP : 5
HP : 0 / 726
MP : 395 / 16366
Hors Ligne
C'est parti ! Mais je l'ai enregistré sur ' texte '. Fallait peut-être le placer ailleurs ?

Posté le : 22/05/2012 09:49
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: La discothèque de l'orée (compilation)
Modérateur
Inscrit:
03/05/2012 10:18
De Corse
Messages: 1186
Niveau : 30; EXP : 5
HP : 0 / 726
MP : 395 / 16366
Hors Ligne
Ne me dis pas que tu as dansé sur Sag warum !? Tu étais bien jeune quand il est sorti...Quoique les émotions n'ont pas d'âge.

Posté le : 21/05/2012 16:33

Edité par Loriane sur 30-09-2012 21:57:07
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Vérité / Mensonge
Modérateur
Inscrit:
03/05/2012 10:18
De Corse
Messages: 1186
Niveau : 30; EXP : 5
HP : 0 / 726
MP : 395 / 16366
Hors Ligne
Il y a longtemps ( j'étais très jeune ), je tenais tête à un vieux monsieur au sujet, justement, de la vérité. Je ne me souviens plus à propos de quoi, mais j'étais véhément et sûr de moi. Le vieux monsieur prétendait qu'elle était relative, qu'elle variait selon chacun.
Devant mon obstination, il a fait quelque chose que je n'ai compris qu'un peu plus tard, quand je me suis demandé ce qu'il voulait dire.
Il a sorti une boite d'allumettes de sa poche et, la tenant entre le pouce et l'index, l' a placée à hauteur de nos deux visages:
- 'Tu vois cette boite d'allumettes ? ' M'a t'il demandé.
J' ai hoché la tête, l'air interrogatif.
- ' Et bien moi aussi je la vois, mais pas sous le même angle que toi. La vérité, c'est pareil. '

Posté le : 18/05/2012 23:26
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: la mort
Modérateur
Inscrit:
03/05/2012 10:18
De Corse
Messages: 1186
Niveau : 30; EXP : 5
HP : 0 / 726
MP : 395 / 16366
Hors Ligne
J'arrive un peu tard dans ce débat, je viens de le découvrir. Mais la mort est un sujet éternel.
Qui, d'entre vous, a regardé la mort dans les yeux? Parce que s'il est des sujets que l'on peut aborder sans expérience, la mort n'en est pas un. On ne peut en parler que par ouïe-dire, par les confidences de ceux qui se sont vu mourir.Pour ma part, je crois que chacun meurt à sa façon.
Je me suis regarder mourir en deux fois.Bizarrement, j'ai quitté la vie deux fois de la même manière. Une fois dans un accident, une autre fois au bout d'une maladie. Je sais donc comment se fera mon départ définitif, je l'ai déjà vécu..
C'est une question que l'on m'a posé souvent: qu'est-ce qu'on éprouve quand on meurt ?
Ma réponse sur ma mort ne vous apprendrait rien sur la votre.

Posté le : 18/05/2012 23:02
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut
« 1 ... 26 27 28 (29)




Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
32 Personne(s) en ligne (20 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 32

Plus ...