| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> Les Forums - Tous les messages

 Bas   Précédent   Suivant

« 1 ... 40 41 42 (43) 44 »


Re: Défi thème d'écriture du 2 septembre : "Qui suis-je vraiment ?"
Plume d'Or
Inscrit:
06/08/2013 20:30
De Le Havre
Messages: 805
Niveau : 25; EXP : 53
HP : 0 / 613
MP : 268 / 10977
Hors Ligne
à Filamande,

On ne devine pas du tout qui est cette personne, ce qui est étonnant c'est qu'elle ne le sait pas elle même. Je pensais à une mort telle que Couscous la décrit mais je m'étais complètement fourvoyée. Bravo pour le suspens ! On est surpris par les vêtements haute couture, et on s'attend à quelque chose d'étrange, mais je n'ai rien vu venir.

Posté le : 04/09/2013 17:17
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi thème d'écriture du 2 septembre : "Qui suis-je vraiment ?"
Plume d'Or
Inscrit:
06/08/2013 20:30
De Le Havre
Messages: 805
Niveau : 25; EXP : 53
HP : 0 / 613
MP : 268 / 10977
Hors Ligne
Qui suis-je vraiment ?

Nom Cadoret
Prénom Azéline
Age 50 ans
Taille 1.71 m
Couleur des cheveux Blonds depuis quelques années
Couleur des yeux Noisettes (c’est plus joli que marron, mais ils sont marrons, snif !)
Profession Professeur d’anglais souhaitant se reconvertir
Situation de famille Divorcée une fois, séparée une fois, célibataire dégoutée depuis la dernière histoire fâcheuse.
Une fille de 22 ans et un fils de 17 ans, beaux, intelligents et sympas la plupart du temps
hobbies lecture, le cinéma, la natation et la marche


Qui suis-je vraiment ?
La fille sympa sur qui on peut compter ? La mère attentive à qui on peut tout demander ? La prof compétente et efficace, aimée de ses élèves et de ses collègues ? La malade qui s’efforce de guérir avec courage, et ne s’écoute jamais ? La copine intéressante avec qui ont peut discuter, de tout, de rien, mais aussi de sujets intéressants ? La femme amoureuse, dévouée et séduisante ?
Ou bien, la fille égocentrique qui ne pense qu’à elle ; la mère égoïste qui n’a jamais le temps pour sa progéniture et adore la décourager ; la prof fainéante qui vire ses élèves à tour de bras, et s’arrête en congé maladie pour un rien ; la collègue soupe au lait qui râle toujours contre quelque chose ou quelqu’un ; la malade qui se plaint tout le temps et passe son temps à regarder la télé ; la copine un peu bornée qui ne supporte pas la contradiction et n’écoute pas ses interlocuteurs ; la femme indifférente, centrée sur sa petite personne qui se laisse aller.
Voilà deux femmes bien différentes. Il n’y en a pas une avec tous les défauts, ni une avec toutes les qualités, mais le mélange se fait au gré des événements, il n’y rarement que du bon, et rarement que du mauvais. Ces deux êtres coexistent dans ma petite personne. Je suis un être humain avec ses forces et ses faiblesses.
On peut compter sur moi, mais il est des moments où j’ai aussi des soucis et des problèmes et où je ne peux pas être disponible pour les autres.
J’essaie d’être une bonne mère, mais les enfants n’écoutent jamais les conseils :
« J’ai fait un gratin de courgettes »
Mes deux rejetons en cœur :
« Encore ?! On n’a pas très faim de toute façon »
Sur la table de salon, le plancher, et le canapé traînent les reliefs d’un méga goûter qu’ils ont pris à 6 heures, Nutella (la star de la maison), tartines, céréales, lait, chocolat en poudre, confiture. Assez pour nourrir un petit Ethiopien pendant un mois.
Je suis la rabat joie qui met le doigt sur les problèmes pour leur éviter de faire des bêtises ou de se retrouver dans des situations délicates.
Ma fille :
« A la rentrée je prends un appart à Paris »,
Moi :
« Tu as trouvé un travail ? »
Mine effarée de ma donzelle :
« Je le trouverai quand je serai là bas »,
« Tu as assez pour payer une caution et le premier mois de loyer ? »
Le regard bleu de ma minette (elle les tient de ma grand-mère maternelle, des yeux gris bleus magnifiques) se change en éclairs qui pourraient me trucider si je n’y prends pas garde :
« Tu veux tout le temps nous décourager ! Je prends un appart, ça ne te regarde pas ! »
Qui se portera garant ? Ma petite chérie n’y a pas pensé.
Mon fils :
« A la rentrée je fais un BTS en alternance »,
Moi, la méchante :
« Tu as trouvé un employeur ? Le premier jour d’école est dans deux semaines »,
Il n’a pas encore cherché, forcément.
« J’aimerais bien aller à New York cet été »,
Je regarde les prix au cas où une super promo me permettrait de les satisfaire.
« Désolée mais c’est vraiment trop cher ».
Ma fille :
« Papa est architecte et toi prof et vous ne pouvez jamais rien nous payer. Mes copains font des écoles de commerce, ils partent en voyage linguistique, et nous on ne peut jamais rien faire ».
Je ne gagne pas assez d’argent pour leur payer des supers vacances, des écoles privées ou des loyers exorbitants. Pourtant je m’achète des vêtements et je sors avec mes copines, quel égoïsme, leur père dépense peu pour eux, mais c’est normal, lui, il n’a pas d’argent.
Au travail, je ne suis pas plus efficace :
Mes élèves :
« Madame on n’en n’a rien à foutre de l’anglais, vos cours sont nuls, on comprend rien ! »
Dommage j’avais passé une semaine à préparer ma séquence, à trouver des documents sur internet, à les transformer, à les adapter, à les photocopier.
Ma chef :
« Vous avez rempli vos bulletins ? »
Moi :
« Le logiciel ne fonctionne ni chez moi, ni dans ma salle »
« Les conseils de classe sont dans trois jours ! »
Il va falloir que je trouve une solution.
Le conseiller d’éducation :
« Ce soir réunion exceptionnelle pour parler des problèmes de la classe de Logistique, le professeur de dessin d’art s’est fait agresser ».
Il y avait une réunion hier, il y en a une autre demain. Je dois aller chercher mon fils au badminton à 22 h, les journées commencent à 8 h et finissent bien tard.
Il faut être charmante, maternelle, professionnelle, séduisante, sportive malgré les disfonctionnements du corps. La douleur à gérer. Rester assise des heures sur des sièges inconfortables, faire des kilomètres en voiture pour aller en formation, s’assoir, se lever, se pencher, faire les courses, le ménage, le jardinage.
J’ai besoin d’une infiltration sous radio. Le spécialiste regarde les clichés de mon dos, je suis allongée sur la table d’examen.
« Voilà la colonne vertébrale d’une femme obèse d’au moins 80 ans ! »
Son assistante est un peu gênée, elle lui dit :
« Non ce sont les radios de la dame »,
« Impossible, vous devez les avoir sur mon bureau »,
« Non, je vous assure docteur »,
Il me regarde incrédule,
« Qu’est-ce que vous faites comme métier ? »
« Je suis professeur »,
« Vous faites des déménagements pendant votre temps libre ? Qu’est-ce que vous avez bien pu faire pour être dans cet état là ? »
Je réponds timidement, peu certaine de mon explication :
« Mon cartable est lourd »,
« Comme vous dites ! Il faut vous ménager, vous allez finir en chaise roulante ! »
Un peu de gym, de natation, des cours d’ergothérapie, et le tour est joué, le mal de dos est maîtrisé.
Un engourdissement du bras et du visage me conduisent aux urgences.
Le neurologue regarde l’IRM de mon cerveau :
« Vous avez fait un AVC, vous devriez récupérer à 99 % »
Ouf, je suis passée à côté de la catastrophe. Je suis contente et soulagée comme si j’avais échappé à un face à face, voiture contre camion à 130 à l’heure, et que grâce à ma dextérité de conductrice j’avais évité la mort.
Mon conjoint n’est pas aussi léger :
« Tu es sûre que ça va ? Tu as l’air fatiguée »
« Je suis fatiguée mais c’est un peu normal»
« On ne pourra plus partir en vacances, faire du sport, tu ne pourras plus travailler »
Par contre dès qu’il s’agit de se mettre à table :
« On mange quoi du gratin de courgettes ? Ah je ne digère pas le lait »
« Il y a de la viande hachée si tu veux »
« Je n’aime pas le bœuf »,
« Des aubergines à la sauce tomate ? »
« Je fais du vélo demain, il faut du lourd ! »
Mon amoureux est exaspéré, je n’assure vraiment pas.
Après le repas, je suis fatiguée de tout et étalée sur le canapé vêtue d’un pyjama en polaire parce qu’en dessous de 20°C j’ai froid.
Mon conjoint :
« On peut ouvrir la fenêtre ? On étouffe ici ! »
« Le problème c’est que je n’arrive pas à me réchauffer »
Il regarde le thermomètre : 20.5 °C
Il faut renouveler l’air dans cette pièce, ce n’est pas sain !
Quelques temps plus tard on me diagnostique une épilepsie due à l’AVC,
« Voilà pourquoi j’étais si fatiguée depuis un an ! »
Deux cachets par jour et le problème est réglé, sauf que mon conjoint est parti de peur de se retrouver coincé avec une impotente.

Je nage 1000 mètres en crawl et je « marche » pendant une demi-heure dans l’eau plusieurs fois par semaine. Je pars en vacances à l’arrière d’une moto sur des milliers de kilomètres. Je travaille à plein temps, je cuisine et je n’ai pas de femme de ménage ni de jardinier. Je gère mon budget du mieux possible et ne suis jamais dans le rouge.
Mes enfants sont bien habillés, ils font des études et ont chacun leur chambre.
Mes élèves sont globalement contents de ce que je leur apprends quoiqu’ils en disent, mais je ne progresse pas dans ma carrière, et mon salaire est au point mort.
Qui suis-je vraiment ?
Pas une sainte, pas une super woman, une femme normale qui fait ce qu’elle peut, et du mieux qu’elle peut avec les moyens qui lui sont donnés. Certaines font mieux que moi, mes conjoints me l’on maintes fois répété, tant mieux pour elles et pour leur entourage. On me dit aussi que je laisse espérer mieux, mon tort est peut-être de faire trop bonne figure, je devrais faire l’idiote, la gourde, dire « peux-tu faire ceci ? », « je n’arrive pas à faire cela ». On me croit plus forte que je ne suis. Je donne l’image d’une personne qui résous les problèmes, qui « assure », et quand je n’y arrive plus je déçois. Je fais du sport et on croit que je n’ai mal nulle part, mais si je n’en faisais pas je serais quasiment impotente.
Sorry folks ! Je ne suis ni faible ni forte, ni débile ni super intelligente. Je ne comprends rien à la physique malgré tous mes efforts. Et quand je me lève le matin, sans maquillage avec les cheveux gras, je ne suis pas très attirante. Si j’arrête toute activité physique et que je me laisse aller à la gourmandise, je grossis (mais oui, normale je vous dis !), il m’arrive même de sentir mauvais (incroyable !). Tous les mois j’ai mes règles pendant presque une semaine, avec une migraine pas possible, et une impossibilité de me trouver loin des toilettes le deuxième jour pour cause de changement de serviette, tampon et autre réjouissance. Désolée messieurs encore un défaut, certaines femmes ne ressentent rien et ce petit inconvénient passe inaperçu, pas chez moi… Si je passe mes vacances en moto, je ne peux porter ni robe ni talon, c’est vraiment ballot.
Le mieux est peut-être de ne m’avoir qu’en photo…

Posté le : 01/09/2013 13:35
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi thème d'écriture du 2 septembre : "Qui suis-je vraiment ?"
Plume d'Or
Inscrit:
06/08/2013 20:30
De Le Havre
Messages: 805
Niveau : 25; EXP : 53
HP : 0 / 613
MP : 268 / 10977
Hors Ligne
Bacchus : Très beau poème, toujours très sensible. J'aime beaucoup le style, très fluide.

Posté le : 01/09/2013 13:03
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


écrits d'arielleffe
Plume d'Or
Inscrit:
06/08/2013 20:30
De Le Havre
Messages: 805
Niveau : 25; EXP : 53
HP : 0 / 613
MP : 268 / 10977
Hors Ligne
Bonjour,

Venez visiter la page facebook d'arielleffe, vous y trouverez l'actualité concernant mon site internet, et retrouverez des amis intéressés par la littérature.

Il y a des images et des extraits d'écrits, suivez-moi sur :

https://www.facebook.com/arielleffe?fref=ts


Posté le : 30/08/2013 12:16
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi thème d'écriture du 26 aôut : Le cauchemar d'une journée vécue.
Plume d'Or
Inscrit:
06/08/2013 20:30
De Le Havre
Messages: 805
Niveau : 25; EXP : 53
HP : 0 / 613
MP : 268 / 10977
Hors Ligne
La pire journée de ma vie

Je m’appelle Vincent, je vis avec Adeline. On se connaît depuis l’enfance et on continue à jouer comme des gamins. Elle est courageuse et s’occupe de tout dans la maison. Je l’admire pour son sens de l’organisation, son efficacité. Moi je suis incapable de faire tout ça, le ménage, les factures, les crédits ; j’avoue que je ne suis pas du tout intéressé par ces contingences matérielles. Je suis professeur de littérature comparée à l’université. Je suis très occupé par mon travail, je lis beaucoup, et j’ai parfois l’impression de vivre dans un monde imaginaire. Nous avons un petit garçon qui s’appelle Rodrigue, j’ai peu de temps pour lui, mais je sais qu’Adeline est là, elle prend soin de son éducation et de sa santé.
La semaine dernière, je suis allé donner une conférence à Malmö en Suède. J’ai rencontré Anita, elle m’a littéralement sauté dessus. Elle est belle, blonde, avec des yeux bleus, et surtout, elle est très libre sexuellement. Je n’avais aucune intention de tromper Adeline, que j’aime, mais je suis faible, et je me suis laissé faire. Nous avons passé quatre jours de folie, j’ai d’ailleurs eu beaucoup de mal à me concentrer sur mon travail.
De retour en France, j’ai repris ma vie avec Adeline.
« J’ai fait les comptes c’est une catastrophe ! Tu as acheté un nouveau costume ? Tu as vu son prix ? Tu es complètement inconscient ma parole ! »
Adeline est vraiment trop terre à terre.
« J’ai acheté ce complet parce qu’il me faisait envie, un nouveau créateur s’est installé au coin de la rue, tu devrais aller voir, il a des robes qui t’iraient à merveille. »
« Je te dis que nous sommes à découvert ! Il n’est pas question que je m’achète des robes. Les huissiers vont venir nous saisir, qu’est-ce qu’on va devenir ».
Adeline a tendance à tout dramatiser.
« L’argent ça va ça vient. Arrête de t’inquiéter, profite de la vie ».
Mon portable sonne : Anita ! Je décroche :
« Allo, je suis à Paris, on se voit ? »
« Bien sûr, je vous rappelle. »
Je dois trouver un moyen de voir Anita, mais je dois être discret. Je sors pour aller acheter des cigarettes.
« Allo Jean-Louis ? »
Jean-Louis est un de mes collègues, il a régulièrement des aventures il va me dire comment faire.
« Donne-lui rendez-vous au Blue Hotel, c’est facile d’accès, tu peux y passer quelques heures, et ce n’est pas cher. »
Sauvé !
J’appelle Anita :
« Allo Anita ? On peut se voir au Blue Hotel si tu veux. Je suis dispo à partir de 17 h. C’est super non ? »
Anita ne dit rien,
« Tu ne réponds pas ? Tu n’es pas contente ? »
Une voix que je connais bien est au bout du fil :
« Je ne sais vraiment pas quoi te répondre Vincent ».
Qu’est-ce que j’ai fait ? Ce n’est pas possible, je me suis trompé de numéro.
« Allo ? »
« Tu es un crétin Vincent ».
J’ai appelé Adeline ! Quelle catastrophe ! Qu’est-ce que je vais devenir ? J’ai une idée, tout va s’arranger !
« Allo ? Tu as marché, tu as cru que j’avais une maîtresse ? Je t’ai bien eue. Qu’est-ce qu’on mange ce soir ? »
« Pauvre idiot, tu es pathétique ».
Je suis perdu, je ne peux pas la perdre, où vais-je dormir ce soir ? Je ne peux pas me débrouiller tout seul, je suis un artiste, j’ai besoin d’elle.
Je décide de rentrer.
« Excuse-moi, je vais tout t’expliquer. »
Adeline est très en colère, ses yeux noirs me lancent des éclairs, ces beaux cheveux ébènes sont électriques.
« Tu me laisses me débrouiller avec tous les soucis, et tu ne penses qu’à t’envoyer en l’air avec une fille ? »
« Je l’ai rencontrée à Malmö, c’est une Suédoise, tu sais comment elles sont ? Elle m’a presque violé. Tu me connais, je suis faible, je ne sais pas me défendre. Ce n’est pas sérieux ».
« Tu es un imbécile, un incapable, j’ai mis tes affaires dans le dressing, tu dormiras là, il n’y a pas d’autre place ».
« Pardonne-moi, j’ai eu tort. C’était une connerie, je le reconnais ».
Que faire ? Je ne peux pas vivre sans Adeline, elle est ma colonne vertébrale, elle s’occupe de tout, je ne pourrais pas vivre, travailler, m’épanouir sans elle. J’entends du bruit dans le salon, Elle téléphone à quelqu’un, elle a mis le haut-parleur, je reconnais la voix de sa tante.
« Ma pauvre Adeline, ce n’est pas si grave. Si tu savais ce que j’ai vécu. Ce sont les femmes qui font tourner le monde ».
« Notre fils a besoin de son père, il m’énerve, il est tellement irresponsable ! »
« Les hommes sont des animaux de compagnie ma fille, n’attends rien d’eux ».
Ouf ! Sympa la tante, j’espère qu’Adeline va l’écouter. Je ne peux pas partir. Mon portable sonne, c’est Anita, je ne décrocherai plus, elle finira bien par se décourager.
Il y a des préparatifs, Adeline organise un dîner.
« J’avais invité quelques amis, je n’ai pas annulé ».
Je lis les noms sur les cartons devant les assiettes, je vois « Vincent », je suis à nouveau accepté, quel soulagement, j’ai vraiment failli tout perdre.

Posté le : 25/08/2013 16:51
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi théme d'écriture: "J' ai râté le train ".du 12 août 2013
Plume d'Or
Inscrit:
06/08/2013 20:30
De Le Havre
Messages: 805
Niveau : 25; EXP : 53
HP : 0 / 613
MP : 268 / 10977
Hors Ligne
C'est horrible, mais tellement bien raconté.

Merci

Posté le : 23/08/2013 11:22
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi théme d'écriture: "J' ai râté le train ".du 12 août 2013
Plume d'Or
Inscrit:
06/08/2013 20:30
De Le Havre
Messages: 805
Niveau : 25; EXP : 53
HP : 0 / 613
MP : 268 / 10977
Hors Ligne
C'est beau !!!!!!!!!!!!!!!!

Posté le : 23/08/2013 11:20
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi thème d'écriture : "Le jeu des sentiments", du 19 août
Plume d'Or
Inscrit:
06/08/2013 20:30
De Le Havre
Messages: 805
Niveau : 25; EXP : 53
HP : 0 / 613
MP : 268 / 10977
Hors Ligne
J'aime beaucoup ton texte, elle a raison, elle n'aurait jamais été heureuse avec lui.

Posté le : 23/08/2013 11:17
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi thème d'écriture : "Le jeu des sentiments", du 19 août
Plume d'Or
Inscrit:
06/08/2013 20:30
De Le Havre
Messages: 805
Niveau : 25; EXP : 53
HP : 0 / 613
MP : 268 / 10977
Hors Ligne
Très bien le texte de Filamande, c'est un jeu dangereux où on a tout à perdre ou à gagner. Les images sont bien trouvées, bravo !

Posté le : 20/08/2013 17:23
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi thème d'écriture : "Le jeu des sentiments", du 19 août
Plume d'Or
Inscrit:
06/08/2013 20:30
De Le Havre
Messages: 805
Niveau : 25; EXP : 53
HP : 0 / 613
MP : 268 / 10977
Hors Ligne
ça me fait penser à la chanson, "A bicyclette" d'Yves Montand". Elle n'est pas si finaude la Sylvie, Franck n'a pas dû être très heureux avec elle.

Posté le : 19/08/2013 18:31
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut
« 1 ... 40 41 42 (43) 44 »




Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
23 Personne(s) en ligne (10 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 23

Plus ...