| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> Les Forums - Tous les messages

 Bas   Précédent   Suivant

« 1 ... 43 44 45 (46)


Re: Défi du 3 avril 2015
Plume d'Or
Inscrit:
18/02/2015 13:39
De Dijon
Messages: 2048
Niveau : 37; EXP : 30
HP : 181 / 907
MP : 682 / 14334
Hors Ligne
Couscous, Exem, Kjtiti,

Vos compliments me vont droit au coeur. J'aime tant vos écrits.
Je me suis bien amusé en l'écrivant avec l'espérance de vous amuser.

Il faut croire que les cloches m'étaient tombées dessus à moins que le phosphore et le magnésium du chocolat assidument consommé m'aient inspiré.

J'aime vraiment ces défis qui stimulent et embellissent la vie.

Couscous, je boirai une grande bière, avec modération bien sûr. Hi hi!

Amitiés de Dijon

Jacques

Posté le : 06/04/2015 11:49
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 3 avril 2015
Plume d'Or
Inscrit:
18/02/2015 13:39
De Dijon
Messages: 2048
Niveau : 37; EXP : 30
HP : 181 / 907
MP : 682 / 14334
Hors Ligne
Bonsoir chères amies et amis,

Devant des compétiteurs aussi redoutables que vous, j'ai essayé de bien faire.
Voici ma prose ou plutôt mon poème.
Je l'ai appelé la fable de la mort ridicule.


Il était une fois dans une terre étrange
Un peuple qui détestait vivement la mort.
Il ne vouait à son spectre aucune louange.
Et ne désirait pas s’en remettre à son sort.
Pour s’en détacher, il créa des lois absurdes
Sans crainte de passer pour un pays de gourdes.
Afin que de cette terre la mort circule,
Le parlement excella dans le ridicule.
Il fut interdit de décéder le dimanche.
Toutes les tombes devaient avoir une couleur blanche.
Plus aucune expression contenant le mot mort
Ne devait créer aux bonnes âmes quelque tort.
Et tant d’autres lois encore vinrent s’ajouter.
La mort, agacée, vint sur terre sans trop tarder,
Pour donner une leçon à ses ennemis.
Ah, ces hommes, ils croient ne plus être à ma merci !
Je vais leur jouer un drôle de tour, se convainc-t-elle !
Il se trouvait que le président de cette terre,
Qui ne désirait pas aller au cimetière,
N’en finissait pas de mourir en sa parentèle,
Laissant espérer un prompt retour à la vie.
Quelle aubaine pour la mort, saisie de l’envie,
De précipiter l’enterrement de cet homme,
Que nul protocole n’avait préparé, en somme.
La mort, très enjouée, précipita son trépas,
Qui fut à l’origine de bien des tracas.
Aucune tombe n’avait encore été creusée,
La cérémonie dut donc être reportée,
Au dimanche suivant la journée du décès.
La mort se décida à ourdir un procès
Devant le parlement qu’elle finit par gagner.
Les obsèques furent donc à nouveau ajournées.
Le jour du départ finit par se présenter,
Et la mort désira être dans l’assemblée.
Alors que l’office religieux battait son plein
Le célébrant montra des signes de faiblesses,
Finit par mourir, laissant les gens dans la détresse.
Ah, se dit la mort, quels vont être leurs desseins !
Ils vont devoir chercher un nouveau célébrant
Qui n’ait pas un destin aussi décourageant!
Le moment n’était pas aux débats politiques,
Le représentant de l’Etat devait agir vite.
Il faillait à tout prix éviter les temps morts,
Pour enterrer cet homme, sans nouveau report.
Un curé qui passait par là fut appelé,
A célébrer cette cérémonie raillée.
Il chuta sur les trépieds qui portaient le cercueil
Et le mourant en sortit sans beaucoup d’écueil,
Alors que ledit curé ne s’en sortit pas.
Que fallait-il faire devant ce nouveau trépas
Avec un mort qui voulait être de la fête ?
C’en étaient assez se dirent les élus bien bêtes,
Nous allons l’enterrer sans façon, sans office.
La famille du mort s’en prit à cette injustice,
Et voua à la mort tous les élus présents.
La mort ainsi appelée monta a la tribune,
Et parla en ces mots contre cette infortune :
Je suis la mort et j’ai voulu vous jouer un tour,
En me niant, vous n’empêchez pas mon retour,
Vous ne faîtes que me maintenir dans vos alentours.
Laissez moi vivre, recevez moi en troubadour,
Et je vous laisserai bien à vos mises en bière,
Avec modération bien sûr, dans vos chaumières.
La prochaine fois que vous me rencontrerez,
Faites le mort et vous me tromperez. Vous en conviendrez.

Et merci encore de m'accueillir parmi vous.

Bien amicalement.

Jacques

Posté le : 05/04/2015 23:32
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défis : les records de l'Orée
Plume d'Or
Inscrit:
18/02/2015 13:39
De Dijon
Messages: 2048
Niveau : 37; EXP : 30
HP : 181 / 907
MP : 682 / 14334
Hors Ligne
Cher Couscous,

Je te promets de les honorer.
J'attends avec impatience celui d'Exem.
De là à ce que j'attende 0h01 pour lé découvrir, je n'en suis plus très loin! Hi hi!

Je dois aussi reconnaître que de grands compétitteurs partaicipent aux défis.

Bien amicalement.

Jacques

Posté le : 03/04/2015 23:39
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: défi du 14 mars
Plume d'Or
Inscrit:
18/02/2015 13:39
De Dijon
Messages: 2048
Niveau : 37; EXP : 30
HP : 181 / 907
MP : 682 / 14334
Hors Ligne
Chère Couscous,

Je ne doutais pas de ta perspicacité.
Et je comprends ta curiosité. Je suis moi-même un curieux "pathologique".

Un bon dimanche à toi.
Bien amicalement.

Jacques

Posté le : 21/03/2015 22:39
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: défi du 14 mars
Plume d'Or
Inscrit:
18/02/2015 13:39
De Dijon
Messages: 2048
Niveau : 37; EXP : 30
HP : 181 / 907
MP : 682 / 14334
Hors Ligne
Bonsoir,

Je reponds au défi "prise de bec" et mon poème contient un message secret que je vous invite à découvrir.

Une femme avait un mari coléreux,
Prise entre le désir d’en parvenir aux poings,
De rester aussi, s’il le faillait, dans son coin;
Bec et ongles, elle résistait à ce destin fâcheux.
Est -il possible d’avoir un mari pareil?
Une fée qui passait par là lui dit à l’oreille :
Action, réaction, ma fille, il faut réagir.
Utile doit être ta conduite devant ce sort,
Aux temps du pardon, laisses se déployer les
Progrès lents, utiles qui prendront leur essor;
Des corrections viendront, sa colère, assagir!
Idées que tout cela, lui répondit-elle, lassée!
Et si toutes mes actions ne servaient à rien!
Peut être, lui dit la fée, garde ton maintien,
Vous devez vraiment vous parler et ainsi vous
Rapprocher, et qu’ainsi votre courroux soit dissous.
D’un partage intime, laisse l’espoir d’en dessous
Etre présent comme les mots de là, d’ici.
Cher ami, cette douce fable vous le dit.

Bon week end.
Amicalement.

Jacques

Posté le : 21/03/2015 17:20
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Le Défi du Samedi.
Plume d'Or
Inscrit:
18/02/2015 13:39
De Dijon
Messages: 2048
Niveau : 37; EXP : 30
HP : 181 / 907
MP : 682 / 14334
Hors Ligne
Cher Exem,

J'arrive pour répondre à ton défi.
Un peu tard mais 'jarrive toute de même, avec un sonnet.

Je l'ai appelé "la ballade d'une idée". J'i lu du Villon cet après midi. Alors!

Ce matin, je suis dominé par une idée,
Qui m’obsède tant et me maintient dans le brouillard,
Au point de me laisser ébaubi et hagard,
Devant mon aboulie de la sorte imposée.

Mais quelle idée me répond la raison, ennuyée ?
Ne te laisse pas dominer par le hasard
D’une idée qui te conduira à un traquenard.
Reste dans le champ serein de l’action maîtrisée.

Mais au fait, quelle est cette idée qui t’agite tant,
Et nous occupe dans ce modeste sonnet, autant.
Au défi d’Exem, tu craignais ne pas répondre !

Cette idée s’efface donc sans qu’on la voie
Et La raison domine l’idée avec joie,
Pour, dans l’immensité des actions, la confondre.

Bien amicalement.

Jacques

Posté le : 07/03/2015 23:38
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Un événement historique à éviter
Plume d'Or
Inscrit:
18/02/2015 13:39
De Dijon
Messages: 2048
Niveau : 37; EXP : 30
HP : 181 / 907
MP : 682 / 14334
Hors Ligne
Chère Couscous,

Je suis sincèrement ébaubi, admiratif devant ce que tu nous a concocté.
Je n'ai pas réussi à obvier ton désir d'intégrer les mots rares dans ton texte.
Je trouve qu'ils ont vraiment été très bien intégrés, qu'ils l'ont été avec un grand naturel. Chapeau bas!

Et l'histoire! Je l'ai beaucoup aimé. Je me dirigeais également vers un récit historique pour ce défi. Il va me falloir, au moins, faire aussi bien que toi.

Merci pour ce très beau texte, si bien écrit. Je l'ai dévoré. J'ai trouvé la scène de maquillage truculente.

Bien amicalement.

Jacques

Posté le : 22/02/2015 18:30
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Un événement historique à éviter
Plume d'Or
Inscrit:
18/02/2015 13:39
De Dijon
Messages: 2048
Niveau : 37; EXP : 30
HP : 181 / 907
MP : 682 / 14334
Hors Ligne
Cher Exem,

Comme j'ai aimé ton texte. Je trouve qu'il ouvre quelques portes qui m'inspirent des idées, des textes futurs aussi, celle de la recherche et de l'excellence de l'amitié, celle de l'inévitabilité de la vieillesse mais aussi celle du désespoir de la mort.

Ton magnifique texte ramène à ma mémoire de bien belles phrases d'auteurs que j'aime tant : "parce que c'était lui, parce que c'était moi", "la seule manière de vivre longtemps est celle de vieillir". Et je dirais volontiers, en optimiste invétéré que je suis, que pour bien vivre, il faut donc vieillir.

Dis voir, cher Exem, aurais-tu une passion pour l'Espagne? Pourquoi te dire cela? En raison même du nom du principal personnage de ton texte que tu as choisi : Ademar Ademas. S je devais jouer quelques instants avec toi au psychanalyste, je te dirais volontiers que la traduction française d'Ademar Adamas est très symbolique : étayer plus.
Etayer plus la vie peut être, par l'amitié certainement.

Alors, à mes remerciements pour ce magnifique texte, reçois la mienne, mon ami.

Bon dimanche à toi.
Mille pensées amicales et au plaisir de pouvoir te lire encore et toujours, et j'espère bien, aussi, après la mort. Je prends le pari.

Jacques

Posté le : 21/02/2015 23:55
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Un événement historique à éviter
Plume d'Or
Inscrit:
18/02/2015 13:39
De Dijon
Messages: 2048
Niveau : 37; EXP : 30
HP : 181 / 907
MP : 682 / 14334
Hors Ligne
Bonsoir Couscous,

Omineux, tu as raison. Une erreur de frappe.
C'était juste pour rire.

Paragonner, se comparer à ...
Que chacune et chacun tente de mettre le maximum de mots dans leur texte. Le faire par jeu et pas par obligation!

Amicalement.

Jacques

Posté le : 20/02/2015 19:01
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Un événement historique à éviter
Plume d'Or
Inscrit:
18/02/2015 13:39
De Dijon
Messages: 2048
Niveau : 37; EXP : 30
HP : 181 / 907
MP : 682 / 14334
Hors Ligne
Cher(e)s ami(e)s,

Il me revient cette semaine le plaisir de vous lancer un défi.

Enfin, nous y sommes arrivés. La machine à remonter le temps a été mise au point. Le site L'Orée des Rêves en a déposé le brevet.
Notre fortune est assurée!

Restons sereins, éthiques et pratiques. Je vous offre la possibilité d'aller corriger une erreur historique. Vous montez donc dans la machine et vous allez corriger cette erreur. Racontez nous votre aventure.

Mais attention, avant de partir, faute de pouvoir baliser votre temps, laissez moi baliser votre texte. Si vous le voulez, et seulement si vous le voulez bien, je vous propose, sinon vous impose, d'y glisser les mots rares suivants : abalourdir, acagnarder, accordailles, bacchanale (facile! vous voyez le clin d'oeil), bergerette, boulingrin, callipyge, ébaubi, hucher, isonomie, maritorne, ominieux, obvier, paragoner, pécore, ruchonner, sacripant, sabbatin, trébuchet, torve, vélitation, et yole.

Je vous souhaite beaucoup de courage naturellement et je m'en vais me livrer à quelques bacchanales bourguigonnes, bien sûr, sans vouloir paragonner avec qui que ce soit parmi vous.

Avec toute mon amitié ébaubie!
Bon week end à toutes et à tous.

Jacques

Posté le : 20/02/2015 17:12
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut
« 1 ... 43 44 45 (46)




Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
42 Personne(s) en ligne (29 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 42

Plus ...