| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> Les Forums - Tous les messages

 Bas   Précédent   Suivant

« 1 ... 918 919 920 (921) 922 923 924 ... 933 »


Re: Alpes
Administrateur
Inscrit:
14/12/2011 15:49
De Montpellier
Messages: 8985
Niveau : 62; EXP : 79
HP : 1235 / 1544
MP : 2995 / 30959
Hors Ligne
Alpes

Attacher un fichier:



jpg  IMG00195-20111022-1814.jpg (75.28 KB)
3_4f5db96a3bfd3.jpg 1024X768 px

Posté le : 12/03/2012 09:53
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Alpes
Administrateur
Inscrit:
14/12/2011 15:49
De Montpellier
Messages: 8985
Niveau : 62; EXP : 79
HP : 1235 / 1544
MP : 2995 / 30959
Hors Ligne
Alpes

Attacher un fichier:



jpg  IMG00329-20111024-1328.jpg (385.98 KB)
3_4f5db8ed891e8.jpg 1600X1200 px

Posté le : 12/03/2012 09:51
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi de printemps
Modérateur
Inscrit:
02/02/2012 21:24
De Paris
Messages: 1495
Niveau : 32; EXP : 97
HP : 159 / 799
MP : 498 / 15703
Hors Ligne
Et bien !

très impresssionnée par la rapidité de ton esprit créatif. Je peine encore pour ma part...

Tu as choisi les sonorités "eille" et "en" ce qui te permet de nombreuses combinaisons forts agréables à l'oreille !
"miel" que voilà un étrange cri de guerre digne d'une nuée d' abeilles !

Un grand merci pour ta participation !

Posté le : 11/03/2012 19:51
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi de printemps
Administrateur
Inscrit:
14/12/2011 15:49
De Montpellier
Messages: 8985
Niveau : 62; EXP : 79
HP : 1235 / 1544
MP : 2995 / 30959
Hors Ligne
Tu es trop courageuse !!

Je me suis pas cassé la tête
Tout est sur 7-5-7 / 7-5-7/.7-5-7/...
----------------------------------------
Avant ...
Pareil au vent mugissant
En sommeil, absent
Lent serpent la treille pend.

Depuis le temps de l'avent
Méchant gris veille
Sur l'étang crie la corneille.

Pourtant...
Viens Mars et battant s'éveille
Étale ses merveilles,
En mutant chante ses conseils.

Sultan dans son appareil
Réveille au mitan
Son brillant enfant soleil

Ranime les vermeils d'antan
Veille les paons, faons...
Au ciel les abeilles en rang.

Et tant de rouges groseilles,
De fruits frais, d'oseille,
Que le gourmand surveille.

Chaleurs, saveurs, reviennent
Bonheur en bouteille
Et fleurs, couleurs en corbeilles.

Gitans, Charlatans, amants
Tous disent à l'oreille ,
Réchauffant nos sens et sang :

" Miel!!! !C'est l'éveil du printemps"

Lydia Maleville

NDA
"Miel" ici est un cri de joie comme, "alleluiah ou noël"

Posté le : 11/03/2012 17:24
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Explications sur le Haïku et le Tanka
Administrateur
Inscrit:
14/12/2011 15:49
De Montpellier
Messages: 8985
Niveau : 62; EXP : 79
HP : 1235 / 1544
MP : 2995 / 30959
Hors Ligne
Le haïku, terme popularisé par Shiki (1867-1902), est une forme classique de la poésie japonaise dont la paternité est attribuée à Bashô (1644-1694). Depuis plus de trois siècles, le haïku, ainsi que le autres formes poétiques d'origine japonaise, elle progresse depuis au Japon, puis est venue jusqu'à nous en Occident.


Le haïku est un poème traditionnel , bref qui comporte 17 Syllabes, réparties en 3 vers courts : 5-7-5 mesures ou pieds pour nous occidentaux.
Cette forme poétique évoque , ou fait allusion aux saisons, il est léger, souvent subtil mais il peut être humoristique ou insolite, étrange.
Il évoque les cinq saisons et le temps qui passe. Chaque saison est suggérée par 7 poèmes. Les saisons :
printemps, été, automne, hiver et Nouvel An qui selon les almanachs et la poésie Japonaise est la cinquième saison. Les haïkus s'expriment toujours en métrique souple et toujours impair.
5-7-5 est souvent employé mais on peut aussi trouver 7-7-5 ou encore 7-7-3.
Ils s'illustrent souvent de gammes, échelles, et même d' inflexions mélodiques qui s’inspirent librement de la forme fluide et chantante de la calligraphie orientale.
LM.


Le TanKa

Le tanka est la forme poétique classique la plus ancienne et on la retrouve dès les premières anthologies japonaises; ainsi, il y en a 4,170 dans le Manyôshû (vers 760).

Le tanka est un poème à forme fixe construit en deux parties, la deuxième venant comme réponse, ou relance, à la première; cette première partie est un tercet de 17 (5/7/5) syllabes et la deuxième est un distique de 14 (7/7) syllabes, ou vice versa. Si ces deux parties sont généralement écrites par un même poète, il n'est pas rare de voir des tankas écrits par deux poètes. Le tanka classique n'était pratiqué qu'à la Cour impériale; il est toujours considéré comme la forme la plus élevée de l'expression littéraire. Poème lyrique, exquis, raffiné, il explore des sentiments "nobles", tels l'amour, la solitude et la mort, selon un ensemble de règles des plus sophistiquées.

Si les formes poétiques ont traversé les frontières du Japon et si le haïku est largement répandu en Occident, la pratique du tanka reste relativement rare. Il semble bien que le haïku, forme encore plus brève, ait fasciné davantage que le tanka. Qui sait ce qui serait advenu si, en 1905, Julien Vocance et Paul-Louis Couchaud avaient choisi le tanka au lieu du haïku pour écrire Au fil de l'eau, le premier recueil empruntant une forme poétique japonaise...

Bien que millénaire, le tanka reste toujours populaire au Japon même. A la suite du succès phénoménal de Sarada Kinenbi (Salad Anniversary, 1987), recueil de tankas vendu à plus de huit millions d'exemplaires, Machi Tawara, une jeune poète de 26 ans, a reçu 200,000 tankas de ses lecteurs et lectrices.

Extraits d’un texte de André Duhaime (Copyright © 1996)

Posté le : 11/03/2012 12:54
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Explication sur la Villanelle et le pantoum
Administrateur
Inscrit:
14/12/2011 15:49
De Montpellier
Messages: 8985
Niveau : 62; EXP : 79
HP : 1235 / 1544
MP : 2995 / 30959
Hors Ligne
La villanelle

La villannelle est une forme poétique venue de l'Italie, née chez les paysans (villanellus ) qui a donné la Villanella.
Tchano va nous initier.
En fait c'est une danse un chant de poesie pastorale avec couplet et refrain. La forme stricte (comme dans "Les lilas") est venue bien plus tard, vers le 17 éme siècle environ.
Elle se compose de cinq tercets et d'un quatrain final.
La répétition des vers est rigoureuse dans cette forme récente :
A(1) b A(2)
a b A(1)
a b A(2)
a b A(1)
a b A(2)
a b A(1) A(2).
J'aime beaucoup écrire les villanelles, c'est un travail de canevas et le thème bucolique me convient très bien.
C'est un joli jeu mais bon, c'est vrai que ça manque peutt-être de mouvement. Il y a quelque chose de figé dans ces formes anciennes.




Le Pantoum
La forme fixe du pantoum, ou plus exactement pantoun, est définie par Théodore de Banville dans son Petit traité de Poésie française.
Le pantoun consiste en une suite de quatrains (d'octosyllabes ou de décasyllabes - le même mètre est conservé dans tout le poème.) où s'appliquent deux systèmes de reprises :
le deuxième et le quatrième vers de chaque strophe sont repris respectivement comme premier et troisième vers de la strophe suivante,
le tout dernier vers du poème reprend le premier.
L'alternance des rimes masculines et féminines impose un nombre de quatrains pair. Le nombre de quatrains est illimité, mais doit être supérieur à six.
Cette forme permet de donner au poème une musicalité particulière très typée.
La particularité vraiment originale du pantoum réside dans le sens : il développe dans chaque strophe, tout au long du poème, deux idées différentes :
La première idée, contenue dans les deux premiers vers de chaque strophe, est généralement extérieure et pittoresque.
La deuxième idée, contenue dans les deux derniers vers de chaque strophe, est généralement intime et morale.
On peut parler également d'entrecroisement thématique : le poème parle de deux sujets , l'un descriptif, l'autre sentimental en alternance , par demi-quatrains.
Dans un pantoun, il faut éviter de travailler par vers-phrase : un vers doit se connecter au vers qui le précède dans un quatrain comme au vers qui lui succède dans le quatrain suivant sans pour autant constituer un vers totalement indépendant d'un point de vue syntaxique ; il peut ne contenir que des compléments sans verbe ou des subordonnées auxquelles l'adresse du poète pourra donner plusieurs sens suivant le vers qu'elles complètent.
De plus les deux distiques constituant un quatrain sont indépendants l'un de l'autre, le second vers devant impérativement se terminer sur une ponctuation forte : point, point d'exclamation, point d'interrogation. Cette ponctuation est rendue impérative par la présence des deux thèmes qui n'enjambent jamais l'un sur l'autre.
Une erreur fréquemment commise est de prendre le poème Harmonie du soir de Baudelaire comme exemple de pantoun. Pourtant ce poème n'a qu'un vague lien avec cette forme, comme nous le verrons plus bas. Les exemples les plus aboutis de pantouns sont à rechercher chez Leconte de Lisle.
Origine
Le pantoum français dérive du « pantun berkait » malais, c'est-à-dire « pantoun enchaîné », à cause du mécanisme de reprise des vers. Un pantun malais en tant que tel est constitué d'un quatrain unique.




L'Elégie


(féminin ; étymologiquement « chant de deuil »)
Une élégie est un poème lyrique qui a généralement pour thème la fuite du temps, l’amour (notamment les peines de la vie amoureuse), la mort, la mélancolie, etc.
L’adjectif élégiaque désigne un ton, un thème, un poème exprimant une plainte douloureuse, la mélancolie, ou un poète qui a écrit des élégies.

L'élégie, dans l'Antiquité grecque, ne se définit pas par un ton « élégiaque », ni par un sujet, même si elegos peut signifier « chant de deuil » et si l'Etymologicum Magnum redonne l'étymologie populaire e e legein, « dire hélas ! ». L'élégie est un poème composé en distiques élégiaques (groupes de deux vers ; un hexamètre dactylique et un pentamètre), accompagné de la flûte. Les fragments conservés de Tyrtée ou de Solon, les distiques transmis sous le nom de Théognis nous montrent aussi des élégies guerrières ou une élégie politique. L'élégie devient poésie de l'amour ou de la douleur chez Callimaque puis à Rome, notamment avec Tibulle et Properce ; les Tristes d'Ovide disent la douleur de l'exil. La complainte médiévale s'apparente, par le ton, à l'élégie, qui retrouve, avec la Renaissance, le thème douloureux. Dès le xiie s., les élégies latines de Settimello ont préparé la voie au Canzoniere de Pétrarque et les distiques latins de Sannazzaro influencent la Pléiade et son expression de la fuite du temps, de la fragilité des êtres (Du Bellay, les Regrets ; Ronsard, Élégies, mascarades et bergeries). Camões au Portugal, Chiabrera en Italie illustrent le genre, qui, en Angleterre, devient majeur avec Spenser et Milton (Lycidas, 1637). Sont ainsi fixées les conventions élégiaques modernes : scène pastorale, invocation aux Muses, lien de la personne pleurée à la nature, méditation sur la destinée et le mal du monde, conclusion sur une note d'espoir – la mort est le commencement de la vie. Le xviie s. français, aux exceptions près, mais notables, de Théophile de Viau et de La Fontaine (Élégie aux nymphes de Vaux), ne favorise pas le genre, qui retrouve avec le sensualisme et l'épicurisme du xviiie s. (Parny, Bertin) une tonalité antique que précise Chénier (Élégies). Le préromantisme anglais et allemand donne sa véritable propriété au thème de la lamentation : les Nuits de Young, l'Élégie écrite dans un cimetière de campagne de Thomas Gray imposent la méditation douloureuse et rêveuse ; Gessner et sa sentimentalité, Goethe et les notations sensuelles des Élégies romaines fixent la double expression de l'élégie du xixe s. Il ne s'agit plus alors de considérer la forme, mais l'omniprésente mélancolie, illustrée par Lamartine et Musset. La thématique du deuil et du souvenir subsiste chez Tennyson (Ode sur la mort du duc de Wellington), chez Pouchkine (Élégie sur le portrait de F. M. Barclay de Tolly) et culmine dans l'Adonais de Shelley, inspiré par la mort de Keats. Avec les Élégies de Duino de Rilke, la poésie est intériorisation progressive dans la parole de toutes choses périssables ; elle marque le recouvrement commun des deux domaines illimités de la vie et de la mort ; dans cet innommable, elle reste capable de recueillir tout objet et toute douleur, de composer les figures du Christ et du Saltimbanque. Juan Ramón Jiménez a usé du genre pour suggérer la pureté du dire poétique et l'opposer à la dégradation que porte tout souvenir. Aragon (Élégie à Pablo Neruda, 1966) prend prétexte du tremblement de terre qui a dévasté le Chili pour « exhaler la grande déploration par quoi la Terre même est accusée de trahison envers les poètes » et pour faire état de ses incertitudes politiques. Élégies (1967) de Jean Grosjean se conforme davantage au genre, tandis que B. Vargaftig inscrit Description d'une élégie (1975) dans la mouvance de Change et d'Action poétique.

exemple:
Le lac de Lamartine

Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages,
Dans la nuit éternelle emportés sans retour,
Ne pourrons-nous jamais sur l’océan des âges
Jeter l’ancre un seul jour ?

Ô lac ! l’année à peine a fini sa carrière,
Et près des flots chéris qu’elle devait revoir,
Regarde ! je viens seul m’asseoir sur cette pierre
Où tu la vis s’asseoir !

Tu mugissais ainsi sous ces roches profondes,
10 Ainsi tu te brisais sur leurs flancs déchirés,
Ainsi le vent jetait l’écume de tes ondes
Sur ses pieds adorés.

Un soir, t’en souvient-il ? nous voguions en silence ;
On n’entendait au loin, sur l’onde et sous les cieux,
Que le bruit des rameurs qui frappaient en cadence
Tes flots harmonieux.

Tout à coup des accents inconnus à la terre
Du rivage charmé frappèrent les échos ;
Le flot fut attentif, et la voix qui m’est chère
20 Laissa tomber ces mots :

« Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !
Suspendez votre cours :
Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours !

« Assez de malheureux ici-bas vous implorent,
Coulez, coulez pour eux ;
Prenez avec leurs jours les soins qui les dévorent ;
Oubliez les heureux.

« Mais je demande en vain quelques moments encore,
30 Le temps m’échappe et fuit ;
Je dis à cette nuit : Sois plus lente ; et l’aurore
Va dissiper la nuit.

« Aimons donc, aimons donc ! de l’heure fugitive,
Hâtons-nous, jouissons !
L’homme n’a point de port, le temps n’a point de rive ;
Il coule, et nous passons ! »

Temps jaloux, se peut-il que ces moments d’ivresse,
Où l’amour à longs flots nous verse le bonheur,
S’envolent loin de nous de la même vitesse
40 Que les jours de malheur ?

Eh quoi ! n’en pourrons-nous fixer au moins la trace ?
Quoi ! passés pour jamais ! quoi ! tout entiers perdus !
Ce temps qui les donna, ce temps qui les efface,
Ne nous les rendra plus !

Éternité, néant, passé, sombres abîmes,
Que faites-vous des jours que vous engloutissez ?
Parlez : nous rendrez-vous ces extases sublimes
Que vous nous ravissez ?

Ô lac ! rochers muets ! grottes ! forêt obscure !
50 Vous, que le temps épargne ou qu’il peut rajeunir,
Gardez de cette nuit, gardez, belle nature,
Au moins le souvenir !

Qu’il soit dans ton repos, qu’il soit dans tes orages,
Beau lac, et dans l’aspect de tes riants coteaux,
Et dans ces noirs sapins, et dans ces rocs sauvages
Qui pendent sur tes eaux.

Qu’il soit dans le zéphyr qui frémit et qui passe,
Dans les bruits de tes bords par tes bords répétés,
Dans l’astre au front d’argent qui blanchit ta surface
60 De ses molles clartés.

Que le vent qui gémit, le roseau qui soupire,
Que les parfums légers de ton air embaumé,
Que tout ce qu’on entend, l’on voit ou l’on respire,
Tout dise : Ils ont aimé !


Posté le : 11/03/2012 12:30

Edité par Loriane sur 19-06-2013 19:11:23
Edité par Loriane sur 19-06-2013 19:12:22
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi de printemps
Modérateur
Inscrit:
02/02/2012 21:24
De Paris
Messages: 1495
Niveau : 32; EXP : 97
HP : 159 / 799
MP : 498 / 15703
Hors Ligne
merci lo ! alors je compte sur toi !!!

J'ai commencé à préparer ma participation, je tente un sonnet des saisons !

Posté le : 11/03/2012 11:13
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi de printemps
Administrateur
Inscrit:
14/12/2011 15:49
De Montpellier
Messages: 8985
Niveau : 62; EXP : 79
HP : 1235 / 1544
MP : 2995 / 30959
Hors Ligne
Bonne idée, je suis.

Posté le : 11/03/2012 10:42
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: La discothèque de l'orée (compilation)
Modérateur
Inscrit:
11/01/2012 16:10
De Rivière du mât
Messages: 684
Niveau : 23; EXP : 78
HP : 0 / 569
MP : 228 / 11288
Hors Ligne
Moins dansant et plus rétro, j'y peux rien j'adore

Mouloudji
http://youtu.be/m3at59xfZN4
Bécaud
http://youtu.be/z6nyvrq24Ro
Ferrat
http://youtu.be/xAASrWEO2Ec

Posté le : 11/03/2012 09:52

Edité par Loriane sur 13-03-2012 20:50:27
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: La discothèque de l'orée (compilation)
Administrateur
Inscrit:
14/12/2011 15:49
De Montpellier
Messages: 8985
Niveau : 62; EXP : 79
HP : 1235 / 1544
MP : 2995 / 30959
Hors Ligne
Et voici Irma ( I know)

http://youtu.be/Mus0XbaGx0M

Posté le : 10/03/2012 22:31
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut
« 1 ... 918 919 920 (921) 922 923 924 ... 933 »




Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
34 Personne(s) en ligne (24 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 34

Plus ...