| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> Nouveau Défi !!!!!! [Les Forums - Défis et concours]

Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes



« 1 (2) 3 4 »


Re: Nouveau Défi !!!!!!
Plume d'Or
Inscrit:
06/08/2013 20:30
De Le Havre
Messages: 805
Niveau : 25; EXP : 53
HP : 0 / 613
MP : 268 / 12429
Hors Ligne
Bacchus, il ne s'agit pas d'un yorkshire, mais d'un chihuahua. Tu es pardonné, mais attention au hors sujet, la méthode peut-être très différente d'une race à l'autre.

Posté le : 24/05/2014 17:38
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Nouveau Défi !!!!!!
Plume d'Or
Inscrit:
06/08/2013 20:30
De Le Havre
Messages: 805
Niveau : 25; EXP : 53
HP : 0 / 613
MP : 268 / 12429
Hors Ligne
Donald, entre nous, tu ne t'es pas foulé, j'attendais un peu de science fiction là dedans, je reste sur ma faim de chihuahua.

Posté le : 24/05/2014 17:40
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Nouveau Défi !!!!!!
Modérateur
Inscrit:
21/03/2013 20:08
De Belgique
Messages: 3218
Niveau : 44; EXP : 15
HP : 215 / 1078
MP : 1072 / 23053
Hors Ligne
Interrogatoire

L’inspecteur Ladendure s’apprêtait à entrer dans le local réservé aux interrogatoires. Ce Berger Allemand au beau museau sombre et à la queue touffue en avait vu des affaires glauques mais celle-là dépassait l’entendement. Il lapa un peu d’eau dans le bol situé près de la porte et entra. Là se trouvait un chihuahua beige aux oreilles démesurées en comparaison avec sa taille ridicule. Mais l’inspecteur savait qu’il ne devait pas se laisser attendrir par l’allure trop mignonne de cette race car elle était réputée être assez dangereuse. L’animal était attaché par une chaîne aux gros anneaux d’acier, dont le poids lui faisait plier l’échine, lui donnant un air pitoyable. Sur le côté de la salle se trouvait un Yorkshire, l’interprète attaché à la police de Montpellier. Le berger allemand le salua d’un reniflement discret de son anus.

« Comment vas-tu Bryan ?
– Oh, magnifiquement bien ! Je reviens d’un voyage dans ma famille anglaise. On s’est régalé de croquettes de gélatine et de pâté à la menthe. Great !
– Et quelle langue parle notre suspect ?
– En patois espagnol, pas facile à comprendre mais on va se débrouiller. »

Le petit Yorkshire avait un accent anglais très prononcé qui faisait sourire toute la brigade, surtout Claude Wasisdasse le Dobermann. Mais il était respecté car il connaissait presque toutes les langues et était devenu indispensable en raison de l’immigration de nouvelles espèces. Ladendure commença son interrogatoire :

« Monsieur Jesus De Santos De la Vega Olé, vous êtes accusé d’avoir tué et dévoré votre maîtresse, Madame Patédelapin, avec la complicité de votre frère, Carlos. Nous avons trouvé sa dent sur pivot dans vos déjections et son alliance dans celles de votre frère.»

Le suspect commença son récit en Espagnol et Bryan traduisit au fur et à mesure.

« Monsieur l’inspecteur, mon frère et moi sommes innocents. Tout a commencé il y a deux semaines. Maimaine nous a demandé l’autorisation pour aller boire un café chez notre nouvelle voisine de palier, une certaine Clothilde.
– Qui est Maimaine ?
– Notre humain de compagnie. Elle s’appelait Germaine mais on trouvait son surnom plus mignon. Il lui si allait bien.
– Et que s’est-il passé ? Vous l’avez accompagnée ?
– Non, la Clothilde vivait chez une chatte. Je ne peux pas les supporter ! Ils sont si pédants et imbus de leur personne que cela me hérisse les poils. Maimaine est rentrée en fin d’après-midi et s’est affalée dans le canapé. On n’y a pas prêté attention car il arrivait souvent qu’elle aille au café et en revienne pour faire la sieste. Nous, on la laisse tranquille, le temps qu’elle récupère. On lui a fait une papouille et nous sommes allés faire coucouche panier ce soir-là, après avoir fini les dernières croquettes de notre bol commun. Le lendemain matin, elle était toujours dans le canapé occupée de dormir. On commençait à avoir les crocs et on a commencé à la lécher pour qu’elle se réveille, puis à la mordiller, histoire de rappeler qui sont les maîtres des lieux, mais sans succès.
– Pourquoi n’avez-vous pas tenté d’appeler du secours ?
– Il n’y a pas de téléphone à la maison et la porte était fermée à clé. On a bien essayé d’aboyer pour attirer l’attention mais comme les voisins avaient l’habitude de nous entendre faire du ramdam tous les jours, ils ne se sont pas inquiétés.
– Voilà ce que c’est de toujours crier « Au loup ! ». Et après ?
– Carlos et moi devenions affamés. Nous avons fouillé les armoires et trouvé les dernières croquettes. Elle n’avait pas encore fait les courses malgré nos diverses protestations. Pas encore bien dressée la Maimaine ! On allait boire au robinet pour ne pas mourir de soif. Quand la boîte de croquettes fut vide, on est devenus fous de faim. Et cette odeur forte qui commençait à se dégager dans le salon. C’était assez agréable et cela attisait encore plus faim. À un moment, un coup de folie, on ne s’est plus contrôlés. Alors on a commencé à lui grignoter les mollets, puis on est remontés le long de ses jambes, ses bras, etc. Jusqu’à ce que l’humaine de ménage donne l’alerte car personne ne répondait à ses nombreux coups de sonnettes. Lorsque les Saint Bernard pompiers ont défoncé la porte, Carlos et moi étions heureux d’être enfin libres. Mais très vite, on nous a emmenés ici et accusés de meurtre. Mais nous sommes blancs comme neige Monsieur l’Inspecteur. C’est juste notre instinct de survie. Elle était déjà morte quand on l’a dévorée. Et puis qui se préoccupe d’un humain de compagnie ? On en enterre plein dans les jardins sans que personne ne fasse d’autopsie.
– Bon, vous semblez sincères mais on va vous passer au détecteur de mensonges et briffer nos collègues de la brigade humaine pour aller interroger cette Clothilde. Ce ne sont pas des lumières mais ils devraient pouvoir la faire avouer. Si c’est la coupable, une petite euthanasie et c’est fini ! Quand à vous et votre frère, vous allez être hébergés à l’hôtel, le temps de nettoyer votre appartement. Vous pouvez passer à la SPH pour en choisir un autre.
– Oh, merci Inspecteur !
– Dites, je me suis toujours demandé… ça a quel goût la viande humaine ? »

Posté le : 24/05/2014 18:15
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Nouveau Défi !!!!!!
Plume d'Or
Inscrit:
14/03/2014 18:40
De Paris
Messages: 1106
Niveau : 29; EXP : 19
HP : 0 / 704
MP : 368 / 13044
Hors Ligne
Arielle, je suis dans ma période néo-réaliste.
La science-fiction n'est pas une fin en soi.

Posté le : 24/05/2014 19:38
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Nouveau Défi !!!!!!
Plume d'Or
Inscrit:
14/03/2014 18:40
De Paris
Messages: 1106
Niveau : 29; EXP : 19
HP : 0 / 704
MP : 368 / 13044
Hors Ligne
@Couscous: La SPH, il fallait y penser. Bravo, j'ai bien aimé cette enquête et ce monde inversé.
@Bacchus: on est dans du San-Antonio. C'est trop bon de retrouver un style aussi caustique. Clap clap !
@EXEM: une version bien torturée pour un thème si proche du faits divers quotidien, il fallait oser. Chapeau !

Posté le : 24/05/2014 20:21
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Nouveau Défi !!!!!!
Modérateur
Inscrit:
21/03/2013 20:08
De Belgique
Messages: 3218
Niveau : 44; EXP : 15
HP : 215 / 1078
MP : 1072 / 23053
Hors Ligne
Le commentaire de Donald m'a inspiré une autre version

Œil pour œil

Nous sommes le 24 mai 2014, l’inspecteur Nezfin se rend sur les lieux du crime, un appartement au dernier étage d’un immeuble miteux de la Porte d’Ivry, dans le treizième arrondissement de Paris. Il monte lentement les marches inégales en béton brut où il croise des enfants aux yeux bridés qui se précipitent en piaillant des petits mots joyeux venus d’un autre continent. Arrivé au trente-huitième, il s’éponge le front. La chaleur ambiante et l’effort fourni ont fait naître de grosses gouttes sur son visage et tout son corps est moite. Des grandes auréoles ornent maintenant sa chemise bleue ciel. L’homme à la carrure imposante entre dans l’appartement et rejoint la chambre à coucher. Il doit se protéger les narines à l’aide d’un mouchoir parfumé à l’eucalyptus, en raison de l’odeur âcre qui règne dans la pièce.

Son second, l’agent Denul, l’informe que la victime est une femme chinoise et célibataire nommée Shiwa Hua. Son buste est dans le lit, les bras en croix. Une jambe pendouille sur le radiateur à côté des petites culottes en cours de séchage et l’autre git sur la table de nuit ornée de fleurs multicolores. La scène de crime ressemble à un tableau de Dali, surréaliste à souhait. Toutes les chairs de la dame, âgée d’une quarantaine d’années, ont été fortement entamées à coups de dents acérées plantées dans des mâchoires de petite taille, surtout au niveau de la gorge.

L’inspecteur décide de faire le tour du propriétaire afin de récolter les précieux indices qui lui permettraient de dépatouiller cette tragédie sordide. Les mains gantées, il fouille le sac à main et la poubelle de Madame Hua, ouvre le frigo et le congélateur et observe finalement le sol de l’entrée avec un grand intérêt.

L’agent Denul ayant terminé son mitraillage photographique de la victime s’approche de son supérieur et lui demande :

« Alors, chef. Vous avez une idée de ce qui s’est passé ici ?
– Je pense que oui, Bryan. La mort est intervenue après le dix mai car un ticket de caisse dans son sac fait encore état d’achat dans la boucherie du quartier. Il semblerait qu’elle ait décidé de mettre fin à ses jours à coups de somnifères. J’ai trouvé un flacon vide dans la poubelle. L’odeur de son corps rapidement en décomposition en raison de la chaleur, inhabituelle pour un moi de mai, a attiré une bande de rats qui l’ont amochée de la sorte. J’ai trouvé de petites crottes dans l’entrée. Une affaire presque banale où le seul meurtrier est la misère humaine. Bon, je rentre au bureau taper mon rapport. Nettoyez-moi tout ce bazar. Refilez ce qui reste de la victime au légiste pour qu’il m’envoie son rapport qui corroborera ma thèse, et tout ce qui est dans le frigo aux voisins de l’immeuble. De la viande canine, ce sont bien les seuls à apprécier ! Cette affaire sera vite classée. »

L’inspecteur sort de l’immeuble avec la satisfaction du devoir accompli. Il ne remarque pas la troupe de chihuahuas tapie dans l’ombre de l’escalier de la sortie de secours, bouffé par la rouille. Un chien un peu plus grand que les autres, sûrement en raison d’un croisement avec un Yorkshire vu sa couleur, s’adresse aux autres :

« On les aura un par un ces humains qui bouffent nos congénères. Le coup du tube de somnifère a bien fonctionné. Et Carlos qui voulait boire l’eau des toilettes avant de partir. Il ne se serait jamais réveillé ! Allez, on retourne devant la boucherie faire le guet.»

Posté le : 25/05/2014 11:13
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Nouveau Défi !!!!!!
Plume d'Or
Inscrit:
14/03/2014 18:40
De Paris
Messages: 1106
Niveau : 29; EXP : 19
HP : 0 / 704
MP : 368 / 13044
Hors Ligne
On ne t'arrête plus couscous.
J'ai bien aimé la chute une fois de plus et ta description du quartier chinois m'a fait rire; on ne va plus t'appeler couscous mais nemnem.
Bravo !
Donald

Posté le : 25/05/2014 13:08
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Nouveau Défi !!!!!!
Semi pro
Inscrit:
16/04/2014 23:11
De France, enfin, je crois
Messages: 135
Niveau : 10; EXP : 66
HP : 0 / 241
MP : 45 / 4408
Hors Ligne
Bonjour à vous,
Je me suis régalé (si je puis dire) à lire vos textes, tous plus originaux les uns que les autres (j'avoue qu'entre la version philosophique d'Exem et celle plus humouristique de Couscous on fait le grand saut !) et je vous propose désormais ma contribution.

Une Faim de Loup


Brutus Junior errait le long du boulevard à la recherche d’une proie à se mettre sous la dent. Il n’avait pas mangé depuis hier soir et, en cette suave nuit, sa gorge se languissait d’une viande bien tendre. Certes, Brutus était petit et frêle mais il était également le plus hargneux et vicieux de tout le quartier, toujours prêt à s’enfourailler un bon gigot juteux ou un carré bien gras. Il réajusta les clous de son collier et bifurqua dans une sombre ruelle. Sa truffe sentait qu’il y avait de la chair fraiche aux alentours et il se décida à pénétrer dans une obscure boîte de nuit des bas quartiers.

La bière coulait à flot et Brutus ne tarda pas à flairer quelques proies faciles. Il y avait cette jolie demoiselle à la peau blanchâtre et dont l’esprit corrompu par l’alcool profond ancré dans ses veines serait facile à convaincre ; de plus, une jupe aussi courte et des jambes aussi longues ne laissaient pas notre prédateur indifférent. Cependant un doberman massif vint la serrer contre lui et l’embrassa fougueusement jusqu’à l’étouffer.

Brutus laissa de nouveau divaguer son regard et s’arrêta sur une poulette bien charnue, aux courbes voluptueuses et aux atouts des plus dodus. Brutus prit sa démarche la plus ravageuse et vint coller son derrière ossu contre le sien grassouillet. « Je peux vous offrir un verre ? ». Elle lui lança un regard meurtrier puis pouffa et se dirigea vers une bande de jacasseuses toutes plus médisantes les unes que les autres (elles devaient avoir du sang de Bichon celles-là). Sa fourrure ne fit qu’un bond et tous ses poils s’hérissèrent de rage : personne n’avait ainsi remballé Brutus Chihuahua Junior ! Il garda cependant toute sa dignité et se contenta d’une grimace dévoilant ses crocs courts mais acérés.

La nuit passa et Brutus resta sur le carreau, enchainant les bourbons sans jamais combler sa fringale. La boîte s’était vidée et il ne restait plus grand-chose d’autre que des ivrognes et des cougars insatisfaites. Brutus remballa donc ses espérances hautaines et accosta la première vieille dame qui lui passa sous la papatte. « On va chez toi ou chez moi, lui lâcha-t-elle avant même qu’il ne fut près d’elle. ». Il choisit chez elle : sa niche n’avait pas été nettoyée depuis plus de deux semaines et l’évier était encore plein de gamelles sales.



Brutus avait forcé sur le bourbon et le champagne mais, malgré sa vision floutée, il trouva la force de sauter sur le corps nue de sa « conquête » dont la libido n’avait, semble-t-il souffert ni de la soixantaine (ou sûrement plus) ni de la mort de son mari. Brutus l’enlaça dans ses bras frêles et, après lui avoir langoureusement léché la nuque, lui mordilla l’épaule. Mais, ce qui ne devait être qu’un geste charnel, réveilla son appétit insatiable de viande. Certes, elle n’était pas aussi tendre qu’espérer, voire-même un peu rance et flétrie, mais il ne put s’empêcher de planter ses crocs plus profondément. Il sentit le gout âpre de son sang alcoolisé et, lorsque la première goutte de sang glissa dans sa gorge, il ne put s’arrêter. Malgré ses cris, il enchaina bouchée sur bouchée…

Après quatre longues heures de boucherie, Brutus fut enfin repu tandis que le corps de sa compagne s’était éparpillé partout dans la chambre : cervelle sur le tapis, tumeur dans le placard, cellulite sur le papier peint et broche de hanche au ventilateur. Brutus rongea un dernier os, se prépara un doggy-bag et abandonna le reste sur les draps plissés et rougeoyants.

Posté le : 25/05/2014 15:31
_________________
Le soleil n'est qu'une étoile du matin.
H.D Thoreau
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Nouveau Défi !!!!!!
Plume d'Or
Inscrit:
06/08/2013 20:30
De Le Havre
Messages: 805
Niveau : 25; EXP : 53
HP : 0 / 613
MP : 268 / 12429
Hors Ligne
Couscous et Alexis vous me faites mourir de rire ! "broche de hanche au ventilateur", l'horreur totale !
Quant aux chihuahuas, ils me font de plus en plus peur... merci à tous les deux, j'ai passé un super moment.

Posté le : 25/05/2014 17:19
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Nouveau Défi !!!!!!
Plume d'Or
Inscrit:
06/08/2013 20:30
De Le Havre
Messages: 805
Niveau : 25; EXP : 53
HP : 0 / 613
MP : 268 / 12429
Hors Ligne
Et voilà ! Notre canard est vexé ! Mais oui il est bien ton texte, j'imaginais juste que tu allais nous transformer le chihuahua en robot, tournoyant dans l'espace avec un astronaute paumé. Bon, c'est une période néo réaliste, je comprends tout à fait. J'aime bien tes délires robotiques quand même

Posté le : 25/05/2014 17:26
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant
« 1 (2) 3 4 »




[Recherche avancée]


Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
41 Personne(s) en ligne (32 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 41

Plus ...