| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> Défi du 03-05-2014 [Les Forums - Défis et concours]

Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes



« 1 2 (3)


Re: Défi du 03-05-2014
Plume d'Or
Inscrit:
06/08/2013 20:30
De Le Havre
Messages: 805
Niveau : 25; EXP : 53
HP : 0 / 613
MP : 268 / 10977
Hors Ligne
Donald, j'espère que nous serons invités à ton mariage ! Un conseil évite de venir avec tes pantoufles en forme de lapin pour cacher tes pieds de canard et n'emprunte surtout pas la mini jupe de Couscous, ça serait de mauvais goût. Quand je vous dis qu'il est sympa ce pape, il arrive même à marier un célibataire endurci comme toi. Elles ont l'air bien mignonnes les filles de ta canette.

Posté le : 10/05/2014 16:53
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 03-05-2014
Plume d'Or
Inscrit:
06/08/2013 20:30
De Le Havre
Messages: 805
Niveau : 25; EXP : 53
HP : 0 / 613
MP : 268 / 10977
Hors Ligne
Devine qui vient dîner ?

Clotilde est ravie, le Pape vient dîner chez elle. Chez elle ! Rendez-vous compte ! Hermine et Marie-Caroline vont être vertes. La maison est impeccable, Maria a disposé des fleurs fraîches dans les vases. Des crucifix et des images pieuses ont été sortis des placards. Le Saint Père doit comprendre qu’il est chez de véritables catholiques pratiquants. Augustin aurait été si heureux de voir ça. Hélas, il n’a pas vécu assez longtemps pour connaître cet événement exceptionnel, il est mort après avoir bu son café pur Colombie. Le goût était un peu amer, Clotilde avait un peu forcé sur la dose de cyanure. Mais, bon, ne revenons pas sur le passé, son mari lui a sûrement pardonné ce moment d’énervement - laisser ses chaussures boueuses dans l’entrée, ce ne sont pas des choses à faire. Il avait été prévenu pourtant, Clotilde aime l’ordre et la propreté. Maria le sait, elle est Portugaise, et les Portugaises sont des bonnes exceptionnelles, c’est connu. Clotilde a fait un don conséquent à l’église pour être pardonnée, et ça a dû plaire à Dieu, puisqu’il lui envoie son représentant sur terre. Quel bonheur ! Quelle fierté !

La table est mise. Une grande nappe blanche est couverte de quatorze jolies assiettes en porcelaine de Limoges, un cadeau de mariage, se dit Clotilde en essuyant une larme. Les verres en cristal de Bohème sont alignés, et les couverts en argent brillent d’avoir été astiqués.

On sonne à la porte, les premiers invités arrivent, Clotilde leur a demandé d’être présents assez tôt pour ne pas faire attendre Sa Sainteté. Elle n’a convié que des hommes, elle veut être la seule représentante de la gente féminine. Le Pape François sera en blanc, elle ne pourrait pas supporter de n’être pas un peu la vedette de la soirée. Elle sera la seule femme, voilà son signe distinctif, Maria ne compte pas, c’est la domestique. Elle porte un tailleur rose pâle, et des chaussures sobres mais élégantes, ni trop hautes, ni trop basses. Ses cheveux blonds sont coupés au carré.

Clotilde n’a invité que des amis riches, capables de faire des dons à l’église. Pierre, André et Jacques arrivent en premier. Pierre tient une chaîne de magasins d’articles de pêche, avec son frère André. Jacques possède plusieurs bateaux avec son frère Jean.

- Jean ne va pas tarder, il a reçu un coup de fil urgent, un problème de filets trop pleins, on ne sait plus quoi faire des poissons. Pierre, il va falloir que tu nous vendes du matériel encore plus solide !

- Je peux t’en vendre autant que tu veux, j’ai acheté une nouvelle usine en Chine.
Philippe a une entreprise de transport, ses camions sillonnent les routes de l’Europe entière. Thomas fabrique des meubles, Matthieu est inspecteur des impôts, Thaddée est éleveur de bovins. Simon, l’autre Jacques, Barthélémy et Judas vivent de leurs rentes. Clotilde regarde le pauvre Barthélémy avec pitié, il marche avec une canne, il est né avec une jambe atrophiée. Ils portent tous des prénoms d’apôtres, elle n’a choisi que des amis catholiques pratiquants. Le pauvre Judas n’a pas eu de chance, quelle mouche a piqué ses parents, pour l’appeler ainsi ?

La vedette de la soirée arrive à 20 heures pile. Il est vêtu de sa robe blanche la plus simple. Il a un sourire apaisant.

- Bonsoir, chère Madame. Merci de me recevoir chez vous, c’est très gentil de votre part.

- Mais tout le plaisir est pour moi votre Sainteté.
Clotilde est rose de plaisir en faisant sa révérence et en embrassant l’anneau papal.
- Votre jardin est magnifique, les oiseaux y trouvent refuge, deux colombes sont venues se poser sur mon épaule, pendant que je marchais vers votre maison.

- Très Saint Père, quand on a choisi un nom comme le vôtre, il n’est pas étonnant que les oiseaux soient attirés.

- C’est très juste. Saint François d’Assise avait un don pour s’occuper des animaux. Il aimait tout le monde.

L’homme qui se tient au milieu de la pièce est calme et bienveillant, pourtant son regard est perçant, Clotilde a l’impression qu’il lit dans les pensées.

- Auriez-vous une bassine remplie d’eau, chère Hôtesse. J’ai bien peur d’avoir sali mes chaussures, regardez, elles sont pleines de boue.
Clotilde rejoint Maria à la cuisine, et lui demande une bassine d’une voix blanche. Sait-Il quelque chose ?

- Je pense que chacun d’entre nous devrait me laisser laver ses chaussures, dit le pape en se baissant.
Personne n’ose protester. François retire les chaussures des convives une par une, et les débarrasse de toute saleté.
- Quelle belle assemblée vous avez réunie très chère Clotilde, je vous en remercie. Pourtant je sais que l’un d’entre vous va me trahir.
Judas se demande s’il ne s’agit pas d’une plaisanterie. Ce pape est-il un comédien engagé par Clotilde, une sorte de sosie, qui ne serait venu là que pour le ridiculiser, lui, Judas, dont le prénom est si difficile à porter. Il quitte la pièce sans dire au revoir, il ne participera pas à ce dîner ridicule.

Soudain, Maria arrive affolée.

- Madame, j’ai un gros problème.
Clotilde est très ennuyée, elle sort de la pièce en lançant des regards furieux à sa bonne, qu’elle n’ose pas réprimander devant le chef de l’Eglise. Elle essaie de conserver un sourire faux sur son visage lisse.
- Que se passe-t-il enfin ? Apprenez à gérer les problèmes ma fille, ce n’est vraiment pas le moment.
Maria fond en larmes.

- Madame, les plaques électriques ne fonctionnent plus, rien n’est cuit. Il n’y a que du pain à manger. C’est une catastrophe, que va penser le pape ?
François a suivi les deux femmes dans la cuisine.

- Ne vous inquiétez pas mon enfant. Il y a du pain, nous avons largement de quoi nous régaler. Apportez nous ces baguettes croustillantes, ça ira très bien.
Clotilde est furieuse, mais elle ne veut rien montrer.

- Mais enfin cher Saint Père, Maria peut téléphoner au traiteur, en quelques minutes il peut nous apporter un repas complet.
D’un ton doucereux, elle s’adresse à la jeune bonne.
- Maria appelez le traiteur et commandez lui …

- Maria n’en faites rien, coupe l’homme d’Eglise. Nous mangerons du pain, comme le Christ avant nous.

Clotilde voit le pape rompre le pain, et le partager entre tous les convives.
- On se croirait à la messe, mes chers amis, plaisante le pape, c’est un signe que nous envoie Dieu.
Clotilde fait signe à Maria d’amener le vin, comme ça le tableau sera complet. Quand les verres sont pleins. La maîtresse de maison se lève, et demande à François si elle peut prendre une photo.
Chacun prend la pose, Maria est retournée en cuisine, le pape est au milieu des douze invités. Clotilde appuie sur le bouton de l’appareil photo numérique. Quelques secondes plus tard, les treize hommes tombent raides morts, la tête dans leur assiette.

- Ce pape d’opérette m’a gâché mon dîner, il se prend pour qui : « nous allons manger du pain comme le Christ », et puis quoi encore ! Que vont dire mes amies ? En plus je n’ai pas aimé son allusion aux chaussures boueuses. Que vais-je faire des corps ? Maria ! Maria !
Clotilde entre dans la cuisine, Maria est morte, elle avait voulu goûter le vin.

- Mais qu’est-ce que j’ai fait au Bon Dieu ?



Posté le : 11/05/2014 09:00
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 03-05-2014
Modérateur
Inscrit:
21/03/2013 20:08
De Belgique
Messages: 3218
Niveau : 44; EXP : 15
HP : 215 / 1078
MP : 1072 / 20498
Hors Ligne
Incorrigible CLotilde ! Son jardin doit être immense et les plantes doivent avoir un engrais de première qualité avec tous ces corps.
Mais tout de même le Pape, sa mort passera difficilement inaperçue.

Déjà au taquet au retour de vacances, chapeau bas !

Merci Arielle.

Posté le : 11/05/2014 09:35
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 03-05-2014
Plume d'Or
Inscrit:
14/03/2014 18:40
De Paris
Messages: 1093
Niveau : 29; EXP : 5
HP : 140 / 701
MP : 364 / 11317
Hors Ligne
Arielle,

Quand je pense que tu me traitais de fou.
Depuis, la mouché tfou-tfou a du te piquer sévèrement pendant tes vacances à La Réunion.

J'ai adoré ton texte; tu m'as bien fait marrer et en plus la chute j'ai cru la deviner puis tu m'a mis sur une fausse piste et puis j'ai été surpris.

Bravo !

"Mettez des patins, dit la diablesse, la femme de ménage vient de donner son congé."

Donald.

Posté le : 11/05/2014 11:45
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 03-05-2014
Plume d'Or
Inscrit:
06/08/2013 20:30
De Le Havre
Messages: 805
Niveau : 25; EXP : 53
HP : 0 / 613
MP : 268 / 10977
Hors Ligne
Merci Donald, je serai peut-être obligée d'écrire une suite, comme dirait Coucous, la mort du Saint Père ne va pas passer inaperçue !

Posté le : 12/05/2014 18:21
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant
« 1 2 (3)




[Recherche avancée]


Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
20 Personne(s) en ligne (7 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 20

Plus ...