| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> Léo Ferré [Les Forums - La Chanson]

Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Léo Ferré
Administrateur
Inscrit:
14/12/2011 15:49
De Montpellier
Messages: 8908
Niveau : 62; EXP : 61
HP : 1232 / 1540
MP : 2969 / 26299
Hors Ligne
Le 14 Juillet 1993 LEO FERRE nous quitte.

Présenté par Iktomi

On ne l’a pas su tout de suite, qu’il était mort. La nouvelle a commencé à filtrer dans la presse deux ou trois jours après. Mais c’est bien le 14 juillet 1993 que tout s’est arrêté. Et quand tout avait-il commencé ? Le 24 août 1916 à Monaco ?

Oui et non. La vie de l’homme Ferré, certes. La vie de l’artiste Ferré voit habituellement fixer ses débuts en 1946. Au vrai, ceux qui se souviennent du Ferré débutant (et Dieu sait pourtant que ses débuts ont été longs, il s’en est assez plaint par la suite…), ceux-là donc ne sont plus très nombreux. Celui qui a marqué les esprits, c’est le Ferré d’après-68, le jusqu’au-boutiste de l’anarchie, mais aussi le poète de l’amour désespéré, sans issue, perdu.

« Amour, anarchie… vaste programme ! » aurait pu dire railleusement le Général de Gaulle. Raillerie pour raillerie, Léo Ferré ne l’aura guère épargné (Mon Général, Ils ont voté…), tout comme il aura pris pour cible le pape (Monsieur Tout Blanc) dès 1950. C’est pourquoi certains croient pouvoir affirmer qu’il avait très opportunément pris en marche le train de mai 68, ce qui n’est pas juste. Il serait plus exact de dire que nombre de ses textes et chansons libertaires, anti-système, anti-pouvoir, anti-autorité, ont été écrits alors que les « révolutionnaires » de 1968 étaient encore au berceau ou à l’école maternelle.

Comme en tout bon poète sans doute, il y avait du visionnaire en Léo Ferré : bien avant l’invasion de la télé-réalité (qui fait précisément tout pour lui tourner le dos, à la réalité) et l’instauration du rituel vespéral et morbide du journal télévisé, il avait fort bien discerné l’arme de crétinisation massive qu’allait devenir la télévision. Il faisait partie de ceux qui ont bien vu que consommer n’est pas vivre.

Je ne ferai pas une énumération chronologique des grandes étapes de sa vie et de sa carrière. Je préfère vous inviter à vous documenter vous-mêmes, si tant est que le sujet vous intéresse. Je prends cette précaution car je suis moi-même passé à côté de Léo Ferré sans y faire vraiment attention. Or il n’y a peut-être pas grand mal à passer à côté de Didier Barbelivien ou Francis Lalanne (il se trouve que Léo Ferré appréciait beaucoup l’un et l’autre…), mais Ferré, tout de même…

Quand j’étais plus jeune, la simple évocation de son nom me mettait en fuite. Je le trouvais exaspérant, bourré de tics, clownesque. Il y a vingt ans (je n’étais déjà plus un gamin pourtant), sa disparition aurait pu m’inciter à faire l’effort de le découvrir, et cela ne s’est pas produit.

A présent, je tâche de me rattraper, d’écouter ses disques, de lire ses textes. J’ai entendu pour la première fois il y a moins de deux semaines Il n’y a plus rien, un très long texte dit et non pas chanté. J’ai pris une baffe… d’ailleurs c’est ce qu’il dit peu après le début du texte (certes dans un contexte très spécial) : « Fous-lui une baffe. » Bien sûr on peut froncer le nez devant certaines outrances, mais ce texte, comme tous ceux de Ferré, a une genèse, on ne peut pas le réduire à l’ « ici et maintenant. »

Ferré est un champion de l’autofiction, mais c’est de l’autofiction intelligente et pas nombriliste. Je recommande l’excellente biographie de Robert Belleret qui démonte de façon très astucieuse le mécanisme de création de nombreuses œuvres de Ferré.

Outre ses propres textes, Léo Ferré a mis en musique et chanté de grands et parfois très anciens et très oubliés poètes, tel Rutebeuf. Pauvre Rutebeuf est un texte superbe, dont Ferré n’est pas l’auteur : il a puisé dans trois œuvres de Rutebeuf (Le mariage Rutebeuf, La complainte Rutebeuf, La griesche d’hiver). Pauvre Rutebeuf a été repris par plusieurs chanteurs dont Joan Baez – pour ma part, ex æquo avec celle de Catherine Sauvage, ma version préférée : son petit accent ricain pour chanter des vers français vieux de sept siècles est irrésistible…

Tout au long de sa carrière, Léo Ferré a mis en pratique sa théorie personnelle sur la poésie dont voici un aperçu, extrait de Préface :

« La poésie est une clameur
Elle doit être entendue comme la musique
Toute poésie destinée à n’être que lue et enfermée dans sa typographie n’est pas finie. »

Il a souvent répété « Te marie pas, ne vote jamais », mais n’aura été fidèle qu’à son second commandement. Trois fois marié et père de trois enfants – après avoir servi durant une dizaine d’années de père nourricier à une guenon nommée Pépée – Ferré n’aura jamais vraiment correspondu à l’idée qu’on se fait de l’anticonformisme ou de la marginalité.

En tout état de cause, c’est une bonne chose que personne n’ait osé faire de lui, post-mortem, un chef de file ou un maître à penser. Léo Ferré s’est voulu poète, j’ai failli écrire avant tout, mais ce n’est pas tout à fait ça. Car, et ce n’est pas donné à tout le monde, il aura réalisé longtemps avant de tirer sa révérence un vieux rêve d’enfant : composer de la musique et diriger un orchestre.


Pour lui, après cela, il n’y avait plus rien…

********



Les dates de sa vie :

Fils de Joseph Ferré, directeur du personnel du Casino de Monte-Carlo, et de Marie Scotto, couturière d'origine italienne, il a une sœur, Lucienne, de deux ans son aînée.
Léo Ferré s'intéresse très tôt à la musique. À l’âge de sept ans, il intègre la Chorale de la Maîtrise de la cathédrale de Monaco comme soprano. Il découvre la polyphonie au contact des œuvres de Palestrina et de Tomás Luis de Victoria.

En 1935, il vient à Paris pour y suivre des études de droit.il peaufine son apprentissage du piano en complet autodidacte en même temps qu'il mûrit son rapport à l'écriture.
Il rentre en 1939 avec un diplôme de sciences politiques
Il est mobilisé la même année et dirige un groupe de tirailleurs algériens.

En 1940, à l'occasion du mariage de sa sœur, il écrit un Ave Maria pour orgue et violoncelle,
Il commence la mise en musique de chansons écrites par une amie.
Il se produit pour la première fois en public le 26 février 1941, au Théâtre des Beaux-arts de Monte-Carlo, sous le nom de Forlane.

En 1941, il rencontre Charles Trenet à Montpellier, il lui présente trois de ses chansons, mais ce dernier lui conseille de ne pas les chanter lui-même et de se contenter d'écrire pour les autres.

En 1943, René Baer qui est le grand-oncle d'Édouard Baer lui confie des textes qui deviendront plus tard des succès : La Chanson du scaphandrier, qui sera aussi chantée par Claire Leclerc, et La Chambre. La même année, Léo Ferré épouse Odette Shunck, qu'il a rencontrée en 1940 à Castres. Le couple s'installe dans une ferme à Beausoleil, sur les hauteurs de Monaco.

En 1945, alors qu’il est toujours « fermier » et occasionnellement « homme à tout faire » à Radio Monte-Carlo, Léo Ferré rencontre Édith Piaf qui l’encourage à tenter sa chance à Paris.
Ils broyaient du noir, L'opéra du ciel, Suzon, sont à ce jour les plus vieux enregistrements connus de Léo Ferré.
Ils furent retrouvés par son fils, Mathieu Ferré, dans le bureau de son père.
Il découvre une demi-douzaine d'enregistrements sur disque en « pyral », constitué d'une feuille d'aluminium ou de zinc recouverte d'une laque.
Mêlés à un amoncellement de partitions et de manuscrits, ils sont la plupart totalement inutilisables et seules trois chansons purent être « récupérées ».
Si la date et les circonstances des enregistrements demeurent inconnues, tout laisse à croire que c'est vers le milieu des années 1940 que Ferré les grava

Premiers pas sur scène
1946 En novembre ce sont ses premiers débuts parisiens
Il chante au Boeuf sur le Toit en compagnie des Frères Jacques et du duo Roche & Aznavour. Il interprète notamment "L'inconnue de Londres", "Le bateau espagnol" et "Le flamenco de Paris".

1947 3 mars Premier contrat d'édition avec Le chant du monde

1947 décembre il rencontre la chanteuse Catherine Sauvage Elle deviendra le principale interprète des titres de Léo Ferré. Elle contribue à faire connaitre le compositeur parolier et connait un succès avec deux de ces compositions "Paris Canaille" (1952) et "L'homme" (1954)

1955 10 mars Premier Olympia en vedette Le nom de Léo Ferré s'affiche en lettres lumineuses sur le fronton de l'Olympia. Il monte sur scène du 10 au 29 mars 1955.

1960 Léo Ferré entre dans l'écurie Barclay. Léo Ferré signe un contrat avec Eddy Barclay. Il y signe ses titres les plus connus : "Joli Mome", "Paname", "C'est extra", "Avec le temps".

1969 6 janvier Brel, Brassens et Ferré pour un entretien historique Sur une proposition du magazine "Rock'n Folk" et en collaboration avec RTL, une interview exceptionnelle est organisée dans un petit appartement de la rue Saint-Placide à Paris qui réuni Georges Brassens, Jacques Brel et Léo Ferré. Autour d'une table ronde, les trois "monstres sacrés" de la chanson française échangeront leurs opinions sur le monde et la musique. La rencontre organisée par le journaliste de "Rock'n Folk", François-René Christiani, sera immortalisée par une photographie noir et blanc de Jean-Pierre Leloir.

1970 1 mars Sortie du double album "Amour-Anarchie" Sur cet opus, on retrouve les titres "La mémoire et la mer" et "Avec le temps"

1974 Changement de maison de disques

Il quitte sa maison de disques Barclay, pour CBS puis RCA avant de créer son propre label EPM (Les Editions et Productions Musicales)

1990 septembre Sortie de son dernier album "Les vieux copains"

1993 14 juillet Décès de Léo Ferré à Castellina en Toscane, des suites d'une longue maladie

2000 3 mars Sortie de l'album posthume "Métamec"

Quelques citations de Léo Ferré :

"La mort, c'est une très jolie femme qui viendra me dire : Léo, come on, boy !"

"L'histoire de l'humanité est une statistique de la contrainte."

"Les hommes sont des brigands, ils font des lois pour justifier leurs brigandages...."

"Le monde se divise entre ceux qui aiment et les autres."

"Le taux usuraire de l'astuce n'est jamais assez élevé."

"L'indifférence est notre béquille, à nous les misanthropes."

"La mélancolie, c'est un désespoir qui n'a pas les moyens."

"Les écrivains qui ont recours à leurs doigts pour savoir s'ils ont leur compte de pieds ne sont pas des poètes, ce sont des dactylographes"

"Le bonheur... C'est du chagrin qui se repose."

"Le désespoir... C'est un espoir perdu qui se cherche un préfixe."


Honneurs et distinctions

« Le seul honneur pour un artiste, c'est de n'en pas avoir »
— déclare Léo Ferré, en Aout 1984, sur France 3, dans un entretien avec Pierre Bouteiller

-De son vivant, Léo Ferré a refusé de recevoir le Grand Prix de la Chanson Française en 1986,
d'être fait Commandeur des Arts et Lettres,
de soutenir François Mitterrand contre la promesse d'avoir à sa disposition un orchestre symphonique de premier ordre,
et d'être l'invité d'honneur des premières Victoires de la musique en 1987.

On trouve:
A Livry-Gargan un Square Léo Ferré.
En 2003, a été inaugurée la place Léo Ferré à Monaco, sur laquelle a été installé le visage en bronze de l'artiste, par le sculpteur Blaise Devissi.
La Cité scolaire de Gourdon dans le Lot porte le nom de l'artiste. Elle comprend un collège, un lycée général et un lycée professionnel.
Il existe une rue Léo Ferré à Angers,
à Bagneux,
à Gratentour
et à Pierrefitte-sur-Seine,
Chateaubriant.
Une école primaire publique porte son nom à Montauban.
Une variété de rose originaire d'Asie porte le nom de l'artiste. Sa fleur est bicolore : blanc-or bordé de rouge carmin.
En 2006, la commune de Grigny, dans le Rhône, inaugure une médiathèque Léo Ferré.
En 2007, l'artiste plasticienne Miss.Tic a réalisé deux grands pochoirs muraux représentant Ferré et son chimpanzée Pépée pour la résidence universitaire d'Orly.
En 2009 ont été inaugurés la place et le square Léo-Ferré, à Paris (XIIe arrondissement).
En 2012 La première école de musique à porter son nom est à Martignas sur Jalle en Gironde
Plusieurs salles de concerts portent son nom.


Discographie

1984 : Léo Ferré au Théâtre des Champs-Élysées, (récital intégral, 36 titres)

1986 : Léo Ferré chante les poètes (Théâtre libertaire de Paris, récital intégral, 36 titres)

2001 : Sur la scène (Lausanne/Montreux 1973, 31 titres)

2002 : Thank you Ferre, 2002

2006 : Concert au Théâtre Libertaire de Paris, 1988, filmé par Raphaël Caussimon (DVD inclus dans le coffret CD éponyme)


Bibliographie

Ouvrages de Léo Ferré

La Nuit, feuilleton lyrique (La Table ronde, 1956)
Poète... vos papiers !, poèmes (La Table ronde, 1956)
Mon programme, plaquette auto-éditée (1968)
Benoît Misère, roman (Robert Laffont, 1970)
Il est six heures ici et midi à New York, plaquette auto-éditée (Gufo del Tramonto, 1974)
Je parle à n'importe qui, plaquette auto-éditée (Gufo del Tramonto, 1979)
La Méthode, plaquette auto-éditée (Gufo del Tramonto, 1979)
Testament phonographe, textes, poèmes et chansons (Plasma, 1980)

Parutions posthumes

La Mauvaise Graine, textes et chansons (Édition n°1, 1993)
La musique souvent me prend… comme l'amour, recueil critique (La Mémoire et la Mer, 1999)
Les Noces de Londres, feuilleton lyrique (La Mémoire et la Mer, 2000)
Marie-Jeanne (La Mémoire et la Mer, 2000)
Lettres non postées (La Mémoire et la Mer, 2006)
Les Chants de la fureur, anthologie (Gallimard-La Mémoire et la Mer, 2013 - à paraître)

En collaboration
Avec le photographe Patrick Ullmann : La Mémoire et la mer, Henri Berger, 1977N 39.
Avec le photographe Hubert Grooteclaes : L'Éternité de l'instant, Éditions du Perron, 1984.

Parutions posthumes
Avec le dessinateur Serge Arnoux : Alma Matrix, La Mémoire et la Mer, 2000.

Ouvrages sur Léo Ferré

Études
Charles Estienne, Poètes d'aujourd'hui : Léo Ferré. Seghers, 1962.
Françoise Travelet, Léo Ferré, les années-galaxie. Seghers, 1986.
Christine Letellier, Léo Ferré, l'Unique et sa Solitude. Nizet, 1993.
Collectif, Cahiers d'études Léo Ferré. Éditions du Petit Véhicule, 1998-2013.
N°0 - Olivier Bernex et la barque du temps (2003)
N°1 - La Marge (1998)
N°2 - Words… Words… Words… (1999)
N°3 - De toutes les couleurs (1999)
N°4 - Écoute-moi (2000)
N°5 - Muss es sein ? Es muss sein ! (2000)
N°6 - Technique de l’exil (2001)
N°7 - Marseille (2002)
N°8 - La Mélancolie (2003)
N°9 - Amour Anarchie (2005)
N°10 - À la Seine : Caussimon-Ferré, frères du hasard (2007)
N°11 - La Mémoire et la Mer (2013)
Jacques Layani, Les Chemins de Léo Ferré. Christian Pirot, 2005.
Claude Frigara, Léo Ferré ou l'astre de liberté, in Chroniques d'un âge d'or. Christian Pirot, 2007.
Yann Valade, Léo Ferré, la Révolte et l'Amour. Les Belles Lettres, 2008.
Céline Chabot-Canet, Léo Ferré : une voix et un phrasé emblématiques. L'Harmattan, 2008.
Max Leroy, Les Orages libertaires - Politique de Léo Ferré, Atelier de création libertaire, 2012, (ISBN 978-2-35104-056-0)

Livres de photographies

André Villers, Léo Ferré, Nice, Z'Éditions, 1989.
Patrick Ullmann, Thank you Léo, Les Humanoïdes associés, 1994.
Hubert Grooteclaes & Patrick Buisson, Léo Ferré. Avec le temps. Éditions du Chêne, 1995.
Alain Marouani, Léo Ferré, inédits. Michel Lafon, 2005

Témoignages

Maurice Frot, Je n'suis pas Léo Ferré. Fil d'Ariane, 2001.
Louis-Jean Calvet, Léo Ferré. Flammarion, 2003.
Annie Butor, Comment voulez-vous que j'oublie... Madeleine et Léo Ferré, 1950-1973, Phébus, 2013.

Divers

Dominique Lacout & Didier Barbelivien, Léo Ferré, la Chanson du Bien-Aimé. Éditions du Rocher, 1993.
Collectif, Les Copains d'la neuille (bulletin d'information semestriel sur l'actualité autour de Léo Ferré). La Mémoire et la Mer, 2001-aujourd'hui.
Dominique Lacout & Alain Wodraska, Léo Ferré, je parle pour dans dix siècles. Didier Carpentier, 2003.
Alain Fournier, Jacques Layani, José Corréa, Léo Ferré, Je vous vois encore... 2003 La Lauze éditions (Une mémoire graphique + Portraits).
José Corréa, Léo Ferré. Nocturne, 2009
Nicolas Désiré-Frisque, Léo Ferré. Études, dessins et croquis. Éditions du Petit Véhicule, 2009.
Robert Belleret, Dictionnaire Ferré. Fayard, 2013.
Ludovic Perrin, On couche toujours avec des morts, la remontée fleuve de l'enfant Ferré. Gallimard, 2013


Interprètes de Léo Ferré

Du vivant de Ferré

Madeleine Rabereau-Ferré : Poètes, vos papiers (poèmes dits, 1956)
Jean Cardon : Surpat' chez Léo Ferré (album instrumental, 1959)
Pia Colombo : Pia Colombo chante Ferré 75 (1975)
Catherine Sauvage : 25 ans de Léo Ferré vol. 1 et 2 (1979)

Années 90

Philippe Léotard : Philippe Léotard chante Léo Ferré (1993, Grand Prix de l'Académie Charles-Cros)
Renée Claude (Canada) : On a marché sur l'amour (double-album, 1994, Grand Prix de l'Académie Charles-Cros)
Ann Gaytan (Belgique) : Thank you Ferré (1994)
Mama Béa : Du côté de chez Léo (1995)
Michel Hermon : Thank you Satan (1998)
Marc Ogeret : De grogne et de velours : Marc Ogeret chante Léo Ferré (1999)

Années 2000

Michel Orion chante Léo Ferré et Michel Orion (2000)
Joan-Pau Verdier : Léo Domani (2001)
Morice Benin : Morice Benin chante Léo Ferré (2002)
Les Faux Bijoux : Les Faux Bijoux chantent Ferré (2002, Compagnie de l'an 10000)
Les Faux Bijoux & Gilles Droulez : Inédits de Léo Ferré (2003, double CD)
Didier Barbelivien : Léo - Barbelivien chante Ferré (2003)
Manu Lann Huel : Manu Lann Huel chante Léo Ferré (2003)
Christophe Bell Œil : Hurletout... Léo Ferré (2003)
Michel Avalon : Pas vrai, Léo !
Nicolas Reggiani et Giovanni Mirabassi : Léo en toute liberté (2004)
Sapho : Sapho chante Léo Ferré (2006)
Michel Bouquet : Lettres non postées (2006)
Joan-Pau Verdier : Léo en òc (2006)
Jean-Louis Murat : Charles et Léo (2007)
Yves Rousseau Sextet (avec Claudia Solal et Jeanne Added) : Poète, vos papiers ! (2007)
Michel Hermon : Compagnons d'enfer (2008)
Bernard Lavilliers : Lavilliers chante Ferré (DVD, 2009)
Michel Orion : "Ferré, Baudelaire et moi" (volume 1) (2009)

Années 2010

Annick Cisaruk : Léo Ferré, l'âge d'or (2010)
Serge Utgé-Royo : D'amour et de révolte : Serge Utgé-Royo chante Léo Ferré (2010)
Sarah Eddy et Jean-Baptiste Mersiol : Léo (2010)
Catherine Lara : Une voix pour Ferré : Catherine Lara chante Léo Ferré (2011)
Marcel Kanche et I.Overdrive Trio : Et vint un mec d'outre saison (2012)
Philippe Guillard : Philippe Guillard chante Léo Ferré : Live 1-2009 et Live 2-2010 (2013)
Alain Meilland : Léo de Hurlevent (2012)
Philippe Guillard : Philippe Guillard chante Léo Ferré (2013)
LetZeLéo : LetZeLéo joue et chante Léo Ferré (2013)
Natasha Bezriche : Lumière noire (2013)

Interprètes reprenant les poètes et paroliers mis en musique par Ferré

Années 40

Yvette Giraud : La Chambre

Années 50-60

Béatrice Arnac : Pauvre Rutebeuf
Michèle Arnaud : Pauvre Rutebeuf
Hugues Aufray : Pauvre Rutebeuf
Philippe Clay : Stances
Eddie Constantine : La Chanson du scaphandrier
Jacques Douai1 : La Chanson du scaphandrier, La Chambre, Pauvre Rutebeuf, Harmonie du soir
Jean Dréjac : Juke-box troubadour (paroles de Jean Dréjac)
Yvette Giraud : Le Pont Mirabeau
Zizi Jeanmaire : Les P'tits Hôtels (paroles de Bernard Dimey)
Pauline Julien : Est-ce ainsi que les hommes vivent ?, La Fille des Bois
Monique Leyrac : Harmonie du soir
Simone Langlois : Le Pont Mirabeau
Marc et André : Pauvre Rutebeuf
Hélène Martin : L'Affiche rouge, Je chante pour passer le temps, Pauvre Rutebeuf
Camille Maurane : La Chanson du mal-aimé (version 57)
Yves Montand : Est-ce ainsi que les hommes vivent ?, L'Étrangère
Germaine Montero : Pauvre Rutebeuf
Monique Morelli : L'Affiche rouge, Est-ce ainsi que les hommes vivent ?, Il n'aurait fallu
Mouloudji : Des filles, il en pleut...
Nana Mouskouri : Pauvre Rutebeuf
Marc Ogeret : Est-ce ainsi que les hommes vivent ?, Merde à Vauban, Noël
Henri Salvador : La Chanson du scaphandrier
Catherine Sauvage : Pauvre Rutebeuf, Noël, La Fille des Bois, Tu n'en reviendras pas, Est-ce ainsi que les hommes vivent ?, Je t'aime tant, Il n'aurait fallu, Je chante pour passer le temps, L'Affiche rouge, Elsa, Blues
Christine Sèvres : Âme, te souvient-il ?
Francesca Solleville : Je chante pour passer le temps, Tu n'en reviendras pas, Noël, Merde à Vauban, Blues, L'Affiche rouge, La Fille des bois
Les Trois Ménestrels : Des filles, il en pleut...
Cora Vaucaire : Pauvre Rutebeuf
Claude Vinci : L'Affiche rouge
Claude Goaty : Le bateau espagnol

Années 70-80

Leny Escudero : L'Affiche rouge
Bernard Lavilliers : Est-ce ainsi que les hommes vivent ?
Yves Montand : Les Bijoux
Claude Nougaro : La Chanson du scaphandrier
Jacques Bertin : L'Affiche rouge, Noël

Années 90-2000

Isabelle Aubret : L'Étrangère, Blues, L'Affiche rouge, Il n'aurait fallu
Annick Cisaruk : L'Étrangère, Je chante pour passer le temps, Il n'aurait fallu, Tu n'en reviendras pas, Blues
Julien Clerc : On n'est pas sérieux quand on a dix-sept ans
D'elph : Marizibill
Brigitte Fontaine : Âme, te souvient-il ?
Gamine : Pauvre Rutebeuf
Miossec : Ô triste, triste était mon âme
Rita Mitsouko : Écoutez la chanson bien douce, Il patinait merveilleusement, Ô triste, triste était mon âme
Catherine Ribeiro : L'Affiche rouge
Sanseverino : L'Étrangère
Serge Utgé-Royo : L'âge d'or, Flamenco de Paris, Les anarchistes, Ni dieu, ni maître
Cora Vaucaire : Le Pont Mirabeau
Vaya Con Dios (Belgique) : Pauvre Rutebeuf
Françoise Kucheida: "Est-ce ainsi que les hommes vivent"

Années 2010

Interprètes reprenant Caussimon-Ferré
Serge Utgé-Royo (France) : Nous deux (2011)
Dominique A : Mon camarade
Arno (Belgique) : Comme à Ostende
Isabelle Aubret : Nous deux
Éric Barret : Le Temps du tango (instrumental)
Réda Caire : Le Temps du tango
Jean-Roger Caussimon : Monsieur William, Mon camarade, Mon Sébasto, Le Temps du tango, Comme à Ostende, Nous deux, Ne chantez pas la mort
André Claveau : Nous deux
Philippe Clay : Monsieur William
Julien Clerc : Mon camarade
les Frères Jacques : Monsieur William
Serge Gainsbourg : Monsieur William
Marc et André : Monsieur William
Renée Passeur : Le Temps du tango
Catherine Sauvage : Monsieur William
Cora Vaucaire : Le Temps du tango
Cali : L'Affiche rouge
Anne Gacoin : Comme à Ostende

Interprètes reprenant Ferré

Années 40

Renée Lebas : Elle tourne... la Terre
Édith Piaf : Les Amants de Paris
Suzy Solidor : L'Inconnue de Londres

Années 50-60

Michèle Arnaud : La Vie d'artiste, L'Étang chimérique, L'Inconnue de Londres, En amour, Le Bateau espagnol
André Claveau : L'Amour, Les Chéris, Les Parisiens
Philippe Clay : La Rue, Bleu blanc rouge
Eddie Constantine : Les Amoureux du Havre
Annie Cordy (Belgique) : Paname
Dany Dauberson : Paname
Jacques Douai : L'Inconnue de Londres, Les Forains, La Fortune, L'Étang chimérique, Le Bateau espagnol, Le Fleuve des amants, Mon p'tit voyou, Notre amour
Lily Fayol : Java partout
Anny Gould : Monsieur mon passé
Juliette Gréco : L'Amour, Dieu est nègre2, Le Guinche, Java partout, Jolie Môme, Paname, Paris canaille, Plus jamais, La Rue, T'en as
Pauline Julien : T'en as, L'Amour, Vingt ans, La Lune
Renée Lebas : L'Île Saint-Louis, Paris canaille
Marc et André : L’Île Saint-Louis, Le Bateau espagnol, Les Poètes…
Léo Marjane : Monsieur mon passé.
Los Machucambos : La Lune
Yves Montand : Flamenco de Paris, Paris canaille
Germaine Montero : Les Amoureux du Havre, Mon p'tit voyou, Le Piano du pauvre, La Chanson triste, Ma vieille branche, La Fortune, Le Temps du plastique
Mouloudji3 : Elle tourne... la Terre
Marc Ogeret : Le Piano du pauvre, Paris canaille, L'Île St-Louis, Flamenco de Paris
Renée Passeur : Les Rupins
Patachou : Le Piano du pauvre, La Fortune, Le Temps du plastique, Nous les filles
Colette Renard : Paris canaille
Henri Salvador : À Saint-Germain-des-Prés
Catherine Sauvage : une centaine de titres étalés du début des années 50 à la fin des années 70.
Serge et Sonia (Andréguy) : La Grande Vie, L'Amour, La Fortune, L'Étang chimérique, Java partout, Comme dans la haute, Dieu est nègre, La Maffia, La poésie fout l'camp, Villon !, Comme à Ostende, Est-ce ainsi que les hommes vivent ?, L'Étrangère.
Francesca Solleville : L'Âge d'or, Vingt ans
les Trois Ménestrels : Les Amoureux du Havre
Cora Vaucaire : La Vie d'artiste

Années 70-80

Barbara : La Vie d'artiste
Mama Béa : Les Anarchistes
Jacques Bertin : Le Bateau espagnol, L'Étang chimérique
Jane Birkin : Avec le temps
Brégent (Canada) : Le Chien, La Mélancolie, Dieu est nègre, T'es rock, coco !
Dalida : Avec le temps, Col Tempo
François Deguelt : Avec le temps
Anny Gould : Avec le temps
Johnny Hallyday : Avec le temps
Jacques Higelin : Jolie môme
Hélène Martin : Avec le temps, À Saint-Germain-des-Prés
Nicoletta : Dieu est nègre
Patachou : Les Amants de Paris
Catherine Ribeiro : La Mémoire et la Mer
Catherine Sauvage : Avec le temps
Joan-Pau Verdier : Ni Dieu ni maître
Jean-Marie Vivier : Ça t'va, Barbarie

Années 90-2000

Noël Akchoté : C'est extra
Isabelle Aubret : Paris canaille
Éric Barret : La Vieille Pèlerine, L'Amour fou, E.P. Love (instrumentaux)
Alain Bashung : Avec le temps
Dan Bigras (Canada) : Avec le temps
Céline Caussimon : Mon P'tit Voyou
Annick Cisaruk : Y en a marre
Dionysos : Thank you Satan
Eiffel : Le Conditionnel de variétés
Nilda Fernandez : Les Anarchistes
Juliette Gréco : Avec le temps
Jacques Higelin : Jolie Môme
Ignatus : Vise la réclame
Michel Jonasz : Avec le temps, La Mémoire et la Mer
Patricia Kaas : Avec le temps
Katerine : L'Été 68
La Tordue : Jolie Môme
Éric Lapointe & Mario Pelchat : Avec le temps
Bernard Lavilliers : Préface, La Mémoire et la Mer
Eva Lopez : Col tempo sai (Avec le temps), Jolie Môme
Eddy Louiss et Richard Galliano : Avec le temps (instrumental)
Terez Montcalm (Canada) : C'est extra
Noir Désir : Des armes (musique : Noir Désir)
Gérard Pierron : La Mer noire
Prodige Namor : La Vie d'artiste
Catherine Ribeiro : La Mémoire et la Mer, Avec le temps
Marc Robine : Richard, La Mémoire et la Mer
Henri Salvador : Avec le temps
Hubert-Félix Thiéfaine : La Solitude
Jean Vasca : La poésie fout l'camp, Villon !
Cora Vaucaire : À Saint-Germain-des-Prés, Avec le temps
Vaya Con Dios (Belgique) : Vingt ans
David Venitucci : Avec le temps (instrumental)
Louis Ville : Y en a marre
Les Wampas : Les Anarchistes
Zebda : Vingt ans

Années 2010

Anne Sofie von Otter : Avec le temps
Mônica Passos : Avec le temps, La Mémoire et la Mer
R Wan : La Maffia
Place des arts : La Vie d'artiste
Youn Sun Nah : Avec le temps
Fabien Biancalani : Avec le temps
Albums collectifs & compilations
2003 : Avec Léo !

Les interprètes de Léo Ferré

Dans les pays non-francophones
Interprètes ayant consacré un album entier à Ferré
Enrico Médail (Italie) : Né Dio né padrone (1977)
Xavier Ribalta (Espagne) : Xavier Ribalta canta Léo Ferré (2001)
Têtes de bois (Italie) : Ferré, l'amore e la rivolta (2003)
Roberto Cipelli, Paolo Fresu, Gianmaria Testa (Italie) : F. à Léo (2007)
Amancio Prada (Espagne) : Vida de artista (2008)
Ester Formosa Quartet (Espagne) : Thank you Satan (2012)
Peter Hawkins (Angleterre) : Love and Anarchy : the songs of Léo Ferré (2 CD, 2013)
Interprètes reprenant les poètes et paroliers mis en musique par Ferré

Années 50-60

Joan Baez (États-Unis) : Pauvre Rutebeuf

Années 90-2000

Victoria Abril (Espagne) : Elsa
Marc Almond (Angleterre) : Abel and Cain (Abel et Caïn), Remorse of the dead (Remords posthume)

Interprètes reprenant Caussimon-Ferré
Serge Utgé-Royo (France) : Nous deux (2011)
Valeria Munarriz : Le Temps du tango
Gianmaria Testa (Italie) : Monsieur William

Interprètes reprenant Ferré

Années 50-60

Eartha Kitt (États-Unis) : The Heel (L'Homme)
Olle Adolphson (Suède) : Snurra min jord (Elle tourne la Terre)

Années 70-80

Paco Ibañez (Espagne) : Les Anarchistes
Patty Pravo (Italie) : Col tempo (Avec le temps)
Gigliola Cinquetti (Italie): Avec le temps

Années 90-2000

Victoria Abril (Espagne) : Jolie môme
Alice (Italie) : Col tempo (Avec le temps)
Didier Caesar (Allemagne) : So mit der Zeit (Avec le temps)
Dee Dee Bridgewater (États-Unis) : Avec le temps
Figli di origine oscura (Italie) : Les Anarchistes, Tu non d'ici mai niente (Tu ne dis jamais rien), Il tuo stile (Ton style)
Angélique Ionatos (Grèce) : Cette blessure
Barb Jungr (Angleterre) : Quartier Latin, Les Poètes
Jef Lee Johnson & Nathalie Richard (États-Unis & France) : Le Chien
Abbey Lincoln (États-Unis) : Avec le temps
Beverly Jo Scott (États-Unis) : C'est extra
Wende Snijders (Pays-bas) : Paris canaille, Avec le temps
Gianmaria Testa (Italie) : Les Forains, Les Poètes, Avec le temps
Paola Turci (Italie) : Tu non dici mai niente (Tu ne dis jamais rien)
Cristina Branco (Portugal) : Avec le temps

Années 2010

Cannibales & Vahinés (France & Pays-Bas) : Lazarus listen (Écoute-moi), Night and Day
Lucy Dixon (Angleterre) : Paname
Claudine Carle (Canada) : Col Tempo
Interprètes ayant écrit une chanson en hommage à Ferré

Boris Santeff : Musique monsieur Léo
Ann Gaytan : Thank you Ferré
Catherine Boulanger : Pour Léo
Romain Didier : Français toscan de Monaco
Nicole Croisille : Léo
Didier Barbelivien : Léo
Mama Béa : À Léo
Maurice Fanon : Mr Léo de Hurlevent
Francis Lalanne : À Léo
Joan Pau Verdier : Maledetto Leo
Joan Pau Verdier : Les Sentiers interdits
Patrick Sébastien : Au secours l'amour
(Pascal Auberson ) : Hello Léo tiré de l'album Kélomès 2007, chanson créér au théatre de Beausobre à Morges en Suisse.
(Michel Buzon): Graine d'albatros (Dans "Les réfugiés du dedans",long poème à Léo-1989 Maldoror/1990 sur "Repérages" Baillemont)

Franco Battiato
Arthur H
Alain Aurenche
Francis Lemarque
Alain Souchon

Liens :

http://www.babelio.com/livres/Ferre-Benoit-Misere/199279
http://www.babelio.com/livres/Ferre-Poete-Vos-papiers-/331769
http://www.babelio.com/livres/Bellere ... rre-une-vie-dartiste/6558
http://www.babelio.com/livres/Frot-Le ... -si-je-vous-disais/503542
http://fr.wikisource.org/wiki/Ci_enco ... z_de_la_Griesche_D%27Yver
http://fr.wikisource.org/wiki/Ci_enco ... inte_Rutebuef_de_son_oeul
http://fr.wikisource.org/wiki/Le_Mariage_de_Rutebeuf
http://youtu.be/QHsmFSHCd8s Ferré/Gabin
http://youtu.be/-rZO_x0ZPUA Ferré/Gabin
http://youtu.be/bK7slk0oisU Pauvre Ruteboeuf J. Baez
http://youtu.be/6MvQ3JUWxk0 Pauvre Rubteboeuf C. Sauvage
http://youtu.be/01mZX3F_05A Ferré. Il n'y a plus rien



Cliquez pour afficher l


Cliquez pour afficher l


Cliquez pour afficher l


Cliquez pour afficher l


Cliquez pour afficher l


Cliquez pour afficher l


Cliquez pour afficher l


Cliquez pour afficher l


Cliquez pour afficher l

Posté le : 13/07/2013 21:57
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Léo Ferré
Modérateur
Inscrit:
03/05/2012 10:18
De Corse
Messages: 1186
Niveau : 30; EXP : 5
HP : 145 / 726
MP : 395 / 11579
Hors Ligne
Sa façon de vous accrocher les tripes, de chanter une France qu'on ne retrouve plus, sa poèsie qui faisait vivre un Paris que l'on ne connaissait pas, c'était extra....

Posté le : 13/07/2013 22:58
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant




[Recherche avancée]


Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
24 Personne(s) en ligne (11 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 24

Plus ...