| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> Défi : notre livre (histoire à plusieurs) [Les Forums - Défis et concours]

Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes



(1) 2 3 4 ... 6 »


Défi : notre livre (histoire à plusieurs)
Modérateur
Inscrit:
02/02/2012 21:24
De Paris
Messages: 1495
Niveau : 32; EXP : 97
HP : 159 / 799
MP : 498 / 17047
Hors Ligne

Le jeu est simple : à la suite de l’amorce rédigée par Loriane, chacun peut s’inscrire sur ce forum afin de poursuivre l’histoire par une ou deux pages dans la direction que vous souhaitez, en inventant, supprimant des intrigues, des personnages… En respectant un minimum de cohérence dans l’évolution du récit.
Quand votre tour viendra, merci aussi de ne pas garder la main trop longtemps et de faire passer au suivant, afin que l’histoire progresse.

Bon courage à tous et que l’inspiration vous soit propice !


Posté le : 10/06/2012 14:19
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi : notre livre (histoire à plusieurs)
Modérateur
Inscrit:
02/02/2012 21:24
De Paris
Messages: 1495
Niveau : 32; EXP : 97
HP : 159 / 799
MP : 498 / 17047
Hors Ligne
Début de l'histoire :


Il avait quitté son lieu de travail dans la lumière du couchant.
C'est avec plaisir qu'il roulait lentement sur la route ombragée où les arbres conservaient encore leurs feuillages. Les prémisses de l'automne se devinaient en quelques touches légères de feuilles mordorées, parsemées et encore bien discrètes.
La route était bordée de superbes platanes aux troncs tachés comme des pelages de léopard, de marron plus ou moins clair allant par endroit jusqu'au blanc.
Il était heureux de vivre dans ce pays, dans cette région de nature bienveillante. La variété des paysages et des cultures offrait des richesses de beauté qui réjouissaient son âme et ses yeux.
Un champ de verdure, soigné comme une pelouse, côtoyait un verger qui longeait la route, plus loin un champ offrant une chaude tonalité ocre indiquait que les labours venaient de commencer.
La généreuse terre nourricière avait offert ses lourds épis de blé et attendait maintenant la venue des premiers gels qui la préparerait aux futures semailles.
Son regard caressait plus qu'il ne regardait les rangées de vignes qui avaient commencé de rougir, alors que derrière, sur l'horizon immédiat se déroulait un rideau de peupliers qui serpentait dans les près. L'œil séduit, il ralentit pour mieux percevoir la musique du cours d'eau qui courait en cascades successives entre les arbres.
A ce moment une bouffée de bonheur l'envahit.
Il traversa une petite bourgade qu'il connaissait bien, le soleil rasant allumait de tendres incendies de rouges, ors et jaunes sur les vieilles pierres des maisons aux hauts toits de lauze.
La vue de ces maisons paisibles et rassurantes ramena son esprit vagabond à son but du jour, à ce qui avait motivé ce déplacement imprévu, c'est à dire cette visite imprévue à sa propre maison.
Car pour l'heure il se rendait dans sa vieille propriété perdue là-bas au fond d'une campagne déserte, ignorée des grands chemins, sa vieille, si vieille demeure solitaire, sans voisin au bout d'une discrète route de terre.
Il fallait pour y parvenir traverser, champs, et bois sur plusieurs kilomètres avec pour seules rencontres des lapins affolés, des renards dorés et roux comme l'automne, des chauves souris qui rejoignaient leurs arbres dortoirs ou des chouettes superbes qui s'éveillaient la nuit venue.
Son travail et ses activités de citadin l'avaient tenu loin de cette ancienne bâtisse héritée plusieurs années plus tôt de ses parents.
Il ne venait guère souvent, la route était longue pour s'y rendre, il fallait faire un voyage de plusieurs heures et le confort que ce séjour offrait était très succinct.
Il attendait avec espoir des jours de plus d'aisance pécuniaire pour entreprendre les travaux qui risqueraient bien de se révéler incontournables sous peu.
Lorsque la missive de la mairie du village lui signala un problème urgent dans la maison, il fut tout d'abord furieux.
Comment trouver le temps pour venir faire la moindre des réparations.
Mais le message était clair, des tâches inexplicables apparaissaient sur les murs de la façade et il était impérieux que le propriétaire vienne se rendre compte des risques de dangers possibles que cela pouvait éventuellement représenter.
Le service de la commune s'était fait insistant car il semblait que les tâches s'étaient encore agrandies dans les dernières semaines et il s'était résolu par la force des choses à aller assumer son rôle de responsable du lieu.
C'est pourquoi luttant contre sa procrastination naturelle il s'était ce soir là mis en route.
Sa rêverie durait depuis un long moment pendant que le véhicule avançait toujours aussi lentement, les heures défilaient et les traits de lumière avaient baissé en intensité, les couleurs perdaient leur combat contre l'ombre.
Tout en dirigeant d'instinct son véhicule, il voyait les arbres l'entourer de toutes parts, il traversait maintenant une forêt épaisse qu'il avait du mal à reconnaitre.
Il lui sembla que ce lieu lui était inconnu. Il ressentit soudain un sentiment d'étrangeté qui détruisit tout à fait l'euphorie qui l'avait envahi plus tôt pendant sa contemplation bucolique.
Il n'avait jamais remarqué que ce bois fût si grand et que la route fût si étroite.
Il avait trop rêvé, ne s'était-il pas trompé de route ?
Il était soudain plus tendu, mais aussi en colère contre lui-même. Voilà, se reprochait-il, je rêve et je ne fais pas attention à ce qui m'entoure.
Il se disait qu'il allait devoir faire demi-tour, ce n'était pas possible qu'il ne reconnaisse pas les lieux !
La nuit était maintenant totale.
Un reflet de lune froide et blanche faisait sourdre un malaise dans son ventre.
Mais où suis-je ? se répétait-il, et comme tourner, comment retourner en arrière ?
Aucun lieu au bord de la route trop étroite ne permettait un retournement.
Alors qu'après une longue distance parcourue, le bord de la route offrait enfin un bas côté permettant une manœuvre, il s'apprêta à reculer pour cela il engagea le véhicule face aux arbres et, c'est alors que de façon tout à fait inattendue il se retrouva face à un banc Napoléon et un calvaire qu'il reconnut immédiatement.
A la vue de ce précieux point de repère il connut alors bien plus de stupéfaction que de soulagement.
Mais qu'est-ce qu'il fait là ce monument ? s'écria-t-il ! je me croyais perdu, mais pourquoi je ne reconnais rien autour de moi, pourquoi ?
Son esprit s'emballait et il lui semblait qu'il perdait son calme, un sentiment infime de peur s'insinuait en lui, lentement.
Au moment où il décidait de quitter cette route, ce signe de reconnaissance lui apparaissait pour l'inciter à continuer, tout comme si la nature environnante le retenait.
Maintenant il était rempli de crainte, il était, il se sentait effrayé par ces masses de végétation qui l'emprisonnaient, il ne comprenait pas, perdait-il l'esprit ? Il ne retrouvait rien de connu, il était étranger à cette route qu'il avait pourtant empruntée tant et tant de fois auparavant
Sans en comprendre bien les raisons il continua machinalement d'avancer, incapable de prendre une décision, mais comme entrainé, il continuait son chemin que bordait un champ, puis un interminable stère de bois empilés, puis un bosquet touffu et noir et finalement, soudain après le virage, apparut sa maison haute, seule, sombre silhouette sur un ciel ténébreux.
Et sous ses yeux plissés pour mieux transpercer l'obscurité, il fixait la porte, les fenêtres, et le mur de façade qui dans un rayon de lune blafarde se montrait couvert de larges tâches brunes irrégulières.
Le spectacle était si stupéfiant, si inexplicable. Il restait immobile, indécis, assis avec un sentiment de stupéfaction qui faisait une fois de plus remonter en lui une boule d'angoisse.
Mon Dieu, mais qu'est-ce que c'est que ce truc !?
murmurait-il abasourdi.

Lydia Maleville


Posté le : 10/06/2012 14:20

Edité par Loriane sur 21-05-2016 13:34:14
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi : notre livre (histoire à plusieurs)
Administrateur
Inscrit:
14/12/2011 15:49
De Montpellier
Messages: 9025
Niveau : 62; EXP : 88
HP : 928 / 1547
MP : 3008 / 33591
Hors Ligne
Oui, mais Emma si on supprime des personnages, on ne respecte plus la cohérence du récit.
Je pense que tu veux dire que l'on peut les "geler", les rendre plus "inopérants ou absents" sans les supprimer.
Tu es d'accord ?

Posté le : 10/06/2012 18:16
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi : notre livre (histoire à plusieurs)
Modérateur
Inscrit:
02/02/2012 21:24
De Paris
Messages: 1495
Niveau : 32; EXP : 97
HP : 159 / 799
MP : 498 / 17047
Hors Ligne
Ok Loriane !
Donc si vous osez tuer un personnage, on vous traduira devant le tribunal compétant non mais !
Blague mise à part, la fluidité et la progression du récit sont importants alors on essayera d'aller dans ce sens.

Posté le : 11/06/2012 12:43
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi : notre livre (histoire à plusieurs)
Administrateur
Inscrit:
14/12/2011 15:49
De Montpellier
Messages: 9025
Niveau : 62; EXP : 88
HP : 928 / 1547
MP : 3008 / 33591
Hors Ligne
Ouf !!! Tu connais le juge ?

Posté le : 11/06/2012 14:29
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi : notre livre (histoire à plusieurs)
Modérateur
Inscrit:
03/05/2012 10:18
De Corse
Messages: 1186
Niveau : 30; EXP : 5
HP : 0 / 726
MP : 395 / 14954
Hors Ligne
Figé, il regardait la façade en attendant qu'une réponse cohérente se crée dans son esprit. Il n'y avait pas de raison, tout a une explication !
De nature plutôt cartèsienne, il avait toujours prôné des raisons concrètes à toute chose paraissant surnaturelles. Les évènements lui avaient, d'ailleurs, après analyse, toujours donné raison.
Toutefois, il devait admettre que quelque chose d'inhabituel se passait, dans cet endroit qu'il connaissait si bien.
L'environnement, même en pleine nuit, ne lui avait jamais inspiré d'inquiètude. Au contraire, il éprouvait, chaque fois qu'il se mettait devant sa porte, durant les courts séjours qu'il passait ici, une torpeur alanguie et un bien-être reposant qu'il ne ressentait nulle part ailleurs.
En cet instant, il lui semblait qu'une petite sonnerie vibrait dans son esprit, comme pour l'informer de l'approche d'un danger qui s' approchait.
Tous ses sens étaient en éveil.
Ses yeux cherchaient , essayant de percer l'obscurité, l'anomalie, le petit détail lui permettant de comprendre la raison de son malaise.
Un long moment passa sans que rien ne se produise, ni même que le moindre son ne retentisse, en dehors de sa petite sonneri intèrieure qui, d'ailleurs, allait en s'amplifiant.
Mais quelle suite à cette histoire vais-je bien trouver ? se dit-il, perplexe.
Quelque chose, soudain attira son regard.
Sans doute était-ce un effet de lune qui avait joué sur la façade de la maison, entre la porte et la fenêtre du salon.
Il fixa intensément la tache d'où était provenue la mouvance et qui l'avait intrigué.
Il n'avait pas rêvé. Cette tache, de nouveau, émit une petite lueur étonnante, faite d' émanations spasmodiques, comme pour des signaux en morse.
La logique ne trouvant pas place dans ce qui venait de voir, il ressentit plus de curiosité que d'inquiètude.
Avec prudence, il s'avança très doucement vers le mur et tendit la main en hésitant.
Il effleura la tache avec deux doigts qu'il retira soudainement: il s'attendait à sentir la fraîcheur habituelle de la pierre rugueuse et il croyait bien avoir touché une peau tiède !
Intrigué, pensant que l'ambiance l'avait conditionné pour réagir bizarrement, de toutes façons, il tenta de nouveau l'expèrience.
Il plaça sa main à plat, sur le muret, le temps de la retirer de nouveau, une quantité de sensations l'avait traversé.
C'était chaud, vivant,et cela émettait de faibles vibrations irrégulières. Il fit brusquement un pas en arrière et ne quitta plus des yeux cette tache qui faisait bien plus que l'intriguer.
Il devait le reconnaitre, il avait une frousse qui commençait à l'envahir !
Une petite vibration du mur. Il vit nettement la tache changer de forme et s'agrandir, insensiblement mais suffisamment pour que ses yeux, qui ne la quittaient pas, aient saisi la différence .






Posté le : 12/06/2012 18:23
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi : notre livre (histoire à plusieurs)
Modérateur
Inscrit:
03/05/2012 10:18
De Corse
Messages: 1186
Niveau : 30; EXP : 5
HP : 0 / 726
MP : 395 / 14954
Hors Ligne
Comment o fait pour corriger les âneries ?

Posté le : 12/06/2012 18:26
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi : notre livre (histoire à plusieurs)
Modérateur
Inscrit:
03/05/2012 10:18
De Corse
Messages: 1186
Niveau : 30; EXP : 5
HP : 0 / 726
MP : 395 / 14954
Hors Ligne
Ben oui...L'approche du danger qui s'approchait.....
Une main secourable et bienveillante corrigerait, en douceur par ' la sensation d'un danger s'approchant...
ça serait secourable, non ?

Posté le : 12/06/2012 19:43
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi : notre livre (histoire à plusieurs)
Administrateur
Inscrit:
14/12/2011 15:49
De Montpellier
Messages: 9025
Niveau : 62; EXP : 88
HP : 928 / 1547
MP : 3008 / 33591
Hors Ligne
J'ai enlevé 1 ou 2 "âneries" que j'ai vues.
J'aime beaucoup ce texte, beaucoup ce mystère, ouah ! qu'est-ce que c'est que ce truc ?
Sympa participation.

Posté le : 12/06/2012 21:45
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi : notre livre (histoire à plusieurs)
Modérateur
Inscrit:
03/05/2012 10:18
De Corse
Messages: 1186
Niveau : 30; EXP : 5
HP : 0 / 726
MP : 395 / 14954
Hors Ligne
Je vous préviens solennellement: Si personne ne prend la relève, je vais vous envoyer de l'insoutenable, du grand-guignolesque tel que vous en deviendrez noctambules, histoire d'être surs de ne pas faire de cauchemars la nuit.
De quoi, j'la ramène !
Moi-même, rien qu'à imaginer ma suite, ça m'a empêché de finir mon yaourt à la cerise.
Gaffez ! Bacchus, c'est un sanguinaire qui se réfrène !

Posté le : 12/06/2012 22:34
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant
(1) 2 3 4 ... 6 »




[Recherche avancée]


Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
38 Personne(s) en ligne (22 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 38

Plus ...