| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> Pierre Véry [Les Forums - Histoire de la Littérature]

Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Pierre Véry
Administrateur
Inscrit:
14/12/2011 15:49
De Montpellier
Messages: 8983
Niveau : 62; EXP : 79
HP : 1235 / 1544
MP : 2994 / 30561
Hors Ligne
Le 17 novembre 1900, à Bellon dans les Charente naît Pierre Véry

, il meurt à Paris le 12 octobre 1960. écrivain et cinéaste français, il a aussi écrit sous les pseudonymes de T.Tremeur, Toussaint-Juge et Simon Périgord
Parmi ses romans les plus célèbres figurent notamment Les Disparus de Saint-Agil , Goupi-Mains rouges et L'Assassinat du Père Noël, tous adaptés avec grand succès au cinéma. Auteur de romans policiers, il a aussi écrit des ouvrages pour la jeunesse.

Sa vie

Il naît en 1900 dans la ferme du Couret à Bellon près d'Aubeterre-sur-Dronne en Charente, dans une famille d'agriculteurs. Son père avait dérogé à la tradition familiale en devenant professeur de Mathématiques et surtout en s'intéressant à la politique, ce qui engloutira la propriété familiale.
Son unique grand-frère disparaitra sur un navire de transport de troupes envoyé vers les Dardanelles lors du premier conflit mondial.
Après l'obtention du Certificat d'Etudes il est envoyé en pension au Petit Séminaire de Meaux, mais en sortira sans la vocation religieuse...
il perd sa mère.
A la même époque, il crée la société secrète des Chiche-Capon, dont le but est de trouver les moyens de se rendre en Amérique, et qui inspirera au Véry adulte ses romans Les Disparus de Saint-Agil et Les Anciens de Saint-Loup. En 1915, il rejoint son père, installé 111 rue Lauriston, à Paris, et devenu entre-temps marchand d'étoffes.
Après un court service militaire en 1920, il exerce divers métiers : rédacteur dans une compagnie d'assurance, courtier en vins...
Déçu par le vélo qu'il pratique avec assiduité avec son ami Pierre Béarn et saisi par le démon de l'aventure, il s'embarque sur un cargo qui cabote vers le Maroc.
Entre les lectures de Jules Verne et Thomas Mayne-Reid, Erckmann-Chatrian et Onésime Reclus, il vit là ses douze premières années : les paysages charentais formeront d'ailleurs les décors de Pont-Égaré, de Goupi-Mains rouges et des Métamorphoses.

Plusieurs petits métiers plus tard, et après quelques courses cyclistes et tentatives de tour du monde avortées avec son ami Pierre Béarn, Pierre Véry ouvre en 1924 la Galerie du Zodiaque, une librairie d'occasion, sise au 52 rue Monsieur-le-Prince, à Paris.
Il tâte aussi du journalisme littéraire pour le Journal littéraire et Paris-Journal, et continue d'écrire pour lui-même. Durant cette période il fréquente Marcel Achard, Serge, Georges Charensol, puis, au milieu des années 1930, Paul Gilson, Nino Frank et Roger Régent.

Il amorce sa carrière littéraire en publiant des nouvelles et en rédigeant de courts articles pour diverses revues sous les pseudonymes T. Tremeur et Simon Périgord. En 1929 paraît son premier roman, Pont-Égaré, qui obtient un succès d'estime et se retrouve dans les sélections des Prix Renaudot et Fémina.
L'année suivante, il reçoit le premier prix du Roman d'Aventures pour Le Testament de Basil Crookes, un roman policier publié dans la collection Le Masque sous le pseudonyme de Toussaint-Juge, bien qu'une erreur éditoriale révèle le nom de Pierre Véry à l'intérieur de l'ouvrage. Devant le bel accueil public remporté, l'auteur hésite entre le désir de redevenir un auteur sérieux ou s'engager résolument dans la fiction policière avec l'espoir d'en renouveler la forme. Les romans suivants, Danse à l'ombre, 1931, Les Métamorphoses, 1931, Le Meneur de jeu, 1933 et Clavier universel, 1933, trahissent ses hésitations.

Jusqu’en 1932, date à laquelle il cède la librairie à Pierre Béarn, il voit passer nombre d’écrivains, et en particulier ceux qui fréquentent rue de l'Odéon la Maison des amis du livre ou Shakespeare and Company : André Gide, Valery Larbaud, René Trintzius. Le goût du jeune Pierre pour la fiction lui vient de sa mère qui le berce dès son plus jeune âge de légendes locales qui alimenteront ensuite son univers romanesque. Homme plus pragmatique, son père, ancien maire de Condé-sur-Noireau, est un professeur de mathématiques qui finit par perdre son poste en raison de ses activités politiques.

En 1934, il choisit finalement le roman policier et crée le personnage de Prosper Lepicq qui revient dans une demi-douzaine d'enquêtes.
À partir de cette date se développe le style propre de Véry qui qualifie lui-même ses récits de romans de mystères.
En effet, dans ses œuvres, comme dans ses scénarios, le merveilleux et la fantaisie côtoient la peur et l'aventure d'une façon toute singulière qui établit sa signature.
En 1938, le public le découvre plus largement, grâce au cinéma, avec l'adaptation des Disparus de Saint-Agil, roman paru trois ans plus tôt.

Dans les années 1950, il habite rue du Boccador à Paris, Il passe régulièrement ses vacances à Saint-Romain, où son père habitait une partie de l’année.
De son mariage avec Jeanne Rouvin, Pierre Véry a eu trois enfants : Madeline, Dominique et Noël. Noël Véry, opérateur de cinéma connu et promoteur en France du steadicam, s'occupe activement de la mémoire de l'œuvre de son père.

En 1952 un accident cardiaque l’éloigne des milieux cinématographiques et il se tourne un temps vers la production radiophonique d’une émission policière : Fait-Divers.
Il renouera avec quelques films alimentaires (Papa, Maman, la Bonne et moi ), deux livres pour la jeunesse adaptés pour la télévision, et un recueil de nouvelles de Science-Fiction, avant de s’éteindre d’un second accident cardiaque en octobre 1960.


Œuvre

Romans

Série Prosper Lepicq

Meurtre Quai des Orfèvres (1934)
Monsieur Marcel des pompes funèbres (1934)
L'Assassinat du père Noël (1934)
Le Réglo (1934)
Les Disparus de Saint-Agil (1935)
Le Gentleman des antipodes (1936)
Le Thé des vieilles dames (1937)

Série Goupi-Mains rouges
Goupi-Mains rouges (1937)
Goupi-Mains rouges à Paris (1948)

Autres romans policiers

Le Testament de Basil Crookes (1930)
Le Baron Gaude, détective (1933)
Clavier universel (1933)
Le Meneur de jeu (1934)
Les Quatre Vipères (1934)
Les Trois Claude (1936)
Mam'zelle Bécot (1937)
Monsieur Malbrough est mort (1937)
L'Inspecteur Max (1937)
Série de sept (1938)
Madame et le mort (1940)
Mort depuis 100 000 ans (1941)
L'assassin a peur la nuit (1942)
L'Inconnue du terrain vague (1943)
Histoire de brigands (1943)
Les Anciens de Saint-Loup (1944)
Léonard ou les Délices du bouquiniste (1946)
Le Costume des dimanches (1948)
La Route de Zanzibar (1949)
Un grand patron (1951)
Le Guérisseur (1954)

Autres romans

Pont-Égaré (1929)
Danse à l’ombre (1931)
Les Métamorphoses (1931)
Le Pays sans étoiles (1945), récit fantastique
Au royaume des feignants (1946), roman d'anticipation
La Révolte des Pères Noël (1959), roman de politique-fiction

Nouvelles

Recueils de nouvelles

Les Veillées de la Tour Pointue (1937)
Cinéma, cyanure, et compagnie (1954)
Tout doit disparaître le 5 mai (1961),
recueil de nouvelles de science-fiction posthume

Nouvelles de la série Prosper Lepic

Police technique1 (1935)
Prenez garde aux ballons rouges2 (1939)
La Dame des musées3 (1939)
Ouvrages de littérature d'enfance et de jeunesse

Signé : Alouette (1960)
Les Héritiers d'Avril (1960)

Autre publication

Lettre d'excuses à un assassin de romans policiers (2005)

Filmographie

Scénariste
1941 : L'Enfer des anges
1942 : Pension Jonas
1942 : Mélodie pour toi
1946 : Le Pays sans étoiles
1946 : Martin Roumagnac
1948 : La Chartreuse de Parme
1948 : Le Carrefour des passions
1949 : Suzanne et ses brigands
1949 : Le Paradis des pilotes perdus
1949 : Singoalla
1950 : Les Anciens de Saint-Loup
1950 : Souvenirs perdus
1951 : Un grand patron
1953 : L'Esclave
1953 : Le Guérisseur
1954 : Papa, maman, la bonne et moi
1955 : Papa, maman, ma femme et moi
1957 : Mademoiselle Strip-tease de Pierre Foucaud
1958 : Échec au porteur
1958 : Sans famille
1961 : Par-dessus le mur de Jean-Paul Le Chanois

Adaptations de ses œuvres

1938 : Les Disparus de Saint-Agil
1941 : L'Assassinat du père Noël
1942 : L'assassin a peur la nuit
1943 : Goupi Mains Rouges
1943 : Madame et le Mort
1946 : Le Pays sans étoiles
1950 : Les Anciens de Saint-Loup
1951 : Un grand patron
1957 : L'Assassinat du père Noël
1967 : Signé alouette (téléfilm)
1976 : Le Gentleman des Antipodes (téléfilm)
1990 : Les Disparus de Saint-Agil (téléfilm)
1994 : Goupi mains rouges (téléfilm)

*****************************


Goupil film de Jacques Becker

Drame de Jacques Becker, avec Fernand Ledoux dans le rôle de Goupi Mains Rouges, Robert Le Vigan, Goupi Tonkin, Georges Rollin, Goupi Monsieur, Blanchette Brunoy, Goupi Muguet, René Genin, Goupi Dicton, Marcel Peres Eusèbe.
Scénario : Pierre Véry
Photographie : Pierre Montazel
Décor : Pierre Marquet
Musique : Jean Alfaro
Montage : Marguerite Renoir
Pays : France
Date de sortie : 1943
Son : noir et blanc
Durée : 1 h 40
Résumé

Dans un village charentais vivent quatre générations de Goupi, qui ne s'entendent pas toujours très bien, mais lavent leur linge sale en famille. On trouve un soir le pépé mort, et c'est le drame car lui seul connaissait la place d'un magot qu'on se transmet de génération en génération. Qui a fait le coup ?
Commentaire

Becker s'imposa avec ce deuxième film comme un cinéaste de premier ordre. L'intrigue, qui pourrait être trop ingénieuse avec ses flash-back et ses ellipses, est constamment mise en abîme par une mise en scène fluide, d'une rigueur impressionnante et par une distribution magique, d'une homogénéité parfaite.
Le milieu paysan est montré avec une exactitude presque vériste. Le sujet, qui exalte par certains aspects la communauté paysanne, pourrait être pétainiste avec son côté retour à la terre , si la description n'était féroce et critique.

******************************


L'assassin a peur la nuit, Pierre Very 1942

Après 1968, avec Manchette, on a parlé de roman social, de roman de gare, dune littérature noire sans manichéisme dans laquelle le héros pouvait être le voyou plutôt que le policier parfois absent. Il ne s'agit pas dune rupture avec tout ce qui s'écrivait auparavant en France car dautres auteurs sont les prédécesseurs de cette nouvelle vague aujourdhui sexagénaire.
On trouve des ferments du néo-polar dans L'assassin a peur la nuit qui, bien quadapté au cinéma, nest pas le roman le plus connu de son auteur. Pierre Very, qui a influencé Pierre Siniac à ses débuts; s'est davantage consacré au cinéma.
Nous avons débusqué le livre "L'assassin a peur la nuit " chez Thierry de la Librairie Le Ferry Book, rue Edmond Rostand 13006 Marseille.
Il coûtait 12 francs à sa sortie en 1942.
Il a été édité par la Librairie Arthème Fayard dans sa collection de poche "Le roman policier". Il s'agit d'un livre d'occasion et nous remercions son précédent possesseur qui a protégé la couverture dans un film de de matière plastique transparente.

L'assassin a peur la nuit, suite!...

Olivier est un voleur. Un beau voleur aux mains agiles, à l'esprit vif. Il ne fait rien au hasard. Avec lui, un casse est l'aboutissement d'un travail préparatoire et il doit se passer sans anicroche jusqu'au jour où une erreur le pousse à se mettre un moment au vert. C'est une façon de parler, puisque, faux chômeur et citadin, il se fera engager sur un chantier de travaux dans la France rurale.
Il est aussi l'amant d'une femme aussi belle et vénale que dangereuse, une tigresse qui l'emmènera jusqu'au crime.
Mais Olivier n'est pas un assassin. Nuit après nuit, il a de plus en plus peur. Il fait des cauchemars. Il ne peut plus dormir. Se serait-il trompé de vie, trompé de crime, trompé d'amour ? La douce et sage Monique, la fille de la campagne, sera-t-elle plus forte que la femme fatale de la ville ?
Quand Olivier partira sur les chemins, à la recherche de lui-même, à la recherche de son amour perdu, il ne sait pas encore qu'il lui faudra payer, tout payer. Jusqu'à ce qu'il n'ait plus peur la nuit.
Dans "l'Assassin a peur la nuit", Pierre Very campe des personnages sensibles avec leur fêlures, nous fait assister à la rédemption d'un homme dans une intrigue à rebondissements qui laisse la place à des anecdotes.
Le roman a été adapté au cinéma par Jean Delannoy en 1942 avec la distribution suivante : Mireille BALIN Jean CHEVRIER Louise CARLETTI Henri GUISOL Gilbert GIL Jules BERRY Georges LANNES Jacques TARRIDE Lucien CALLAMAND Charlotte CLASIS Pierrette CAILLOL Gisèle ALCÉE Maurice TRICARD Georges YVON Alexandre FABRY et Roland PÉGURIER.

Résumé :

Après le cambriolage du coffre d'un magasin parisien en compagnie de son complice Maurice ( alias Bébé-Fakir dans le roman), Olivier, par prudence, quitte sa maîtresse Lola et part se terrer dans un petit village de Provence. Il trouve un emploi sur un chantier grâce à l'amitié du jeune Gilbert, qui le présente à sa s'ur Monique. L'affaire du cambriolage semblant classée, Olivier songe à rentrer après avoir volé la paye des ouvriers du chantier et fait signe à Maurice de venir le chercher. Mais, séduit par la pureté de Monique dont il est tombé amoureux, il renonce à son projet.

À Paris, Lola est tombée sous la coupe de Jérôme, un antiquaire-recéleur qui est entré en possession d'un collier volé et menace de les dénoncer si Lola ne devient pas sa maîtresse. Avant de se séparer définitivement de Lola, Olivier se rend chez Jérôme pour récupérer le collier. Au cours de la discussion, Olivier, pour se défendre, assomme l'antiquaire avec une pendulette. Pris de panique, il s'enfuit et retourne au petit village pour revoir Monique. Mais Lola et Maurice (alias Bébé-Fakir) le rejoignent en voiture sans se rendre compte qu'ils ont été suivis par l'inspecteur Paillot.

Les trois fugitifs se réfugient dans un vieux moulin où Gilbert vient les avertir de l'arrivée de la police. Lola fait une chute accidentelle et meurt en avouant à Paillot qu'elle a achevé Jérôme après le passage d'Olivier chez l'antiquaire. Sa conscience soulagée, Olivier part pour la prison avec l'espoir que Monique l'attendra.

« C'est Pierre Véry qui, le premier, veut " rénover la littérature policière en la rendant poétique et humoristique... ". Il crée ainsi Prosper Lepicq, avocat dont le passe temps est de traquer les criminels afin d'assurer leur défense et ses revenus. Mais il fait surtout sensation en introduisant le merveilleux dans les délits de droit commun. source Noir comme polar

Pierre Véry, romancier et scénariste de cinéma, a publié son premier roman ('Pont égaré') en 1929 auquel ont succédé une quarantaine d'autres. Romans d'aventures et policiers pour la plupart (citons notamment 'L'assassinat du Père Noël', 'L'assassin a peur de la nuit' ou encore 'Goupi mains rouges'), ils s'inspirent souvent de l'univers champêtre et des personnages de l'enfance charentaise du jeune Pierre

Mais c'est surtout au cinéma que le grand public le découvrira avec, en 1938, l'adaptation au cinéma par Christian JAQUE d'un de ses romans, 'Les disparus de Saint Agil' paru trois ans plus tôt.. Après le succès des deux films de Christian-Jaque, Les disparus de Saint-Agil et L'assassinat du Père Noël, Very va adapter plusieurs de ses romans, dont Goupi-Mains Rouges pour Jacques Becker, puis il va devenir un vrai professionnel du cinéma, tour à tour, adaptateur, scénariste ou dialoguiste. On le retrouve aux génériques de La Chartreuse de Parme, Papa, maman la bonne et moi ou Mademoiselle Streap-tease. Pratiquement perdu pour la littérature, il devint ainsi un scénariste réputé et collabora à l'écriture de nombreux autres films...

Plus près de nous, nombre d'écrivains de la mouvance du Néo-polar se sont reconvertis qui dans le cinéma, qui à la télévision dans les séries policières et ont abandonné le roman. La perte n'est pas toujours aussi grande que dans le cas de Very. Cet homme avait le génie des noms de personnages : Toussaint Juge, Jean Sucre, la baron Gaude, Désiré Triboire, Prosper Lepicq bien sûr et Jugonde, le marquis de Santa Claus, Edmond Gay, Martial Barbotte, Zélie Beluge, Médéric Plainchant, la tribu des Goupi (Goupi-Gazette, Goupi-Tonkin, Goupi-Doux Jésus, Goupi-Mes sous...) sans oublier Martin Squelette. Francis Lacassin, dans une étude parue jadis, avait dit de Very qu'il faisait intervenir "la police au pays des fées". C'est précisément cet aspect d'un merveilleux ancré dans le réel le plus banal qui fait le prix de son oeuvre.


Liens

http://youtu.be/M5I6UE1gw0w Pierre Véry (INA)
http://youtu.be/N_00YVciDxk Les disparus de St Agile film entier
http://youtu.be/JXDll_-vXkg Goupil les mains rouges
http://youtu.be/U60Vj1mTH2E Les anciens de St Loup
http://youtu.be/AXrPcLuWcrM L'assassinat du père Noèl
http://youtu.be/-C6DZkpzYn8 le maitre du Mystère Le pays sans étoiles

Attacher un fichier:



jpg  Pierre-Very-terrasse.jpg (65.12 KB)
3_5287df18370ed.jpg 400X343 px

jpg  Pierre_Very.jpg (48.54 KB)
3_5287df2400f18.jpg 447X319 px

jpg  images.jpg (8.20 KB)
3_5287df2d0dc69.jpg 184X274 px

jpg  signe-alouette-par-pierre-very-bibliotheque-verte.jpg (77.53 KB)
3_5287df392a722.jpg 429X600 px

jpg  RO40135646.jpg (90.62 KB)
3_5287df4358784.jpg 811X1118 px

gif  9782268034317FS.gif (55.04 KB)
3_5287df4eab58d.gif 332X475 px

jpg  GC448.jpg (476.42 KB)
3_5287df61e8286.jpg 632X939 px

jpg  37241.jpg (89.80 KB)
3_5287df6dd8a38.jpg 540X746 px

jpg  assinnat-du-pere-noel-09.jpg (73.16 KB)
3_5287df77c5ba1.jpg 300X443 px

jpg  73129011.jpg (45.80 KB)
3_5287df85a4d97.jpg 497X547 px

jpg  0.jpg (14.15 KB)
3_5287df9a596b1.jpg 480X360 px

jpg  pierre_very_001.jpg (328.17 KB)
3_5287dfa7c5a88.jpg 1085X1600 px

jpg  pierre-very.jpg (64.55 KB)
3_5287dfc27f869.jpg 856X577 px

jpg  Pierre_Very-3_viperes.JPG (219.11 KB)
3_5287dfcdefb30.jpg 763X1120 px

Posté le : 16/11/2013 22:14
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant




[Recherche avancée]


Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
30 Personne(s) en ligne (13 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 30

Plus ...