| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> Quelle différence y a-t-il entre la réalité et le réalisme ? [Les Forums - Coin de la Philosophie]

Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Quelle différence y a-t-il entre la réalité et le réalisme ?
Plume d'Or
Inscrit:
06/08/2013 20:30
De Le Havre
Messages: 805
Niveau : 25; EXP : 53
HP : 0 / 613
MP : 268 / 13401
Hors Ligne
Certains semblent ne jamais regarder les choses en face, et se boucher les yeux pour éviter les ennuis. Quand ils ont des problèmes ils appellent à l’aide parce qu’ils n’avaient pas prévu de se retrouver dans une situation aussi difficile : « on verra plus tard, on verra demain, profitons de l’instant présent ». On peut leur répondre qu’ils nient la réalité, ou qu’ils sont irréalistes, mais est-ce aussi simple, voient-ils la même réalité que nous ?

Vivre dans la réalité, c’est vivre dans le réel. C’est admettre qu’on peut toucher le monde, les objets, les êtres qui nous entourent, on peut les sentir ou les gouter, ou les entendre. On vit au milieu de faits, comme un policier qui mène une enquête. On peut les transformer aussi, ce qui reviendrait à admettre qu’on peut avoir une action sur le monde. Vivre dans la réalité, c’est avoir une certaine puissance, puisqu’on peut agir sur ce qui nous entoure, nous devenons Dieu dans une certaine mesure. C’est très rassurant.
Pourtant, en parlant avec notre entourage, on s’aperçoit que notre réalité n’est pas forcément la leur. Si on relate des souvenirs ou un événement vécus au côté d’un ami ou d’un parent, on se rend compte que ce qu’ils ont perçu, ou ce qui leur est resté de la réalité du moment est différent de nous. Y aurait-il plusieurs réalités, ça paraît impossible, le contraire même de la notion de réel. Mais si la réalité a divers aspects, on peut peut-être la voir sous des angles différents, les versions seraient toutes vraies, il y aurait donc plusieurs réalités.
L’opposé de la réalité, c’est l’apparence, le doute mais aussi la fausseté. On se retrouve dans l’inconnu, l’absence de maîtrise, est-ce qu’on voit ce que l’on voit, est-ce qu’on touche ce que l’on croit toucher. L’illusion s’immisce dans l’existence, on peut être trompé. Ce n’est pas une situation très confortable. On a l’impression de vivre au milieu de fantômes, existent-ils, sont-ils le fruit de notre imagination ? Sommes-nous fous ?
Un autre opposé de la réalité c’est la fiction mais aussi le rêve, ces deux mots sont plus positifs. Tout comme l’imagination, ils nous permettent de nous emporter vers une autre dimension. Nous nous évadons, ce qui reviendrait à dire que la réalité nous emprisonnerait. Le rêve et l’imagination représentent une ouverture d’esprit qui nous permet d’appréhender le monde différemment, de comprendre même certains aspects de la réalité que les gens trop terre à terre ne verraient pas.

Le réalisme ne masque rien, il peut être effrayant, mais avec lui on sait où on va, il n’y a plus de mauvaises surprises, elles nous sont présentées dès le départ. Le risque s’est d’être paralysé par la peur dès le début, et de ne plus pouvoir agir.
On peut imaginer une femme amoureuse d’un bel homme, à qui on présenterait l’intérieur de son amoureux, ses viscères, son physique dans quelques années quand il aura vieilli ou qu’il aura été malade. Tout cela est peu engageant, et elle aura peut-être envie de tourner les talons.
Le réalisme peut pourtant nous aider à agir en trouvant la bonne méthode puisque tous les risques seront maîtrisés. Il n’y aura pas de mauvaise surprise, tous les problèmes auront été envisagés et une solution aura été trouvée. C’est ce que font les pragmatiques mais aussi ce que firent les ‘opportunistes’ qui appliquaient une politique prônée par Gambetta. Pour lui s’était une politique de prudence et de réalisme, on adaptait sa conduite selon les circonstances du moment, et on cherchait à utiliser les circonstances au mieux de ses intérêts.
Mais l’opportunisme a aussi un revers bien négatif, celui de n’agir que selon ses propres intérêts, personne n’a envie d’être traité d’opportuniste.
Pourrions-nous vivre en dehors de la réalité dans un rêve perpétuel, dans un monde imaginaire comme Peter Pan ? Probablement non, et quand c’est le cas, ces personnes sont qualifiées de malades et finissent internés.
Pouvons-nous vivre sans rêver ? Cela paraît impossible, il semble nécessaire de s’échapper de la réalité de temps en temps pour supporter les problèmes de notre existence.
Le réalisme est utile puisqu’il nous permet de nous orienter et de prendre les bonnes décisions, mais il ne faut pas qu’il nous empêche d’agir, il ne doit pas devenir paralysant. Il doit certes nous rendre prudent, mais en connaissant toutes les difficultés à l’avance, il peut nous décourager.


Comme toujours une dose de réalité, de rêve, de réalisme et de fantaisie nous seront utiles pour traverser l’existence, le tout est de savoir doser.

Posté le : 11/12/2013 10:49
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Quelle différence y a-t-il entre la réalité et le réalisme ?
Administrateur
Inscrit:
14/12/2011 15:49
De Montpellier
Messages: 9211
Niveau : 63; EXP : 30
HP : 934 / 1557
MP : 3070 / 41518
Hors Ligne
Bravo pour ce travail d'analyse pour cette réflexion sur la réalité et le réalisme.
Tu commences en précisant que certains semblent ne jamais regarder les choses en face, pour ma part, je dirais plutôt que nous tous les humains, avons très souvent la tentation d' échapper aux difficultés en refusant la réalité qui se présente à nous.
Tu poses aussi la question de la différence entre la réalité et le réalisme.
On peut dire que la première, la réalité, est la qualité de ce qui est "réel" c'est à dire de ce qui possède une existence intrinsèque indéniable. ce peut être une réalité matérielle irréfutable et prouvée, la terre est ronde, la nuit il fait plus sombre que le jour (sous nos latitudes) ou une réalité immatérielle dont les phénomènes sont prouvés et observables, soit par la simple expérience, soit par la science ( l'eau bout à 100 % si on se trouve au niveau de la mer sous une pression atmosphérique normale)
Le second, le réalisme, est le dérivé de la première, il est l'état de celui qui conçoit et appréhende la réalité.
Le réalisme est un courant littéraire, d'art mais avant cela il est une philosophie, une école de pensées qui trouve ses diverses applications dans l'économie, la politique, dans toutes les sciences humaines, ces deux concepts sont donc complémentaires et ne sont pas opposables.
Citation :
Vivre dans la réalité, c’est avoir une certaine puissance, puisqu’on peut agir sur ce qui nous entoure, nous devenons Dieu dans une certaine mesure. C’est très rassurant.

Vivre dans la réalité engendre plus souvent la mesure de notre impuissance, et nous rappellera si on tente de l'oublier, que nous ne sommes pas des dieux. Cette connaissance de la réalité nous indique clairement la limite de nos connaissances mais aussi de nos capacités en tous genres : adaptation, compréhension, contrôle, puissance mentale et physique...
D'autre part on ne peut pas dire que l'opposé de la réalité soit l'apparence, l'apparence de la lune est ronde et elle est ronde. Or si il y a lieu de ne pas considérer l'apparence comme un synonyme de "réalité" ils ne sont pas pour au temps antinomiques.
Sur l'opportunisme de Gambetta, qui la dispute bien à celle de Jules Ferry ; elle est avant tout une défiance des thèses idéologiques qui ont bien souvent mené la France à des catastrophes. En ne tenant rien pour une vérité absolue, ils font preuve l'un et l'autre (mais aussi Talleyrand et tant d'autres) d'une grande sagesse qui en gouvernant loin des grandes certitudes, (ces redoutables mères de politiques rigides), apporte une souplesse et une adaptation qui sont l'expression même du progrès.
Tu abordes aussi deux grands pans de la philosophie, la peur et son utilité, la peur en temps que moteur, mais aussi son rôle d'alerte et donc de préservation de notre intégrité, la peur, sauvegarde de notre espèce.
Mais tu abordes aussi cette grande étude sur " l'existence de la réalité."
La réalité étant une perception au travers du prisme de notre personne et de ses particularités, est bien évidemment sujette à caution.
Elle recevra des réponses diverses en raison même de notre diversité de construction physique, morale, affective, intellectuelle, familiale, culturelle, de santé ... et même temporelle, nous sommes tous une singularité , une somme des interactions, des caractéristiques qui nous construisent et qui nous détermine.
Nous savons tous la variété de sensations, d'impressions induites en réponse à une situation que nous aurions définie comme semblable à une autre, et qui recevra en l’occurrence, selon les individus une réponse différente, voire même paradoxale.
Cependant des vérités nous soumettent tous, de façon égale : si on ne mange plus on meurt, si on mange de la ciguë on meurt aussi, l'eau nous mouille, la terre est ronde, la loi de la pesanteur et de la gravitation nous tiennent au sol ... notre univers est déterminé.
La seule réalité physique que nous retiendrons donc comme irréfutable est celle issue des connaissances résultant de l'expérience et de l'expérimentation scientifique.
Et l'on peut considérer que hormis la preuve, nous ne pouvons rien attester, n'avoir aucune certitude, en résumé la validité de toutes hypothèses trouvent sa réponse dans la démarche scientifique. Tout le reste est issu de notre imaginaire.

Posté le : 11/12/2013 21:28

Edité par Loriane sur 15-12-2013 19:57:35
Edité par Loriane sur 15-12-2013 19:58:44
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Quelle différence y a-t-il entre la réalité et le réalisme ?
Plume d'Or
Inscrit:
06/08/2013 20:30
De Le Havre
Messages: 805
Niveau : 25; EXP : 53
HP : 0 / 613
MP : 268 / 13401
Hors Ligne
C'est un large thème qui permet de se poser beaucoup de questions. Il faut toujours prendre garde de ne pas se décourager et de décourager les autres. Gardons notre part de rêve, tout en étant conscients de la réalité.

Posté le : 15/12/2013 11:00
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant




[Recherche avancée]


Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
41 Personne(s) en ligne (18 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 1
Invité(s): 40

danielm, Plus ...