| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> Umberto Eco [Les Forums - Histoire de la Littérature]

Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Umberto Eco
Administrateur
Inscrit:
14/12/2011 15:49
De Montpellier
Messages: 9120
Niveau : 63; EXP : 9
HP : 931 / 1552
MP : 3040 / 38836
Hors Ligne
Le 5 janvier 1932 à Alexandrie dans le Piémont Italie, naît Umberto Eco, universitaire,

érudit et romancier italien.


Passionné de Linguistique, herméneutique, épistémologie, esthétique, littérature, Signe, encyclopédie, métaphore, lecteur modèle, sémiosis illimitée, ses Œuvres principales sont Le Nom de la rose
Le Pendule de Foucault, Lector in fabula, Sémiotique et Philosophie du langage, Les Limites de l'interprétation
Reconnu pour ses nombreux essais universitaires sur la sémiotique, l’esthétique médiévale, la communication de masse, la linguistique et la philosophie, il est surtout connu du grand public pour ses œuvres romanesques.
Il est influencé par Aristote, Abélard, Thomas d'Aquin, Guillaume d'Ockham, Charles S. Peirce, Karl R. Popper, Structuralisme. Titulaire de la chaire de sémiotique et directeur de l’École supérieure des sciences humaines à l’université de Bologne, il en est professeur émérite depuis 2008.

Sémiologue de renommée internationale, auteur de nombreux essais sur l'esthétique et les médias, figure tutélaire des lettres italiennes, Umberto Eco est venu tardivement au roman avec Le Nom de la rose, qui connut un succès considérable. Le Moyen Âge, les relations entre cultures haute et basse, la réflexion sur les rapports entre signes et sens ne constituent pas pour autant chez lui des champs distincts. Au contraire, ils convergent dans une même méditation, à la fois érudite et ludique, sur l'homme éternel producteur de fables.

Sa vie

Umberto Eco fait ses études supérieures à Turin, où il soutient en 1954 une thèse de fin d'études sur l'esthétique chez saint Thomas d'Aquin, qui sera publiée en 1956 sous le titre "Il Problema estetico in San Tommaso". Il travaille d'abord comme assistant à la télévision, de 1955 à 1958 ; il s'intéresse dans un premier temps à la scolastique médiévale, Sviluppo dell'estetica medievale, 1959, puis à l'art d'avant-garde, L'Œuvre ouverte, 1962 et à la culture populaire contemporaine, Apocalittici e integrati, 1964. Il rencontre un succès immédiat en Italie.
Devenu ensuite un pionnier des recherches en sémiotique, La Structure absente, 1968, Trattato di semiotica generale, 1975, il développe une théorie de la réception Lector in fabula, Le rôle du Lecteur qui le place parmi les penseurs européens les plus importants de la fin du XXe siècle, à partir de 1956, il collabore aux revues Il Verri et Rivista di estetica. Il réalise ensuite pour la maison d'édition Bompiani une histoire illustrée des inventions, puis, en 1960, devient directeur d'une collection d'essais philosophiques. En 1963, avec de jeunes intellectuels comme Nanni Balestrini et Alberto Arbasino, il participe à la fondation du Groupe 63. La réflexion sur une esthétique nouvelle qui y est conduite se place notamment sous le signe de Joyce, Borges, Gadda – des auteurs qui resteront centraux pour Umberto Eco. De 1966 à 1970, il enseigne successivement à la faculté d'architecture de Florence, à la New York University et à la faculté d'architecture de Milan. Il obtient en 1971 la chaire de sémiotique à la faculté de lettres et de philosophie de l'université de Bologne et, en 1992, devient titulaire de la chaire européenne au Collège de France. Il dirige également l'Institut des disciplines de la communication et est le président de l'International Association for Semiotic Studies.


Son premier roman, Le Nom de la rose 1980 connaît un succès mondial avec 17 millions d'exemplaires vendus à ce jour et des traductions en vingt-six langues, malgré un contenu dense et ardu. Umberto Eco met en application dans ce policier médiéval ses concepts sémiologiques et ses théories du langage, ceux-là mêmes qu'il enseigne à Turin. En 2002, le quotidien La Repubblica le vend comme supplément au journal tirage spécial à cette occasion : 2 millions d'exemplaires.
Son deuxième roman, Le Pendule de Foucault 1988 connaît également un énorme succès, quoique pour des raisons inverses : le public, guidé par Eco, part à la découverte de symboles énigmatiques ou prophétiques, à rebours de la dénonciation de l'ésotérisme qui est pourtant le propos de l'auteur, mais celui-ci démontre par la même occasion que le lecteur est libre de ses interprétations théorie qu'Eco continue de développer dans ses œuvres théoriques sur la réception, Les Limites de l'interprétation en 1990. Le livre tourne d'ailleurs en ridicule l'interprétation à outrance des faits avérés ou légendaires de l'histoire, en tirant avec un égal succès des dimensions d'un simple kiosque à journaux le même genre d'informations de portée cosmique que certains se croient fondés à lire dans celles de la pyramide de Khéops.
Umberto Eco donne ensuite plusieurs conférences sur ses théories de la narration en littérature, Six promenades dans les bois du roman et d'ailleurs 1996, sur la traduction, Experiences in translation 2000, et sur la littérature, De la littérature 2003.
Tout au long de sa carrière, il écrit régulièrement dans des quotidiens et des hebdomadaires des chroniques sur des sujets de l'heure, avec un souci de débusquer du sens là où on serait porté à ne voir que des faits.
Plusieurs recueils, dont seulement certains ont été traduits, regroupent les textes les plus amusants, Pastiches et Postiches 1988 Diario minimo, 1963 et Comment voyager avec un saumon 1998 Il secondo diario minimo, 1992. Certains autres recueils regroupent des textes plus polémiques, Croire en quoi 1998, Cinq questions de morale 2000, Islam et occident 2002.
Parmi ses activités les moins connues, Umberto Eco est membre du Forum international de l'Unesco 1992, de l'Académie universelle des cultures de Paris 1992, de l'Académie américaine des arts et des lettres 1998 et a été nommé au conseil de la bibliothèque d'Alexandrie 2003. Il a assuré en 1992-1993 un cours à la chaire européenne du Collège de France sur le thème La quête d'une langue parfaite dans l'histoire de la culture européenne.
Fin octobre 2009, Umberto Eco propose l'ouvrage Vertige de la liste qui est traduit par Myriem Bouzaher.
En 2010, il est titulaire de plus de trente doctorats honoris causa.
Il est élu membre associé de l’Académie royale de Belgique, Classe des Lettres et des Sciences morales et politiques le 7 mars 2011.

Le monde des signes

Ses premières expériences à la télévision italienne ont mis très tôt Umberto Eco en contact avec la communication de masse et de nouvelles formes d'expression, comme les séries télévisées ou la variété. Il y découvre le kitsch, les vedettes du petit écran et, plus généralement, certains aspects de la culture populaire abordés, entre autres, dans Appocalittici e integrati 1964, La Guerre du faux, recueil publié en France en 1985 à partir d'articles écrits entre 1963 et 1983, et De Superman au surhomme 1978. Dans Apocalittíci e Integrati, notamment, il distingue, dans la réception des médias, deux positions : l'apocalyptique, tenant d'une vision élitaire et nostalgique de la culture et l'intégré qui privilégie le libre accès aux produits culturels sans s'interroger sur leur mode de production. À partir de là, Eco plaide pour un engagement critique à l'égard des médias.
Par la suite, ses recherches l'amèneront à se pencher sur les genres considérés comme mineurs tels que le roman policier ou le roman-feuilleton, dont il analyse les procédés et les structures, mais également sur certains phénomènes propres à la civilisation contemporaine, comme le football, le vedettariat, la mode ou le terrorisme.

Si la curiosité et le champ d'investigations d'Umberto Eco connaissent peu de limites, le centre constant de son intérêt reste la volonté de voir du sens là où on serait tenté de ne voir que des faits.
C'est dans cette optique qu'il a cherché à élaborer une sémiotique générale, exposée, entre autres, dans La Structure absente 1968, Le Signe 1971, Traité de sémiotique générale 1975, et qu'il a contribué au développement d'une esthétique de l'interprétation. Il se préoccupe de la définition de l'art, qu'il tente de formuler dans L'Œuvre ouverte 1962 : il y pose les premiers jalons de sa théorie en montrant, à travers une série d'articles qui portent notamment sur la littérature et la musique, que l'œuvre d'art est un message ambigu, ouvert à une infinité d'interprétations dans la mesure où plusieurs signifiés cohabitent au sein d'un seul signifiant.
Le texte n'est donc pas un objet fini, mais au contraire un objet ouvert que le lecteur ne peut se contenter de recevoir passivement et qui implique, de sa part, un travail d'invention et d'interprétation.
L'idée-force d'Umberto Eco, reprise et développée dans Lector in fabula en 1979, est que le texte, parce qu'il ne dit pas tout, requiert la coopération du lecteur. C'est pourquoi le sémiologue élabore la notion de "lecteur modèle", lecteur idéal qui répond à des normes prévues par l'auteur et qui non seulement présente les compétences requises pour saisir ses intentions, mais sait aussi interpréter les non-dit du texte. Le texte se présente comme un champ interactif où l'écrit, par association sémantique, stimule le lecteur, dont la coopération fait partie intégrante de la stratégie mise en œuvre par l'auteur.

Eco romancier

Dans Les Limites de l'interprétation 1991, Umberto Eco s'arrête encore une fois sur cette relation entre l'auteur et son lecteur. Il s'interroge sur la définition de l'interprétation et sur sa possibilité même. Si un texte peut supporter tous les sens, il dit tout et n'importe quoi. Pour que l'interprétation soit possible, il faut donc lui trouver des limites. Elle doit être finie pour pouvoir produire du sens. Umberto Eco s'intéresse là aux applications des systèmes critiques et aux risques de mise à plat du texte, inhérents à toute démarche interprétative.
Dans La Recherche de la langue parfaite en 1993, il étudie les projets fondateurs qui ont animé la quête d'une langue idéale.
L'idée développée est que la langue universelle n'est pas une langue à part, langue originelle et utopique ou langue artificielle, mais une langue idéalement constituée de toutes les langues.

Professeur, chroniqueur et chercheur, Umberto Eco est également romancier. Ses œuvres de fiction sont d'une certaine façon l'application des théories avancées dans L'Œuvre ouverte ou Lector in fabula. Ses deux premiers romans, Le Nom de la rose en 1980 et Le Pendule de Foucault en 1988, se présentent comme des romans où se mêlent ésotérisme, humour et enquête policière.
À chaque page, l'érudition et la sagacité du lecteur sont sollicitées par une énigme, une allusion, un pastiche ou une citation. Le premier roman, situé en 1327, sur fond de crise politique et religieuse, d'hérésie et d'Inquisition, se déroule dans une abbaye où a lieu une série de crimes qu'un prêtre franciscain tentera d'élucider. À partir de là, trois lectures seront possibles, selon qu'on se passionnera pour l'intrigue, qu'on suivra le débat d'idées, ou qu'on s'attachera à la dimension allégorique qui présente, à travers le jeu multiple des citations, "un livre fait de livres".
L'Umberto Eco lecteur de Borges et de Thomas d'Aquin est plus que jamais présent dans ce roman qui connut un succès mondial et fut adapté en 1986 par Jean-Jacques Annaud. Le Pendule de Foucault mêle histoire et actualité à travers une investigation menée sur plusieurs siècles chez les Templiers et au sein des sectes ésotériques, tandis que L'Île du jour d'avant e,n 1994 est une évocation de la petite noblesse terrienne du XVIIe siècle. Il s'agit du récit d'une éducation sentimentale, mais également, à travers une description de l'identité piémontaise, d'un roman nostalgique et en partie autobiographique : l'auteur se penche sur ses propres racines, comme il le fera dans cette manière d'autoportrait, et peut-être son livre le plus personnel, qu'est La Mystérieuse Flamme de la reine Loana 2004. Amnésique à la recherche de son passé, Yambo reconstruit son identité en s'appuyant sur ses lectures de jeunesse des années 1930, quand les romans d'aventures français et les bandes dessinées américaines croisaient la propagande fasciste.

Chez Umberto Eco, le romancier et l'érudit ne sont jamais loin du sémiologue passionné de par la littérature.


Travaux

Il fonde en 1988 avec Alain le Pichon l'Institut international Transcultura, réseau universitaire international.
Depuis 20 ans, ensemble avec ses partenaires chinois, africains ou indiens, l’Institut développe une approche de la connaissance réciproque et des méthodologies qu’elle suscite. Il s’agit, en considérant la réalité des forces et des ressources culturelles en présence, de proposer des scénarios d’échanges culturels et artistiques, fondés sur ce principe de réciprocité.

L'abduction
Umberto Eco distingue quatre niveaux d'abduction.

Oeuvres

Romans

Tous les romans sont traduits en français par Jean-Noël Schifano
1980 : Le Nom de la rose (Il nome della rosa) - Grasset, 1982 - (prix Strega, prix Médicis étranger) dont a été tiré un film de Jean-Jacques Annaud, avec notamment Sean Connery et Christian Slater. Le roman a été augmenté d'une Apostille, traduite par M. Bouzaher.
1988 : Le Pendule de Foucault (Il pendolo di Foucault) - Grasset, 1990
1994 : L'Île du jour d'avant (L'isola del giorno prima) - Grasset, 1996
2000 : Baudolino (Baudolino) - Grasset, 2002 - Prix Méditerranée Étranger 2002
2004 : La Mystérieuse Flamme de la reine Loana (La misteriosa fiamma della regina Loana) - Grasset, 2005
2010 : Le Cimetière de Prague (Il cimitero di Praga) - éditions Grasset, 560 pages, 2011

Essais

Le Problème esthétique chez Thomas d'Aquin (1993) (traduction de Il problema estetico in Tommaso d'Aquino, 1970, édition revue et développée de Il problema estetico in San Tommaso, 1956, sa thèse de doctorat)
Art et beauté dans l'esthétique médiévale (1997) (traduction de Arte e bellezza nell'estetica medievale, 1987, seconde édition de « Sviluppo dell'estetica medievale » in Momenti e problemi di storia dell'estetica, 1959)
L'Œuvre ouverte (1965, seconde révision 1971) (version originale révisée de Opera aperta, 1962 et incluant Le poetiche di Joyce, 1965) (extrait)
Il Nuovo Medioevo (1972) con Francesco Alberoni, Furio Colombo e Giuseppe Sacco (en espagnol : La Nueva Edad Media)
Pastiches et postiches (1996) (version augmentée de Diario minimo, 1963)
La Structure absente, introduction à la recherche sémiotique (1972) (édition révisée de La Struttura assente, 1968)
Le Signe, histoire et analyse d'un concept, adapté de l'italien par Jean-Marie Klinkenberg (1988) (Segno, 1971).
A semiotic Landscape. Panorama sémiotique. Proceedings of the Ist Congress of the International Association for Semiotic Studies, La Haye, Paris, New York, Mouton) 1979 (avec Seymour Chatman et Jean-Marie Klinkenberg).
La Guerre du faux (1985 ; 2008 pour la nouvelle édition chez Grasset) (tiré de Il costume di casa, 1973; Dalla periferia dell'impero, 1977 ; Sette anni di desiderio, 1983)
Beatus de Liébana (1982) (Beato di Liébana, 1973)
La Production des signes (1992) (version partielle de A Theory of Semiotics, version augmentée anglaise de Trattato di semiotica generale, 1975)
De Superman au Surhomme (1993) (Il superuomo di massa, 1976)
Lector in fabula ou la Coopération interprétative dans les textes narratifs (1985) (Lector in fabula, 1979)
Apostille au Nom de la Rose (Postille al nome della rosa, 1983)
Sémiotique et philosophie du langage (1988, PUF) (Semiotica e filosofia del linguaggio, 1984, Einaudi)
De bibliotheca (1986) (conférence du 10 mars 1981, Milan)
Notes sur la sémiotique de la réception (1987) (Actes Sémiotiques IX, 81. Documents de recherche. Centre national de la recherche scientifique - groupe de Recherches sémio-linguistiques (URL7 de l'Institut national de la langue française) École des hautes études en sciences sociales)
L'Énigme de la Hanau 1609 (1990) (Lo strano caso della Hanau 1609, 1989) (« Enquête bio-bibliographique sur l'Amphithéâtre de l'Éternel Sapience... de heinrich Khunrath. »)
Les Limites de l'interprétation (1992) (I limiti dell'interpretazione, 1990)
Comment voyager avec un saumon, nouveaux pastiches et postiches (1998) (traduction partielle de Il secondo diario minimo, 1992)
Interprétation et surinterprétation (1995) (Interpretation and overinterpretation, 1992)
La Recherche de la langue parfaite dans la culture européenne (1993) (La ricerca della lingua perfetta nella cultura europea, 1993)
Six promenades dans les bois du roman et d'ailleurs (1996) (Six Walks in the Fictional Woods, 1994)
Incontro - Encounter - Rencontre (1996) (en italien, anglais et français)
Croire en quoi ? (1998) (In cosa crede chi non crede ?, 1996)
Cinq questions de morale (2000) (Cinque scritti morali, 1997)
Kant et l'ornithorynque (1999) (Kant e l'ornitorinco, 1997)
(en) Serendipities: Language and Lunacy, Mariner Books, 1999
De la littérature (2003) (Sulla letteratura, 2002)
La Licorne et le Dragon, les malentendus dans la recherche de l'universel (collectif, 2003), sous la direction de Yue Daiyun et Alain Le Pichon, avec les contributions d'Umberto Eco, Tang Yijie, Alain Rey. Éditions Charles Léopold Mayer.
Histoire de la beauté (2004) (Storia della bellezza, 2004)
À reculons, comme une écrevisse (A passo di gambero, 2006)
Dire presque la même chose, expériences de traduction (2007) (Dire quasi la stessa cosa, esperienze di traduzione, 2003)
Histoire de la laideur (2007) (Storia della bruttezza)
Histoire de la beauté (2008) (Storia della bellezza)
La quête d'une langue parfaite dans l'histoire de la culture européenne Leçon inaugurale au Collège de France (1992), CD audio, Ed. Le Livre qui parle, 2008.
Vertige de la liste (Vertigine della lista), Flammarion, 2009. Cet essai est le pendant d'une exposition et d'une séries de conférences orchestrés par Eco, invité du musée du Louvre en novembre 2009.
De l'arbre au labyrinthe (2011) (Dall'albero al labirinto)
Confessions d'un jeune romancier (2013)

En collaboration

De consolatione picturae, entretien avec Gianfranco Baruchello, Milan, Galleria Schwarz, 1970
Jean-Claude Carrière et Umberto Eco, N’espérez pas vous débarrasser des livres, Grasset,‎ 2009 (ISBN 978-2246742715, présentation en ligne)

Œuvres pour la jeunesse

Les trois cosmonautes, avec Eugenio Carmi, Grasset, 1989

Traductions

Umberto Eco a traduit en italien les Exercices de style, l'un des ouvrages les plus célèbres de l'écrivain français Raymond Queneau dont il est ami et admirateur proche, par beaucoup de ses travaux, de l'Oulipo.

Liens

http://youtu.be/6K227-Dqhkg Mensonges et vérités
http://youtu.be/C8Y0its-bzI Bulle de savoir
http://youtu.be/fxMa3IuuDAg Le nom de la rose (espagnol)


Attacher un fichier:



jpg  pegasus_LARGE_t_1041_106043916_type11381.jpg (44.89 KB)
3_52c876754bc02.jpg 550X641 px

jpg  2.jpg (61.32 KB)
3_52c876800bbc0.jpg 550X325 px

jpg  456x0_eco_1210.jpg (21.10 KB)
3_52c876961aba4.jpg 456X302 px

jpg  UmbertoEco.jpg (27.09 KB)
3_52c876a278554.jpg 485X291 px

jpg  rl12_nom_rose_main.jpg (170.53 KB)
3_52c876b078e6c.jpg 618X330 px

jpg  Umberto-Eco-The-Name-of-the-Rose.jpg (74.81 KB)
3_52c876be94946.jpg 349X558 px

jpg  qthiIjX8Lt4Jg6hqPAdp2EIyJss.jpg (47.03 KB)
3_52c876db63e63.jpg 500X281 px

jpg  Eco1.jpg (30.99 KB)
3_52c876e736997.jpg 432X216 px

jpg  Connery-name-of-the-rose.jpg (16.96 KB)
3_52c876f53a964.jpg 430X499 px

jpg  il cimitero di praga_2.jpg (47.40 KB)
3_52c87702d384f.jpg 500X671 px

jpg  baudolino-umberto-eco_1_1286496.jpg (49.70 KB)
3_52c8770ee89af.jpg 430X648 px

jpg  Histoire-de-la-laideur.jpg (37.13 KB)
3_52c8771cefc40.jpg 500X500 px

jpg  ime_ru10.jpg (74.20 KB)
3_52c87729d1e6b.jpg 350X523 px

jpg  1376997-gf.jpg (24.79 KB)
3_52c87736d0379.jpg 360X549 px

jpg  le-pendule-de-foucault-de.jpg (21.12 KB)
3_52c87743d436e.jpg 340X340 px

Posté le : 04/01/2014 22:05
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant




[Recherche avancée]


Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
33 Personne(s) en ligne (20 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 33

Plus ...