| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> Patricia Highsmith [Les Forums - Histoire de la Littérature]

Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Patricia Highsmith
Administrateur
Inscrit:
14/12/2011 15:49
De Montpellier
Messages: 9120
Niveau : 63; EXP : 9
HP : 931 / 1552
MP : 3040 / 38836
Hors Ligne
Le 19 janvier 1921 à Fort Worth, Texas États-Unis, naît Mary

Patricia Plangman, Patricia Highsmith


romancière américaine connue pour ses thrillers psychologiques, à partir desquels ont été tirés une douzaine de films. Son premier roman, L'Inconnu du Nord-Express, a été adapté trois fois au cinéma, notamment par Alfred Hitchcock en 1951. En plus de sa série de romans mettant en scène le personnage de Tom Ripley, elle a écrit un certain nombre de nouvelles, toutes teintées d'humour noir. Elle meurt le 4 février 1995 à locarno en Suisse.

De très nombreuses adaptations cinématographiques, les plus fameuses étant L'Inconnu du Nord-Express d'Alfred Hitchcock en 1951, Plein Soleil de René Clément en 1960 et L'Ami américain, de Wim Wenders en 1977, ont contribué à populariser l'univers de Patricia Highsmith. Un univers qui, s'il s'appuie sur les formes et les conventions du roman policier, sait aussi en jouer à merveille pour distendre au maximum le temps de la narration, et introduire le lecteur dans un univers équivoque où le dédoublement est la loi. Si elle a connu le succès avec l'Inconnu du Nord-Express et la série des Ripley, Patricia Highsmith, poète de l'angoisse plus que de la peur Graham Greene, est aussi l'auteur d'une œuvre plus secrète, qui culmine avec Le Journal d'Édith.

Sa vie

De Fort Worth à Saratoga Springs
Ce n'est qu'à l'âge de douze ans que Mary Patricia Highsmith fait la connaissance de son véritable père, qui avait abandonné le domicile conjugal cinq mois avant sa naissance. La mère étant également partie, la fillette avait été confiée à sa grand-mère qui l'élèvera jusqu'au retour de la mère, trois ans plus tard, remariée à un nommé Stanley Highsmith, qui adopte l'enfant et lui donne son nom.
Le trio quitte le Texas pour New York où les disputes entre la mère et le beau-père sont monnaie courante. La jeune Mary Patricia se réfugie dans la lecture de romans : ceux de Lewis Caroll et d'Herman Melville d'abord, puis d'Henry James et de Marcel Proust.
Après son baccalauréat, elle entre au Barnard Collège de Columbia.
Elle participe également à plusieurs manifestations antifascistes lors de la guerre d'Espagne. En 1942, son diplôme en poche, elle part pour Taxco Mexique dans l'intention de rédiger un roman, mais échoue dans sa tentative.
Rentrée à New York, elle loue un modeste studio dans la 56e Rue, place une de ses nouvelles dans Harper's Bazaar, rédige des scénarios de bandes dessinées, notamment pour la série des Superman.
C'est au cours de cette période qu'elle envisage d'écrire un roman qui reposerait sur un échange de meurtres. Elle se met au travail, propose le manuscrit à six éditeurs et essuie autant de refus. Son ami Truman Capote, qui n'est pas encore l'auteur de "De sang froid", mais journaliste au New Yorker lui propose alors de sous-louer son studio contre une recommandation auprès de la fondation Yaddo, à Saratoga Springs, qui héberge dans des conditions optimales de jeunes créateurs pour leur permettre de mener à bien leurs projets. Strangers on a Train L'Inconnu du Nord-Express paraît finalement en 1950 et sera porté à l'écran par Alfred Hitchcock, un an plus tard.
Après un roman publié sous le pseudonyme de Claire Morgan (Carol en 1953), en raison de la description de relations lesbiennes qui connaissent une fin heureuse, un séjour en Europe lui inspire le personnage cruel et mystérieux de Monsieur Ripley qu'elle réutilisera dans quatre autres romans au cours de sa carrière.
Le roman, publié en 1955, est l'un de ses plus grands succès. Grand prix de littérature policière, il sera l'objet de deux adaptations cinématographiques :Plein Soleil et Le Talentueux Mr Ripley.
Patricia Highsmith s'établit ensuite en Europe, d'abord en Angleterre, puis en France et en Suisse où ses livres suivants sont plus appréciés que dans son pays d'origine. Son œuvre se compose d'une vingtaine de romans, d'un grand nombre de nouvelles et d'un essai L'Art du suspense.

L'un est l'autre

L'histoire tient en quelques lignes. Guy Haines, jeune architecte, est en route pour Metcalf en vue de discuter des termes de son divorce avec Miriam, son épouse. Dans le train, il fait la connaissance d'un certain Charles Anthony Bruno. Ils engagent la conversation qui tourne à la confidence. Bruno laisse entendre à Haines qu'il pourrait tuer Miriam. À lui, en échange, de supprimer son père. Un double meurtre sans mobile. Un double crime parfait auquel Haines ne peut souscrire, contrairement à Bruno qui exécute froidement la part du contrat qu'il s'est lui-même attribuée. Toute la suite du roman s'ordonne autour du chantage qu'il organise ensuite pour contraindre Haines à tenir une promesse qu'il n'a jamais faite mais que lui, Bruno, considère comme acquise. La descente aux enfers peut commencer...

Dans The Blunderer Le Meurtrier, 1954, une manière de chef-d'œuvre, Highsmith troque le meurtre échangé contre un meurtre imité : Melchior Kimmel, libraire, a assassiné sa femme à un arrêt d'autobus. Walter Stackhouse, avocat d'affaires, qui cherche à divorcer de la sienne, a connaissance de ce meurtre, d'écrit comme un accident par la presse. Pas plus lui-même que la police ne soupçonnent alors Kimmel. Mais Stackhouse échafaude un plan qui doit aboutir au même résultat. Sinon que la femme de Stackhouse se suicide sur l'itinéraire de l'autocar que son mari avait décidé de suivre et que, en se comportant comme un parfait coupable, il va permettre à la police de remonter la piste Kimmel...

Outre une certaine contiguïté entre les matrices des deux romans, on notera également des similitudes dans le comportement psychologique des protagonistes : le tempérament déterminé des deux assassins qui s'oppose à la faiblesse, voire à la veulerie de leur « complice » ou de leur imitateur, la situation sociale plus qu'honorable des maillons faibles de l'engrenage, Haines est architecte, Stackhouse avocat, les pressions que Bruno comme Kimmel s'emploient à exercer sur leurs vis-à-vis respectifs, le rôle moteur joué par deux femmes, des personnages de second plan mais capitaux : ainsi Anne avec Haines et Ellie au regard de Stackhouse, la manière peu orthodoxe qu'ont les deux policiers, 'Arthur Gérard de L'Inconnu du Nord-Express, le lieutenant Corby du Meurtrier de conduire leur enquête...

Plusieurs romans de Patricia Highsmith seront centrés sur cette dualité (l'un et l'autre certes, mais également, dans leur symétrie, l'un est l'autre) qui suscite un rapport de dominant à dominé. Cette polarité, d'évidence, rappelle Dostoïevski. À ceci près, qu'elle regarde moins du côté de Raskolnikov (Crime et Châtiment) que du côté de Goliadkine Le Double. Certes Raskolnikov est double, mais en son for intérieur seulement. Au contraire de Goliadkine, qui doit affronter la présence d'un double réel, d'un autre lui-même qu'il se refuse, au fond, à assumer, tout comme Guy Haines et Walter Stackhouse.

Un sentiment personnel de danger

Le succès public et l'adaptation filmique de L'Inconnu du Nord-Express lui ayant rapporté de l'argent, Patricia Highsmith voyage, séjournant à Londres, Paris, Salzbourg, Zürich, Majorque, Cagnes-sur-Mer, avant de gagner l'Italie et de s'installer près de Naples, à Positano. C'est là que va naître son unique personnage récurrent, Tom Ripley, héros d'une pentalogie romanesque qui inspirera de nombreux metteurs en scène, parmi lesquels René Clément, Wim Wenders et Anthony Minghella. En 1961, la romancière apprend que son roman The Two Faces of January, Les Deux Faces de janvier, finalement publié en 1964 vient d'être refusé pour la seconde fois par son éditeur, tout comme le sera The Glass Cell, La Cellule de verre, 1964, un roman qui, contrairement aux autres, ne lui était pas venu d'une idée personnelle, mais de la lettre que lui avait adressée un prisonnier qui voulait devenir écrivain.

Après avoir changé d'éditeur, Patricia Highsmith quitte définitivement les États-Unis pour l'Europe. C'est d'abord l'Angleterre, où elle acquiert sa première maison. Là, elle s'inspire de la campagne anglaise pour écrire The Story-Teller, L'Homme qui racontait des histoires, 1965 dans lequel elle extrêmise cette sorte d'« afféterie dans le processus du glissement progressif vers le crime qu'une certaine critique lui reprochera. À tort, car c'est précisément cette lenteur extrême qui autorise la mise en place du mécanisme destiné à placer le lecteur dans l'état d'envoûtement qui va lui permettre de se tenir au plus près du protagoniste majeur, tout en pénétrant dans l'univers si particulier de l'auteur avec, selon l'expression de Graham Greene, un sentiment personnel de danger .

Délaissant la campagne anglaise, Patricia Highsmith opte ensuite pour la France : Fontainebleau puis Samois, Montmachoux, Montcourt où elle rédige, entre autres et au meilleur d'elle-même Edith's Diary (Le Journal d'Edith, 1977), vingt ans de la vie d'une femme, tableau d'une existence à vau-l'eau où se mêlent réalités et fantasmes, imaginaire et quotidien.

À la suite d'une perquisition sans motif apparent des douanes françaises, Patricia Highsmith s'établit en Suisse, à Aurigeno, puis après une opération du poumon à Londres, à Tegna, où elle se fait construire une maison selon ses plans, qui ressemble à celle que Guy Haines aurait aimé bâtir pour y vivre heureux avec Anne. Elle publie encore trois romans, Une créature de rêve en 1986, Smallg : une idylle d'été (1994) et le dernier livre de la série Ripley, (Ripley entre deux eaux, 1992), avant de s'éteindre, le 4 février 1995, léguant la totalité de ses biens à Yaddo, la fondation où était née l'idée de son premier meurtre échangé.

Elle affirmait n'avoir aucun goût particulier pour le roman policier, vivait essentiellement seule pour ne pas être dérangée dans ses travaux d'écriture et appréciait la compagnie des chats.

Elle meurt, âgée de 74 ans, des suites d'une leucémie.
Son fonds d'archives se trouve aux Archives littéraires suisses à Berne.

Témoignage

Graham Greene dont elle était l'amie dira d'elle :
« On ne cesse de la relire. Elle a créé un monde original, un monde clos, irrationnel, oppressant où nous ne pénétrons qu'avec un sentiment personnel de danger et presque malgré nous. Car nous allons au-devant d'un plaisir mêlé d'effroi. »

Prix et distinctions Prix et nominations

1946 : O. Henry Award pour la meilleure publication d'une première nouvelle, L'Héroïne1
1951 : Nomination pour le prix Edgar-Allan-Poe du meilleur premier roman pour L'Inconnu de Nord-Express
1956 : Nomination pour le prix Edgar-Allan-Poe du meilleur roman pour Monsieur Ripley
1957 : Grand prix de littérature policière pour Monsieur Ripley
1964 : Silver Dagger Award des Crime Writers' Association of Great Britain pour Les Deux Visages de Janvier
1975 : Prix de l'Humour noir pour L'Amateur d'escargot

Distinction

1990 : Officier dans l'ordre des Arts et des Lettres

Œuvre

Romans


Série Tom Ripley
The Talented Mr. Ripley (1955)
Publié en français sous le titre Monsieur Ripley / Plein soleil / Le Talentueux Mr Ripley, Paris, Calmann-Levy, coll. « Traduit de », 1956 & 2000
Ripley Under Ground (1970)
Publié en français sous le titre Ripley et les Ombres, Paris, Calmann-Lévy, coll. Chefs-d’œuvre de psychologie criminelle, 1970
Ripley's Game (1974)
Publié en français sous le titre Ripley s'amuse / L’Ami américain, Paris, Calmann-Lévy, « Chefs-d’œuvre de psychologie criminelle », 1974 & 1982
The Boy Who Followed Ripley (1980)
Publié en français sous le titre Sur les pas de Ripley, Paris, Calmann-Lévy, 1980
Ripley Under Water (1991)
Publié en français sous le titre Ripley entre deux eaux, Paris, Calmann-Lévy, 1992

Autres romans

Strangers on a Train (1950)
Publié en français sous le titre L'Inconnu du Nord-Express, Paris, Calmann-Lévy, 1951
The Price of Salt ou Carol (1952), signé Claire Morgan
Publié en français sous le titre Les Eaux dérobées / Carol, Paris, Calmann-Lévy, 1985 et 1990
The Blunderer (1954)
Publié en français sous le titre Le Meurtrier, Paris, Calmann-Levy, 1960
Deep Water (1957)
Publié en français sous le titre Eaux profondes, Paris, Calmann-Lévy, 1958
A Game for the Living (1958)
Publié en français sous le titre Jeu pour les vivants, Paris, Calmann-Lévy, 1963
This Sweet Sickness (1960)
Publié en français sous le titre Ce mal étrange / Dites-lui que je l'aime, Paris, Calmann-Lévy, Chefs-d’œuvre de psychologie criminelle, 1966
The Cry of the Owl (1962)
Publié en français sous le titre Le Cri du hibou, Paris, Calmann-Lévy, coll. Chefs-d’œuvre de psychologie criminelle, 1964
The Two Faces of January (1964)
Publié en français sous le titre Les Deux Visages de Janvier, Paris, Robert Laffont, 1968
The Glass Cell (novel)|The Glass Cell (1964)
Publié en français sous le titre La Cellule de verre, Paris, Robert Laffont, 1966
A Suspension of Mercy ou The Story-Teller (1965)
Publié en français sous le titre L’homme qui racontait des histoires, Paris, Robert Laffont, coll. Week-end, 1966
Those Who Walk Away (1967)
Publié en français sous le titre Ceux qui prennent le large, Paris, Calmann-Lévy, Chefs-d’œuvre de psychologie criminelle, 1968
The Tremor of Forgery (1969)
Publié en français sous le titre L’Empreinte du faux, Paris, Calmann-Lévy, Chefs-d’œuvre de psychologie criminelle, 1969
A Dog's Ransom (1972)
Publié en français sous le titre La Rançon du chien, Paris, Calmann-Lévy, Chefs-d’œuvre de psychologie criminelle, 1972
Edith's Diary (1977)
Publié en français sous le titre Le Journal d’Edith, Paris, Calmann-Lévy, 1978
People Who Knock on the Door (1983)
Publié en français sous le titre Ces gens qui frappent à la porte, Paris, Calmann-Lévy, 1983
Found in the Street (1987)
Publié en français sous le titre Une créature de rêve, Paris, Calmann-Lévy, 1986
Small g: a Summer Idyll (1995)
Publié en français sous le titre Small g : une idylle d’été, Paris, Calmann-Lévy, 1995

Nouvelles

Recueils originaux

Eleven ou The Snail-Watcher and Other Stories (1970)
Publié en français sous le titre L’Amateur d’escargots, Paris, Calmann-Lévy, 1975
Little Tales of Misogyny (1974)
Publié en français sous le titre Toutes à tuer, Paris, Julliard, 1976
The Animal Lover's Book of Beastly Murder (1975)
Publié en français sous le titre Le Rat de Venise et autres histoires de criminalité animale à l’intention des amis des bêtes, Paris, Calmann-Lévy, 1977
Slowly, Slowly in the Wind (1976)
Publié en français sous le titre L'Épouvantail, Paris, Calmann-Lévy, 1979
The Black House (1981)
Mermaids on the Golf Course (1985)
Publié en français sous le titre Les Sirènes du golf, Paris, Calmann-Lévy, 1984
Tales of Natural and Unnatural Catastrophes (1987)
Publié en français sous le titre Catastrophes, Paris, Calmann-Lévy, 1988
Nothing That Meets the Eye: The Uncollected Stories (2002)
Recueil posthume publié en français sous le titre Le Meilleur ami de l’homme et autres nouvelles, Paris, Calmann-Lévy, 2004

Recueils publiés uniquement en France

La Proie du chat, Paris, Calmann-Lévy, 1981
Le Jardin des disparus, Paris, Calmann-Lévy, 1982
Nouvelles, Paris, Presses Pocket no 2712, coll. Les Langues pour tous, bilingue – Nouvelles vol. 1, 1987
Le Bestiaire : cinq nouvelles, Paris, Presses Pocket no 2717, coll. Les Langues pour tous, bilingue – Nouvelles vol. 2, 1987
Contes immoraux, Paris, Presses Pocket no 2726, coll. Les Langues pour tous, bilingue – Nouvelles vol. 3, 1988
L’Amour et la Haine : nouvelles, Paris, Presses Pocket no 3088, coll. Les Langues pour tous, bilingue – Nouvelles vol. 4, 1988
Les Cadavres exquis de Patricia Highsmith : nouvelles, Paris, Calmann-Lévy, 1989
Patricia Highsmith : nouvelles, Paris, Calmann-Lévy, hors commerce, 1995
On ne peut compter sur personne, Paris, Calmann-Lévy, coll. Suspense, 1996
Des chats et des hommes, Paris, Calmann-Lévy, 2007

Nouvelles isolées

Alibi parfait (The Perfect alibi, 1982), in EQMM no 122, 03/1958 ;
L’Amateur de frissons (The Thrill Seeker, 1960), in EQMM no 155, 12/1960 ;
Méfiez-vous des photographes (Camera Finish, 1960), in EQMM no 244, 05/1968 ;
Comme un oiseau prêt à s’envoler (Poised to Fly, 1969), in EQMM no 269, 07/1970 ;
Thème et Variations (Variations on a Game, 1973), in Alfred Hitchcock magazine, 06/1973 ;
Jour d’expiation (Day of Reckoning, 1974), in EQMM no 323, 01/1975 ;
L’Homme qui écrivait des livres dans sa tête (The Man Who Wrote Books in his Head, 1974), in Galaxies intérieures 2, Denoël, “ Présence du futur ” no 271, 1979 ;
Djemal (The Tale of Djemal, 1975), in EQMM no 339, 05/1976 ;
Les choses avaient mal tourné (Things had gone badly, 1980), in Polar hors-série no 2, 03/1981 ;
La Longue marche hors de l’Enfer (A Long Walk from Hell, 1988), in Le Nouvel Observateur, 1988
La Nature et la Folie (The stuff of Madness)
Cadavres à domiciles (Homebodies)

Anthologie

Patricia Highsmith: Selected Novels and Short Stories (2010)

Essai

Plotting and Writing Suspense fiction (1981)
Publié en français sous le titre L'Art du suspense : mode d'emploi, 1987

Littérature pour enfants

Miranda the Panda is on the Veranda (1958), écrit en collaboration avec Doris Sanders

Œuvres réunies en volumes

Œuvres / Patricia Highsmith, Paris, Robert Laffont, coll. Bouquins ; vol. 1, 1991 ; vol. 2, 1992
Dernières Nouvelles du crime, Paris, Robert Laffont, coll. Bouquins, 1994

Adaptations Scénarios

Plein Soleil, in L’Avant-Scène Cinéma n° 261, 02/1981 ;
L’Inconnu du Nord-Express, in L’Avant-Scène Cinéma n° 297-298, 12/1982 ;
Le Talentueux Monsieur Ripley, in L’Avant-Scène Cinéma n° 491, 04/2000

Cinéma

1951 : L'Inconnu du Nord-Express d'Alfred Hitchcock
1960 : Plein soleil de René Clément, d'après Monsieur Ripley
1963 : Le Meurtrier de Claude Autant-Lara
1969 : Histoire d'un meurtre de Robert Sparr, d'après L'Inconnu du Nord-Express
1977 : Dites-lui que je l'aime de Claude Miller, d'après Ce mal étrange
1977 : L'Ami américain de Wim Wenders, d'après Ripley s'amuse
1978 : La Cellule en verre de Hans W. Geissendörfer
1981 : Eaux profondes de Michel Deville
1984 : Le Journal d'Edith de Hans W. Geissendörfer
1987 : Le Cri du hibou de Claude Chabrol
1999 : Le Talentueux Mr Ripley (The Talented Mr. Ripley) d'Anthony Minghella, d'après Monsieur Ripley
2002 : Ripley s'amuse (Ripley's Game) de Liliana Cavani
2005 : Mr. Ripley et les ombres (Ripley Under Ground) de Roger Spottiswoode, d'après Ripley et les ombres
2009 : Le Cri du hibou de Jamie Thraves
2013 : The Two Faces of January de Hossein Amini
2014 : Carol de Todd Haynes (en préparation)

Télévision

1962 : Annabel (d'après Ce mal étrange), épisode n° 7 de la saison 1 de Suspicion (The Alfred Hitchcock Hour), série télévisée américaine créée par Alfred Hitchcock et diffusée sur CBS
1990 : Les Cadavres exquis de Patricia Highsmith (Patricia Highsmith's Tales), série télévisée franco-britannique en douze épisodes de 52 minutes, diffusée sur M6

Liens

http://youtu.be/HShl-cozhIQ Interview
http://youtu.be/0r8ZxQGLOxo l'inconnu du nord express extrait
http://youtu.be/IZ3Yr58P1UM plein soleil
http://youtu.be/RLC2JSCiPvs Le talentueux Mr Ripley



Cliquez pour afficher l

Attacher un fichier:



jpg  patricia-highsmith.jpg (459.88 KB)
3_52daf870151fe.jpg 530X733 px

jpg  PatriciaHighsmith.jpg (42.66 KB)
3_52daf88524031.jpg 360X430 px

jpg  Pathigh.jpg (21.28 KB)
3_52daf8998995e.jpg 339X430 px

jpg  priestessses.jpg (61.21 KB)
3_52daf8d69f949.jpg 530X629 px

jpg  patricia_highsmith.jpg (25.41 KB)
3_52daf8eeaa4a8.jpg 200X269 px

gif  280889_highsmithP.gif (23.77 KB)
3_52daf8fc70822.gif 180X234 px

jpg  Highsmith_on_After_Dark.JPG (217.66 KB)
3_52daf90b21bfb.jpg 1372X1002 px

jpg  the finals again.jpg (41.89 KB)
3_52daf9205fbd1.jpg 530X555 px

jpg  patricia-highsmith (1).jpg (17.96 KB)
3_52daf93a8ecd0.jpg 340X462 px

jpg  Patricia-Highsmith-in-1962-Talented-Mr.-Ripley-US-1st-Edition-300x205.jpg (20.10 KB)
3_52daf949e3563.jpg 300X205 px

jpg  $(KGrHqV,!jUE9HsbmL0iBPiRCjqBKg~~60_35.jpg (14.60 KB)
3_52daf95720d94.jpg 225X300 px

jpg  Highsmith_Tremor_First.jpg (67.95 KB)
3_52daf96435340.jpg 504X759 px

jpg  strangers-on-a-train.jpg (32.91 KB)
3_52daf96e8b09a.jpg 350X537 px

jpg  highsmith-home1.jpg (223.24 KB)
3_52daf97e9a76c.jpg 600X450 px

jpg  200px-PatriciaHighsmith_RipleyUnderGround.jpg (17.75 KB)
3_52daf98a90509.jpg 200X299 px

jpg  Highsmith_January.jpg (116.21 KB)
3_52daf99ad72ab.jpg 576X863 px

jpg  300x300.jpg (29.06 KB)
3_52daf9a5b9fd2.jpg 300X300 px

jpg  highsmith-Ripleys-Game-book-cover-2.jpg (33.72 KB)
3_52daf9b997d32.jpg 323X500 px

jpg  images.jpg (13.86 KB)
3_52daf9c72e71a.jpg 182X278 px

Posté le : 17/01/2014 23:29

Edité par Loriane sur 18-01-2014 23:02:10
Edité par Loriane sur 18-01-2014 23:05:55
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant




[Recherche avancée]


Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
35 Personne(s) en ligne (19 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 35

Plus ...