| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> Création de la Gestapo [Les Forums - Histoire]

Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Création de la Gestapo
Administrateur
Inscrit:
14/12/2011 15:49
De Montpellier
Messages: 9118
Niveau : 63; EXP : 9
HP : 931 / 1552
MP : 3039 / 38461
Hors Ligne

Le 26 avril H. Goering, ministre de Prusse, crée la Gestapo


contraction de l'allemand "Geheime Staatspolizei" "police secrète d'État". Sa principale mission est d’éliminer toute opposition au régime national-socialiste. Aucun tribunal n'est habilité a contrôler ses activités. Elle procédera à des exécutions sommaires, se livrera aux pires exactions et fera interner nombre de suspects en camp de concentration.

Il y a 80 ans, par décret du 26 avril 1933, Hermann Goering 1893-1946 créait la Geheime Staatspolizei plus connue sous la forme de son adresse postale – Gestapo -, qui allait bientôt devenir en Allemagne, mais aussi dans toute l’Europe, le sinistre symbole de l’État policier nazi. Geheime Staatspolizei signifie “police secrète”, l’adjectif “secrète” pouvant aussi être traduit par “privée”. De fait, la Gestapo fut, dès ses origines, une police spécifiquement politique et non criminelle au service du parti national-socialiste, si ce n’est au service de son seul maître. En charge de la traque et de l’élimination de tous les opposants au régime nazi, la Gestapo élargira son champ d’action durant la guerre en participant directement à la Solution finale. L’Amt IV B 4 - sous la direction du SS Obersturmbannführer Adolf Eichmann1906-1962 - en charge de la traque des Juifs dans toute l’Europe occupée, de leur arrestation et de leur acheminement en Pologne, était un service de la Gestapo à part entière.
Hermann Göring, ministre-président de Prusse, crée la Gestapo, Himmler, Reichsführer-SS chef des SS pour tout le Reich, prend les rênes de la Gestapo. Au printemps de la même année, Himmler dirige toutes les polices allemandes, à l'exception de la Prusse ; il les unifie et étend le champ d'action de la Gestapo à toute l'Allemagne. À la tête du service central de la Gestapo, il nomme Reinhardt Heydrich, déjà chef du SD Sicherheitsdienst, service de sécurité interne du parti nazi, fondé en 1931.
Les lois de 1936 centralisent toutes les polices allemandes sous Himmler, qui contrôle désormais l'Ordnungspolizei ou Orpo, la police régulière du IIIe Reich, et la Sicherheitspolizei, la police de sécurité, cette dernière regroupant la Gestapo et la Kriminalpolizei ou Kripo, la police criminelle.
Une police hors norme aux pouvoirs exorbitants
Chargée de détruire tous mouvements dangereux pour l'État et le parti, notamment les individus qui se sont séparés de la communauté populaire par leur dégénérescence physique et morale, la Gestapo jouit de pouvoirs exorbitants :

– ses décisions n'ont pas besoin de la sanction des tribunaux ;
– si elle saisit la justice, ses fonctionnaires soutiennent l'accusation en tant que ministère public ;
– Orpo et Administration doivent exécuter ses ordres sans appel ;
– la Gestapo agit préventivement ;
– répartis par région militaire et aux frontières, ses 50 000 agents s'infiltrent partout ;
– elle arrête, torture, supprime ou bien interne en camp de concentration tout suspect, se mêle de contre-espionnage extérieur, du ressort de l'Abwehr le service de renseignement militaire, défie la Wehrmacht → affaires Blomberg et Fritsch, 1938.

Devenue office du RSHA Reichssicherheitshauptamt, office principal de sécurité du Reich, créé en septembre 1939 et dirigé par Heydrich, puis par Kaltenbrunner, la Gestapo va, sous le général SS Müller, étendre à toute l'Europe le régime policier du IIIe Reich : elle entre dans les Einsatzgruppen, commandos qui massacrent derrière le front de l'Est les cadres locaux et les Juifs ; elle pénètre, malgré la réticence de la Wehrmacht, dans les autres pays occupés, utilisant les moyens les plus odieux délation, torture, chantage... pour traquer les résistants ; elle participe enfin à la déportation massive des Juifs vers les camps d'extermination, camps de concentration.

Dans l'énorme machine policière SS construite par le duo Himmler-Heydrich, la Gestapo prendra une part considérable à l'asservissement de l'Autriche, de la Tchécoslovaquie et de la Pologne, en dépit des protestations de certains généraux de la Wehrmacht. La Gestapo s'installe dès août 1940 dans la France occupée. Toutefois, les chefs militaires d'occupation la cantonnent dans un rôle de renseignement et de propagande, sans pouvoir d'exécution. Ce n'est qu'en avril 1942 que Himmler obtiendra du Führer que les pouvoirs de police en France soient enlevés aux militaires et confiés au général de police SS Karl Oberg. La Gestapo va alors absorber les services militaires de la police secrète de campagne, renforcer considérablement l'action de ses quelque 1 500 policiers allemands par le concours de plus de 40 000 auxiliaires français de tous les milieux, dont les plus tristement célèbres sont ceux de la bande Bonny-Lafont, de la rue Lauriston à Paris. La Gestapo procède à un nombre considérable d'arrestations 40 000 en 1943 sans compter des rafles massives comme à Clermont-Ferrand, Marseille, Grenoble et Cluny ; elle incarcère ses victimes à Fresnes, à la Santé, au Cherche-Midi, en province dans les prisons locales. L'usage de la torture lui a été recommandé dès le 10 juin 1942 par une note de Berlin relative aux interrogatoires renforcés dont elle se fait une spécialité. Les incarcérés qu'elle juge mineurs sont dirigés comme « réserve d'otages au camp de Romainville et alimentent les exécutions d'otages, notamment celles du Mont-Valérien. Les incarcérés qu'elle juge majeurs sont envoyés, ainsi que les juifs raflés en masse, dans les camps de concentration ou d'extermination en Allemagne.

Les mêmes faits se reproduisent dans les autres pays de l'Europe occupée.

Ayant absorbé police des frontières 1937 et sûreté aux armées Feldpolizei, 1942, la puissance de la Gestapo paraît sans bornes quand elle arrache en février 1944 la dissolution de l'Abwehr. La Gestapo ne peut pourtant pas prévenir le putsch contre Hitler du 20 juillet 1944, qui décuple encore sa frénésie de meurtre.
Ses agents tombés aux mains des Alliés seront jugés comme criminels de guerre, procès de Nuremberg.

En 1933, la création de la Gestapo ne concernait que l’État et la police les plus importants d’Allemagne: la Prusse. Son premier directeur fut Rudolf Diels, 1900-1957, un protégé de Goering qui fit rapidement les frais de la rivalité entre ce dernier et le puissant chef de la SS, Heinrich Himmler, 1900-1945, un an plus tard. À partir d’avril 1934, la Gestapo entre dans l’orbite de la SS et installe son siège au 8 Prinz-Albrecht Strasse à Berlin. Le Reichsführer SS Himmler devait faire de la Gestapo l’instrument d’une répression de la plus redoutable efficacité. Étendant désormais son champ d’action à l’ensemble de l’Allemagne, il l’organise selon le modèle de la SS, et l’intègre au sein de l’Office central de la sécurité du Reich (Reichssicherheitshauptamt ou RSHA. Cette intégration est d'importance, car le RSHA va permettre l'unification de l’ensemble des polices allemandes aux côtés de la Gestapo: Kripo, Kriminalpolizei, Orpo Ordnungspolizei, Sipo Sicherheitspolizei.

Le RSHA - dont la Gestapo est l'un des sept départements Amt IV - est dirigé par le SS Obergruppenführer Reinhard Heydrich 1904-1942, un homme aussi intelligent que froid et dénué de tout sens moral. Placée sous le commandement du SS Gruppenführer Heinrich Müller, 1900-1945, subordonné direct de Heydrich, la Gestapo reçoit pour missions d’éliminer toute opposition politique en Allemagne et dans les territoires occupés, de s’occuper de la “Question juive”, d’assurer le contre-espionnage et la police des frontières. Heydrich était donc à la tête d'un immense empire policier, que ses talents d'organisateur rendirent redoutable à tous les ennemis réels et supposés du Reich nazi. Éliminé par la résistance tchèque en mai 1942, il fut remplacé par le SS Obergruppenführer Ernst Kaltenbrunner 1903-1946 qui, sans égaler son intelligence, hérita de ce terrible instrument de répression.
Symbole de la terreur absolue qu’un État peut imposer à sa population, la Gestapo a permis la “mise au pas” Gleichschaltung rapide de la société allemande, ainsi que l’instauration d’une répression suffisamment efficace pour empêcher toute résistance – hormis de rares exceptions – jusqu’à la fin de la guerre. Surtout, son nom est resté synonyme dans toute l’Europe d’arrestations, de disparitions, de tortures et de meurtres pour des millions de personnes de 1939 à 1944.
La responsabilité des territoires occupés et de la “Question juive” faisait que la Gestapo contrôlait en grande partie les Einsatzgruppen: ces quatre unités de tuerie mobile responsables de ce que le Père Patrick Desbois a appelé la “Shoah par balles”. Les 3000 hommes des Einsatzgruppen A, B, C et D étaient essentiellement issus des rangs de la Gestapo, de la Krippo et du SD, tous trois appartenant au RSHA et dépendant plus largement de la SS. S’ajoutaient des éléments de l’orpo, la police régulière allemande et des auxiliaires locaux.


Cliquez pour afficher l



Cliquez pour afficher l



Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l

Posté le : 24/04/2015 19:38
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant




[Recherche avancée]


Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
33 Personne(s) en ligne (22 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 33

Plus ...