| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> Daniel Defoé [Les Forums - Histoire de la Littérature]

Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Daniel Defoé
Administrateur
Inscrit:
14/12/2011 15:49
De Montpellier
Messages: 9029
Niveau : 62; EXP : 89
HP : 928 / 1547
MP : 3009 / 34400
Hors Ligne
Le 24 ou 26 Avril 1731 meurt Daniel Defoe

de son vrai nom Daniel Foe, à Ropemaker’s Alley, Moorfields, cité de Londres. Né vers 1660 à Stoke Newington, Londres, aventurier, commerçant, agent politique et écrivain anglais, né en 1660 à Stoke Newington près de Londres Il est notamment connu pour être l’auteur de Robinson Crusoé et de Heurs et Malheurs de la fameuse Moll Flanders.

En bref

Après des études au séminaire de Stoke Newington, il devient mercier 1683, lutte aux côtés de Monmouth à Sedgemoor 1685 et favorise, en 1688, l'accession au trône de Guillaume III d'Orange. Armateur, il assure des navires qui coulent durant la guerre contre la France. Ruiné en 1693, auditeur au Bureau des droits 1695-1699, il devient administrateur d'une briqueterie près de Tilbury, il soutient les whigs, puis les tories. En 1697 Essai sur les projets : il élabore le premier projet d'assurances sociales.
En 1701, il prend la défense du roi étranger et proclame l'Anglais de pure race, il considère atteint de bâtardise universelle les "soi-disant Anglais".
En 1702, son traité ironique est pris à la lettre par les deux partis qui s'opposent : opposants et partisans de Jacques II d'Angleterre le poursuivent : il doit se cacher.
Arrêté, il connaît le pilori, mais la foule lui fait fête, et, tandis qu'on lui coupe les oreilles, il assiste au succès de son Hymne au pilori 1704.
Sa briqueterie ayant fait faillite durant son emprisonnement, il lance la Revue, puis le Mercator, qu'il animera jusqu'en 1713, au rythme de trois numéros par semaine. Premier journaliste moderne, il s'intéresse au commerce, à la vie des humbles. En 1706, la reine Anne le charge de négocier l'union avec l'Écosse.
Il publie l'Histoire de l'union des royaumes de Grande-Bretagne 1709, puis l'Histoire des guerres de Charles XII en 1715.
La désillusion politique le jette vers la forme la plus libre de moralisation populaire : à 60 ans, il débute dans le genre romanesque, en s'inspirant d'événements réels. Son succès, sa notoriété viendront avec " Robinson Crusoé " en 1719,
Ce roman deviendra vite un triomphe mondial, en créant le mythe du naufragé solitaire qui réinvente la civilisation sur son île. Viendront ensuite le Capitaine Singleton 1720 et Colonel Jack 1722. Dans Moll Flanders 1722, l'héroïne, seule au monde, va de mariage en mariage, de larcin en larcin, et vit le picaresque au féminin. La même année, Defoe publie, en 1722, son Journal narrant l'année terrible de la peste, une vision romancée de l'épidémie de 1664 qui tua les deux tiers de la population londonienne sans qu'un seul noble ou notable ne soit touché. "Lady Roxana, ou l'heureuse catin" en 1724 se présente comme la prétendue confession d'une jeune veuve qui passe du ruisseau au lit du roi. Malgré son repentir affiché, la froide Roxana ne pense qu'argent et pouvoir. Après ces romans, Defoe revient à son rôle de conseiller-guide, en Parfait négociant anglais entre 1725 et 1726 ; suivront ses Voyages en Grande-Bretagne, de 1724 à 1727 ; récit empreint de lubricité conjugale et de prostitution matrimoniale en 1727.
Il meurt en 1731 après quatre ans de silence.
Snobé par les grands Swift, Pope, il remporta, avec le mythe de Robinson, odyssée de l'individualisme bourgeois, une victoire que n'avaient pu lui assurer ni les affaires ni la politique. Son thème majeur reste la lutte pour la survie, au jour le jour. Le succès remplace la grâce : la vie spirituelle sera réduite chez Moll ou Robinson à la mauvaise conscience que soulagent une sorte de comptabilité intérieure et les bonnes œuvres. La moralisation dont rêve Defoe passe par la réforme des institutions de base le mariage notamment et la garantie des ressources. C'est la faim qui mène le monde, et la vanité. L'économique révoque sans les dissoudre les instances spirituelles : la morale sera le remords des faibles. Moll devient bonne dame. Robinson se retrouve colon. Defoe, par son attention passionnée au détail et le goût des bilans matériels et spirituels, invente l'aventure au quotidien.

Sa vie

Sa famille était originaire des Flandres. Son père, James, qui tenait une boutique de chandelles dans le quartier populaire de Cripplegate, était un protestant qui était à l’écart des puritains. Il confia l’éducation de son fils au révérend Charles Morton, qui dirigeait une institution privée à Newington Green, près de Londres.
Entraîné par son goût pour la politique et la littérature, il ne s’occupa guère que d’écrire. Appartenant au parti des Whigs et des Non-conformistes, il combattit dans plusieurs pamphlets virulents le gouvernement impopulaire de Jacques II d'Angleterre, et prépara de tout son pouvoir la Glorieuse Révolution de 1688. Il jouit de quelque faveur auprès de Guillaume III d’Orange, et obtient alors des emplois lucratifs. Il propose à Robert Harley, comte d’Oxford et speaker des Communes, un projet de services secrets, l’ébauche d’une police politique qui donnerait au gouvernement un état de l’opinion publique.

Mais sous le règne moins libéral de la reine Anne, il fut condamné en 1704 au pilori et à la prison pour avoir écrit contre l’intolérance de l’Église anglicane. Il publia de sa prison la Weekly Review une revue d'actualité qui eut un grand débit, entre 1704 et 1713 et finit par être éditée trois fois par semaine dès 1705.

Une fois que Defoe eut retrouvé sa liberté, Harley l'envoie dans tout le pays durant l’été 1704 sous le pseudonyme d’Alexander Goldsmith. Deux ans plus tard, le même Harley lui confie la tâche capitale de travailler à l’union de l’Écosse et de l’Angleterre. Il s’agissait de se rendre à Édimbourg pour préparer les négociations pour l’union des parlementaires anglais et écossais. Defoe, presbytérien comme beaucoup d’Écossais, devient rapidement un ami de l’Écosse et réussit dans cette mission. D’autres missions lui seront confiées par la suite en tant qu’agent secret.
Il organisera l’infiltration réussie des jacobites, les partisans des Stuarts, qui conspirent pour la restauration de cette maison. C’est lui également qui avertira en 1717 le ministre Charles Townshend de l’imminence d’une insurrection dans laquelle est impliquée la Suède. Mais des pamphlets lui ayant attiré de nouveau la disgrâce, il fut alors dégoûté de la politique et ne s’occupa plus que de littérature.
Son roman le plus célèbre, que certains disent être le premier en anglais, Robinson Crusoé 1719, raconte la survie d’un naufragé sur une île déserte. Il se serait inspiré de l’aventure d’Alexandre Selkirk, un marin écossais qui aurait débarqué sur l’île inhabitée de Más a Tierra archipel Juan Fernández où il survécut de 1704 à 1709.
Il publia dans les quinze dernières années de sa vie plusieurs ouvrages fort originaux qui obtinrent pour la plupart beaucoup de succès : l’Instituteur de famille, 1715, qui eut une vingtaine d’éditions ; la Vie et les Aventures de Robinson Crusoé, 1719 ; la Vie du capitaine Singleton ; Histoire de Duncan Campbell, — de Moll Flanders, — du colonel Jack, — de Roxane ; Mémoires d’un cavalier, 1720-1724 ; Histoire politique du Diable, 1726 ; Système de magie, 1729.
Defoe écrivit un récit sur la grande peste de 1665 à Londres, Journal de l’année de la peste 1720, Mémoire d’un cavalier, et une histoire picaresque, Moll Flanders 1722 sur la chute et la rédemption finale d’une femme seule dans l’Angleterre du XVIIe siècle. Elle apparaît comme une prostituée, bigame et voleuse, commettant l’inceste, mais parvient à garder la sympathie du lecteur. Un personnage comparable est dépeint dans Roxana, la maîtresse bienheureuse.
Ses nombreux livres sont des témoignages précieux sur le développement économique, social, démographique et culturel de l'Angleterre et l'Écosse du tournant des années 1700.
Robinson Crusoé a été traduit dans un grand nombre de langues. La première traduction française, par Thémiseul de Saint-Hyacinthe et Justus van Effen, parut dès 1720 mais une des plus fidèles traductions françaises est celle de Mme Amable Tastu en 1833. C'est cependant celle de Petrus Borel qui connaît, jusqu'à aujourd'hui, le plus grand nombre de rééditions.

On ne connait pas la cause de son décès en avril 1731.

Œuvres

Essais sur divers projets – An Essay upon Projects, 1695 ou 1697 : très en avance sur son époque, D. Defoe y prônait l’éducation « des femmes et des filles » ;
L'Anglais bien né – The True-born Englishman, 1701 : pamphlet ;
The History of the Kentish Petition, 1701 ;
La plus courte façon d'entrer en dissidence – The Shortest Way with the Dissenters, 1702 ;
L'Hymne au pilori – Hymn to the pillory, 1703 ;
Defoe fonde la Review en 1704 ;
L'Orage – The Storm, 1704 ;
Histoire de l'Union – History of the Union, 1709 ;
Robinson Crusoé – The Life and Strange Surprizing Adventures of Robinson Crusoe, of York, Mariner (Robinson Crusoe), 1719 : le roman s'inspire de la vie d'un marin écossais, Alexandre Selkirk, abandonné à sa demande sur une île déserte (Juan Fernández) au large du Chili, en 1705 (ce qui avait alors suscité une vive indignation en Grande-Bretagne) ;
Mémoires d'un Cavalier – Memoirs of a Cavalier, 1720 ;
Captain Singleton, 1720 ;
Heurs et Malheurs de la fameuse Moll Flanders – The Fortunes and Misfortunes of Moll Flanders (Moll Flanders), 1722 : inspiré par un personnage historique, « Moll la coupeuse de bourse » ;
Journal de l'Année de la peste – A Journal of the Plague Year, 1722 ;
Colonel Jack, 1722 ;
Lady Roxana ou l'Heureuse Catin – The Fortunate Mistress, 1724 : histoire d'une aventurière de grand chemin ;
A Tour Through the Whole Island of Great Britain, 1724-1727 ;
Histoire générale des plus fameux pyrates – A General History of the Pyrates, 1724-1728 : un récit complet de la République de Libertalia ;
The Complete English Tradesman, 1725-1727 ;
Robinson Crusoé, éditions illustrées :
par Newell Coners Wyeth, Cosmopolitan, 1920, 14 ill. ;
par Valdemar Andersen, sans date ;
par Christophe Rouil, 1993 ;
par Pavel Zilak, Grund, 2000.



Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l


Posté le : 24/04/2015 21:41
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant




[Recherche avancée]


Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
44 Personne(s) en ligne (28 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 44

Plus ...