| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> Aldous Huxley [Les Forums - Histoire de la Littérature]

Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Aldous Huxley
Administrateur
Inscrit:
14/12/2011 15:49
De Montpellier
Messages: 9440
Niveau : 63; EXP : 80
HP : 628 / 1570
MP : 3146 / 50307
Hors Ligne
Le 26 juillet 1894 naît Aldous Leonard Huxley

à Godalming Royaume-Uni, mort, à 69 ans le 22 novembre 1963 à Los Angeles États-Unis, écrivain philosophe britannique plus particulièrement connu du grand public pour son roman Le Meilleur des mondes. Petit-fils de Thomas Henry Huxley et frère de Julian Huxley, biologistes spécialisés dans les théories de l'évolution, Connu comme romancier et essayiste de Science-fiction, anticipation. Ses Œuvres principales sont Contrepoint en 1928, Le Meilleur des mondes en 1932, Les Diables de Loudun en 1952, Le Ciel et l'Enfer en 1956.
il a aussi écrit quelques nouvelles, de la poésie, des récits de voyage et des scénarios de film. Dans ses romans et ses essais, Huxley se pose en observateur critique des usages, des normes sociales et des idéaux et se préoccupe des applications du progrès scientifique potentiellement nuisibles à l'humanité. Alors que ses premières œuvres étaient dominées par la défense d'un certain humanisme, il s'intéresse de plus en plus aux questions spirituelles, et particulièrement à la parapsychologie et à la philosophie mystique, un sujet sur lequel il a beaucoup écrit. Dans certains milieux, Huxley était considéré, à la fin de sa vie, comme l'un des phares de la pensée contemporaine. Le courant de pensée dit du New Age se réfère fréquemment à ses écrits mystiques et d'étude des hallucinogènes.
Pratiquement aveugle, il doit interrompre ses études de médecine. L'imagisme le tente la Défaite de la jeunesse, 1918 ; Leda, 1920, mais ses poèmes souffrent de transparence. Ses premiers romans, Jaune de Crome 1921, Contrepoint 1928, Musique nocturne 1931, dépeignent une intelligentsia britannique troublée par le premier conflit mondial. Dans le Meilleur des mondes 1932, dont l'action se situe en l'an 2500, un État dont la devise est Communauté, Identité, Stabilité assure la reproduction sélective de ses citoyens dans des éprouvettes. Les valeurs et les désirs sont remplacés par des pilules, les sentiments sont indécents et seuls les derniers sauvages ont lu Shakespeare. Cette contre-utopie brillante et prophétique, signale, derrière la montée de la barbarie, le danger d'une civilisation technicienne parfaitement huilée dont le pouvoir sera psychobiologique. À la Seconde Guerre mondiale Huxley répond par une étude sur le pouvoir l'Éminence grise, 1941 et sur la possession les Diables de Loudun, 1952. Il plonge ensuite dans le tourbillon dont naîtra la sous-culture hippie Île, 1962 ; The Politics of Ecology, 1963 ; Moksha, 1976

En bref

L'abondance de l'œuvre — poèmes, essais et romans —, la force de la personnalité et l'originalité de l'itinéraire intellectuel assurent une place de choix à Aldous Huxley dans le panthéon des écrivains britanniques. Il a été l'un des plus brillants intellectuels de sa génération en Angleterre. Son grand-père Thomas Henry Huxley était un biologiste célèbre et son père, Leonard Huxley, dirigeait la Cornhill Review. Par sa mère, il était le petit-neveu de Mathew Arnold et parent de la romancière Humphry Ward. Son frère Julian sera le premier directeur de l'U.N.E.S.C.O.
C'est après d'excellentes études secondaires à Eton qu'Aldous Huxley est soudain frappé par une infection de la rétine. Il a lui-même expliqué qu'être devenu presque complètement aveugle à l'âge de seize ans a constitué l'événement le plus important de sa vie. En fait, son destin tout entier s'est noué autour de cette cécité. Elle l'oblige en effet à s'isoler pendant les années critiques de l'adolescence, et à se tourner vers ses « ressources intérieures ». C'est de cette vie intérieure intense, exaltée par la maladie, qu'est sortie la recherche spirituelle constante qui a marqué la vie et l'œuvre d'Aldous Huxley. En quelques mois, il apprend le braille, et peut se remettre à lire. Il pourra aussi taper à la machine. Il compose ainsi tout un roman, tapant un fragment après l'autre, mais il en égare le manuscrit. Pourtant, il applique surtout sa volonté à guérir. C'est à force d'exercices qu'il recouvre la vue au bout de trois ans. Mais toute sa vie, il sera sujet à des troubles et à des rechutes.
Sa maladie était survenue au moment où il entamait des études de biologie avec l'intention de devenir médecin. Lorsque à dix-neuf ans il peut reprendre ses études, sa santé ne lui permet pourtant pas de poursuivre une carrière scientifique, et il s'oriente vers la littérature. En 1915, il obtient un diplôme d'Oxford en littérature et en philologie. Son infirmité lui a épargné d'être mobilisé et de faire la Première Guerre mondiale.
Après des poèmes de jeunesse, La Roue de feu The Burning Wheel, 1916, La Défaite de la jeunesse et autres poèmes The Defeat of Youth and Others Poems, 1918, Leda 1920 et des nouvelles Limbo, 1920, publié dans Dépouilles mortelles, Aldous Huxley publie ses premiers romans : Jaune de chrome Crome Yellow, 1921, Cercle vicieux Antic Hay, 1923, et surtout, après d'autres de moindre importance, Contrepoint, Point Counter Point, 1928, et Le Meilleur des mondes Brave New World, 1932.
Cette première période est marquée par le scepticisme, la désillusion et le pessimisme. Swift, a-t-il écrit, n'a jamais pu pardonner à l'homme d'être à la fois un mammifère vertébré et une âme immortelle. Cette formule s'applique aussi bien à Huxley lui-même. Cette dualité tragique de l'homme n'a, en effet, pas cessé de le hanter, et détermina peut-être son amitié pour D. H. Lawrence, qui affirmait, lui, à travers toute son œuvre, que l'homme est un, corps et âme. Aldous Huxley a d'ailleurs peint Lawrence dans Contrepoint sous les traits du peintre Marj Rampion, Lawrence trouva le personnage assommant !.
C'est dans Le Meilleur des mondes que ce pessimisme s'explicite le plus manifestement sous la forme d'une contre-utopie. Dans un avenir où l'on datera les années selon une ère nouvelle, remplaçant l'ère chrétienne par celle de Ford, la civilisation de la machine reçoit sa puissance suprême des progrès de la biologie : les hommes, fabriqués en bocaux dans de gigantesques laboratoires, sont rigoureusement conditionnés psychologiquement en classes selon les besoins planifiés tâches subalternes, travaux techniques, postes gradués de commandement d'une société que dirigent totalitairement quelques individus supérieurs biologiquement déterminés ; chaque être humain est parfaitement satisfait d'appartenir à sa classe, qu'elle soit inférieure ou supérieure, et peut se procurer toutes les jouissances adéquates au conditionnement de sa classe.
Contrepoint qui se ressent de l'influence gidienne des Faux-Monnayeurs est une tentative attachante et complexe pour entrecroiser les destins de quelques membres de l'intelligentsia londonienne. Quelques années plus tard, Eyeless in Gaza La Paix des profondeurs, 1937 tente un autre entrecroisement, dans le temps cette fois ; en regardant une poignée de photos éparpillées, un homme revit sans ordre de succession divers moments de sa vie : par cette négation du fil chronologique, est-il possible d'atteindre la persistance intime d'une individualité ?
On a dit d'Aldous Huxley qu'il était un esprit trop brillant, trop intellectuel pour faire un bon romancier. Trop intelligent pour être sensible, il n'atteignait les sentiments et les passions qu'à travers une élaboration cérébrale. Et, peu à peu, il s'est détourné du roman pour se consacrer presque entièrement aux essais. Après un voyage qui le mène en Inde et au Népal, c'est dans un mysticisme d'inspiration orientale qu'il trouve une réponse à ses questions obsédantes. Il publie de nombreux essais, parmi lesquels Ends and Means, 1938, La Fin et les Moyens, et The Perennial Philosophy, 1945 La Philosophie éternelle. Dans une préface de 1946 pour Le Meilleur des mondes, et dans Brave New World Revisited, 1956 (Retour au Meilleur des mondes, il estime avoir péché par optimisme : la réalité sera, est déjà pire que ses prévisions. Toutefois, il conçoit une solution pour l'humanité : une petite collectivité, qui, par le mysticisme, s'efforcerait d'atteindre la connaissance unitive du Tao. Dans un domaine proche, poussé par sa fascination pour la science, et peut-être aussi par son infirmité, il se penche sur les problèmes de la perception, et fait des expériences avec la mescaline. Il publie The Doors of Perception, 1956 Les Portes de la perception et Heaven and Hell, 1956, Le Ciel et l'Enfer.
Il meurt d'un cancer en Californie, où il s'était établi pour soigner ses yeux, le même jour que John Kennedy.Ann Daphné Grieve

Sa vie

Aldous Huxley est né le 26 juillet 1894 à Godalming, dans le Surrey, Royaume-Uni. Il est le fils de l'écrivain Leonard Huxley et de sa première épouse, Julia Arnold. Son grand-père, Thomas Henry Huxley, est un des plus importants naturalistes du XIXe siècle, surnommé le Bouledogue de Darwin. Son frère Julian Huxley est un biologiste connu pour ses théories sur l'évolution. La famille de sa mère, quant à elle, est plutôt littéraire.
Huxley est un enfant fragile, mais fin d'esprit et doué intellectuellement. Son père, en plus d'être écrivain, exerce le métier d'herboriste, et Aldous commence à s'instruire dans le laboratoire botanique de son père, avant d'entrer à l'école Hillside, dont sa mère fut directrice jusqu'à ce qu'elle tombe gravement malade. À l'âge de neuf ans, il entre dans un internat. Dès lors, il est préparé à défendre ses idées.

Sa mère, Julia, meurt en 1908, alors qu'Aldous n'a que quatorze ans. Le même mois, sa sœur Roberta trouve la mort dans un accident dont les circonstances n'ont pas été relatées. Trois ans plus tard, Aldous contracte une maladie keratitis punctata qui endommage gravement sa vision pour deux ou trois ans1. Son grand frère Trev se suicide en 1914. Quasiment aveugle, Aldous est déclaré inapte au service lors de la Première Guerre mondiale. Une fois rétabli, notamment grâce à la méthode Bates à laquelle il consacrera plus tard son ouvrage L'Art de voir, il étudie la littérature anglaise au Balliol College d'Oxford.
Il porte un intérêt grandissant à la littérature. Cet intérêt est avant tout d'ordre intellectuel. Ce n'est que bien plus tard selon certains sous l'influence d'amis comme D. H. Lawrence qu'il prend conscience de l'importance des sentiments dans son expression philosophique et littéraire.
Alors qu'il poursuit son éducation au Balliol College, Huxley n'est plus entretenu financièrement par son père et doit gagner sa vie. Il donne des cours de français à Eton College, où étudient Eric Blair plus tard connu sous le nom de George Orwell et Steven Runciman. C'est un professeur incompétent, incapable de discipline, mais il impressionne par son langage. Pendant une courte période en 1918, il est employé à l'intendance du ministère de l'Air, mais ne désire pas faire carrière dans l'administration ni dans les affaires. Son besoin d'argent le conduit à mettre en application ses talents littéraires.
Il termine son premier roman impublié à l'âge de dix-sept ans et se tourne de façon décisive vers l'écriture à l'âge de vingt ans. Il publie alors des poèmes. Journaliste, critique musical et critique d'art, il voyage et fréquente l'intelligentsia européenne de l'époque. Musicien, ami du compositeur russe Igor Stravinsky, il rencontre aussi les surréalistes à Paris. Il écrira de nombreux essais littéraires sur ces thèmes. Profondément préoccupé par les bouleversements que connaît la civilisation occidentale, il écrit pendant les années 1930 de grands romans, sur les graves menaces que fait peser le mariage du pouvoir, du progrès technique et des dérives de la psychologie telles le béhaviorisme Le Meilleur des mondes, contre la guerre et le nationalisme La Paix des profondeurs. Adepte, comme de nombreux intellectuels et artistes anglo-saxons, de la méthode mise au point par Frederick Matthias Alexander, il fait apparaître celui-ci dans La Paix des profondeurs.

L'entre-deux-guerres

Déjà reconnu comme satiriste et chroniqueur pendant la Première Guerre mondiale, Huxley passe la majeure partie de son temps à Garsington Manor, propriété de Lady Ottoline Morrell où se réunissent les membres du groupe de Bloomsbury tels que Bertrand Russell ou Alfred North Whitehead. Plus tard, dans Jaune de Crome 1921, il caricaturera la manière de vivre à Garsington. En 1919, il y fait la connaissance de Maria Nys, une réfugiée belge. Cette même année, John Middleton Murry, le second mari de la romancière Katherine Mansfield et proche ami de D.H. Lawrence, lui propose de rejoindre l'équipe rédactionnelle du magazine Athenaeum : Huxley accepte immédiatement cette offre et épouse rapidement Maria Nys3. Ils auront ensemble un enfant, Matthew, qui deviendra épidémiologiste. Au début des années 1920, le couple part vivre avec leur jeune fils en Italie où Huxley rendra de fréquentes visites à son ami D. H. Lawrence. Après la mort de ce dernier, survenue en 1930, Huxley publiera sa correspondance 1932.
En 1926, il écrit un roman à fort succès Contrepoint publié en 1928, où il donne une vision ironique de la society. Certains de ses personnages se rapprochent des mondains de Balzac ou d'André Gide. Selon André Billy, dans son roman Contrepoint Aldous Huxley nous a présenté une jeune lady qui n'est pas très différente de la lady Dudley de Balzac dans Le Lys dans la vallée, ni de la lady Griffith de Gide.
En 1937, Huxley s'installe à Hollywood, en Californie, avec sa femme et son ami Gerard Heard. Heard initie Huxley à la philosophie védanta et à la méditation. Il devient alors végétarien et commence à pratiquer le yoga. Dans son livre La Fin et les Moyens 1937, Huxley affirme que dans les civilisations modernes la plupart des individus s'accordent dans le même désir d'un monde de liberté, de paix et de justice, d'amour fraternel, mais ne sont pas capables de s'accorder sur la manière d’y parvenir. Ce livre enquête ensuite sur les raisons de la confusion et du désaccord, et sur les moyens d'y remédier.

Pendant la plus grande partie de sa vie, sa vue reste très basse malgré la guérison partielle qui lui avait permis d’étudier à Oxford. Vers 1939, il entend parler de la Méthode Bates pour l’amélioration de la vision naturelle, et d’un professeur, Margaret Corbett, qui pouvait lui apprendre cette méthode. Il révèle que sa vue s’est radicalement rétablie grâce à cette méthode dans L'Art de voir, publié en 1942 aux États-Unis 1943 au Royaume-Uni. Il y déclare que pour la première fois depuis 25 ans, il a pu lire sans lunettes et sans effort.
À cette période, il gagne très bien sa vie en écrivant des scénarios pour Hollywood. Cet argent lui permet d'aider des Juifs, des écrivains et des artistes fuyant l'Allemagne Nazie. Il écrit ,notamment, l’adaptation à l’écran d'Orgueil et préjugés 1940 et de Jane Eyre 1944.

De 1945 à la fin de sa vie 1963

Après la Seconde Guerre mondiale, Huxley demande la citoyenneté américaine, qui lui est refusée parce qu’il refuse d’envisager de prendre les armes pour défendre les États-Unis.
Par la suite, ses écrits sont fortement influencés par le mysticisme et par ses expériences hallucinatoires avec la mescaline, que lui fait connaître le psychiatre Humphry Osmond en 1953. Les expériences psychédéliques de Huxley sont racontées dans les essais : Les Portes de la perception et Le Ciel et l'Enfer, dont les titres s'inspirent directement de l’œuvre du poète visionnaire William Blake, Le Mariage du Ciel et l’Enfer.
Selon Dick Huemer, Huxley a participé au début des années 1940 à la première des cinq réunions préliminaires à l'élaboration du scénario d'Alice au pays des merveilles 1951 et n'est jamais revenu. Pour John Grant, malgré le personnage la Chenille qui peut rappeler les les expériences d'Huxley en matière d'hallucinogènes, sa participation au film est inexistante.
L’épouse d'Aldous Huxley, Maria, meurt d’un cancer du sein en 1955 ; en 1956 il se remarie avec Laura Archera, elle-même auteur, et qui écrira une biographie de son mari. En 1960, on diagnostique chez lui un cancer de la gorge. Durant les années suivantes, sa santé se détériorant, il écrit le roman utopique Île, et donne des cours sur les potentialités de l’être humain à l’Institut Esalen. En 1959, Huxley, qui était resté citoyen britannique, refuse le titre de Knight Bachelor que lui offre le gouvernement Macmillan.
Huxley est régulièrement invité à s’exprimer dans de prestigieuses universités américaines. Huxley développe des idées similaires à celles que J.B. Priestley, un écrivain qui lui était contemporain, développe dans son livre Les Magiciens. :
Il y aura dès la prochaine génération une méthode pharmaceutique pour faire aimer aux gens leur propre servitude, et créer une dictature sans larmes, pour ainsi dire, en réalisant des camps de concentration sans douleur pour des sociétés entières, de sorte que les gens se verront privés de leurs libertés, mais en ressentiront plutôt du plaisir.
— Aldous Huxley, discours prononcé en 1961 à la California Medical School de San Francisco.
Dans un autre de ces discours, prononcé à l'université de Californie à Los Angeles le 20 mars 1962, Huxley expose en détail sa vision d'une société totalitaire et en profite pour comparer la vision de George Orwell dans 1984 avec la sienne, qu'il juge bien plus efficace et durable. Il note également que certaines des techniques de contrôle des populations imaginées trente ans plus tôt étaient dorénavant disponibles ou sur le point de le devenir.

Mort et postérité

Les derniers mots, manuscrits, d'Aldous Huxley : LSD, 100 µg, IM
Sur son lit de mort, incapable de parler à cause d'un cancer de la gorge avancé, il demanda par écrit à son épouse : « LSD, 100 µg, i.m. , il n'avait pas pris de psychédélique depuis près de deux ans et il faut savoir que le LSD est le plus proche équivalent existant du remède-moksha psychédélique utilisé par les protagonistes de son roman Île. Elle lui fit une première injection de 100µg puis une seconde plus tard et il mourut paisiblement, le 22 novembre 1963.
L'annonce de sa mort par les médias fut éclipsée par celle de John F. Kennedy, survenue le même jour, tout comme celle de l'écrivain irlandais C. S. Lewis.

Spiritualité et engagements

Une réorganisation et une clarification du contenu paraissent nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion.
Militant pacifiste dans l'entre-deux guerre, il est membre de la Peace Pledge Union.
À la fin des années 1930, Gerard Heard initie Huxley à la philosophie védanta et à la méditation. Il devient alors végétarien et commence à pratiquer le yoga. En 1938, Huxley se lie d'amitié avec Jiddu Krishnamurti, dont il admirait les enseignements. Il devient en même temps un védantiste dans le cercle de Swami Prabhavananda, et il initie Christopher Isherwood à ce même cercle. Huxley publiera ,en 1948, une anthologie des valeurs communes à certaines religions : La Philosophie éternelle, dans laquelle il discute des doctrines des grands courants mystiques.
Les écrits d'Huxley à partir de 1945 sont fortement influencés par le mysticisme et par ses expériences hallucinatoires avec la mescaline, que lui fait connaître le psychiatre Humphry Osmond en 1953. Il a décrit ces années où il s'est soumis aux psychotropes comme un paradis habituellement arrosé de bourbon. Il a été un des premiers à faire l'expérience des drogues psychédéliques sur lui-même, dans une quête d’illumination, et il est connu pour avoir pris 100 microgrammes de LSD sur son lit de mort. Les expériences psychédéliques de Huxley sont racontées dans les essais : Les Portes de la perception et Le Ciel et l'Enfer, dont les titres s'inspirent directement de l’œuvre du poète visionnaire William Blake, Le Mariage du Ciel et l’Enfer. Le titre du premier livre inspira plus tard à Jim Morrison et à son groupe le nom de The Doors. Ses écrits sur les expériences psychédéliques devinrent des classiques parmi les premiers hippies. À partir de cette époque, il fréquente beaucoup la région de Big Sur avec d'autres écrivains progressistes.
Par ses expériences avec les drogues, Huxley ne cherchait pas seulement une exaltation indéterminée, vague, mystérieuse, et individuelle, mais cherchait plutôt à atteindre ce qu'on appelle parfois le haut mysticisme ; lui préférait le terme de philosophie éternelle, qu'il donna à l’un de ses livres sur ce sujet.
Pendant les années cinquante, l’intérêt de Huxley pour le domaine de la recherche psychologique ne cesse de croître. Pendant presque un an, au début des années cinquante, Huxley et le psychiatre Milton Erickson consacrent beaucoup de temps à préparer une étude commune sur les différents états de conscience. Leur projet prend fin lorsqu'un incendie de broussailles détruit la maison de Huxley à Los Angeles et leurs carnets respectifs pour cette étude.

Ses idées furent à la base du Mouvement du potentiel humain.

Les idées de Huxley sur les rôles spécifiques de la science et de la technologie dans la société tels qu'il les a décrits dans Île sont parentes de celles de penseurs britanniques et américains du xxe siècle, tels que Lewis Mumford, Gerald Heard et, sous certains aspects, Buckminster Fuller et E.F. Schumacher, ainsi que du Français Jacques Ellul qu'il a contribué avec Ivan Illich à rendre célèbre aux États-Unis. Ces idées trouvèrent un écho dans les générations suivantes chez des personnes comme Stewart Brand.
Grâce à G. Heard, Huxley rencontra Huston Smith, qui devint plus tard un spécialiste reconnu et prolifique des religions. Les deux amis initient Smith au Védanta et la pratique de la méditation. Plus tard, alors que Huxley était professeur invité au Massachusetts Institute of Technology, il présenta Smith à Timothy Leary, ce qui amena des épiphanies que Smith présenta dans son dernier livre, Purification des Portes de la Perception.

Style et thèmes d'écriture

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !
Parmi les penseurs humanistes, Huxley fut considéré comme un intellectuel pour les intellectuels. Bien que les contraintes financières l’aient souvent amené à produire des articles et des livres en abondance, sa pensée et ses meilleurs écrits lui valent une haute estime. Ses œuvres ont été régulièrement inscrites dans la liste d’étude des cours de philosophie britannique moderne dans les lycées et universités d’Amérique. Il fut l’un des penseurs du xxe siècle honorés dans Leaders of Modern Thought Les Grands penseurs modernes des éditions Scribner, un volume de biographie et de critique littéraire par P. Thody, Aldous Huxley.

Récompenses

1939 : Prix James Tait Black pour Jouvence
1959 : Médaille du mérite de l'Académie américaine des arts et des lettres pour Le Meilleur des mondes
1962 : Companion of Literature à la Royal Society of Literature

Œuvres

Romans


Les dates correspondent à la première publication en langue originale.
1921 : Jaune de Crome Crome Yellow
1923 : Cercle vicieux Antic Hay
1925 : Marina di Vezza Those barren leaves
1928 : Contrepoint Point Counter Point
1932 : Le Meilleur des mondes Brave New World
1936 : La Paix des profondeurs Eyeless in Gaza
1939 : Jouvence After Many a Summer
1944 : L'éternité retrouvée Time must have a stop
1948 : Temps futurs Ape and Essence
1955 : Le Génie et la Déesse The Genius and the Goddess
1962 : Île Island
1967 : Les Corbeaux de Pearblossom The Crows of Pearblossom livre jeunesse

Essais

1923 : En marge On the Margin
1925 : Along the Road
1926 : Essays New and Old
1927 : Le plus sot animal... Proper Studies La Jeune Parque pour la traduction française, 1945
1929 : Do What You Will
1930 : Vulgarity in Literature
1931 : Music at Night
1932 : Texts and Pretexts
1936 : The Olive Tree and other essays
1937 : La Fin et les Moyens Ends and Means
1940 : Words and their Meanings
1942 : L'Art de voir The Art of Seeing
1945 : La Philosophie éternelle The Perennial Philosophy Mrs Laura Huxley , 1948 ; Librairie Plon, pour la traduction française , 1948 ; Seuil, 1977
1946 : La Science, la Liberté, la Paix Science, Liberty and Peace
1950 : Themes and Variations
1954 : Les Portes de la perception sur les drogues psychédéliques
1956 : Le Ciel et l'Enfer Heaven and Hell sur les ECM - états de conscience modifiée
1956 : Adonis and the Alphabet titre américain : Tomorrow and Tomorrow and Tomorrow
1958 : Collected Essays
1958 : Retour au meilleur des mondes Brave New World Revisited
1963 : Literature and Science
1977 : Moksha : Expériences visionnaires et psychédéliques Moksha: Writings on Psychedelics and the Visionary Experience, édition posthume anthologie des écrits d'Aldous Huxley concernant les drogues hallucinogènes, en particulier la mescaline et le LSD
1977 : The Human Situation: Lectures at Santa Barbara, 1959

Recueil de nouvelles

1920 : Limbo
1922 : Mortal Coils
1924 : Le Petit Mexicain Stock, pour la traduction française, 1933
1926 : Two or Three Graces
1930 : Après le feu d'artifice
1944 : Collected Short Stories
Jacob's Hands: A Fable coécrit avec Christopher Isherwood ; découvert en 1997

Récits de voyages

1925 : Along The Road: Notes and essays of a tourist
1926 : Tour du monde d'un sceptique Jesting pilate
1934 : Beyond the Mexique Bay

Autres

1941 : L'Éminence grise Grey Eminence: a Study in Religion and Politics
1952 : Les Diables de Loudun The Devils of Loudun

Adaptations

1960 : Les Diables de Loudun, adaptation théâtrale de John Whiting
1968 : Point Counter Point mini série TV de Simon Raven diffusée sur la BBC
1969 : Les Diables de Loudun, opéra de Krzysztof Penderecki d'après la pièce de John Whiting
1971 : Les Diables, adaptation de la pièce de John Whiting par Ken Russell
1980 : Brave New World Le Meilleur des mondes téléfilm américain de Burt Brinckerhoff
1998 : Le Meilleur des mondes, téléfilm réalisé par Leslie Libman et Larry Williams
Une autre adaptation du Meilleur des Mondes, réalisée par Ridley Scott et mettant en vedette Leonardo DiCaprio dans le rôle de Bernard Marx, serait en préparation.



Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l





Cliquez pour afficher l





Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l





Cliquez pour afficher l






Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l




Posté le : 25/07/2015 23:08

Edité par Loriane sur 26-07-2015 14:01:45
Edité par Loriane sur 26-07-2015 14:02:59
Edité par Loriane sur 26-07-2015 14:06:29
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant




[Recherche avancée]


Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
41 Personne(s) en ligne (29 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 41

Plus ...