| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> William S Burrough [Les Forums - Histoire de la Littérature]

Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





William S Burrough
Administrateur
Inscrit:
14/12/2011 15:49
De Montpellier
Messages: 8995
Niveau : 62; EXP : 81
HP : 1236 / 1545
MP : 2998 / 31601
Hors Ligne
Le 2 août 1997 à 83 ans meurt William S. Burroughs

dans sa propriété de Lawrence Kansas de complications liées à une crise cardiaque, né le 5 février 1914 à Saint-Louis au 4664 de Pershing Avenue dans l'État du Missouri, romancier américain du mouvement Beat Generation. Son Œuvre principale est Le Festin nu
modifier
Principalement connu pour ses romans hallucinés mêlant drogue, homosexualité et anticipation, il est associé à la Beat Generation et à ses figures emblématiques : ses amis Jack Kerouac et Allen Ginsberg. On retient de lui son utilisation littéraire du cut-up, technique mise au point dans une petite chambre d'hôtel rue Gît-le-Cœur à Paris avec Brion Gysin : le cut-up consiste à créer un texte à partir d'autres fragments textuels de toute origine littérature, articles de presse, catalogues de vente par correspondance... découpés de manière régulière, et remontés selon une logique prédéfinie, afin de faire émerger l'implicite, l'inavoué des textes de départ. Associé aux routines récurrences de fragments du texte tout au long d'une œuvre, le cut-up a également pour objectif de briser la cohérence logique imposée au discours par l'emploi du langage, considéré comme structure structurante. L'impression de semi-chaos générée par les cut-ups et de déjà-vu initié par les routines permettent de se rapprocher, sur le plan formel, de la logique de perception d'un individu plongé dans un environnement dont il ne maitrise par définition pas les stimuli. L'ensemble a pour ambition de faire faire à la littérature la même révolution que celle de la peinture lors du passage à l'abstrait.
Alors que Kerouac retourna vivre avec sa mère dans les années 1960 et épousa la sœur d’un ami d’enfance, et que Ginsberg régna pendant les années hippies, ce furent les années 1980 et 1990 … qui allaient être l’ère de William Burroughs, le plus sombre des trois anges de la Beat Generation.

En bref

William Seward Burroughs est né le 5 février 1914 à Saint Louis dans le Missouri. Il fait ses études à Harvard, puis voyage en Europe en 1936 Paris, Vienne, Budapest, Dubrovnik, retourne à Vienne l'année suivante pour étudier la médecine. À Dubrovnik, il épouse Ilse Klapper pour lui permettre d'obtenir la citoyenneté américaine. De retour aux États-Unis, il s'intéresse à différentes disciplines, dont l'archéologie et l'anthropologie. Sa première nouvelle, écrite en 1938, n'est pas publiée. Il entre en traitement chez un psychanalyste de New York, le docteur Herbert Wiggers. Il exerce plusieurs petits métiers, dont celui d'employé dans une société de dératisation qu'il évoque plus tard dans Exterminator ! 1973. En 1944, Burroughs fait la connaissance d' Allen Ginsberg et de Jack Kerouac. C'est l'époque où se constitue le cercle d'écrivains qui va devenir célèbre sous le nom de Beat Generation. Le meurtre commis par un ami commun, Lucien Carr, inspire Kerouac, qui demande à Burroughs de l'aider à rédiger un roman policier, And the Hippos Were Boiled in their Tanks. Mais aucun éditeur n'accepte le texte. En 1946, Burroughs est initié à la drogue. Il s'installe alors au Texas avec l'idée de cultiver de la marijuana, puis tente une autre expérience à La Nouvelle-Orléans avec la culture du coton. Après son échec, il part pour le Mexique et voyage en Amérique centrale. De retour à Mexico, il tue accidentellement sa seconde femme, Joan, en septembre 1951. En janvier 1953, il repart pour le Mexique et se rend en Colombie à la recherche d'une mystérieuse drogue initiatique, le yage. Les lettres qu'il adresse à Ginsberg au cours de sa quête seront réunies en 1960 dans un volume : Les Lettres du yage. Burroughs revient aux États-Unis au printemps de 1953, quand paraît son premier roman, Junkie, qu'il a composé après la mort de Joan. Il y raconte son expérience à New York après la guerre, à La Nouvelle-Orléans en 1949 et au Mexique en 1950, et veut en faire la confession d'un drogué non repenti. C'est dans cette œuvre autobiographique, où il décrit la logique impitoyable de la drogue et le bouleversement auquel elle soumet la perception, qu'il forge le personnage gris et banal de William Lee. Son éditeur lui ayant demandé un autre ouvrage, Burroughs rédige la suite de Junkie, Queer, qui se déroule exclusivement à Mexico. Il y approfondit les relations de dépendance provoquées par l'intoxication tout en brossant un tableau tragi-comique du petit milieu de l'homosexualité. Sa dimension immorale vaudra au livre de ne paraître qu'en 1985. En 1954, Burroughs s'embarque pour Tanger sur les conseils de Paul Bowles. Là, il atteint le degré zéro de la déchéance : J'ai passé un mois dans une chambre de la Casbah en train de regarder la pointe de mes pieds ..., j'ai compris brusquement que je ne faisais rien. J'étais en train de mourir. Parvenu au terminus de la came, il écrit un grand nombre de pages qui sont ensuite rassemblées sous le titre d'Interzone. Kerouac et Ginsberg qui l'ont rejoint l'aident à mettre de l'ordre dans le manuscrit. Kerouac lui donne même son titre définitif : The Naked Lunch Le Festin nu. À Paris en 1959, Ginsberg propose l'ouvrage à l'éditeur Maurice Girodias, qui trouve sa prose éblouissante mais exige qu'il soit sérieusement remanié. En moins d'un mois, Burroughs et ses amis s'attellent à cette tâche. En naît un livre complètement différent qui sort chez Olympia Press l'année même. Mais sa version définitive ne sera établie qu'en 1964, au moment de sa traduction en français. Les textes composant Interzone ont été perdus, retrouvés vingt ans plus tard et publiés en 1989. Quant au Festin nu, il est interdit à l'affichage et à la vente aux mineurs en France, et, en 1966, sa parution lui vaut plusieurs procès pour obscénité. C'est sans nul doute l'opus magnum de Burroughs. Manifestement influencé par La Colonie pénitentiaire et Le Procès de Kafka, il se présente comme une pérégrination picaresque, une fiction apatride Mary McCarthy défiant les lois de l'espace et du temps. William Lee traverse des villes angoissantes et ne cesse de changer d'identité. Il tente de s'infiltrer dans le système qui a déterminé sa dépendance et sa chute afin de le démanteler. La planète est soumise aux impératifs délirants de l'algèbre du besoin. De New York au Marché d'Interzone, en passant par Annexie et la République de Libertie, le monde est victime d'une fracture nette, définitive, violente et de caractère manichéen. Il comprend quatre catégories d'individus au pouvoir : les Factualistes, les Divionistes, les Émissionnistes et les Liquéfactionistes. Tous, à l'instar du Contrôleur, entendent s'assurer la domination des masses par des manipulations biologiques ou psychiques. Pour décrire cet univers de cauchemar, Burroughs invente un style d'écriture qui procède par collages de phrases, de situations, de personnages empruntés à des auteurs anciens ou modernes, tous les genres traditionnels ou populaires se confondant dans une contamination frénétique.

Sa vie

William Seward Burroughs naît dans une famille bourgeoise. Il est le petit-fils de William Seward Burroughs I, inventeur de la première machine comptable et fondateur de la « Burroughs Adding Machine Company ». Sa mère, Laura Lee Burroughs, est la fille d'un homme d'Église dont la famille se réclamait de l'ascendance de Robert E. Lee. Burroughs étudie la médecine à Vienne, expérience dont il garda toute sa vie un goût prononcé pour la chirurgie et les modifications du corps, la chimie du cerveau et les drogues. Il entre à l'université Harvard pour une licence de littérature anglaise dont il sort diplômé en 1936. Son expérience à Harvard est résumée au début de Junky : J'ai détesté l'université et la ville dans laquelle je vivais. Tout en elle était mort. L'université était un faux décor anglais entre les mains de diplômés de faux collèges anglais.
En 1944, Burroughs est détective et travaille avec la pègre à New York, vit avec Joan Vollmer, une jeune femme brillante, passionnée de littérature et de philosophie, dans un appartement partagé avec Jack Kerouac et sa première femme Edie Parker. C'est à cette période, entre autres marquée par une affaire de meurtre dans laquelle sont impliqués des amis proches - l'affaire Kammerer-Carr, relatée dans le roman coécrit avec Kerouac Et les hippopotames ont bouilli vifs dans leurs piscines - qu'il commence sa consommation d'héroïne et de morphine, jusqu'à son traitement à la méthadone à partir de 1980. Il épouse Joan deux ans plus tard, en 1946, avec le projet de fonder une famille. Leur fils William S. Burroughs Jr. naît en 1947, au Texas. Le 6 septembre 1951, en voyage à Mexico, Burroughs, ivre, aurait accidentellement tué sa femme d'une balle en pleine tête alors qu'il essayait de reproduire la performance de Guillaume Tell, qui fendit d'une flèche la pomme posée sur la tête de son fils. Burroughs est inculpé pour homicide involontaire. Il est arrêté et passe un court séjour en prison avant d'être relâché. Commencent alors des années d'errance : il parcourt l'Amérique du Sud à la recherche d'une drogue hallucinogène du nom de yagé, puis l'Afrique du Nord, avant de s'installer à Tanger, au Maroc en 1954. Il confesse dans Queer, roman écrit en 1953 mais qui ne sera publié qu'en 1985: "I am forced to the appalling conclusion that I would have never become a writer but for Joan’s death... So the death of Joan brought me into contact with the invader, the Ugly Spirit, and maneuvered me into a lifelong struggle, in which I had no choice except to write my way out". Queer, 1985, p.xxii.
En 1956, il entame une première cure de désintoxication avec l'aide de John Dent6, un médecin londonien qui inventa la cure d'apomorphine. À l'issue du traitement, il emménage au légendaire Beat hotel à Paris, où il accumule des masses de fragments de pages manuscrites. Avec l'aide de Ginsberg et Kerouac, il fait éditer Le Festin nu par Olympia Press. De leur côté, les fragments deviennent les trois épîtres d'une trilogie : La Machine molle, Le Ticket qui explosa et Nova express. Après sa sortie, le Festin nu est poursuivi pour obscénité par l'État du Massachusetts puis de nombreux autres. En 1966, la Cour Suprême du Massachusetts déclare finalement le livre non obscène, ce qui ouvre la porte à d'autres travaux comme ceux d'Henry Miller en particulier Tropique du Cancer.
Burroughs part pour Londres en 1960 où il publie de nombreux petits textes dans des magazines underground, travaillant dans le même temps sur un projet qui est publié en trois parties : Les Garçons sauvages, Les cités de la nuit écarlate et Havre Des Saints. Il retourne à New York en 1974, où il devient professeur d'écriture pendant quelque temps, avant de réaliser que l'écriture ne peut être enseignée.
Dans les années 1980, il entame une cure de désintoxication, s'installe à Lawrence en 1981 avec son dernier compagnon de vie et amant James Grauerholz, avec qui il forme un couple de 1974 à sa mort. Dans les années 1990, Burroughs a attiré de nombreux symboles de la culture pop. Il apparaît notamment dans le film Drugstore Cowboy de Gus Van Sant, et collabore avec Bob Wilson et Tom Waits pour donner naissance à la pièce Black Rider8. Burroughs participe aussi à des enregistrements de ses textes qui sortent chez Industrial Records, label de musique expérimentale et bruitiste de Londres :
Throbbing Gristle Nothing Here Now But The Recordings
Sonic Youth Dead City Radio
Kurt Cobain The Priest They Called Him
R.E.M., Ministry, Bill Laswell, Parrhesia Sound System, etc.
Décoré de l'ordre de Chevalier des Arts et Lettres en 1984, lors de son passage en France au Printemps de Bourges avec Brion Gysin, Burroughs est considéré comme un des écrivains les plus influents du xxe siècle. Un des Cahiers de l'Herne lui fut consacré par Dominique de Roux, qui avait été son premier éditeur chez Christian Bourgois.

Une écriture de l'âge électronique

Le séjour parisien de Burroughs entre 1958 et 1960, au célèbre Beat Hotel de la rue Gît-le-Cœur, se traduit par une phase intense d'expérimentations. Le peintre et poète Brion Gysin met au point la technique du cut-up découpage. Burroughs se passionne pour les résultats de cette pratique : Même taillé en pièces et recomposé selon la fantaisie de Bill, le texte de Rimbaud était toujours compréhensible et ... les mots prenaient des significations nouvelles, plus fortes, plus cinglantes B. Gysin. Ces jeux littéraires donnent lieu à des compositions collectives qui remplacent les cadavres exquis. Burroughs emploie d'autres techniques, comme le fold-in pliage et les permutations. Les expériences accomplies avec Gysin seront réunies par la suite dans un volume intitulé The Third Mind Œuvre croisée, 1976. Ce sont ces méthodes radicales qu'il met à contribution pour construire la grande trilogie élaborée entre 1960 et 1964. La Machine molle 1966 en constitue le premier volet. Il s'agit d'une épopée qui se déroule dans un labyrinthe en mouvement ou, mieux, au sein d'un kaléidoscope : des lieux réels se confondent avec des lieux imaginaires, et des figures se travestissant inlassablement sont entraînées dans le passé, le présent, l'avenir. Le Ticket qui explosa 1967 et Nova Express 1969 développent cet univers des puissances belliqueuses ». Avec le héros-cosmonaute, nous pénétrons dans le Jardin des Délices Dieu avec ses Fours Nova, le foyer de tous les dualismes et de toutes les guerres, de tous les paroxysmes et de tous les phantasmes interdits, nous découvrons la Cité de Minraud, le repaire des hommes-insectes. La trilogie s'achève par une insurrection générale contre les forces coercitives, la police biologique ou police Nova.
Avec ces œuvres, Burroughs excède violemment les frontières du romanesque. Marshall McLuhan note à ce propos qu'il tente de reproduire en prose ce dont nous nous accommodons chaque jour comme un aspect banal de la vie à l'âge électronique. Si l'existence collective doit être transcrite sur le papier, il faut employer la méthode de “non-histoire discontinue”. La révolte transgressive, carnavalesque et millénariste animant les damnés évoluant dans ces zones troubles où dominent la terreur et l'abjection est théorisée dans un traité intitulé La Révolution électronique 1971 que Burroughs écrit après son installation à Londres. Et elle constitue le moteur d'une œuvre séparée en deux volumes, Les Garçons sauvages 1970 et Havre des saints 1973, auxquels il faut rattacher Exterminateur ! Là, Burroughs renonce aux cut-up et aux méthodes révolutionnaires qu'il a privilégiées. Il se sert de modèles comme le peep show et l'écriture hiéroglyphique. Les métamorphoses des garçons sauvages prennent une tournure dionysiaque, évoquent une danse au-dessus du volcan de l'ère moderne. Quand il rentre à New York en 1974, Burroughs entreprend un nouveau et ambitieux cycle romanesque. Celui-ci commence avec Les Cités de la nuit écarlate 1981. Trois récits distincts s'enchevêtrent : celui des pirates qui créent leur république à Libertatia au XVIIIe siècle, l'enquête de Clem Williamson Snide et la traversée des six cités mythiques du désert de Gobi il y a cent mille ans. Le cycle romanesque se poursuit avec Parages des voies mortes 1983. Son héros, Kim Carson, parcourt le temps, de Boulder en 1899 aux grandes plaines de l'Ouest américain jusqu'à 2001. Dans ce western métaphysique, Kim Carson songe paresseusement à sa mission – localiser le chaînon manquant dans la chaîne de l'évolution, remonter aux racines du langage. Il se conclut avec Les Terres occidentales 1987, qui est une version moderne du Livre des morts égyptien. Dans ces trois fictions, Burroughs accentue le métissage sémantique, empruntant des scènes appartenant à Joseph Conrad ou à Denton Welch, des décors caractéristiques des tableaux d'Édouard Manet et d'Edward Hopper.
Burroughs s'est souvent exprimé en public ou dans la presse à propos de sa vision de la littérature. Ses conférences et ses articles sont réunis dans deux volumes encore inédits aux États-Unis, les Essais 1981 et 1984. Sa réflexion excède largement le champ de l'écriture. Sa représentation du monde, corrosive et sarcastique, dénonce avec véhémence les préjugés et les injustices qui rendent les sociétés occidentales invivables et virtuellement dangereuses pour l'avenir de l'humanité. Longtemps regardé comme un auteur marginal et subversif, William S. Burroughs est aujourd'hui considéré comme l'un des grands écrivains de la seconde moitié de ce siècle. Norman Mailer n'a pas hésité à affirmer qu'il est « le seul narrateur américain vivant qui puisse raisonnablement être considéré comme un génie.Gérard-Georges Lemaire

Œuvres traduites en français

Junky
Le métro blanc
Les Lettres du Yage
Le Festin nu
La Machine molle
Le Ticket qui explosa
Trilogie / Dead Fingers Talk
Nova Express
Les Garçons sauvages - Un livre des morts
Œuvres Croisées
Les Cités de la nuit écarlate
Interzone
L'Ombre d'une chance
Mon éducation - Un livre des rêves My Education : A Book of Dreams, 1995 ; traduit et paru en 2007 Christian Bourgois éditeur, 2007
Essais 2 volumes
Queer
Entre chats
Lettres de Tanger à Allen Ginsberg
Takis avec Gregory Corso et Pierre Restany
Ah ! Pook est là et autres contes
L'Œuvre croisée avec Brion Gysin
Les Derniers Mots de Dutch Schultz The Last Words of Dutch Schulz, 1969 ; traduction par Mary Beach et Claude Pélieu, paru chez Christian Bourgois éditeur, 1972
Les Terres occidentales
Exterminateur
Révolution électronique
Lettres 1945-1959
Le Porte-lame Blade Runner: A Movie, 1979, traduit par Bernard Sigaud Tristram, 2010
Et les hippopotames ont bouilli vifs dans leurs piscines avec Jack Kerouac
Ultimes Paroles, traduction par Mona de Pracontal, Christian Bourgois éditeur

Œuvres complètes originales

1952 - "Junky"
1952 - "Queer"
1959 - "The Naked Lunch"
1963 - "Nova Express"
1967 - "The Ticket That Exploded"
1968 - "The Soft Machine"
1969 - "The Wild Boys: A Book of the Dead"
1970 - "The Last Words of Dutch Schultz : A Fiction in the Form of a Film Script"
1973 - "Exterminator!"
1975 - "Port of Saints"
1979 - "Blade Runner, A Movie"
1979 - "Ah Pook is Here and Other Texts"
1980 - "Cities of the Red Night"
1983 - "The Place of Dead Roads"
1984 - "The Burroughs File"
1986 - "The Western Lands"
1988 - "Interzone"
1991 - "Ghost of a Chance "
1992 - "Painting and Guns"
1994 - "My Education: A Book of Dreams"
1997 – "Last Words : The Final Journals of William Burroughs"
1998 – "Word Virus : The William Burroughs Reader"
2001 – "Naked Lunch : The Restored Text"
2003 – "Junky : The Definitive Text of Junk "

Collaborations

1960 - The Exterminator, avec Brion Gysin Auerhaun Press
1960 - Minutes To Go, avec Brion Gysin, Sinclair Beiles et Gregory Corso. Two Cities Editions.
1967 - Darayt, avec Lee Harwood Lovebooks
1967 - So Who Owns Death TV?, avec Claude Pélieu & Carl Weissner Beach Book Texts and Documents
1970 - The Job: Interviews with William Burroughs, avec Daniel Odier
1970 - The Braille Film, avec Carl Weissner. Nova Broadcast Press
1970 - Third Mind, avec Brion Gysin.
1971 - Jack Kerouac, avec Claude Pélieu, Paris, L'Herne, 1970. en Français
1973 - Brion Gysin: Let the Mice In, avec Brion Gysin et Ian Somerville Something Else Press
1974 - The Book of Breething, avec Bob Gale
1975 - Sidetripping, avec Charles Gatewood et Hunter S. Thompson Strawberry Hill
1975 - Snack: Two Tape Transcripts, avec Eric Mottram Aloes Books
1981 - A Report from the Bunker, avec Victor Bockris
1985 - The Cat Inside, avec Brion Gysin dessins
1989 – Tornado Alley, avec S. Clay Wilson
2008 - And the Hippos Were Boiled in Their Tanks, avec Jack Kerouac10 Grove Press

Essais

1978 - Essais I: Christian Bourgois
1978 - Essais II: Christian Bourgois
1985 - The Adding Machine: Collected Essays. Calder.

Correspondances

1953 - The Yage Letters avec Allen Ginsberg, publié en français par les Éditions de L'Herne, 1967.
1981 - Letters to Allen Ginsberg, 1953-1957. Full Court Press.
1993 - The Letters Of William S. Burroughs 1945-1959

Enregistrements

1965 - Call Me Burroughs English Bookshop
1971 - Obsolète de Dashiell Hedayat. Shandar LP, 1971 réédité par Mantra cd, 1992
1975 - William S. Burroughs/John Giorno. Giorno Poetry Systems.
1981 - You're The Guy I Want To Share My Money With avec Laurie Anderson et John Giorno Giorno Poetry Systems.
1982 - Nothing Here Now but the Recordings. Industrial Records.
1982 - Revolutions Per Minute The Art Record. Ronald Feldmann Fine Arts.
1982 - Old Lady Sloan. Fresh Sounds.
1983 - Big Science avec Laurie Anderson
1984 - Sharkey's Night, de Laurie Anderson, sur l’album Mister Heartbreak
1985 - The Elvis of Letters avec Gus Van Sant
1986 - Break Through in Grey Room sub rosa
1986 - 'Home Of The Brave' avec Laurie Anderson
1989 - Seven Souls de Material
1992 - The ‘Priest’, They Called Him avec Kurt Cobain à la guitare. Tim Kerr Records.
1990 - Dead City Radio.FilmsIsland Records, avec John Cale et Sonic Youth.
1993 - Spare Ass Annie & Other Tales, avec Disposable Heroes of Hiphoprisy
1993 - Just One Fix, de Ministry, sur l’album Psalm 69
1993 - reprise de T'Aint No Sin, Walter Donaldson / Edgar Leslie, sur l'album The Black Rider de Tom Waits,
1994 - Words of Advice', de Material, sur l’album Hallucination Engine
1996 - Star Me Kitten avec R.E.M., sur la B.O. Songs in the Key of X: Music from and Inspired by The X-Files
1997 - What Keeps Mankind Alive, sur l’album September Songs: The Music of Kurt Weill'
1999 - The Western Lands avec Iggy Pop, sur l’album Hashisheen: The End of Law de Bill Laswell
2006 - Dr Benway du groupe Underwires sur l'album In Your Room Again.
2014 - "Berlin / Cut-ups" de l'artiste électro T.O album enregistré à Berlin d'après la technique du cut-up sonore, notamment sur le titre No Rain.

Filmographie

1963 - Towers Open Fire, écrit par William S. Burroughs. Coréalisé par Anthony Balch et William S. Burroughs. Avec William S. Burroughs.
1963 - William Buys a Parrot, écrit par William S. Burroughs, et réalisé par Anthony Balch.
1966 - Chappaqua, écrit et réalisé par Conrad Rooks, avec Allen Ginsberg et Ravi Shankar.
1966 - The Cut Ups, adapté et réalisé par Anthony Balch. D'après une histoire de William S. Burroughs. Avec William S. Burroughs.
1968 - Häxan, écrit et réalisé en 1922 par Benjamin Christensen. Version de 1968 narrée par William S. Burroughs.
1969 - Cain’s Film, écrit et réalisé par Jamie Wadhawan. Court-métrage anglais de 27 minutes avec Alexander Trocchi et William S. Burroughs.
1970 - Prologue, coécrit et réalisé par Robin Spry. Avec Jean Genet, Allen Ginsberg et William S. Burroughs.
1972 - Bill and Tony, réalisé par Antony Balch. Court-métrage avec Antony Balch et William S. Burroughs.
1978 - Thot-Fal’N, court-métrage américain réalisé par Stan Brakhage. Avec Allen Ginsberg, Peter Orlovsky et William S. Burroughs.
1978 - Fried Shoes Cooked Diamonds, avec Amiri Baraka, Allen Ginsberg, Timothy Leary et William S. Burroughs.
1981 - Energy and How to Get It, réalisé par le photographe Robert Frank.
1981 - Saturday Night Live du 7 novembre 1981.
1982 - The Discipline of D.E., adapté et réalisé par Gus Van Sant. D'après une nouvelle de William S. Burroughs.
1982 - Poetry in Motion, réalisé par Ron Mann. Avec Charles Bukowski, John Cage, Allen Ginsberg, John Giorno, Michael Ondaatje, Ed Sanders, Gary Snyder, Tom Waits, Anne Waldman et William S. Burroughs.
1983 - Taking Tiger Mountain, long métrage de science-fiction réalisé par Tom Huckabee. D’après l’histoire Blade Runner, a Movie de William S. Burroughs. Avec Lou Montgomery et Bill Paxton.
1983 - Pirate Tape, réalisé par Derek Jarman. Court-métrage anglais avec William S. Burroughs.
1984 - Decoder, réalisé par Muscha. Histoire de Klaus Maeck. Avec William Rice et William S. Burroughs.
1984 - It Don’t Pay to Be an Honest Citizen, réalisé par Jacob Burckhardt, avec Allen Ginsberg, William Rice et William S. Burroughs.
1985 - BURROUGHS, d’Howard Brookner. Documentaire sur la vie de William S. Burroughs.
1985 - Ornette : Made In America, documentaire de Shirley Clarke, avec William S. Burroughs, Ornette Coleman, Brion Gysin et Eugene Tatum.
1985 - What Happened to Kerouac ?, avec des images de Gregory Corso, Allen Ginsberg, Jan Kerouac, Jack Kerouac et William S. Burroughs.
1985 - Kerouac, the Movie.
1986 - Home of the Brave, film de Laurie Anderson, écrit et réalisé par Laurie Anderson.
1987 - The Beat Generation - An American Dream, réalisé par Janet Forman.
1989 - Drugstore Cowboy, adapté et réalisé par Gus Van Sant.
1989 - Bloodhounds of Broadway, coadapté et réalisé par Howard Brookner.
1989 - Heavy Petting, documentaire d'avec Allen Ginsberg, Laurie Anderson et William S. Burroughs.
1990 - Twister, de Michael Almereyda. Avec Harry Dean Stanton, Crispin Glover et William S. Burroughs.
1990 - Thanksgiving Prayer, réalisé par Gus Van Sant.
1990 - Laurie Anderson : Collected Videos.
1991 - Wax, or the Discovery of Television Among the Bees, écrit et réalisé par David Blair.
1991 - William S. Burroughs : Commissioner of Sewers, documentaire réalisé par Klaus Maeck.
1992 - Naked Making Lunch, de Chris Rodley, avec David Cronenberg et William S. Burroughs.
1993 - The Junky’s Christmas, coréalisé par Nick Donkin et Melodie McDaniel, et adapté par William S. Burroughs et James Grauerholz.
1993 - Disposable Heroes of Hyphoprisy : "A Junky Christmas" : Vidéoclip.
1993 - Even Cowgirls Get The Blues, de Gus Van Sant.
1994 - Ah, Pook Is Here, de Philip Hunt.
1994 - Drug-Taking and the Arts, documentaire fictif de Storm Thorgerson.
1994 - The Life and Times of Allen Ginsberg.
1995 - The Music of Kurt Weill : September Songs. Documentaire
1997 - Last Night On Earth, vidéoclip du groupe U2, tirée de l’album Pop

Bibliographie sur Burroughs

Servando Rocha, Nada es verdad, todo está permitido. El día que Kurt Cobain conoció a William Burroughs, Alpha Decay, 2014.


Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l





Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l






Cliquez pour afficher l






Cliquez pour afficher l





Cliquez pour afficher l





Cliquez pour afficher l





Cliquez pour afficher l





Cliquez pour afficher l



Posté le : 01/08/2015 18:54
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant




[Recherche avancée]


Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
37 Personne(s) en ligne (24 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 37

Plus ...