| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> Vincenzo Manfredini [Les Forums - Le coin des Musiciens]

Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Vincenzo Manfredini
Administrateur
Inscrit:
14/12/2011 15:49
De Montpellier
Messages: 9003
Niveau : 62; EXP : 83
HP : 927 / 1545
MP : 3001 / 32414
Hors Ligne
Le 16 août 1799 meurt Vincenzo Manfredini,

à 61 ans, à Saint Pétersbourg, né le 22 octobre 1737 à Pistoia près de Florence, compositeur, et claveciniste italien du XVIIIe siècle, et enseigna par ailleurs le clavecin et le chant, théoricien de la musique de style Musique baroque, opéra, ses activités annexessont théoricien de la musique, claveciniste en Italie et Russie. Ses Œuvres principales sont Requiem à l’Impératrice Élisabeth, Semiramide opéra, Concerto pour clavecin, 6 Sonates pour clavecin, Regole armoniche traité sur la musique, Difesa della musica moderna idem

En bref

Fils du violoniste et compositeur Francesco Manfredini 1684 ; † 1762 et de Rosa degli Antonii, c’est auprès de son père que Vincenzo acquiert les fondements de la musique. Puis il suit l’enseignement de Giacomo Antonio Perti 1661 ; † 1756 à Bologne qui fut aussi le maître de son père et de Gian Andrea Fioroni 1716 ; † 1778 à Milan.
Lors de son séjour à Saint-Pétersbourg Vincenzo épouse la chanteuse Maria Monari. Un de leurs fils, Giovanni Manfredini vers 1769 ; † ? a laissé une brève biographie manuscrite sur son père3. Une de leurs filles, Elisabetta Manfredini vers 1786 ; † ? eut également une carrière musicale.

Sa vie

Vincent Manfredini est le Fils de Francis Onofrio, violoniste et compositeur, et l'Antonii Rose, est né à Pistoia , le 22 Octobre 1737.
Le frère aîné, Joseph, né en Pistoia en date non précisée, était soprano et compositeur, actif en tant que chanteur de l'opéra seria en 1748-1758 dans les théâtres de Modène , Venise , Florence , Ferrara , Padoue , Vérone , Londres . Plus tard, il était avec M. à Moscou et Saint-Pétersbourg qui a connu professeur de chant. Retour en Italie , il a joué en 1770 dans Armida M. à Bologne, où il a retiré plus tard. Il a écrit des airs avec istromenti Londres 1752.
M., un professeur de clavecin et compositeur lui-même, occupe une place prépondérante dans le débat théorique de la musique internationale de l'époque; deuxième WS Newman était également actif en tant que violoniste.
Après ses études musicales avec son père, M. déménagé à Bologne pour améliorer sous la direction de GA Perti; plus tard, il est allé à Milan , où il a terminé sa carrière avec l'enseignement GA Fioroni.
En 1758, il a atteint Moscou, avec son frère Joseph et la compagnie de tournée de P. Locatelli . Peu de temps après il a déménagé à la cour de Saint-Pétersbourg comme maître de chapelle du tsar Pierre III et plus tard l'impératrice Catherine II, et où il est resté jusqu'en 1769. tête du théâtre italien nommé, pendant ce long séjour M. composé de nombreux opéras sérieux, ballets chanter de la musique sacrée et le succès. Les héros de la paix de cantates écrites - à l'occasion de la paix avec la Prusse et de succès réalisés à Saint-Pétersbourg en 1762 - est l'un des rares morceaux de caractère laudatif de M, qui a été commandé en 1765 pour écrire une autre occasion inauguration de l'Académie russe des sciences. Il était encore moins productive dans l'instrument de terrain, sonates pour clavecin et concertos, symphonies, quatuors à cordes, un domaine auquel il se consacre de façon sporadique et avec des degrés variables de succès.
Avec l'arrivée en 1765 à Saint-Pétersbourg par B. Galuppi et le nouveau langage musical qu'il introduit, particulièrement apprécié par le tribunal, l'M. a été relégué à un rôle secondaire. Il était peut-être pour cette raison que, avec un départ à la retraite somptueux de la cour de Russie, il est retourné à Bologne en 1769, où il a pu rencontrer à plusieurs reprises - avec son frère - WA Mozart et son père Leopold dans leurs deux séjours Bolognese (Reisenotizen entre 24 et 29 Mars 1770 et des lettres de Bologne le 27 Mars et 4 g. en 1770, dans Briefe und Aufzeichnungen. A cette époque, M. se consacre à des activités culturelles, apparemment l'abandon de la composition musicale.
En 1775, il a publié à Venise son traité Règles harmoniques, ou Sieno Préceptes pour apprendre les principes de la musique, retravaillé et élargi plus tard avec certaines sections importantes consacrées au style observé et le contrepoint Venise 1797. Entre 1785 et 1789 était un correspondant et rédacteur en chef du Journal encyclopédique périodique de l'Italie, pour lequel il a écrit un certain nombre d'articles de historique et esthétique musicale. Il a été publié en 1788 à Bologne la défense de la musique moderne, sans doute écrit M le plus important et l'un des ouvrages théoriques les plus importants de l'époque, même au milieu d'une exégétique débat passionnant et d'interprétation.
Après l'accession au trône, en 1796, de Paul Ier , un ancien élève de M., il a de nouveau appelé, en 1798, en Russie , où il reprend la position d'un temps avec une augmentation significative de salaire et de retraite 3000 roubles.

M. décédé à Saint-Pétersbourg le 16 AOut 1799, après 11 mois de maladie.

Laissant sa fille Elizabeth, futur chanteur apprécié, a eu son épouse Maria Monari ou Munari, aussi un chanteur, avec qui il a eu son fils John né vers 1769, auteur de quelques VM biographiques ms. A Archives de l'Académie philharmonique de Bologne: introuvable, mais transcrit en Iozzelli - Tolve , qui est une source précieuse dans la reconstruction de la vie de Manfredini.
Alors qu'au premier abord ses compositions - sauf pour la collecte des six sonates pour clavecin dédié à Catherine II et durement critiqués dans Wöchentliche Nachrichten JA Hiller Octobre 21, 1766 - ont rencontré un certain succès, l'arrivée massive d'' opéra italien en Russie, il est grave, il est drôle, éclipsé sa production, afin de le forcer à composer des danses et interludes écrite "mit besonderer Stärke" J. von Stählin, II, p. 35 pour des œuvres de Galuppi et D'autres auteurs de la péninsule.
Le retour en Italie de M. donc coïncidé avec une crise personnelle et professionnelle. Après deux tentatives dans le monde de l'opéra (Armide, 1770 et Artaxerxès, 1772, peut-être déçu par les résultats peu flatteurs ces scores, il se consacre à nouveau à la production instrumentale, donnant les impressions une collection de symphonies et de la musique sacrée aujourd'hui transposé que partiellement. Tout à fait différent de sa réception comme un théoricien de la musique. Règles harmoniques, écrites à divulguer leur méthode de chanter beaucoup plus moderne et progressiste que celle de son collègue et concurrent Go Mancini, méritaient l'attention de nombreux fans et en même temps soulevé les préoccupations de nombreuses critiques, y compris S. Arteaga, auteur de Les Révolutions de théâtre musical Bologne 1783. Cela a conduit à une controverse entre les deux théoriciens qui ont abouti, après plusieurs échanges de vues, dans la défense de la musique moderne.
La position de M. en faveur de l'avancement de la musique, mais non sans une certaine critique de la société contemporaine, est certainement novatrice par rapport à la période critique, imprégnée d'un certain conservatisme. Ce faisant, l'M. concentre sur la capacité du répertoire contemporain pour exprimer une meilleure cohérence entre le texte et la musique. Une telle opinion, naturellement, doit être considérée comme contraire aux revendications de Arteaga, qui ont vu dans le répertoire de son temps tous les signes de la désintégration de la société et de l'art. Particulièrement important et original dans ce contexte, l'intérêt manifesté par M. vers la musique instrumentale (Défense, pp. 39 sq., Dans une période où ce répertoire, la théorie de la musique italienne semblait orienté à nier toute autonomie et la dignité esthétique.
M. a également écrit harmoniques règles, ou Sieno Préceptes motivée pour apprendre les principes de la musique, la posture de la main et l'accompagnement de b ACE au-dessus des instruments à clavier Venise 1775; 2e éd, Ibid.. 1797.
Jouées: Semiramide reconnu livret de Métastase P. , Saint-Pétersbourg 1760; La musique triomphante . L. Lazzaroni pastorale; ibid Les Jeux Olympiques Métastase, Moscou 1762, Charlemagne Lazzaroni; Saint-Pétersbourg en 1763; . nouvelle version, ibid, 1764; Les malades faux interlude; Carlo Goldoni ; ibid. 1763; L'élève interlude; Goldoni; ibid. 1763; Armida G. Durandi, Bologne 1770; Artaxerxès P. Metastasio , Venise 1772. Aussi 6 airs et un duo pour soprano, 2 violons, alto, violoncelle et deux cors de chasse, Nuremberg , vers 1762; 2 airs dans Recueil lyrique d'airs Choisis, Paris 1772; plusieurs airs d'opéra, de remplacement et de concert, et plusieurs canons pour trois voix.
Sing: La paix des héros L. Lazzaroni, Saint-Pétersbourg 1762; Le conseil des muses sérénade; Locatelli, Moscou 1763; Les rivaux Lazzaroni, Saint-Pétersbourg 1765, cantate pour l'inauguration de l'Académie des sciences ibid. 1765.
Ballets: Amour et Psyché Moscou 1762, Les Amants du naufrage réchappés Saint-Pétersbourg 1766; Le sculpteur de Carthage ibid 1766.; Le recompensée Constance (Moscou 1767.
La musique sacrée: Esther oratoire, Venise 1792, Requiem pour l'impératrice Elizabeth II, Moscou 1762 La messe de funérailles pour 4 voix et des instruments; Laudate Dominum pour soprano, chœur et orchestre.
La musique instrumentale pour la liste voir dans les détails The New Grove Dict..: 6 symphonies Venise 1776; un concerto pour clavecin La Haye-Amsterdam à propos de 1769; Rist ., Londres vers 1786; éd. par A. Toni , Milan 1957; 6 String Quartets Florence à propos de 1781; 6 trios pour deux violons et basse SL ou d.; 6 Sonates pour clavecin Saint-Pétersbourg en 1765; éd. Par AM Pernafelli, Milan 1975; 14 préludes pour clavecin publiés en harmoniques règles. Scalabrini, Paolo.

Le compositeur

À fin 1757 début 1758 Vincenzo Manfredini accompagne son frère aîné Giuseppe à Saint-Pétersbourg avec la troupe de Giovanni Battista Locatelli. Là il devient maître de chapelle de Pyotr Fyodorovitch. Il compose alors son premier opéra, La Semiramide riconosciuta la Sémiramide reconnue, sur un livret de Metastasio. La représentation a lieu dans la résidence impériale d’été d’Oranienbaum Ораниенбаум, à l’extérieur de Saint-Pétersbourg.
Le 5 janvier 1762 du calendrier grégorien l’Impératrice Elisabeth Елизавета Петровна meurt et Pyotr devient tsar sous le nom de Pierre III Fyodorovitch Пётр III Фëдорович). Aussitôt Pierre nomme Vincenzo maître de chapelle de la troupe de l’opéra italien de la cour. La première œuvre qu’il compose dans cette nouvelle fonction est son Requiem à l’Impératrice Elisabeth. Peu après, le 3 juin 1762, il écrit la pastorale héroïque La pace degli eroi la paix des héros, pour la célébration du Traité de paix russo-prussien signé le 5 mai, une initiative politique majeure du nouveau tsar. Or, ce traité et d’autres initiatives du Tsar lui valent l’hostilité de l’armée et Pierre disparaît mystérieusement à la suite d’un coup d'État, le 9 juillet de la même année.
C’est son épouse Catherine II de Russie 1729 ; † 1796 Екатерина II qui lui succède. Catherine se sépare rapidement de la plupart des proches de Pierre, mais, dans un premier temps, confirme Vincenzo dans ses fonctions, et celui-ci compose des opéras L'Olimpiade sur un livret de Pietro Metastasio, La finta ammalata sur un livret de Carlo Goldoni, Carlo Magno, et quelques pièces occasionnelles dont le ballet Amour et psyché.
Avec l’arrivée de Baldassare Galuppi, en 1765, Vincenzo Manfredini est relégué à la composition de ballets servant à agrémenter les opéras de son rival Les amants réchappés du naufrage, Le sculpteur de Carthage, La constance récompensée. Il assume en outre la charge de maître de musique et de clavecin de l’héritier au trône Pavel Petrovich, le futur empereur Paul Ier de Russie Павел I Петрович.
En 1769, Vincenzo Manfredini retourne à Bologne, étant au bénéfice d’une pension du trône de Russie. Il compose une Armida sur le fameux livret de Giacomo Duranti ou Durandi, dont la première représentation a lieu en mai 1770 dans le Nuovo Pubblico Teatro le théâtre communal de Bologne4. Le même opéra est représenté à Vérone en 1771. Puis Manfredini compose son Artaserse, dramma per musica, dont la première a lieu pendant le Carnaval de Venise de janvier 1772 au Teatro San Benedetto. Après ces deux tentatives de s’affirmer avec la musique d’opéra, Manfredini se consacre principalement à l’enseignement et à la publication d’écrits sur la théorie de la musique, tout en produisant encore quelques symphonies commentées dans les Efemefidi letterarie di Roma, 1776 et des quatuors à cordes 1781 ?.
Lorsque son ancien élève Pavel accède au trône, il invite Vincenzo à revenir. Il arrive en septembre 1798, mais meurt l'année suivante sans avoir assumé de charges particulières.

Le théoricien de la musique

C’est principalement pour ses ouvrages théoriques que Vincenzo Manfredini est connu aujourd’hui, sachant que la plupart de ses musiques sont perdues.
Le premier ouvrage théorique de Manfredini, les Regole armoniche, o sieno Precetti ragionati 1re édition, 1775, comporte deux parties : l’une relative aux éléments de la composition, et l’autre relative à l’accompagnement par le clavier, et porte principalement sur les drames musicaux dramma per musica un synonyme pour l’opéra. Cet ouvrage qui fit autorité en son temps fut traduit en russe par le compositeur et directeur d’orchestre Stepan Degtyaryov Степан Аникиевич Дегтярев 1766-1813 et publié en 1805 à Saint-Pétersbourg, sous le titre « Правила гармонические и мелодические для обучения всей музыке Санкт-Петербург, 1805 ou en abrégé Гармонические правила. L'œuvre fut dédiée au tsarévitch Paul Petrovich et bénéficia du mécénat de ce dernier.
Les pensées de Manfredini quant à la méthode correcte d’enseignement du chant suscitèrent une critique vigoureuse d’un autre théoricien de la musique de l’époque, Giovanni Battista Mancini 1714 à Ascoli Piceno ; † 1800 à Vienne. Dès lors, dans une seconde édition, de 1797, beaucoup plus volumineuse, Manfredini ajoute plusieurs sections relatives au chant et au contrepoint.
Dès 1785, Manfredini devient associé et rédacteur de la revue Giornale enciclopedico, ce jusqu’à la suspension de la production du Giornale en 1789. En avril 1785 il y publie une revue du premier volume d’un ouvrage de Esteban de Arteaga 1747-1799, Le rivoluzioni del teatro musicale Bologna, 1783. La réponse virulente de de Arteaga ne se laisse pas attendre, ce qui incite Manfredi à publier un ouvrage plus circonstancié, la Difesa della musica moderna Bologna, 1788, rédigé sur deux colonnes, l’une reproduisant les commentaires de de Arteaga et l’autre indiquant ses propres réponses. Cette querelle entre les anciens et les modernes doit être analyse à la lumière des changements sociaux-culturels intervenus à cette époque, qui a vu la place et le rôle de la musique et des musiciens évoluer considérablement. Le titre de l’ouvrage de Manfredini démontre qu’il avait pleine conscience de quel parti il défendait. Manfredini a démontré par ses écrits son intérêt pour le modernisme.

Œuvres

Manfredini composa de nombreux opéras, des ballets, des cantates, de la musique sacrée (inclus un requiem), des symphonies, des concertos, des quatuors à cordes et autres œuvres de musique de chambre musica da camera.

Ses principales œuvres sont les suivantes :

Opéras composés pour la cour impériale de Russie

Semiramide riconosciuta Узнанная Семирамида dramma per musica, livret : Pietro Metastasio, 1760, à Oranienbaum.
La musica trionfante, pastorale, livret : L. Lazzaroni, 1761, à Saint-Pétersbourg.
L'Olimpiade Олимпиада, livret : Pietro Metastasio, 24 novembre 1762, à Moscou ; dont 6 arias RISM M 344, et 2 arias in Recueil lyrique d’airs choisis Paris, 1772.
La pupilla, 1763, à Saint-Pétersbourg.
La finta ammalata, Intermezzi, livret : Carlo Goldoni, 1763, à Saint-Pétersbourg.
Carlo Magno Карл Великий, livret : L. Lazzaroni, 24 novembre 1763, à Saint-Pétersbourg ; version révisée : 1764, à Saint-Pétersbourg.

Autres opéras

Armida, livret : Jacopo Duranti ou Giacomo ; ou Durandi, 1762, Moscou ; 1770, Bologne, Nuovo Pubblico Teatro.
(Sur le poème Gerusalemme liberata Jérusalem libérée de Le Tasse.
Artaserse, livret : Pietro Metastasio, 1772, Venise, Teatro San BenedettoF-Pn; P-La.

Musiques sacrées

Requiem, 1762, Saint-Pétersbourg.
Esther, oratorio, 1792, Venise.
Messa funebre a 4vv I-Ps.
Laudate Dominum per soprano, coro, orchestra e basso continuo.

Autres œuvres lyriques

La pace degli eroi, cantate, livret : Lazzaroni, juin 1762, Saint-Pétersbourg.
Il consiglio delle muse, Sérénade, livret : Giovanni Battista Locatelli, 1763, Moscou, incertain.
Le rivali, cantate, livret : Lazzaroni, 1765, Saint-Pétersbourg.
Duos, CZ-BER.
Canons, I-Nc.
Arias.

Ballets

Amour et psyché Амур и Психея, octobre 1762, Moscou
Les amants réchappés du naufrage, 1766, Saint-Pétersbourg.
Le sculpteur de Carthage, 1766, Saint-Pétersbourg.
La constance récompensée, 1767, Moscou.
Pygmalion, 1762, Saint-Pétersbourg балеты "Пигмалион", 1762, Петербург ; incertain.

Œuvres instrumentales

Concerto pour clavecin, a Haye & Amsterdam RISM M 350, Londres RISM M 348, M 349.
Rééd. A, Toni, Milan, 1957.
6 Sonates pour clavecin, 1765 RISM M 352.
(Rééd. A. M. Pernafelli, 1975.
6 Symphonies, Venise, 1776 RISM M 345, M 346.
14 Préludes pour clavecin contenus dans les Regole armoniche, cf. infra.
6 Quartetti per 2 violini, viola, violoncello, RISM M 351.
Fuga per clavicembalo, D-B.

Traités sur la musique

Regole armoniche Гармонические правила, aussi connu sous Tractus Regole armoniche :
Première édition : Regole armoniche o siene precetti ragionati per apprendere i principj della musica, il portamento della mano, e l'accompagnamento del basso sopra gli strumenti da tasto, come l'organo, il cembalo ec. ; Dedicate a Sua Altezza Imperiale Paul Petrovicz ..., Appresso G. Zerletti Venise, 1775, 78 pp.
2ème édition : Regole armoniche o sieno, Precetti ragionati per apprender la musica. 2. ed., corr. ed accresciuta, Adolfo Cesare Venise, 1797, 207 pp.
Fac simile : Vincenzo Manfredini, Regole armoniche. A facsim. of the 1775 Venice Ed. Broude New York Series Monuments of music and music literature , 1966, pp.
Traduction russe : Stepan Degtyaryov Степан Аникиевич Дегтярев, "Правила гармонические и мелодические для обучения всей музыке", Санкт-Петербург, 1805.
Giornale enciclopedico d’Italie, Naples / Bologne, divers articles, 1785-1789.
Difesa della musica moderna В защиту современной музыки :
Vincenzo Manfredini [et Esteban de Arteaga], Difesa della musica moderna e de' suoi celebri esecutori, Stamperia di Carlo Trenti, Bologne, 1788, in-8. 207 pp.
Fac simile : Vincenzo Manfredini, Esteban de Arteaga, Difesa della musica moderna e de' suoi celebri esecutori, Ed. Forni Bologna serie Bibliotheca musica Bononiensis, n. 73), 1972, 207 pp.
Traduction anglaise : Vincenzo Manfredini, Esteban de Arteaga, A critical translation from the Italian of Vincenzo Manfredini's Difesa della musica moderna/In defense of modern music 1788, Patricia Howard transl., E. Mellen Press Lewiston, N.Y, 2002, 166 pp.

Saint-Pétersbourg en 1765; éd. Par AM Pernafelli, Milan 1975; 14 préludes pour clavecin publiés en harmoniques règles. Scalabrini, Paolo.


Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l





Cliquez pour afficher l





Cliquez pour afficher l





Cliquez pour afficher l



Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l


Posté le : 14/08/2015 21:39

Edité par Loriane sur 15-08-2015 21:18:52
Edité par Loriane sur 15-08-2015 21:20:17
Edité par Loriane sur 15-08-2015 21:22:04
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant




[Recherche avancée]


Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
51 Personne(s) en ligne (29 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 51

Plus ...