| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> Bataille d'Azincourt [Les Forums - Histoire]

Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Bataille d'Azincourt
Administrateur
Inscrit:
14/12/2011 15:49
De Montpellier
Messages: 8995
Niveau : 62; EXP : 81
HP : 1236 / 1545
MP : 2998 / 31650
Hors Ligne
Le 25 octobre 1415 se déroule la bataille d'Azincourt

en Artois, Battle of Agincourt en anglais pendant la guerre de Cent Ans.
Elle se déroule dans une clairière entre le bois d'Azincourt et celui de Tramecourt et se termine par une victoire anglaise décisive. Les Belligérants sont le royaume de France et le royaume d'Angleterre. Commandé par Charles Ier d'Albret, et Jean II Le Meingre, Henri V d'Angleterre et Thomas Erpingham. Les forces en présence
sont composées de 12 000 à 35 000 hommes, approx. 9 000 hommes : 1 000 chevaliers, 6 000 archers, 2 000 fantassins. Les pertes sont de 6 000 morts, 2 200 prisonniers 600 morts, dont 13 chevaliers. Elle se déroule pendant la guerre de Cent Ans.
Les batailles :
-première phase 1337-1360, Arnemuiden 1338 · L'Écluse 1340 · Saint-Omer 1340 · Chevauchée de 1346 · Caen 1346 · Crécy 1346 · Calais 1346 · Neville's Cross 1346 · Winchelsea 1350 · Chevauchée de 1356 · Poitiers 1356 · Grande Jacquerie 1358 · Meaux 1358.
-Guerre de Succession de Bretagne : Champtoceaux 1341 · Hennebont 1342 · Morlaix 1342 · Vannes 1342 · Cadoret 1345 · La Roche-Derrien 1347 · Combat des Trente 1351· Mauron 1352 · Montmuran 1354 · Rennes 1356-1357 · Auray 1364
-La deuxième phase 1369-1389 : Cocherel 1364 · Pontvallain 1370 · La Rochelle 1372 · Révolte des Tuchins 1381-1384 · Révolte paysanne anglaise 1381 · Roosebeke 1382
Guerre civile de Castille : Nájera 1367 · Montiel 1369
-Armagnacs et Bourguignons, Révolte des Cabochiens 1413· Anthon 1430
-Troisième phase 1415-1428 : Harfleur 1415 · Azincourt 1415 · Rouen 1418 · Baugé 1421 · Meaux 1421 · Cravant 1423 · Brossinière 1423 · Verneuil 1424
-Quatrième phase 1429-1453 :Orléans 1428-1429 · Journée des Harengs 1429 · Jargeau 1429 · Meung-sur-Loire 1429 · Beaugency 1429 · Patay 1429 · Chevauchée vers Reims 1429· Montépilloy 1429 · Paris 1429 · Laval 1429 · Compiègne 1430 · Gerberoy 1435 · Campagne Bretagne et Normandie 1448-1449 · Fougères 1449 · Verneuil 1449 · Formigny 1450 · Castillon 1453


En bref

Bataille de la guerre de Cent Ans à Azincourt, le 25 octobre 1415, près d'Hesdin, aujourd'hui dans le Pas-de-Calais.
L'armée féodale du roi de France Charles VI, peu disciplinée, y fut écrasée par les Anglais, moins nombreux, mais mieux commandés, sous les ordres de leur roi Henri V. Cette bataille décima la noblesse française et permit aux Anglais de conquérir une grande partie de la France, au moment où la querelle des Armagnacs et des Bourguignons divisait les Français guerre de Cent Ans.
La bataille d'Azincourt est une défaite cuisante des Français face aux Anglais, durant la guerre de Cent Ans. Revendiquant le trône de France, Henri V d'Angleterre débarque en Normandie en août 1415, à la tête d'une armée d'environ 11 000 hommes. Il s'empare de Harfleur en septembre, mais ses forces sont réduites alors de moitié, à la suite des combats et en raison des maladies. Henri prend la décision de se porter vers le nord-est pour rejoindre Calais, possession anglaise, d'où il espère pouvoir regagner l'Angleterre. Mais une imposante armée française, sous les ordres du connétable Charles d'Albret, cherche à lui bloquer sa retraite.
Cette armée compte de 20 000 à 30 000 hommes et réunit la fine fleur de la chevalerie française. Elle rattrape l'armée anglaise exténuée à Agincourt aujourd'hui Azincourt, dans le département du Pas-de-Calais. Persuadés de remporter une victoire facile, les Français ont imprudemment choisi pour champ de bataille une étroite clairière, d'environ 900 mètres, encadrée par deux bois. L'exiguïté du terrain rendant les manœuvres quasi impossibles, l'avantage de leur écrasante supériorité numérique se voit réduit à néant. À l'aube du 25 octobre 1415, les deux armées se préparent au combat. Du côté français, trois formations en bataille, les deux premières à pied, sont contraintes de s'aligner les unes derrière les autres. Henri ne dispose que d'environ 5 000 archers et 900 hommes d'armes, qu'il déploie en une seule ligne. Les hommes d'armes ont mis pied à terre et sont répartis en trois groupes centraux reliés par des groupes d'archers qui forment des angles en saillie, flanqués sur les ailes droite et gauche par deux masses d'archers supplémentaires.
Les archers anglais s'avancent pour avoir leur ennemi à portée de flèches. Le tir nourri des long bows pousse alors les Français à attaquer. Des charges isolées de chevaliers français se brisent sur la ligne de pieux acérés dressée par les Anglais. Vient alors le principal assaut, à pied, des chevaliers français, en lourde armure de plaques, sur un sol détrempé par la pluie. Sous le choc, la ligne anglaise cède d'abord du terrain, mais se ressaisit rapidement. Les chevaliers français sont engagés en rangs si serrés que certains d'entre eux parviennent à peine à lever le bras pour porter leurs coups. C'est à ce moment déterminant que Henri donne l'ordre à ses archers, équipés légèrement et plus mobiles, d'attaquer à l'épée et à la hache. Les Anglais taillent alors en pièces les Français empêtrés dans une effroyable cohue. Des centaines de nobles sont faits prisonniers pour être rançonnés, mais lorsque la crainte d'une nouvelle attaque française survient à l'approche des milices communales, ils sont tous massacrés sur les ordres d'Henri.
Cette bataille est un désastre pour les Français. Le connétable et douze autres membres de la haute noblesse, quelque 1 500 chevaliers et environ 4 500 hommes d'armes sont tombés, tandis que les pertes des Anglais s'élèvent à moins de 450 hommes. Les Anglais furent certes vaillamment dirigés par leur roi, mais la tactique absurde des Français a au moins autant contribué à leur défaite.

La bataille

Les troupes françaises, fortes de quelque 18 000 hommes, tentent de barrer la route à l'armée du roi d'Angleterre Henri V, forte d'environ 6 000 hommes et qui tente de regagner Calais, devenue anglaise depuis 1347, et donc par là même l'Angleterre.
Débarquée dès le 13 août au lieu-dit Chef-de-Caux, près de la ville d'Harfleur, l'armée anglaise parvient au bout d'un mois et demi de siège 17 août-7 octobre 1415 à prendre cette dernière, s'assurant ainsi d'une tête de pont en Normandie. Jugeant la saison trop avancée, Henri V se refuse à marcher sur Paris, et comme son aïeul Edouard III en 1346, il se dirige alors avec son armée vers le Nord de la France en vue de rembarquer vers l'Angleterre. L'ost du roi de France, Charles VI absent car atteint alors d'une maladie mentale, parvient à rattraper les Anglais le 24 octobre. La bataille qui s'ensuit se solde par une défaite importante pour le camp français : la cavalerie lourde, rendue moins efficace par un terrain boueux et les retranchements anglais, est transpercée par les archers en majorité gallois, équipés de grands arcs à très longue portée.
Cette bataille, où la chevalerie française est mise en déroute par des soldats anglais inférieurs en nombre, est souvent considérée comme la fin de l'ère de la chevalerie et le début de la suprématie des armes à distance sur la mêlée, suprématie qui ne fait que se renforcer par la suite avec l'invention des armes à feu. Elle est, en réaction, une cause majeure de l'épopée de Jeanne d'Arc, puis de l'investissement dans l'artillerie qui deviendra une spécialité française.
Pour les Anglais, cette bataille reste l'une des victoires les plus célébrées, notamment par William Shakespeare dans une pièce de théâtre, Henri V.

Configuration du terrain et conditions météorologiques

La bataille a lieu dans la clairière entre les bois d'Azincourt et de Tramecourt, dans l'actuel Pas-de-Calais près du village d'Azincourt. Le champ de bataille a été un élément déterminant à l'issue de l'affrontement. Au nord, au pied de la colline et dans des champs fraîchement labourés, se trouve l'armée commandée par Charles Ier d'Albret, connétable de France, qui s'y est placé, après une longue poursuite de onze jours, pour interdire le passage vers Calais aux forces anglaises qui ont mené une campagne sur la Somme.
La nuit du jeudi 24 octobre se passe sur le terrain pour les deux camps. Une lourde pluie tombe toute la nuit sur les deux armées peu abritées. Le champ de bataille, tout en longueur, est fortement détrempé, particulièrement côté français, placés dans le bas de la colline où coule un ruisseau devenu torrent durant la nuit. Le terrain boueux désavantageait l'armée française composée de nombreux chevaliers en armures dont certains se sont noyés sous leur poids. Le religieux de Saint-Denis dira dans sa chronique que les troupes françaises marchaient dans la boue qui s'enfonçait jusqu'aux genoux. Ils étaient déjà vaincus par la fatigue avant même de rencontrer l'ennemi.

Disposition des armées

Position troupes lors de la bataille d'Azincourt
Troupes françaises :
L'avant-garde est composée de bacinets, chevaliers ou écuyers, d'archers m d'arbalétriers n et d'hommes d'armes à pied C et Cr que le connétable C conduit.
L'aile droite du comte de Vendôme est composé d'hommes d'armes
L'aile gauche était composée de l'élite des hommes d'armes à cheval .
L'arrière garde était le surplus des gens d'armes.
Troupes anglaises :
Les archers sur le devant avec les gens d'armes derrière. les 2 autres ailes sont disposées de la même manière.

Au point du jour, le vendredi 25 la Saint-Crépin, Henri V dispose sa petite armée environ 6 000 combattants, dont 5 000 archers et 1 000 hommes d'armes. Il est probable que les trois forces habituelles aient été placées sur une ligne, chacune avec ses archers sur les flancs et les hommes d'armes démontés occupant le centre ; les archers étant placés en avant dans des avancées en forme de coin, presque exactement comme à la bataille de Crécy. Henry V se met en bon chef de guerre à la tête de ses hommes, entouré de sa garde personnelle, dans le corps de bataille principal, formé d'une ligne ininterrompue de combattants sur quatre rangs. Le duc d'York commande l'aile droite, tandis que le sire de Camoys est à la tête de l'aile gauche. Les archers sont menés par le duc d'Erpyngham, dont une grande majorité se trouve sur les flancs, ainsi que 200 autres archers dans le bois de Tramecourt afin d'empêcher un encerclement par les Français. Enfin, les archers se sont protégés par des rangées de pieux, destinés à briser la charge française.
Un grand nombre de seigneurs français sont présents au point que des bannières durent être repliées car elles gênaient la vue du corps de bataille principal. Les Français, en revanche, sont groupés sur trois lignes et en masse. Ils sont significativement plus nombreux que les Anglais, mais à Azincourt, ils ne peuvent utiliser la puissance de leur charge. Le terrain boueux fait glisser les chevaux lourdement chargés. Les quatre vagues d'attaque successives s'empêtrent les unes dans les autres.
L'avant-garde française est composée de 3 000 chevaliers, commandée par les grands seigneurs tels que le maréchal Boucicaut, le connétable Charles d'Albret, le duc d'Orléans, le duc de Bourbon, David de Rambures, grand maître des arbalétriers, le seigneur de Dampierre amiral de France, Guichard Dauphin, et autres officiers du roy d'après Monstrelet. Le plus puissant d'entre eux, le duc de Bourgogne, Jean sans Peur, est absent; il désirait participer à la bataille et avait même mobilisé des troupes. Le gouvernement armagnac alors en place avait en effet commandé au duc de Bourgogne l'envoi de 500 hommes d'armes et de 300 archers. Cependant, sa présence n'était pas souhaitée à cause notamment de la rivalité entre les partis bourguignon et armagnac. De ce fait, Jean sans Peur ne donna pas à ses vassaux l'ordre de se rendre à la bataille, ordre qui ne fut bien entendu pas écouté puisque nombre de chevaliers français tués à Azincourt étaient sujets du duc de Bourgogne, dont ses propres frères Antoine de Brabant et Philippe de Nevers.
Le corps de bataille principal, 150 mètres derrière l'avant-garde, était fort de 4 000 hommes commandés par les comtes d'Aumale, de Dammartin et de Fauquembergues. Ces deux premières batailles étaient constituées d'hommes en armure qui avaient mis pied à terre. L'arrière-garde se composait de combattants de petite noblesse et de combattants de basse naissance soldats et hommes de traits soit au total 4 100 combattants. Ils s'étaient fait ainsi reléguer à l'arrière à cause de l'organisation traditionnelle des batailles, qui veut que les grands soient à l'avant. De plus, selon les chroniqueurs, l'ost royal refusa l'aide de 4000 arbalétriers génois car il s'estimait bien assez nombreux. Sur les flancs, deux contingents de cavalerie lourde, soit 2400 cavaliers. Son but était de briser les rangs d'archers anglais et de faciliter de cette manière l'attaque des batailles principales. Les commentateurs français estiment que les chevaliers ont peu à craindre car, s'ils sont capturés, une rançon sera versée pour les libérer. Ce n'est pas le cas de la piétaille, composée de simples soldats. Ceux-ci ont intérêt à défendre chèrement leur peau et à bien se battre.
Des débats courent sur le nombre de Français présents, amenant ainsi un rapport de 1 contre 2 à 1 contre 12, soit environ 72 000 hommes d'armes français. Le nombre le plus raisonnable est celui du Dr. Anne Curry: 13 500 Français. Le royaume de France ne pouvait mobiliser davantage, d'autant plus qu'une partie de l'ost était à Rouen chargée de la protection du roi.

Déroulement de la bataille

et massacre des prisonniers et blessés français

L'échec des négociations

Pendant les trois premières heures après le lever du soleil, il n'y a aucun combat.
Des négociations s'engagent. Les Français demandent la renonciation du roi d'Angleterre à la couronne de France. Les Anglais de leur côté demandent l'accès libre à Calais et sont même prêts à rendre les forteresses qu'ils tiennent dans le Nord du royaume de France, Harfleur, qu'ils viennent de prendre après un long siège d'un mois, entre autres. Elles échouent. La bataille aura lieu.

La bataille

Il est dix heures. L'armée anglaise met genoux en terre et baise le sol. Le roi d'Angleterre, en manque de vivres avec une armée malade et fatiguée, ne peut repousser la bataille. Henri V d'Angleterre fait alors avancer ses hommes de 600 mètres vers les lignes françaises, d'une part pour les provoquer et les faire attaquer, d'autre part pour occuper la partie la plus étroite de la plaine, entre deux forêts. De plus, en se plaçant aussi près, il met les Français à portée des flèches des arcs anglais. Les archers se réfugient derrière des pieux qu'ils ont taillés le soir ou la veille, apportés et plantés dans le sol pour parer les charges de cavalerie. Ils décochent une première volée.
Oubliant les leçons des batailles de Crécy et de Poitiers, les chevaliers français, 1 200 hommes de cavalerie lourde sur chaque aile, chargent les rangs anglais. Mais seuls 900 cavaliers sont à leur poste. Le premier obstacle est le terrain, détrempé par la pluie qui s'est abattue toute la nuit et fraîchement labouré nous sommes fin octobre, le second obstacle se trouve dans les archers anglais et leurs redoutables capacités. Criblés, cavaliers et montures n'atteignent pas les rangs ennemis. Ceux qui ont réussi sont empalés sur les pieux des archers ou capturés, voire tués.
Sur ce, les chevaux blessés cherchent à s'enfuir et se heurtent à l'avant-garde française à pied, qui devant ce massacre, décide de charger. Le connétable lui-même dirige la ligne principale d'hommes d'armes démontés. Et fut l'avant-garde toute fendue en plusieurs lieux d'après la chronique de Ruisseauville. Alors commencèrent à cheoir hommes d'armes sans nombre, d'après Le Fèvre. Les archers anglais déversent leurs flèches et en noircissent le ciel. Du côté français, les hommes de traits sont bloqués derrière l'arrière-garde. Les Français utilisent des canons et serpentines, Le Fèvre.
Sous le poids de leurs armures, les hommes d'armes de l'avant-garde s'enfoncent profondément dans la boue à chaque pas. Ils atteignent cependant les lignes anglaises et engagent le combat avec les hommes d'armes anglais. Pendant un court moment, le combat est intense. L'armée anglaise se voit contrainte de reculer. Henri V est presque mis à terre, la couronne de son heaume voit l'un de ses ornements fendu par le connétable qui a réussi à fendre la garde rapprochée du roi, il est rapidement désarmé. Les archers anglais répondent par d'autres salves. Piégés dans un entonnoir, les Français, embourbés, obligés de baisser la tête face aux flèches, incapables de lever leurs armes dans cette mêlée trop serrée, sont immobilisés. Les Anglais en profitent et pénètrent les rangs français. Les archers délaissent leurs arcs pour des armes de corps-à-corps épées, haches, maillets, becs de faucons, ... et entrent dans la mêlée. L'avant-garde française est taillée en pièces en une demi-heure.
Cette première ligne ruinée bat en retraite mais se heurte à la deuxième ligne de bataille française qui entre dans la mêlée, ce qui engendre une confusion monstre. Les cadavres des chevaux et des hommes barrent toute progression et tout assaut. Les Anglais comprennent que la bataille est presque gagnée et cherchent à faire des prisonniers. Contrairement aux ordres d'Henri V, les hommes d'armes anglais profitent de la victoire qui se fait jour et font de nombreux prisonniers espérant en tirer rançon comme c'est alors l'usage, estimant en outre qu'il serait peu chrétien de les tuer. Certains Français, selon les chroniqueurs, s'enfuient alors.
Les Français reçoivent alors quelques renforts. D'abord, le duc de Brabant, frère de Jean sans Peur duc de Bourgogne, arrive avec onze de ses chevaliers. Il n'attend pas son armure qui doit arriver par convoi, endosse le tabard de son chambellan et fonce dans la mêlée.

Le massacre des prisonniers et blessés français

Puis, dans le dos des Anglais, des cris retentissent. C'est Ysembart, seigneur d'Azincourt, Rifflart de Palmasse et Robinet de Bournonville, avec 600 paysans. Ils s'en prennent aux bagages royaux et s'emparent de l'épée royale, d'une couronne, des sceaux royaux et d'une partie du trésor royal. Pris de la peur d'être attaqué à revers, Henry V donne ordre de massacrer les prisonniers "sinon les seigneurs" selon Georges Chastellain. Mais les archers refusent non pour des raisons morales mais parce qu'un tel acte supprime toute possibilité de demander rançon des prisonniers. Henry V menace de pendre quiconque refusera d'obéir à ses ordres et charge un écuyer et 20 archers de tuer les prisonniers. Il craint que la charge d'Ysembart d'Azincourt n'amène les prisonniers français à se soulever contre leurs gardiens. Chaque homme tue son prisonnier. Ils sont égorgés, ils ont le crâne fracassé à la masse d'arme ou à la hache, ou bien enfermés dans des granges auxquelles on met le feu, rapportés par Gilbert de Lannoy qui échappe de peu aux flammes. Le duc de Brabant est lui aussi égorgé. Il n'a pas été reconnu par les Anglais en tant que membre de la maison de Bourgogne.
Henry V peut alors se tourner vers le combat principal. C'est alors que la troisième ligne française, bien que sans chef, charge et se brise sur les Anglais et s'enfuit à son tour. Ysembart d'Azincourt et ses hommes battent eux aussi en retraite. Il est dix-sept heures. La bataille est terminée.
Revenant le lendemain matin sur le champ de bataille, Henry V fait massacrer les blessés français qui ont survécu.

Facteurs de l'issue de la bataille

En plus de leur indiscipline et de leur conviction de remporter la victoire grâce à leur supériorité numérique, les Français se créèrent eux-mêmes certaines difficultés.
Il avait plu toute la nuit précédant la bataille.
Arbalètes : les cordes d'arbalètes françaises étaient trop humides et donc souvent hors fonctionnement. De plus, les arbalétriers étaient mal placés pour tirer.
Jean II le Meingre dit Boucicaut, commandant les troupes françaises, avait établi un plan de bataille quelques jours avant la bataille avec les grands nobles présents. Cependant, il ne put être appliqué car il ne prenait pas en compte la nature du terrain, qui allait devenir celui d'Azincourt. Il fallut se rendre à l'évidence que l'ost du roi de France était trop nombreux pour manœuvrer dans une plaine aussi étroite rendant alors obsolète le plan de Boucicaut. En conséquence, on en revient à un plan plus simple et traditionnel, en rejetant la piétaille et les gens de trait à l'arrière, privant les hommes d'armes de leurs soutiens.
Placement en hauteur des Anglais. Les Français ont chargé, de plus à pied, sur une pente boueuse...
Tactique de placement des lignes anglaises occupant la place entre les deux bois : plus moyen de les attaquer de côté. En outre, Henry V avait placé des hommes dans les bois pour éviter toute approche française par ceux-ci. Les Anglais étaient placés en entonnoir, les Français ont eu le réflexe chevaleresque de charger tout droit, les plaçant ainsi sous les flèches anglaises en tir croisé.
Tous les attaquants français étaient à découvert de même que les Anglais d'ailleurs, et les archers anglais n'avaient qu'à tirer sans cesse devant eux puisque sur les côtés se trouvaient les deux bois qui restreignaient leur cible.
Armes de jet : le long bow, un des arcs les plus puissants pouvant transpercer une armure jusqu'à 100 mètres, bien que les arbalètes soient encore plus puissantes. Cependant, les tirs étaient, à longue distance, des tirs de sape, et non des tirs efficaces, pour blesser les troupes dont l'équipement défensif était léger et les flèches avaient perdu leur puissance contre les chevaliers lourdement armés. Il faut attendre une centaine de mètres pour que le long bow anglais, d'une puissance allant de 100 à 180 livres, puisse se montrer efficace.
Cadence de tir des archers anglais : de 12 à 14 flèches par minute les arbalètes ne pouvant tirer que 2 carreaux par minute. De plus, les archers anglais étant positionnés en entonnoir, le tir croisé s'est révélé meurtrier.
Le nombre des cavaliers français à la charge en rangs serrés. Lorsqu'un cheval tombait pendant la charge, le suivant écrasait ou trébuchait fréquemment sur le précédent. Les archers anglais, qui composaient les deux ailes, avaient planté des pieux dans le sol, afin de se prémunir des charges de cavalerie.

Bilan

Les pertes totales des Anglais sont de 13 chevaliers dont le duc d'York, petit-fils d'Édouard III, tué par le duc d'Alençon et une centaine de simples soldats. Les Français perdent 6 000 chevaliers dont le connétable, et de nombreux grands seigneurs dont quatre princes du sang, plusieurs ducs, Jean Ier d'Alençon, Édouard III de Bar, Charles d'Orléans est lui fait prisonnier ; 5 comtes dont Philippe de Bourgogne et le comte Robert de Marle, 90 barons et un millier d'autres chevaliers furent faits prisonniers. Baudoin d'Ailly, dit Beaugeois, seigneur de Picquigny, vidame d'Amiens, grand seigneur de l'Amiénois, conseiller et chambellan du roi de France Charles VI, meurt trois semaines après la bataille, des suites de ses blessures. À signaler également la mort du duc de Brabant et de Limbourg Antoine de Bourgogne, venu participer à la bataille côté français malgré la neutralité affichée de son frère et suzerain Jean sans Peur, duc de Bourgogne.
Les seuls à survivre seront ceux qui auront préféré ne pas participer : À ce combat, le duc de Bretagne, Jean, bien qu'il eût été appelé, n'assista pas. Étant venu à Amiens avec un grand nombre de ses Bretons, communément estimés à dix mille hommes, il aima mieux attendre là l'issue de la guerre, plutôt que de s'exposer de trop près aux dangers. La bataille terminée, il reprit le chemin de son duché, sans même avoir vu les ennemis, mais non sans quelque dommage pour les localités où il passait.

La paix de Troyes, désastreuse pour la France

sera signée cinq ans plus tard.

La débâcle de la chevalerie française d'Azincourt, qui fait suite à celles de Crécy, de Poitiers et de Nicopolis, prive momentanément la France de cadres administratifs et militaires en grand nombre du fait des nombreux tués chez les baillis et les sénéchaux du roi. Elle met également en évidence la conception dépassée que se font de la guerre les armées françaises en particulier une partie de la chevalerie, alors qu'Anglais et Ottomans ont déjà organisé des armées unies et disciplinées : les Français, supérieurs en nombre, mais incapables d'obéir à un chef unique et placés dans l'impossibilité de faire manœuvrer les chevaux, comme à la bataille de Poitiers, soixante ans auparavant, auraient eu intérêt à négocier avec Henri V, qui avait abandonné son rêve de revendiquer la couronne de France.
Cette bataille marqua un tournant dans l'art de la guerre en Europe : des armées plus maniables et plus articulées, comme l'était déjà celle d'Édouard III, dont la composition et le comportement permettaient de préfigurer le déroulement des batailles intervenant dès la fin du XIVe siècle défont des masses hétéroclites pleines d'inutile bravoure.



Cliquez pour afficher l





Cliquez pour afficher l





Cliquez pour afficher l





Cliquez pour afficher l





Cliquez pour afficher l





Cliquez pour afficher l





Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l





Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l





Cliquez pour afficher l

Posté le : 23/10/2015 19:38
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Bataille d'Azincourt
Plume d'Or
Inscrit:
18/02/2015 13:39
De Dijon
Messages: 1905
Niveau : 36; EXP : 28
HP : 176 / 882
MP : 635 / 9865
Hors Ligne
Chère Loriane,

C'est avec plaisir que j'ai lu la triste histoire de la bataille d'Azincourt, l'une de nos plus funestes défaites militaires.
Elle nous invite à l'humilité : une troupe plus modeste a eu raison d'une armée plus puisante, simplement à cause d'un orgueil mal placé et d'un manque patent de préparation.

Merci vraiment.

Amitiés de Dijon.

Jacques

Posté le : 25/10/2015 21:44
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Bataille d'Azincourt
Administrateur
Inscrit:
14/12/2011 15:49
De Montpellier
Messages: 8995
Niveau : 62; EXP : 81
HP : 1236 / 1545
MP : 2998 / 31650
Hors Ligne
Jacques,
Tu as raison, toute proportion gardée cela rappelle la légende de David et Goliath qui a force d'allégorie et dont la symbolique est claire : le poids et la lourdeur sont perdant devant la mobilité et la légèreté. A Azincourt ce sont les archers anglais qui ont décimé la lourde armée française. C'est le triomphe de la piétaille, des simples piétons sur la la très noble chevalerie, embourbée.
Merci de ton passage.

Posté le : 26/10/2015 08:41

Edité par Loriane sur 27-10-2015 22:02:17
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Bataille d'Azincourt
Administrateur
Inscrit:
30/05/2013 12:47
Messages: 1401
Niveau : 32; EXP : 14
HP : 155 / 778
MP : 467 / 12628
Hors Ligne
Ma chère Loriane, n'étant pas, hélas, un féru histoire, je me demandais, en écoutant la chanson de Cabrel , le pourquoi de des paroles et de cette chanson!!

J'ai la réponse à mon interrogation, et désormais j'écouterai les paroles de cette dernière avec une autre oreille!!!

''Chevaliers de la cour finis à bout portant
Et leurs chevaux trop lourds dans la boue jusqu'au flanc
Sous le vol des vautours et le dard des frelons
Tournoyant tout autour partout des papillons. ''

Merci loriane de me donner l'occasion de charger mon cerveau, sachant que la place vide ne fait pas défaut!!!!

Bisous

Serge.

Posté le : 27/10/2015 18:05
_________________
Titi
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant




[Recherche avancée]


Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
36 Personne(s) en ligne (20 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 36

Plus ...