| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> Comptage du temps, chronologie des calendriers [Les Forums - Histoire]

Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Comptage du temps, chronologie des calendriers
Administrateur
Inscrit:
14/12/2011 14:49
De Montpellier
Messages: 8880
Niveau : 62; EXP : 55
HP : 1231 / 1538
MP : 2960 / 24856
Hors Ligne
Les premiers calendriers, entre Lune et Soleil

IIIe millénaire avant JC à 622
C'est aux Chaldéens, anciens habitants de l'Irak actuel, que l'on doit la première mesure du temps. L'unité principale, l'année, correspondait à peu près à la durée d'une rotation de la Terre autour du Soleil. Elle était divisée en autant de mois que de rotations de la Lune autour de la Terre.
Les Hébreux et les Grecs ont emprunté aux Chaldéens ce calendrier «lunaire» aligné sur le cycle de la Lune.
Ils l'ont corrigé quelque peu pour faire en sorte que l'année coïncide avec la durée d'une rotation de la Terre autour du Soleil.
Jules César a participé à cet effort mais c'est seulement avec le pape Grégoire XIII, sous la Renaissance, il y a environ 500 ans, que l'on y est arrivé.
Le calendrier grégorien s'est imposé dans le monde entier pour son caractère pratique sans cesser d'être en concurrence avec d'autres représentations du temps à caractère religieux

Le dictionnaire de l'Histoire calendrier, temps, ère chrétienne

Les Chaldéens, habiles astronomes de Mésopotamie, élaborent la première mesure du temps avec un calendrier «lunaire» aligné sur le cycle de la Lune et une semaine de sept jours six jours de travail, un jour de repos. Le calendrier «solaire» aligné sur le cycle du Soleil a été mis au point par les habiles jardiniers que furent les Égyptiens de l'époque pharaonique. Il comporte douze mois de trente jours avec un complément de cinq jours dits «épagomènes». Comme le calendrier grégorien, fondé sur le cycle solaire, la semaine est aujourd'hui d'application universelle.
En 532 de notre ère, au temps de l'empereur Justinien, un moine scythe réfugié à Rome, Denis le Petit, a situé l'année de la naissance du Christ 753 ans après la fondation légendaire de Rome. Deux siècles plus tard, sous Charlemagne, le moine anglo-saxon Bède le Vénérable a l'idée de compter les années à partir de «l'an de l'Incarnation de Notre Seigneur» et non plus de l'intronisation du souverain régnant.
L'année qui précède le moment précis où serait né le Christ devient ainsi une année bissextile de 366 jours qualifiée d'An 1 avant Jésus-Christ ou avant JC. Les Anglo-Saxons écrivent en abrégé BC Before Christ, avant le Christ. La période postérieure est par convention qualifiée d'«ère chrétienne». Elle débute avec l'An 1 après Jésus-Christ en abrégé après JC ; les Anglo-Saxons emploient l'expression AD, du latin Anno Domini qui signifie en l'an du Seigneur. Comme on peut le voir, il n'y a pas d'année zéro dans ce calendrier pour la simple et bonne raison que le zéro était encore inconnu en Occident du temps de Bède le Vénérable.
Les géologues et les préhistoriens, qui n'en sont pas à quelques centaines d'années près, notent les années à partir d'aujourd'hui. Par exemple : Lascaux, 18.000 BP de l'anglais Before Present, Avant le Présent.

Et l'on inventa l'ère chrétienne

532 à 726 Invention de l'ère chrétienne... et oubli de l'An zéro
Dans les temps anciens, on comptait généralement les années à partir de l'année d'intronisation du souverain régnant ce système prévaut encore dans l'empire du... Japon.
Les Romains préféraient toutefois les compter à partir de la fondation de Rome, selon l'expression latine AUC - ab urbe condita, ce qui signifie : depuis la fondation de la ville. Devenu chrétien, l'empire romain conserve cette tradition et ce sont des querelles de clercs qui vont y mettre fin..
Pour fixer la date de Pâques, principale fête chrétienne, qui célèbre la résurrection de Jésus-Christ trois jours après sa mort sur la croix, les premiers chrétiens s'en remettent à la tradition juive, fondée sur un calendrier lunaire. Mais cette solution finit par déplaire à l'Église, désireuse de prendre son autonomie par rapport au judaïsme.
- Denis le Petit date la naissance du Christ :
Désireux de mettre un terme aux «querelles pascales» qui agitent l'Église, quelques moines se mettent en quête d'une passerelle entre le calendrier lunaire des juifs et le calendrier solaire des Romains.
C'est ainsi qu'en 532 de notre ère, au temps de l'empereur Justinien, un moine scythe réfugié à Rome, Denis le Petit, situe l'année de la naissance du Christ 753 ans après la fondation de Rome, l'année de référence des anciens Romains...
NB : on pense aujourd'hui qu'il s'est trompé de 5 ans, le roi Hérode, contemporain de la naissance du Christ, étant mort en l'an 750 de la création de Rome ; le Christ serait donc né entre l'An 3 et l'An 6 avant l'ère chrétienne.
- Bède le Vénérable christianise le temps :
Le calendrier et les tables de Denis connaissent une obscure diffusion dans les îles britanniques où l'on voit apparaître les premiers actes datés de «l'an de l'Incarnation de Notre Seigneur».
Deux siècles plus tard, au temps de Charlemagne, un moine anglo-saxon resté dans la postérité sous le nom de Bède le Vénérable envisage de généraliser cette pratique à la manière des Romains qui comptaient à partir de la fondation de leur ville. À sa suite, on prend l'habitude de dater l'année en cours à partir de l'année de naissance présumée du Christ. C'est une façon de christianiser le temps.

Les coptes préfèrent les martyrs

L'Église copte d'Égypte, aujourd'hui encore, se distingue de ses consoeurs en datant les événements à partir, non de la naissance du Christ, mais de l'«ère des martyrs» qu'elle fait débuter en l'an 284 de la Nativité, au plus fort des persécutions. Bien entendu, ce calendrier n'est en usage que dans le domaine liturgique.
- Bède le Vénérable rapporte toutes les années à la Nativité :
Bède le Vénérable ne s'en tient pas là. Il a aussi l'idée d'un décompte négatif pour les années antérieures à la naissance du Christ. Ainsi écrit-il dans son Historia ecclesiastica gentis anglorum, publiée en 726 : «Dans la soixantième année avant l'Incarnation du Seigneur, Caius Julius Caesar fut le premier Romain à faire la guerre aux Britanniques».
L'année qui précède le moment précis où serait né le Christ devient ainsi une année bissextile de 366 jours qualifiée d'An 1 avant Jésus-Christ ou avant JC. Les Anglo-Saxons écrivent en abrégé BC Before Christ, avant le Christ.
La période postérieure à la naissance du Christ est par convention qualifiée d'«ère chrétienne». Elle débute avec l'An 1 après Jésus-Christ en abrégé après JC ; les Anglo-Saxons emploient l'expression AD, du latin Anno Domini qui signifie en l'an du Seigneur.
Selon ce nouveau calendrier, l'ère chrétienne est supposée commencer au moment précis où serait né le Christ il ne s'agit encore que d'une convention qui n'a rien à voir avec la commémoration par l'Église de la Nativité, le 25 décembre.
Les années sont découpées en mois selon le principe de Sosigène d'Alexandrie retenu par Jules César et qui sera modifié à l'initiative du pape Grégoire XIII pour donner le calendrier grégorien aujourd'hui en usage dans la vie courante sur toute la planète.

Bien-pensance moderne

Si personne dans le monde ne conteste aujourd'hui sérieusement le calendrier de Bède le Vénérable, des voix s'élèvent toutefois aux États-Unis, pays du «politiquement correct», pour dénoncer la référence au Christ et à une religion particulière.
C'est ainsi que la formule après JC - en anglais AD Anno Domini - est remplacée par EC de l'Ère Commune, en anglais CE Common Era. La formule avant JC - en anglais BC Before Christ - est quant à elle remplacée par AEC Avant l'Ère Commune, en anglais BCE Before Common Era.
Vers une nouvelle représentation du temps
Le calendrier de Bède le Vénérable substitue à la représentation cyclique du temps, qui se renouvelle à chaque intronisation d'un souverain, une représentation linéaire avec des années s'ajoutant les unes aux autres... Et corrélativement, à l'idée que rien ne change, il substitue l'idée d'un progrès indéfini de l'humanité.
La nouvelle datation entre très vite en faveur à la cour de Charlemagne et de ses successeurs où l'on prend l'habitude de dater les actes publics à partir de la naissance de Jésus-Christ. Le mot date lui-même vient du latin «data» employé à propos d'un acte donné ou délivré tel jour. De la même racine viennent les mot Datum allemand, data italien... L'espagnol fecha dérive quant à lui du latin «facta» fait tel jour (*).
Il va s'écouler de longues décennies avant que le mode de datation des chancelleries ne se diffuse dans la pratique quotidienne. C'est ainsi que les Européens ordinaires de l'An Mil n'ont encore aucune conscience de la durée qui s'est écoulée depuis la naissance du Christ d'où le caractère mythique de la «Grande Peur de l'An Mil»... Rien de tel aujourd'hui.
Le calendrier de Bède le Vénérable est pleinement entré dans les moeurs. À preuve le succès planétaire des festivités du 31 décembre 1999, qui ont marqué l'entrée dans le IIIe millénaire il n'empêche que celui-ci n'a vraiment débuté que le 1er janvier 2001 et non 2000. André Larané -

Oubli de l'An zéro

Selon le calendrier de Bède le Vénérable, le premier siècle de notre ère a commencé le 1er janvier de l'An 1 et fini le 31 décembre de l'An 100...
Les siècles suivants débutent le 1er janvier du millésime 1. Ainsi, le Xe siècle débute le 1er janvier 901. Le XIe siècle débute, de même que le IIe millénaire, le 1er janvier 1001. Quant au deuxième millénaire, il a débuté le 1er janvier de l'An 1001 et s'est terminé le 31 décembre de l'An 2000.
Soulignons que le 31 décembre de l'An 1 avant Jésus-Christ a été suivi du 1er janvier de l'An 1 après Jésus-Christ.Comme on peut le voir, il n'y a pas d'année zéro dans ce calendrier pour la simple et bonne raison que le zéro était encore inconnu en Occident du temps de Bède le Vénérable.
Cet oubli ne gêne en aucune façon les historiens. Mais il en va différemment des... astronomes qui ont besoin d'additionner et soustraire des périodes. Or, quiconque est passé par le collège sait bien que le zéro est indispensable à ces opérations, surtout quand interviennent des nombres négatifs.
C'est pourquoi les astronomes ont choisi de numéroter les années avant JC par 0, -1... en introduisant l'équivalence :
- An 0 de l'astronomie = An 1 avant JC de l'Histoire,
- An -1 de l'astronomie = An 2 avant JC,
Notons pour être complet que les géologues et les préhistoriens, qui n'en sont pas à quelques centaines d'années près, notent les années à partir d'aujourd'hui. Par exemple, Lascaux, 18.000 BP de l'anglais Before Present, Avant le Présent.
Avec l'aimable contribution de Philippe Filliatre, astrophysicien

Le calendrier Julien, premier calendrier solaire

1er janvier 45 avant JC Naissance du calendrier julien
Le 1er janvier de l'an 708 de la fondation de Rome l'an 45 avant JC entre en vigueur à Rome un nouveau calendrier conçu sous l'égide de Jules César.
Ce calendrier a été employé sans modification pendant près de deux millénaires et c'est une version à peine modifiée en 1582 par le pape Grégoire XIII qui s'est aujourd'hui imposée sur toute la planète.Jean-François Zilberman

La lune défaite par le Soleil

Aux premiers temps de Rome, la mesure du temps se fondait sur les cycles de la lune celle-ci tourne autour de la Terre en 29 jours et demi environ.
Au début, l'année comportait 304 jours répartis en dix mois inégaux de 30 ou 31 jours Martius, Aprilis, Maius, Junius, Quintilis, Sextilis, September, October, November, December.
Il s'y est ajouté deux mois, Januarius et Februarius, de façon que l'année coïncide avec le cycle solaire et respecte le rythme des saisons. Pour les Romains, peuple de pasteurs et d'agriculteurs à l'esprit pratique, il était en effet essentiel que les travaux agricoles,labours, semailles, moissons... reviennent toujours aux mêmes dates
Plusieurs mois étaient dédiés aux dieux :
– le premier au dieu de la guerre, Mars ;
– le troisième à Maïa, une amante de Jupiter les chrétiens ont plus tard dédié ce mois mai à la Vierge Marie ;
– le quatrième juin à Junon, épouse de Jupiter à moins que ce ne fût à Junius Brutus, l'un des fondateurs de la République romaine ;
– le onzième janvier à Janus, un dieu à double face ;
– le dernier mois février était le mois des morts ; il était consacré à des purifications et réputé néfaste.
Jusqu'en 153 avant JC, l'année débutait donc le 1er mars, d'où les noms de septembre, octobre, novembre et décembre que portent encore les anciens mois de rang 7, 8, 9 et 10.
Trois jours importants rythmaient les mois : les Calendes 1er jour, les Nones le 5e ou le 7e et les Ides le 13e ou le 15e.
Il était habituel aux Romains de payer les intérêts de leurs dettes le premier jour de chaque mois. C'est ainsi que, de ce jour appelé Calendes, nous est venu le mot «calendrier». Ce mot a d'abord désigné le registre où étaient inscrits les comptes puis la mesure du temps elle-même.
Malgré les deux mois complémentaires de janvier et février, l'année calendaire dérivait par rapport au cycle solaire et les Pontifes, qui réglaient à Rome les affaires religieuses, devaient affiner le calendrier en ajoutant tous les deux ans quelques jours supplémentaires. Ils usaient de ce privilège en fonction de leurs intérêts, pour allonger ou raccourcir le mandat des consuls, ces derniers étant élus pour une année non renouvelable.

Jules César domestique le temps

En 46 avant JC, Jules César décide d'en finir avec les fantaisies pontificales. Il introduit un judicieux calendrier mis au point par l'astronome Sosigène d'Alexandrie.
Le maître de Rome impose une année de 365 jours divisée en 12 mois de longueur inégale. Il la fait aussi débuter le 1er janvier cette règle est tombée en désuétude à la fin de l'empire romain et n'allait s'imposer en Occident qu'au XVIe siècle seulement.
Pour réduire l'écart entre l'année calendaire et la rotation de la Terre autour du soleil, on convient d'ajouter un jour au calendrier une fois tous les quatre ans. Ce 366e jour est introduit après le 24 février. Comme les Romains nomment les jours ordinaires d'après le jour important qui les suit, il est désigné par l'expression : sexto ante calendas martii, sixième jour avant les calendes de mars. Le 366e jour est en conséquence appelé bis sexto ante... D'où le nom de bissextile qui est encore donné aux années correspondantes !
La mise en place du nouveau calendrier intervient donc le 1er janvier de l'an 708 AUC, ab urbe condita, en français : depuis la fondation de la ville, autrement dit 708 ans après la fondation de Rome selon le calcul des années en vogue à l'époque. Elle est précédée par une «année de confusion» de 445 jours en vue de réaligner une bonne fois pour toutes le début de l'année sur l'équinoxe de printemps.

Auguste ne vaut pas moins que Jules

Sur une proposition du Sénat de Rome, le cinquième mois de l'année Quintilis est renommé Julius le nom s'est transformé en juillet dans notre langue pour remercier Jules César d'avoir réformé le calendrier.
Plus tard, son successeur Auguste remet la réforme sur les rails. Il supprime les années bissextiles sur une période de 12 ans pour gommer un léger décalage entre le calendrier de son prédécesseur et le cycle solaire. Flatteur, le Sénat décide en conséquence de donner son nom au sixième mois de l'année Augustus, qui devient août en français... Mais dans le calendrier initial, ce mois avait 30 jours contre 31 pour Julius !
Afin de mettre César et Auguste sur un pied d'égalité, on enlève donc un jour à février pour le donner au mois d'août... et l'on attribue 30 jours au lieu de 31 aux mois de septembre (le septième mois dans l'ancien calendrier romain et de novembre, ainsi que 31 jours au lieu de 30 aux mois d'octobre et de décembre.
Le calendrier julien dominera l'Occident pendant 16 siècles jusqu'à la réforme du pape Grégoire XIII.

La réforme de Jules César

À Rome, l'année débutait en mars et comportait 355 jours et dix mois.
Les Romains payaient leurs dettes au début de chaque mois, ces jours étant appelés calendes ou calendae. D'où le mot calendrier qui désigne le registre où sont inscrits les comptes puis la mesure du temps elle-même.
En 46 avant JC, Jules César donne à l'année 365 jours et 12 mois. Il la fait débuter le 1er janvier et prévoit des années bissextiles. Ce nouveau calendrier est dit julien en référence à son promoteur. L'Église, au Moyen Âge, lui demeure fidèle tout en faisant remonter le décompte des années à la naissance du Christ ce décompte s'est aujourd'hui imposé à toute la planète.
Mais sous la Renaissance, les astronomes s'aperçoivent que l'année calendaire dépasse l'année solaire de... 11 minutes 14 secondes. Le cumul de cette avance quinze siècles après la réforme julienne se monte à une dizaine de jours avec pour conséquence de plus en plus de difficultés à fixer la date de Pâques !

15 octobre 1582 Naissance du calendrier grégorien

Le lendemain du jeudi 4 octobre 1582, les Romains se réveillèrent le vendredi... 15 octobre 1582. Cette nuit du 4 au 15 octobre 1582 avait été choisie par le pape Grégoire XIII pour l'entrée en application de sa réforme du calendrier julien, ainsi nommé d'après Jules César.

La réforme de Grégoire XIII

Grégoire XIII décide donc d'attribuer désormais 365 jours, et non 366, à trois sur quatre des années de passage d'un siècle à l'autre. Les années en 00 ne sont pas bissextiles sauf les divisibles par 400 : 1600, 2000, 2400...
Cette modeste réforme ramène à 25,9 secondes l'écart avec l'année solaire une broutille.
Par ailleurs, le pape décide de rattraper les dix jours de retard du calendrier julien entre le 4 et le 15 octobre 1582.
La réforme va s'étendre peu à peu à l'ensemble des pays. Le calendrier grégorien est aujourd'hui d'application universelle ou à peu près.

Calendrier révolutionnaire

24 novembre 1793 Naissance du calendrier révolutionnaire
Le 24 novembre 1793, à Paris, la Convention publie le calendrier républicain, aussi appelé « calendrier des Français ».
Les députés menacent de la guillotine quiconque s'exprimerait selon l'ancien calendrier, hérité de Jules César et modifié par le pape Grégoire XIII.
Ils veulent de cette façon déraciner les rites chrétiens, en particulier le repos dominical et les fêtes religieuses.
Le calendrier républicain est l'oeuvre du poète François Fabre d'Églantine, qui s'est rendu célèbre en composant l'immortel tube : Il pleut, il pleut, bergère... !
Les jours ne sont plus consacrés à des saints mais à des produits du terroir : châtaigne, tourbe, chien, radis, chèvre, abeille, sarcloir... ».
Les semaines sont portées à dix jours primidi, duodi, tridi... et prennent le nom de décades.
Quant aux mois, ils ont chacun 30 jours et reçoivent des noms évocateurs des saisons : vendémiaire, brumaire, frimaire, nivôse, pluviôse, ventôse, germinal, floréal, prairial, messidor, thermidor, fructidor. Ils sont complétés par cinq ou six jours consacrés à des fêtes patriotiques, les sanculottides .

Jour de l'an premier

Chez les peuples usant d'un calendrier solaire, le début de l'année a toujours été fixé par pure convention. Ainsi, l'année romaine commençait avec le mois de mars les noms de nos quatre derniers mois de l'année, tout comme leurs abréviations anciennes, rappellent clairement qu'ils occupaient, dans ce premier calendrier romain, les positions sept septem, 7bre, huit octo, 8bre, neuf novem, 9bre et dix decem, 10bre. Jules César, sur les conseils de Sosigène d'Alexandrie, avança de trois mois cette date : l'an 709 de Rome — 45 des chronologistes, — 44 en notation algébrique des astronomes commença le 1er janvier, et c'est la date initiale de la réforme julienne, que Rome – et avec elle les nations soumises à sa domination – appliqua pendant 345 ans...
Mais, au fil des siècles, l'année n'a pas commencé partout au 1er janvier, et son début a varié au gré des Églises, des époques et des pays. Pour ne citer d'abord que la France, l'année commençait le 1er mars dans nombre de provinces aux VIe-VIIe siècles ; à Noël au temps de Charlemagne et en certains lieux, tel Soissons, jusqu'au XIIe s. ; le jour de Pâques sous les Capétiens, ce qui donnait des années de longueur très variable usage quasi général aux XIIe-XIIIe s., jusqu'au XVIe s. dans certaines provinces ; toutefois, en quelques régions, l'année commençait à date fixe, le 25 mars, jour de l'Annonciation. C'est ainsi qu'on peut lire, dans la Généalogie des rois de France 1506 de Bouchet : « Charles VIII alla à trépas au chasteau d'Amboise le samedi 7 avril 1497 avant Pasques le 15 avril cette année-là, à compter l'année à la feste de Pasques ainsi qu'on le fait à Paris, et en 1498 à commencer à l'Annonciation de Nostre-Dame ainsi qu'on le fait en Aquitaine. Ce n'est qu'en 1564 que, par édit de Charles IX, le début de l'année fut obligatoirement fixé en France au 1er janvier ; et les fausses étrennes et poissons d'avril sont un lointain souvenir des dates révolues.
La République ayant été proclamée le 22 septembre 1792, date qui se trouvait être le jour équinoxial d'automne, le calendrier républicain fixa le début de l'année au jour civil où tombe l'équinoxe d'automne au méridien de Paris.
En Russie, l'an commençait le 1er septembre ; à compter du règne de Pierre le Grand, il commença le 1er janvier. Quant à l'Angleterre, où l'an débutait le 25 mars, elle n'accepta le 1er janvier qu'avec la réforme grégorienne : l'année anglaise 1751 ne comporta que neuf mois et une semaine ! Pierre Deligny



Cliquez pour afficher l





Cliquez pour afficher l





Cliquez pour afficher l





Cliquez pour afficher l





Cliquez pour afficher l





Cliquez pour afficher l





Cliquez pour afficher l





Cliquez pour afficher l





Cliquez pour afficher l





Cliquez pour afficher l





Cliquez pour afficher l





Cliquez pour afficher l






Cliquez pour afficher l






Cliquez pour afficher l






Cliquez pour afficher l





Cliquez pour afficher l





Cliquez pour afficher l



Cliquez pour afficher l





Cliquez pour afficher l





Cliquez pour afficher l


Posté le : 23/12/2015 19:42

Edité par Loriane sur 27-12-2015 21:26:01
Edité par Loriane sur 31-12-2015 16:31:51
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant




[Recherche avancée]


Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
22 Personne(s) en ligne (14 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 22

Plus ...