| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> Jacques Chastenet de Castaing [Les Forums - Histoire de la Littérature]

Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Jacques Chastenet de Castaing
Administrateur
Inscrit:
14/12/2011 15:49
De Montpellier
Messages: 9193
Niveau : 63; EXP : 26
HP : 933 / 1556
MP : 3064 / 41341
Hors Ligne
Le 7 février 1978 à Paris 9e meurt Jacques Chastenet de Castaing

journaliste, diplomate, historien français né le 20 avril 1893 à Paris 8e. Il est membre de l'Académie française à partir de 1956 Son père est Guillaume Chastenet de Castaing

LE TEMPS . Journal qui n'est plus guère connu aujourd'hui que comme l'antécédent du Monde. Le titre en était apparu en 1829, mais c'est en 1861 qu'il renaît pour devenir, après avoir été modérément oppositionnel sous l'Empire, l'organe le plus influent sous la IIIe République, prenant la place jusqu'alors tenue par le Journal des débats. Parmi ses directeurs, du fondateur Auguste Nefftzer à Jacques Chastenet (d'ailleurs historien de la IIIe République), c'est Adrien Hébrard qui, à la fin du XIXe siècle, lui imposa le plus sa marque : son conseil aux rédacteurs (à peu près tous pigistes) — « Messieurs, faites emmerdant » — est demeuré célèbre. Expression d'une recherche presque maniérée de l'austérité, mais aussi réaction salutaire contre la vulgarité ou la facilité des nouveaux grands de la presse quotidienne (Le Petit Parisien, Le Journal) et le sensationnalisme agressif et diffamatoire du Matin, dont le maître, Bunau-Varilla, affirmait sérieusement : « Mon fauteuil vaut deux trônes. » La réputation d'exactitude, dans l'information contribuera à l'autorité du journal, dont les positions seront généralement nuancées mais qui, non sans débats, s'affirme dreyfusard, puis, après l'affaire des Fiches, hostile au combisme. Les années passant, il apparaît, surtout après la Première Guerre mondiale, comme un organe officieux de la diplomatie française (André Tardieu sera chef du service étranger) et, dans les années 1930, comme celui de la grande industrie (Comité des forges). En 1938, il approuve les accords de Munich. Retranché en zone sud après l'armistice de 1940, avec moins de prudence que son confrère et concurrent Le Figaro, il attend pour se saborder la fin de novembre 1942 ; aussi figurera-t-il, malgré maintes interventions, au nombre des journaux interdits à la Libération. Ce n'en sont pas moins des collaborateurs du Temps qui fournissent au Monde ses premiers cadres. Pierre Albin Martel

Sa vie

Fils du député puis sénateur de la Gironde Guillaume Chastenet de Castaing, Jacques Chastenet, après des études secondaires au lycée Condorcet, étudie à la Sorbonne licencié ès lettres, en histoire , à la Faculté de droit et à l'École libre des sciences politiques, d'où il sort second de la section finances publiques. Mobilisé lors de la Première Guerre mondiale, il sert comme officier d'artillerie et termine la guerre avec la Croix de guerre et la Légion d'honneur. Il termine ensuite ses études: il est docteur en droit. Il réussit aussi le concours des affaires étrangères; il est reçu premier.

Diplomate, hommes d'affaires, journaliste et directeur de journal

Il entre ensuite dans la carrière diplomatique, durant quelques années, comme secrétaire d'ambassade. En 1921, il est secrétaire général de la Haute Commission militaire alliée des territoires rhénans.
Il abandonne ensuite la "carrière" pour les affaires et le journalisme. Il se spécialise dans la politique étrangère: il est rédacteur diplomatique à l'Opinion 1924-30 puis à la Revue politique et parlementaire de 1930 à 1931.
En même temps, il se met au service des industriels du charbon: il est sous-directeur du Groupement des houillères du Nord et du Pas-de-Calais puis directeur de 1924 à 1930 de l'Union des mines, une filiale financière du Comité central des houillères de France. Et aussi administrateur de diverses sociétés liées à l'Union des mines.
C'est à ce double titre qu'il est choisi en 1931 par les propriétaires du quotidien Le Temps, – Henri de Peyerimhoff de Fontenelle, du Comité central des houillères de France, et François de Wendel, du Comité des forges, – pour devenir codirecteur de ce journal influent, aux côtés d'Émile Mireaux ; ce que d'aucuns, à l'époque, voient comme une mainmise du patronat houiller et sidérurgique sur le quotidien.
Le 28 novembre 1942, en réponse à l'invasion allemande de la zone Sud, les deux codirecteurs "sabordèrent" le journal.

Historien académique et engagé après la guerre

Il est élu à l’Académie des sciences morales et politiques en 1947 et à l’Académie française en novembre 1956.
Il joue encore un rôle politique après guerre en étant notamment conseiller de l’Union française entre 1952 et 1958, désigné par le groupe des indépendants droite . Il collabore à plusieurs périodiques, Écrits de Paris, l'hebdomadaire anticommuniste Exil et liberté, Paris-Presse - il propose en 1953 un retrait partiel de l'Indochine et que les soldats français y soient remplacés par l'armée américaine - et aussi La Revue des deux mondes, fief de la droite académique.
Membre du comité supérieur du Centre des hautes études américaines, il cosigne en 1954 et en 1962 les appels à l'union atlantique avec les États-Unis lancés par le Mouvement pour l'union atlantique. Il est aussi membre du Conseil français du Mouvement européen, vice-président puis président d'honneur de la Ligue européenne pour la coopération économique et président du Comité France-Amérique en 1967-6810.
En octobre 1960, il signe un manifeste d'intellectuels partisans de l'Algérie française et hostiles au Manifeste des 1211. Il est ensuite membre du comité de patronage de l'Union française pour l'amnistie.
Attaché à sa région d'origine, il possédait une propriété de famille près de Libourne Gironde, sur la commune de Saillans. Il fut nommé président d'honneur de la Société historique et archéologique de Libourne en 1957.
Son épouse est décédée en 1987.

Œuvres

1918 Du Sénat constitué en Cour de Justice
1941 William Pitt Fayard
1943 Godoy, Prince de la Paix Fayard
1945 Vingt ans d’histoire diplomatique, 1919-1939 (Le Milieu du monde
1945 Wellington Fayard
1946 Le Parlement d’Angleterre Fayard
1946 Les Grandes heures de Guyenne Colbert
1947 Le Siècle de Victori Julliard
1949 La France de M. Fallières Fayard
1952 Histoire de la IIIe République, Tome I. L’Enfance de la Troisième 1870--1879 Hachette
1953 Elisabeth Ire Fayard
1954 Histoire de la IIIe République, Tome II. La République des Républicains 1879-1893 Hachette
1955 Histoire de la IIIe République, Tome III. La République triomphante 1893-1906 Hachette
1956 Winston Churchill
1957 Histoire de la IIIe République, Tome IV. Jours inquiets et jours sanglants 1906-1918 Hachette
1958 Quand le bœuf montait sur le toit
1960 Histoire de la IIIe République, Tome V. Les Années d’illusion 1918-*1931 Hachette
1961 La vie quotidienne en Angleterre au début du Règne de Victoria, 1837-1851 Hachette
1962 Histoire de la IIIe République, Tome VI. Déclin de la Troisième 1931-1938 Hachette
1963 Histoire de la IIIe République, Tome VII. Le drame final 1938-1940 Hachette
1964 La guerre de 1914-1918 Hachette
1965 L’Angleterre d’aujourd’hui Calmann-Lévy
1966 La vie quotidienne en Espagne au temps de Goya
1967 Histoire de l’Espagne
1967 En avant vers l’Ouest. La conquête des États-Unis par les Américains
1968 Léon Gambetta
1970 De Pétain à de Gaulle Fayard
1970 Cent ans de République, 9 vol. Tallandier
1974 Quatre fois vingt ans Plon

Distinctions et décorations

Grand officier de la Légion d'honneur
Grand-Croix de l'ordre national du Mérite
Croix de guerre 1914-1918
Commandeur des Palmes académiques
Commandeur de l'Ordre de l'Empire britannique

Liens externes et sources

Notice biographique de l'Académie française
Réception de J. Chastenet à l'Académie: discours de Léon Bérard
Discours prononcé pour la mort de J. Chastenet par le duc de Castries à l'Académie
Notices d'autorité : Fichier d'autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • Bibliothèque nationale de la Diète • WorldCat



Cliquez pour afficher l






Cliquez pour afficher l






Cliquez pour afficher l






Cliquez pour afficher l





Cliquez pour afficher l






Cliquez pour afficher l

Posté le : 06/02/2016 20:02

Edité par Loriane sur 07-02-2016 16:53:34
Edité par Loriane sur 07-02-2016 16:54:31
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant




[Recherche avancée]


Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
51 Personne(s) en ligne (30 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 51

Plus ...