| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> Giovanni Battista Tiepolo [Les Forums - Photographe/Peintre]

Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Giovanni Battista Tiepolo
Administrateur
Inscrit:
14/12/2011 15:49
De Montpellier
Messages: 8932
Niveau : 62; EXP : 67
HP : 1233 / 1541
MP : 2977 / 27494
Hors Ligne
Le 5 mars 1696 naît à Venise Giovanni Battista Tiepolo

ou Giambattista Tiepolo francisé Jean-Baptiste Tiépolo, mort à Madrid le 27 mars 1770, est un peintre rococo et un graveur italien ayant travaillé dans plusieurs cours européennes, fait caractéristique de la circulation des artistes dans l'Europe des Lumières.
Les œuvres qui ont fait sa réputation sont les grands cycles de fresques qu'il a peints à Venise et dans sa région mais aussi à Bergame et, hors d'Italie, à Madrid et à Wurtzbourg pour décorer palais et églises, mais il a également laissé de nombreux tableaux et esquisses peintes.
Il fut le mari de Maria Cecilia Guardi, sœur des peintres vénitiens Francesco Guardi et Gianantonio Guardi. Il est également le père des peintres Giandomenico Tiepolo et Lorenzo Tiepolo. Il reçut sa formation comme élève de Gregorio Lazzarini, il eut pour maître Sebastiano Ricci et Giovanni Battista Piazzetta. Ses élèves et ses fils, sont Giandomenico et Lorenzo mais aussi Francesco Zugno,Giovanni Scajario. Il fut distingué et devint président de l'Académie de Padoue. Son Œuvre la plus réputée est la Fresque au plafond de l'escalier de la résidence de Würzburg.

En bref

Couronnement de sa carrière, les décors que le peintre vénitien Giambattista Tiepolo réalisa pour le palais de Würzburg, en Allemagne, sont caractéristiques de la circulation des artistes dans l'Europe des Lumières. Contacté par un banquier allemand qui résidait à Venise et qui négocia son contrat, Tiepolo partit en 1750 pour l'Allemagne. Les salles du palais que devait décorer l'artiste avaient été achevées en 1742 sous la direction de l'architecte Balthasar Neumann. Un Italien, Antonio Bossi, travaillait à la décoration de stucs depuis 1736, mais très vite il fut décidé que seraient peintes à fresque plusieurs vastes salles. Tiepolo, à peine arrivé, exécuta les esquisses du décor dans la salle impériale Kaisersaal : trois scènes de l'histoire allemande au XIIe siècle, notamment le Mariage de Frédéric Barberousse avec Béatrice de Bourgogne célébré à Würzburg en 1156, peintes en 1751-1752. Le prince-évêque lui commanda alors, ce qui n'était pas prévu à l'origine, l'immense voûte de l'escalier d'honneur sur le thème des quatre parties du monde, pour lequel l'artiste se fit aider par son fils Giandomenico 1752-1753. Tiepolo revint ensuite à Venise, mais en 1761 Charles III d'Espagne l'appelait pour décorer 1764-1766 le nouveau palais royal à Madrid ; le plafond de la salle du Trône 1764 est l'ultime chef-d'œuvre d'un genre et d'un style qui allaient disparaître avec lui.

Sa vie

Dernier des six fils de Domenico Tiepolo, capitaine d'un navire marchand, et de sa femme Orsetta, il devient orphelin de père à un an.
Élève de Gregorio Lazzarini, il est plus influencé par Sebastiano Ricci et Giovanni Battista Piazzetta. En 1715, il accomplit son premier travail important, le Sacrifice d'Isaac, quitte l'atelier de Lazzarini en 1717 et il est reçu à la guilde des peintres.
Il épouse Cecilia Guardi en 1719, la sœur des peintres rococo vénitiens Gianantonio Guardi, Nicolò Guardi et Francesco Guardi et ils auront dix enfants, dont quatre filles et 3 garçons survivront dont Giandomenico et Lorenzo qui seront ses assistants. Le couple résidera jusqu'à 1734, à San Francesco della Vigna, près du palais Contarini.
Un patricien d'Udine, Dionisio Delfino, le commissionne pour la décoration des fresques de la chapelle et du palais 1726-1728. Les premiers chefs-d'œuvre de Tiepolo à Venise sont un cycle d'énormes toiles peintes de batailles et de triomphes antiques pour décorer une grande salle de réception du Palais Dolfin Manin à Venise v. 1726-1729.
Il devient un peintre demandé et prolifique : Il peint des toiles pour les églises de Verolanuova 1735-40, pour la Scuola dei Carmini 1740-47, et des Scalzi 1743-1744, un plafond pour les palais Archinto et Casati-Dugnani à Milan 1731, la chapelle de Colleoni à Bergame 1732-1733, un plafond pour les Jésuites Santa Maria del Rosario à Venise 1737-39, au Palazzo Clerici à Milan 1740, les décorations pour la villa Cordellini à Montecchio Maggiore 1743-1744 et pour la salle de bal au palais Labia, montrant l'histoire de Cléopâtre 1745-1750.
Vers 1740, il collabore à la gravure de la série d'estampes de Giuliano Giampiccoli de vues de paysage d'après Marco Ricci 36 paysages avec deux frontispices publiée vers 1740 et rééditée avec des ajouts en 1775 par Teodoro Viero 48 paysages et 4 frontispices. La série complète des 36 paysages est conservée au British Museum1.
Sur l'invitation du prince-évêque Charles Philippe de Greiffenclau, il part avec ses deux fils à Wurtzbourg où il resteront trois ans, et y réalise avec eux la décoration du salon de sa nouvelle résidence, puis de l'immense plafond de l'escalier monumental de Johann Balthasar Neumann. Son Allégorie des planètes et des continents montre Apollon, dans sa course quotidienne, avec les dieux symbolisant les planètes, les figures allégoriques sur la corniche représentent les quatre continents, dont l'Amérique. Il peint également les fresques du salon du Kaisersaal.
Revenu à Venise en 1753, Tiepolo est réputé localement, mais aussi à l'étranger comme la Russie ou l'Angleterre. Il est élu président de l'académie de Padoue et il accomplit des fresques pour les églises : le Triomphe de la foi pour l'église della Pietà, les fresques pour Ca' Rezzonico, les peintures pour des villas de patriciens dans la campagne vénitienne, telle que la villa Valmarana de Vicenza et un grand plafond panégyrique pour la villa Pisani à Stra.
Il continue les fresques de Cléopâtre au Palazzo Labia avec La Rencontre d'Antoine et de Cléopâtre, Le Banquet de Cléopâtre et un plafond central avec Le Triomphe de Bellerophon sur le temps. Il s'adjoint les services d'un maître en perspective, Girolamo Mengozzi Colonna.
En 1761, le roi Charles III d'Espagne le commissionne pour une fresque de plafond de l'Apothéose de l'Espagne pour le palais royal de Madrid. Au début de l'année 1762, il part pour Madrid, ce qui provoque la jalousie et l'opposition d'Anton Raphael Mengs et y restera jusqu'à sa mort.
Excellent peintre, il a influencé Goya au travers d'une technique notable qui eut d'ailleurs une grande reconnaissance par la suite : la lumière, l'éclairage de parties précises du tableau par des couleurs claires permettant de faire ressortir des impressions ou des idées, comme la pureté ou le divin.
Les thèmes abordés comportent presque toujours une allusion à la mort et à la magie.

Œuvres

Avant 1740
Le Martyre de saint Bartholomée 1722, église San Stae, Venise
L'Enlèvement d'Europe, v. 1725, Gallerie dell'Accademia de Venise
Allégorie du pouvoir de l'Éloquence v. 1725, Courtauld Arts Institute, Modello pour le Palazzo Sandi, Venise
Fresques 1726, palais épiscopal, Udine
Le Triomphe de Marius 1729 Metropolitan Museum of Art, New York
Mucius, Scaevola et Porsenna, 1725-1730 vers, Musée Magnin, Dijon
Persée et Andromède 1730, The Frick Collection, New York
Éducation de la Vierge 1732, S. Maria della Consolazione Fava, Venise
Ange secourant Hagar 1732, Scuola Grande de San Rocco, Venise
Prêche de saint Jean-Baptiste 1732-1733, Chapelle Colleoni, Bergame
La Décollation de saint Jean-Baptiste 1732-1733, chapelle Colleoni, Bergame
Fléau des serpents 1732-1735, Galerie dell'Accademia de Venise
Joseph recevant l'anneau de Pharaon 1732-1735, Dulwich Picture Gallery, Londres
Triomphe de Zéphyr et Flore 1734-1735, Museo del Settecento Veneziano, Ca' Rezzonico, Venise
Jupiter et Danaë 1736, Universitet Konsthistoriska Institutionen, Stockholm
Le Pape Clément adorant la Trinité 1737-1738, Alte Pinakothek, Munich
Le Rosaire 1737-1739, Santa Maria del Rosario Gesuati, Venise
Chemin de croix 1737-1738, Sant'Alvise, Venise
La Madone du Carmel 1730 Pinacoteca di Brera, Milan
Vierge avec six saints 1737-1740, musée des beaux-arts de Budapest
La Découverte de Moïse 1730, National Gallery of Scotland, Édimbourg
Le Martyre de saint Sébastien 1739, deuxième volet droit du retable de l'église Sainte-Marie de Dießen am Ammersee.
De 1740 à 1750
La Vierge apparaissant à saint Philippe Neri 1740, Museo Diocesano, Camerino
Récolte de la manne 1740-1742, Paroissiale, Verolanuova
Le Sacrifice de Melchizedek 1740-1742, Paroissiale, Verolanuova
Vertu et Noblesse repoussant l'Ignorance dans les airs 1743, Dulwich Picture Gallery modèle pour la villa Cordellina à Montecchio Maggiore
La Vérité dévoilée par le Temps 1743, huile sur toile de 259 cm × 350 cm, Museo Civico Palazzo Chiericati, Vicenza
Le Banquet de Cléopâtre 1743-1744, National Gallery of Victoria, Melbourne
La Découverte de Moïse 1745, National Gallery of Victoria, Melbourne
Adorateurs 1743-1745, Galleria dell'Accademia, Venise
Henri III reçu à la Villa Contarini vers 1745, fresque marouflée sur toile, musée Jacquemart-André, Paris
Apollon et Daphné 1744-1745, musée du Louvre, Paris
Découverte de la Vraie Croix c.1745, Galleria dell'Accademia, Venise
Fresques de l'Histoire de Cléopâtre 1746, Palazzo Labia, Venise
L'Arrivée de Marc Antoine en Égypte vers 1747, Metropolitan Museum of Art, New York.
La Vierge apparaissant aux saints dominicains 1747-1748, Santa Maria del Rosario Gesuati, Venise
La Dernière communion de sainte Lucie 1747-1748, Santi Apostoli, Venise
Saint Jean le Grand vainqueur des Maures 1749-1750, musée des beaux-arts, Budapest
Après 1750
Fresques 1751-1753, Residenz, Wurtzbourg en Allemagne
Récolte de la manne 1751, musée national de Serbie, Belgrade
Allégorie des Planètes et des Continents 1752, Metropolitan Museum of Art, New York
Mort de Hyacinthe 1752-1753, Collection Thyssen-Bornemisza, Madrid
Adoration des mages 1753, Alte Pinakothek, Munich
Couronnement de la Vierge 1754, Kimbell Art Museum, Dallas modello pour l'Ospedale della Pietà
Allégorie avec Vénus et le Temps 1754-1758, National Gallery, Londres
Fresques de la mythologie romaine 1757, villa Valmarana, Vicenza
Un Homme assis et une Fille avec un pichet c.1755, National Gallery, Londres
Vertus théologales c.1755, musées royaux des beaux-arts, Bruxelles
Martyre de sainte Agathe c.1756, Staatliche Museen, Berlin
Allégorie du Mérite accompagnée de la Noblesse et de la Vertu 1757-1758, Museo del Settecento Veneziano, Ca' Rezzonico, Venise
Vision de sainte Anne 1759, Gemäldegalerie, Dresde
Apothéose de la famille Pisani vers 1760, musée des beaux-arts, Angers modèle pour la fresque de la villa Pisani à Stra
Le Cheval de Troie tiré dans Troie 1760, National Gallery of Art, Washington
Vierge au chardonneret c.1760, National Gallery of Art, Washington
Jeune femme au perroquet 1760-1761, Ashmolean Museum, Oxford
Le Triomphe d'Hercule 1760-1762, Fondation Bemberg, Toulouse
Apothéose de la famille Pisani 1761-1762, Villa Pisani, Stra
Saint Charles Borromée 1767-1769, Cincinnati Art Museum, Cincinnati
L'Immaculée Conception 1767-1769, huile sur toile, musée du Prado, Madrid
Gloire de l'Espagne 1762-1766, salle du Trône, palais royal de Madrid
Apothéose de la monarchie espagnole 1762-1766, antichambre de la Reine, Palacio Real, Madrid
Vénus et Vulcain 1762-1766, salle des hallebardiers, Palacio Real, Madrid
date non précisée
La Fuite en Egypte, chapelle de Sant’Atanasio, église San Zaccaria, Venise

Vue d'œuvres

Portrait d'une dame en Flore. Tableau inconnu, récemment découvert dans un château d'Alsace.
Apothéose de la famille Pisani 1761-1762.
Apollon et Daphné 1744-1745.
Alexandre le Grand à l'atelier d'Apelle 1725-1726.

Anecdote

La copie du tableau de Tiepolo, La Vérité dévoilée par le Temps, choisi par Berlusconi lui-même pour la salle de presse de sa présidence du conseil, a été censurée en août 2008 par ses conseillers, en cachant le sein dévoilé et visible de la Vérité.
Un tableau inédit, récemment découvert dans le grenier de l'imposant château du Sundgau, lui a été attribué et dénommé Portrait d'une dame en Flore.



Cliquez pour afficher l





Cliquez pour afficher l






Cliquez pour afficher l





Cliquez pour afficher l






Cliquez pour afficher l






Cliquez pour afficher l






Posté le : 06/03/2016 18:47

Edité par Loriane sur 07-03-2016 18:39:18
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant




[Recherche avancée]


Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
36 Personne(s) en ligne (24 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 36

Plus ...