| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> André Glucksmann [Les Forums - Coin de la Philosophie]

Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





André Glucksmann
Administrateur
Inscrit:
14/12/2011 15:49
De Montpellier
Messages: 8919
Niveau : 62; EXP : 64
HP : 1232 / 1541
MP : 2973 / 26741
Hors Ligne
Le 19 juin 1937 naît André Glucksmann,

né Joseph André Glucksmann à Boulogne-Billancourt et mort à 78 ans dans la nuit du 9 au 10 novembre 2015 à Paris, philosophe et essayiste français. Ses Œuvres principales sont : Discours de la guerre, La cuisinière et le mangeur d’hommes, Les maîtres penseurs, Silence on tue
Son fils est Raphaël Glucksmann. Engagé dans sa jeunesse dans le maoïsme, il est ensuite associé au courant dit des nouveaux philosophes. Il évolue par la suite progressivement vers une position atlantiste.

En bref

Figure de la nouvelle philosophie dans les années 1970, profondément marqué par la lecture de Soljenitsyne, André Glucksmann fit siens les combats contre les totalitarismes.
Né le 19 juin 1937 à Boulogne-Billancourt, André Glucksmann baigne dans la culture de la Mitteleuropa. Rubin et Martha, ses parents, juifs autrichiens, sont des militants sionistes de gauche devenus communistes et qui ont fui l’Allemagne nazie. Enfant caché pendant la guerre tandis que sa mère s’engageait dans la Résistance, il passe sa jeunesse dans la banlieue lyonnaise. Après des études de philosophie à l’École normale supérieure de Saint-Cloud, il obtient l’agrégation en 1961. Tout en militant à l’Union des étudiants communistes, il participe, à la Sorbonne, au séminaire de Raymond Aron consacré à la guerre puis intègre le C.N.R.S. La relecture de Clausewitz lui fournit la matière de son Discours de la guerre 1967. Proche des maoïstes de la Gauche prolétarienne, Glucksmann convoque les grandes figures de la révolution, de Lénine à Che Guevara, pour s’approprier un objet jusqu’alors peu étudié par les philosophes. Dans le contexte de Mai-68, l’ouvrage est surtout remarqué pour sa prise de distance radicale avec la pensée du Grand Timonier.
C’est en fréquentant l’intellectuel catholique Maurice Clavel qu’André Glucksmann prend connaissance de l’œuvre d’Alexandre Soljenitsyne. La parution, en 1973, de L’Archipel du Goulag est un choc qui va changer sa vie. Les réunions chez Maurice Clavel scellent son divorce avec l’extrême gauche et le marxisme. La Cuisinière et le mangeur d’hommes 1975, qui établit un parallèle entre nazisme et communisme, ouvre la voie qui sera désormais la sienne, celle de l’antitotalitarisme. Dans cette même logique, Les Maîtres penseurs 1977, à la fois essai et pamphlet, rompt avec des figures fondatrices de la philosophie – Fichte, Hegel, Marx et Nietzsche – coupables, selon lui, d’avoir agencé l’appareil mental indispensable au lancement des grandes solutions finales du XXe siècle.
C’est précisément en 1977 que la France va découvrir André Glucksmann sur le plateau d’Apostrophes, aux côtés de Bernard-Henri Lévy et de Maurice Clavel. Avec d’autres ex-gauchistes en rupture de Marx est né le courant des « nouveaux philosophes » pour lesquels les anciens, comme Gilles Deleuze, n’ont que mépris, ne voyant là que « marketing philosophique. De son côté, Glucksmann s’en prend à la tradition émancipatrice des Lumières, à laquelle il reproche d’avoir par idéalisme alimenté les pires entreprises politiques. Il ne s’agit pas de vouloir le bien, mais de refuser le mal. Dans sa démarche, le philosophe finira par trouver un appui dans Le Discours de la méthode en publiant Descartes, c’est la France 1987.
Spécialiste de la guerre, de la dissuasion et de la stratégie nucléaire comme directeur de recherche au C.N.R.S., André Glucksmann multiplie les ouvrages et les prises de position politiques. En 1979, il parvient à réunir Sartre et Aron pour soutenir l’opération « Un bateau pour le Vietnam », afin de venir en aide aux boat people du sud du pays qui fuient les persécutions dans leur pays réunifié.
Glucksmann pratique une philosophie de l’intervention qui trouve un écho dans le « devoir d’ingérence » de Bernard Kouchner et de Médecins sans frontières. La philosophie ne doit pas se contenter de penser, elle doit contribuer à lutter contre les totalitarismes de droite et de gauche, les souffrances, le mal. Aux élections européennes de 1994, il retrouve Bernard-Henri Lévy sur la liste Sarajevo en faveur de la Bosnie assiégée. En 2003, lors de la guerre d'Irak, il se prononce en faveur du renversement de Saddam Hussein. Cet enfant de Mai-68, saisi par le Goulag, suit la voix résistante de sa mère, Martha, pour dénoncer au fil de ses essais la terreur, le fanatisme idéologique et religieux, le nihilisme contemporain et ce crime d’indifférence qui a permis, lors de la guerre de Tchétchénie, qu’une ville de 400 000 habitants comme Grozny soit réduite en poussière dans un silence diplomatique quasi total.
En 2007, André Glucksmann soutient la candidature de Nicolas Sarkozy à l’élection présidentielle. Mais ce ralliement s’estompe après le rapprochement du nouveau président de la République avec Vladimir Poutine. Dans son autobiographie Une rage d’enfant 2006, où il évoquait pour la première fois son judaïsme, ses parents et sa capacité de révolte, il écrivait : Je ne suis pas un prophète d’apocalypse, tout juste un penseur en colère. Cet éternel indigné est mort le 9 novembre 2015 à Paris. Laurent Lemire

Sa vie

André Glucksmann est le fils de réfugiés juifs, son père Rubin Glucksmann étant un ancien combattant de la Première Guerre mondiale originaire de Czernowitz en Bucovine et sa mère Martha née à Prague. Ses parents, militants sionistes de gauche, émigrent en Palestine au début des années 1920. Sa mère travaille un temps dans un kibboutz, qu'elle quitte désabusée5 pour revenir à Jérusalem où elle rencontre son futur époux. Déçus par le sionisme, ses parents entrent au Parti communiste. Ses sœurs aînées Alisa et Micky naissent à Jérusalem. Ses parents quittent la Palestine en 1933 pour rejoindre l'Europe et combattre l'hitlérisme dans le cadre de la lutte organisée par le Komintern. Rubin est officiellement agent d'assurance à Hambourg ce qui lui permet de nombreux voyages en Europe centrale et en Union soviétique. Il est devenu agent de renseignement pour le GRU. La situation pour Rubin en tant qu'espion soviétique devient très dangereuse en Allemagne à partir de 1934. En 1935, quand ses parents apprennent qu'ils sont recherchés par la Gestapo, ils s'enfuient pour la France. Rubin est employé par la Wostwag, une société écran du Komintern dont l'une des activités principales est de fournir du matériel aux Républicains espagnols8. Dans le choix des prénoms du garçon né à Boulogne-Billancourt, les parents s'inspirent du nom de famille d'Etkar André, un fonctionnaire du Parti communiste allemand KPD, mais également du prénom de Joseph Staline. Son père est alors actif à Londres où il émigre alors que son épouse reste en France pour permettre la poursuite de la scolarité des filles. L'historien allemand Sebastian Voigt décrit la fonction de Rubin à Londres comme revêtant une grosse importance pour l'Union soviétique. Dès le début du conflit, Rubin est arrêté et interné comme beaucoup d'autres immigrants par les autorités anglaises. Il meurt en 1940 dans le naufrage de l’Arandora Star, qui l'emmenait au Canada pour internement. Martha, à la suite de l'Occupation allemande, s'enfuit en zone libre avec ses trois enfants et rejoignit la Résistance. La famille Glucksmann est internée dans le camp militaire de Bourg-Lastic près de Vichy en 1941, d'où elle doit être déportée en Allemagne mais Martha, pressentant le drame, suscite la rébellion dans le camp si bien que les autorités préfèrent la libérer avec ses enfants pour éviter la contagion de cette rébellion. Sa mère Martha se remarie après la guerre avec un fonctionnaire du Parti communiste autrichien Paul Kessler et restera jusqu'à sa mort en 1973 étroitement liée au Parti communiste.
André Glucksmann suit ses études au lycée de la Martinière à Lyon et dès 1950, en falsifiant son âge, devient membre du Parti communiste français.
André Glucksmann est un ancien élève de l'ENS de Saint-Cloud et agrégé de philosophie 1961.
Il est le père du réalisateur Raphaël Glucksmann.

Les expériences d'un révolté de mai 68

En 1968, alors assistant de Raymond Aron à la Sorbonne, il publie son premier livre, Le Discours de la Guerre qui porte sur la philosophie de la dissuasion nucléaire. Il participe aux événements de mai 1968 ainsi qu'au journal Action, puis devient militant maoïste. Farouche défenseur de la révolution culturelle chinoise, il lutte fréquemment contre les membres du Parti communiste français y compris physiquement, les qualifiant de révisionnistes bourgeois. En 1972, il qualifie la France de dictature fasciste dans un article publié dans la revue Les Temps modernes. Il appelle par ailleurs à l'embrasement de l'Europe entière de Lisbonne à Moscou.

Le mouvement des nouveaux philosophes

André Glucksmann connaît ensuite une évolution politique notable, qui le conduit à rompre avec le marxisme. Il est alors associé au courant dit des nouveaux philosophes. En 1975, il publie La Cuisinière et le mangeur d'hommes, réflexions sur l'État, le marxisme et les camps de concentration, où il établit un parallèle entre le nazisme et le communisme. Ce livre ainsi que Les Maîtres penseurs, qui paraît en 1977, sont des succès de librairie, mais suscitent de nombreuses réactions critiques chez les intellectuels de gauche, notamment dans la revue Actes de la recherche en sciences sociales autour de Pierre Bourdieu. Dans une longue note critique de La Cuisinière et le mangeur d'hommes, le sociologue Claude Grignon dénonce par exemple le discours sans queue ni tête et les faux paradoxes d'un révolutionnaire conservateur », qui « met l'est à la place de l'ouest, la gauche à la place de la droite, la droite à la gauche de la gauche …, transforme les révolutions victorieuses en révolutions manquées et les révolutions manquées la Commune en révolutions réussies.
Dans les années 1970, André Glucksmann milite en faveur des dissidents de l'Union soviétique et des opposants des états satellites communistes. En 1977, dans le numéro d’Apostrophes Les nouveaux philosophes sont-ils de gauche ? où il est invité, les deux auteurs du livre Contre la nouvelle philosophie, Xavier Delcourt et François Aubral, le ménagent, le jugeant plus ouvert au dialogue que Bernard-Henri Lévy — autre invité — et bien d'autres. Lui-même reste distancié, appelant, aussi bien les deux auteurs que Bernard-Henri Levy lui-même, à ne pas se lancer dans des invectives dangereuses pour le débat démocratique.

Un bateau pour le Viêt Nam

Boat-people vietnamiens en 1984.
Le retrait total des dernières troupes américaines de l'ambassade des États-Unis en 1975 intervient quelques heures avant la prise de Saïgon par les communistes nord-vietnamiens et les maquisards du Front national de libération du Sud Viêt-Nam marquant la fin de la guerre. Le Viêt Nam réunifié en 1976 sous l'appellation de République socialiste décline le système totalitaire du nord sur l'ensemble du pays provoquant le départ clandestin de centaines de milliers de Vietnamiens. En janvier 1979, André Glucksmann, Jean-Paul Sartre et Raymond Aron prennent l’initiative de lancer une opération de sauvetage, Un bateau pour le Vietnam, en faveur de ceux qui fuient ce pays à bord de bateaux de fortune, les boat-people.
La photographie de Richard Melloul prise sur le perron de l'Élysée à cette occasion le 26 juin 1979 est restée célèbre. Anticolonialiste dans l'âme, à la mort de Jean-Paul Sartre, le 15 avril 1980, Glucksmann compare dans l'émission Apostrophes les combats du grand philosophe contre la guerre d'Algérie à ceux de Soljenitsyne pour les libertés en URSS.

La conversion à l'atlantisme

En 1981, André Glucksmann et Bernard Kouchner soutiennent ou en tout cas encouragent la candidature de Marie-France Garaud à l’élection présidentielle de 198121.
En 1985, quand parmi d'autres, Jean-François Revel, Olivier Todd, Emmanuel Leroy-Ladurie, Pierre Daix, Alain Besançon, Pierre Rigoulot, Bernard Stasi, Jacques Chaban-Delmas et Bernard-Henri Lévy signent une pétition pour encourager Ronald Reagan à continuer à soutenir les Contras au Nicaragua, André Glucksmann explique à Droit de réponse son désaccord considérant le texte comme vieillot, trop guerre froide ne tenant pas compte du fait que « les Américains ont soutenu pendant 50 ans une dictature ». Il rapporte aussi que Yves Montand et Simone Signoret partagent son point de vue, assez proche sur l'Amérique centrale des démocrates chrétiens, et que Bernard-Henri Lévy souhaite retirer sa signature. Ce qu'il fera aux côtés de Pierre Daix.
Pendant les années 1980, il publie d'autres ouvrages, et couvre pour la presse française la chute du Mur de Berlin. Il promeut alors un atlantisme fondé sur l'antitotalitarisme et la promotion des droits de l'homme, notamment lors du conflit contre l'Irak 2003 au nom de la nécessité de renverser le président irakien Saddam Hussein.
Il figure aux élections européennes de 1994 sur la liste L'Europe commence à Sarajevo. La liste obtient 1,57 % des suffrages exprimés.
En 1995, André Glucksmann a soutenu la reprise des essais nucléaires décidée par Jacques Chirac. André Glucksmann a soutenu, comme Bernard-Henri Lévy, l'intervention de l'OTAN en Serbie en 1999.
En 2003, dans le journal Le Monde, il fustige le camp de la paix. Il participe à la création du cercle de réflexion le Cercle de l'Oratoire ainsi qu'à sa revue Le Meilleur des Mondes. Il est, en outre, devenu président de l'association des Amis du Meilleur des Mondes qui publie en cogérance avec les éditions Denoël, cette revue.
Il est également connu pour son soutien à la cause indépendantiste tchétchène, notamment lors de la Seconde guerre de Tchétchénie. Il aurait séjourné illégalement pendant un mois en Tchétchénie et dénonce régulièrement l'attitude des pays occidentaux envers la politique de Vladimir Poutine, attitude qu'il juge complaisante.
Militant actif en faveur d'engagements armés des pays occidentaux dans les conflits arabes, il pousse, en mars 2011, avec d'autres personnalités, à l'intervention militaire contre le régime libyen24 de Mouammar Kadhafi. En octobre 2012, il demande une intervention française contre le régime syrien.

Soutien au Tibet

Manifestation solidaire du gouvernement tibétain en exil devant l’ambassade de Chine à Paris le 16 mars 2008.
Il se mobilise pour le Tibet, aidant notamment Jean-Paul Ribes quand il cherche un comité de soutien en France à la fin des années 1980.
En 2000, il cosigne un appel exhortant l'Union européenne et la France à désavouer publiquement la situation des droits de l'homme en Chine et au Tibet en soutenant une motion présentée par les États-Unis à Genève lors de la 56e session de la Commission des droits de l'homme des Nations unies.
En 2008, peu après les troubles au Tibet en mars 2008, il participe à une manifestation le 16 mars à Paris à proximité de l'ambassade de Chine et relaye l'appel du 14e dalaï-lama pour la mise en place d'une commission d'enquête internationale, alors que le Tibet est isolé. Il cosigne une lettre ouverte avec Vaclav Havel, Frederik Willem De Klerk, Karel Schwarzenberg, Yohei Sasakawa et El Hassan ben Talal appelant le gouvernement chinois a entamé un dialogue constructif avec les représentants du peuple tibétain

Le soutien à Nicolas Sarkozy

Lors de l'élection présidentielle de 2007, il apporte son soutien à Nicolas Sarkozy dans une tribune publiée dans Le Monde sous le titre "Pourquoi je choisis Nicolas Sarkozy". Il fustige une gauche « qui se croit moralement infaillible mais a renoncé, écrit-il, au combat d'idées et à la solidarité internationale. Sarkozy, ayant demandé au cours de sa campagne 'une rupture avec mai 68', donne l'occasion à Glusksmann de revenir une nouvelle fois sur les événements dans un pamphlet Mai 68 expliqué à Nicolas Sarkozy. Il s'éloigna par la suite du président, critiquant les rapports amicaux entretenus par Nicolas Sarkozy avec Vladimir Poutine.
Une réplique publiée par Jean-Marie Laclavetine met en cause la crédibilité de Glucksmann, comparant ses engagements politiques actuels avec son ancien soutien au maoïsme.

Une analyse de mai 68

André Glucksmann estime que la perception traditionnelle des événements de mai 68 comme un mouvement de gauche, antiautoritaire, doublé d'une révolution culturelle et des mœurs, est restreinte par les préjugés et la récupération de l'événement par les partis de gauche, et en particulier le Parti socialiste.
Il analyse mai 68 comme une révolution qui se reproduit de façon cyclique, à peu près tous les 25 ans, comme l'existentialisme. Selon lui, la perception de l'événement est difficile car il est étudié comme un objet politique, et qu'il n'est pas étudié comme un fait d'histoire.
Enfin, André Glucksmann appelle à prendre plus en compte le fait que mai 68 était une révolution antitotalitaire, forme de révolte née dès 1956 avec la révolution hongroise soutenue par une partie importante de la gauche française de l'époque : « Souvenez-vous, en 1968, Daniel Cohn-Bendit apostrophait les crapules staliniennes, les chefs de la CGT, Aragon, à qui il demanda : que faisais-tu pendant les déportations, les famines dans l'URSS des années 1930 ? Tu as du sang sur tes cheveux blancs.

Controverses

Le 26 janvier 1977 André Glucksmann et d'autres intellectuels font paraître dans le journal Le Monde un communiqué demandant la libération d'adultes accusés d'actes pédophiles sur des mineurs de moins de 15 ans.
Dans le livre Lettre ouverte à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary, Guy Hocquenghem retrace, de mai 1968 à mai 1986, les carrières et les trahisons des repentis socialistes et gauchistes mises en œuvre sous la période mitterrandienne. D'après l'auteur, André Glucksmann fit partie de ce groupe de renégats.

Engagements et prises de position

André Glucksmann est quelquefois cité comme membre du Project for the New American Century. En fait, il n'a été que l'un des signataires en 2004, au côté de personnalités aussi diverses que Massimo D'Alema ou Joe Biden, d'une lettre ouverte présentée par le think tank néoconservateur aux chefs d'État et de gouvernement de l'Union européenne et de l'OTAN . Cela dit, il est membre du Cercle de l'Oratoire, un groupe de réflexion français néoconservateur.
Le 6 janvier 2009, il publie un point de vue dans Le Monde intitulé Gaza, une riposte excessive ?Dans cet article, il défend la légitimité de l'intervention des forces armées israéliennes dans la bande de Gaza. Il s'interroge également : « Quelle serait la juste proportion qu'il lui faudrait respecter pour qu'Israël mérite la faveur des opinions ? … Conviendrait-il qu'Israël patiente sagement jusqu'à ce que le Hamas, par la grâce de l'Iran et de la Syrie, équilibre sa puissance de feu ? […] Désire-t-on vraiment qu'Israël en miroir se proportionne aux désirs exterminateurs du Hamas ? Il répond : Il n'est pas disproportionné de vouloir survivre.

Publications

Voltaire contre-attaque, Editions Robert Laffont
La République, la pantoufle et les petits lapins, Editions Desclée de Brouwer, 2011
Les deux chemins de la philosophie 2009
La Plus Belle Histoire de la Liberté, avec Nicole Bacharan et Abdelwahab Meddeb 2009
Mai 68 expliqué à Nicolas Sarkozy 2008
Une rage d'enfant 2006
Le Discours de la haine 2004
Ouest contre Ouest 2003
Dostoïevski à Manhattan 2002
La Troisième Mort de Dieu 2000
Cynisme et passion 1999
Le Bien et le mal 1997
De Gaulle où es-tu ? 1995
La Fêlure du monde 1993
Le XIe commandement 1992
Descartes c'est la France 1987
Silence, on tue 1986 avec Thierry Wolton
L'Esprit post-totalitaire, précédé de Devant le bien et le mal (1986) avec Petr Fidelius Karel Palek
La Bêtise 1985
La Force du vertige 1983
Cynisme et passion 1981
Les Maîtres penseurs 1977
La Cuisinière et le Mangeur d'Hommes - Réflexions sur l'État, le marxisme et les camps de concentration 1975
Stratégie et Révolution en France 1968
Discours de la guerre, théorie et stratégie 1967
Le western ou les aventures de la tragédie dans Le western, Raymond Bellour, Paris, UGC 10/18 1966

Films

Sauve qui pense - Rette sich wer denkt, portrait d'André Glucksmann, France/Allemagne, 1998, produit par ZDF/Arte, réalisé par Christoph Weinert

Distinctions

Benoît XVI lui a remis le prix Auschwitz.


Cliquez pour afficher l






Cliquez pour afficher l






Cliquez pour afficher l






Cliquez pour afficher l





Posté le : 18/06/2016 18:46

Edité par Loriane sur 19-06-2016 15:53:03
Edité par Loriane sur 19-06-2016 15:55:24
Edité par Loriane sur 19-06-2016 15:56:55
Edité par Loriane sur 19-06-2016 15:57:35
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant




[Recherche avancée]


Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
29 Personne(s) en ligne (19 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 29

Plus ...