| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> Johann Stamitz [Les Forums - Le coin des Musiciens]

Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Johann Stamitz
Administrateur
Inscrit:
14/12/2011 14:49
De Montpellier
Messages: 8867
Niveau : 62; EXP : 52
HP : 1230 / 1538
MP : 2955 / 24450
Hors Ligne
Le 19 juin 1717 naît Johann Wenzel Anton Stamitz

à Nemecký Brod­ Bohême, République tchèque, violoniste et compositeur germano-tchèque, mort à 39 ans à Mannheim dans le Palatinat le 27 mars 1757. Il est le père des compositeurs et violonistes Carl et Anton Stamitz.

Sa vie

Il entre à l'Université de Prague et y suit des cours pendant l'année académique 1734–1735. Il quitte ensuite l'établissement afin de poursuivre, pendant les six années suivantes, une carrière de violoniste virtuose. Vers 1741 ou 1742, il est engagé à Mannheim, à la cour du Palatinat du Rhin, au service de Charles VII de Bavière. En 1742, il joue pendant les festivités du mariage de l'électeur Charles Théodore de Bavière.
En 1744, il épouse Maria Antonia Lünebor.
Vers la fin de l'été 1754, à l'invitation du fermier général Alexandre Le Riche de La Pouplinière, il séjourne près d'un an à Paris. Il dirige alors l'un des meilleurs orchestres de France, celui de La Pouplinière, mécène et protecteur de Jean-Philippe Rameau. Son successeur à ce poste sera le compositeur français François-Joseph Gossec. Stamitz se produit pour la première fois en public au Concert Spirituel du 8 septembre 1754. Le succès rencontré le pousse à publier dans la capitale française ses Trios pour orchestre, Op. 1 de fait, des symphonies pour orchestre à cordes. Peu après la composition de sa Symphonie en mi bémol majeur, Op. 11, no 3, à l'automne 1755, il rentre en Allemagne. Il y meurt au printemps 1757.
Johann Stamitz contribue à fixer la symphonie dans sa forme classique en quatre mouvements, en s’inspirant de la forme sonate. Principal représentant de l'École de Mannheim, il a une influence directe sur les compositeurs Joseph Haydn et Wolfgang Amadeus Mozart. Pendant sa courte carrière, il compose 58 symphonies et 10 trios pour orchestre. Il écrit également de nombreux concertos pour divers instruments, dont un grand nombre pour violon, deux pour alto, deux pour clavecin, douze pour flûte, un pour hautbois et un pour clarinette. Il signe aussi de la musique de chambre, dont plusieurs sonates et diverses courtes pièces pour violon seul. Il a aussi composé des œuvres vocales, dont une Messe en ré majeur qui connaît en son temps une large diffusion.

Compositeur et violoniste baptisé le 19 juin 1717 à Ňemecký Brod, en Bohême (auj. Havlí̌ck̊uv Brod, en République tchèque), enterré le 30 mars 1757 (il est probablement mort le 27 mars) à Mannheim, dans le Palatinat.
Jan Václav Antonín Stamiæ, qui germanisera par la suite son nom en Johann Wenzel Anton Stamitz, reçoit dès son plus jeune âge une éducation musicale de la part de son père. En 1742, il apparaît comme violoniste à Francfort. Il a apparemment, alors, été engagé comme musicien de chambre auprès du prince Karl Theodor (électeur palatin à partir de 1743), après le couronnement de l’empereur Charles VII à Prague. En 1745 ou au début de 1746, Johann Stamitz est nommé Konzertmeister de la cour à Mannheim. En 1754 et 1755, il passe une année à Paris, où il joue pour le Concert spirituel et les concerts de musique italienne de Mme de Prie, les deux principaux concerts parisiens réguliers au XVIIIe siècle.
Un des protagonistes de l’ école de Mannheim, qui exercera une influence considérable sur Mozart, Johann Stamitz fait accéder son orchestre à un niveau inégalé pour l’époque, tant par la précision que par l’expressivité. Les effets orchestraux de crescendo et de diminuendo progressifs, même s’ils ne sont pas de son invention (peut-être pas même non plus de Niccolò Jommelli, qui passe généralement pour en être l’initiateur), deviennent la marque de son style, qu’imiteront beaucoup de compositeurs. Son style se caractérise aussi par l’utilisation des soupirs, en particulier dans les cadences, silences qui seront intégrés dans la musique rococo à travers l’Europe.
Son utilisation du menuet et du trio comme troisième partie d’une symphonie à quatre mouvements sera aussi reprise par les compositeurs classiques, en lieu et place de la symphonie à trois mouvements, habituelle jusqu’alors. Johann Stamitz contribue aussi à l’évolution de la forme de la sonate classique en introduisant des thèmes contrastés à l’intérieur d’un même mouvement.
On ne saurait surestimer l’influence de Johann Stamitz. Si d’autres compositeurs de son époque, à Berlin, à Vienne et en Italie, ont développé certaines de ces caractéristiques, c’est bien la première génération de musiciens de Mannheim qui a eu l’influence la plus considérable en établissant le style de composition orchestrale du milieu du XVIIIe siècle. Stamitz laisse un grand nombre de symphonies, de concertos et d’œuvres de chambre, même si des problèmes d’attribution se posent fréquemment.



Cliquez pour afficher l






Cliquez pour afficher l






Cliquez pour afficher l





Cliquez pour afficher l





Cliquez pour afficher l




Posté le : 18/06/2016 17:57

Edité par Loriane sur 19-06-2016 14:26:15
Edité par Loriane sur 19-06-2016 14:37:48
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant




[Recherche avancée]


Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
9 Personne(s) en ligne (5 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 9

Plus ...