| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> Alphonse Allais [Les Forums - Coin de la Philosophie]

Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Alphonse Allais
Administrateur
Inscrit:
14/12/2011 15:49
De Montpellier
Messages: 9425
Niveau : 63; EXP : 77
HP : 941 / 1569
MP : 3141 / 46301
Hors Ligne
Le 28 Octobre 1905 Alphonse Allais, journaliste, écrivain et humoriste français, meurt à Paris.

Célèbre à la Belle Époque, reconnu pour sa plume acerbe et son humour absurde, ce champion de l'esprit est notamment renommé pour ses calembours et ses vers holorimes. Il est parfois considéré comme l'un des plus grands conteurs français.


Charles-Alphonse Allais naît le 20 octobre 1854 à Honfleur (Calvados), le même jour qu’Arthur Rimbaud à Charleville. Fils d’un pharmacien démocrate, Charles-Auguste Allais et d’Alphonsine Vivien, il est le cadet de cinq enfants. Alphi ou Fifi, pour les intimes, est un garçon sensible et doux qui reste muet jusqu’à ses trois ans puis devient un écolier hardi et taquin.
Brillant, plus scientifique que littéraire, il passe à seize ans son baccalauréat ès sciences complet et fut retoqué à l’oral pour l’histoire et la géographie. L’année suivante,
il l’obtient et devient stagiaire dans la pharmacie paternelle.
A 17 ans, reçu bachelier des sciences, Allais devient stagiaire à la pharmacie paternelle, où ses expériences, ses faux médicaments et ses conseils farfelus se révèlent peu du goût de son père.
Celui-ci l'envoie donc travailler dans une pharmacie de Paris, où ses fréquentations extra-estudiantines ont raison des projets paternels.
Alphonse Allais participe alors à toutes les initiatives drôles et à tous les groupes fantaisistes : Hydropathes (1878-1880), Chat noir (1881-1897). .. Il débute d'ailleurs comme collaborateur au journal Le Chat noir et en devient par la suite rédacteur en chef. Ses oeuvres courtes, écrites au rythme d'une par jour, sont reprises dans des recueils 'A se tordre' (1891), 'Ne nous frappons pas' (1900) et 'Le Captain Cap' (1902) qui deviendra son personnage le plus célèbre. Alphonse Allais est connu et reconnu aujourd'hui pour son humour qui repose sur la logique de l'absurde.
Il accomplit son devoir militaire à vingt-et-un an à Lisieux, monte à Paris et commence à collaborer au Tintamarre. En 1879, Allais ne se présente pas à son cinquième examen de l’école de pharmacie, préférant les terrasses de café ou le jardin du Luxembourg.
Sa famille vexée lui coupe les vivres.
Il gémit dans la nécessité, l’indigence et la pénurie, vivant de maigres ressources grâce à des chroniques complètement loufoques écrites pour Le Hanneton de la rive gauche dont Félicien Champsaur n’hésita pas à s’attribuer la paternité.
Alphonse se vengeait délicieusement de ce rapiatisme en couchant avec sa maîtresse.
En 1980, il finit ses études de pharmacie, participe deux ans après aux réunions des Hirsutes et se rend quotidiennement au Chat noir, un hebdomadaire dans lequel il signera pour la première fois en 1883.
Nous arrivons à l’année 1885, celle où Victor Hugo décède ainsi que Jules Vallès et André Gill, où Maupassant publie Bel-Ami et Pasteur procède à la première inoculation du sérum antirabique.
Alphonse, lui, collabore au Courrier français, devient en 1886, à trente-deux ans, le rédacteur en chef du Chat noir, publie les années suivantes dans Le Cri-Cri, Le Railleur puni, Les Templiers, collabore sous forme de contes au quotidien Gil Blas, tombe amoureux de Jane Avril, une danseuse du Moulin-Rouge pendant qu’Eric Satie (Esoterik Satie, comme il l’appelle) est pianiste au Chat noir.
À trente-sept ans, le premier recueil d’Œuvres anthumes, A se tordre, Histoires chatnoiresques paraît chez Ollendorff ; le deuxième volume Vive la vie ! paraitra chez Flammarion en 1892, année d’une collaboration au Journal qui distribua la joie à des milliers de lecteurs pendant quinze ans.
Allais rend compte en 1893, dans Le Figaro illustré, de l’Exposition de Chicago dont Paul Claudel, vice-consul à New York, se plaint d’avoir à s’occuper. Pour le compte du Journal, il part quelques mois aux États-Unis et au Canada en 1894 pendant que Jules Renard publie Poil de carotte et qu’Alfred Dreyfus est arrêté.
À quarante et un ans, Alphonse Allais se marie avec une jeunette de vingt-six ans, Marguerite Marie Gouzée, fille d’un brasseur d’Anvers avec qui il aura une fille.
Ils voyagent en 1897 en Italie et Alphonse publie ses notes de voyage dans Le Figaro. En 1899, Félix Fénéon attire Alphonse Allais à La Revue Blanche alors que le directeur du Journal décède, en même temps que Francisque Sarcey, pseudonyme d’Allais pendant treize ans.
Alphonse Allais crée, pour concurrencer le Rire d’Arsène Alexandre et Félix Juven, un journal humoristique, "Le Sourire", dont il sera le rédacteur en chef jusqu’à sa mort.
Tandis que Pierre Loti écrit trois lettres à José Maria de Hérédia, directeur littéraire du Journal, pour se plaindre d’échos moqueurs et de chroniques signés ou non par Allais.
Ce dernier signe la protestation de La Plume au nom des droits de la Pensée – pour soutenir Laurent Tailhade, anarchiste qui lança une violente attaque conte la Russie et l’alliance franco-russe – en compagnie de Vallette, Fénéon, de Gourmont, Natanson, Jarry, Renard, Zola et bien d’autres.
En octobre 1905, Alphonse Allais a cinquante et un ans.
Il souffre d’une phlébite qui l’oblige au repos. Sa femme et sa fille sont à Bruxelles, dans leur famille. Alphonse Allais meurt le 28 octobre d’une embolie.
Il est enterré au cimetière de Saint-Ouen. Au cours de la dernière guerre, une bombe alliée a totalement pulvérisé sa tombe…


François Caradec, également un "écrivain rigolo ", dit de Allais :


il faut lire Allais pour rire au cœur des heures sombres. Cet artificier du langage est un terroriste du bon sens. Ces trois cibles favorites, trio de « la bêtise à front de taureau » de l’époque sont les militaires, les curés et les politiques mais aussi les femmes, l’amour, l’alcool et l’argent. Résolument moderne, un beau style chevillé au corps, son œuvre élégante, narquoise et toujours courtoise, est persillée de trouvailles burlesques. Un gisement de calembours, des montagnes de facéties, canulars, malices et bons mots ! Plongez dans ces Œuvres posthumes où, entre tendresse et rosserie, fièvre et paresse, son talent transparaît avec une insolence salutaire. Ce virtuose de la métaphore a une force de frappe comique, une grâce bougonne, un regard poétique et matérialiste porté sur l’épaisseur des mots. Avec des initiales en éclats de rire (A. A.), il ne peut décevoir que les loustics à la jugeotte pré-mâchée, les amuseurs à pâte molle. Pas vous, donc !


François Caradec nous a définitivement privé de son heureuse compagnie le 28 novembre 2008. Les éditions Mille et une nuits ont publié son dernier recueil posthume, Entrez donc, je vous attendais, composé peu avant sa mort, où il rend hommage à tous les écrivains qu'il a aimés ou admirés :
"Absinthes"
Pour plaire aux imbéciles, Alphonse Allais lit l'heure sur un cadran de baromètre et l'avenir dans le marc de calva. Sa mélancolie est celle du pêcheur à la ligne ; sa méditation celle de l'alcoolique. Il reprend les dictions populaires : "Dans le Doubs, absinthe-toi" ; "L'arche de Noé sauva nos pères et l'absinthe Pernod fils". Sa rêverie le mène à la peur d'aimer - les enfants, les animaux. De femme, il se trompe toujours : il aimait une rousse grande et mince, il épouse une grosse blonde. C'est bien la seule chose qu'il n'ose pas écrire.
Il aurait dû entrer dans les douanes. Les chemins de douaniers de la Côte de Grâce ont été tracés pour lui. Il sait que pour cuire les crevettes, il faut tenir un tisonnier au rouge. Il aime le café sucré au point de déposer un brevet d'invention. Mais par néglicence il ne fait pas breveter son monochrome bleu, un plagiare le fera à sa place. Il a déposé bien d'autres brevets, comme son ami Charles Cros, mais on ne les a pas encore trouvés dans les archives de l'INPI.
C'est un poète. La coïncidence de sa naissance avec celle de Rimbaud explique son goût des voyages : Londres et Bruxelles, mais aussi Tamaris, la Corse et Venise.
On ne le lit pas assez. Pourtant il n'est pas entré en Pléiade, on peut encore le prendre au sérieux. Déjà sur Internet, il est bouffé aux termites, ses contes y moisissent, ses mots ont une odeur de pet, la connerie le ronge. Il est encore plus désespéré mort que vivant.
Un peu plus tard, Alphonse Allais est assis à une terrasse de café, les épaules courbées, les paupièes lourdes, sa main droite pend presque jusqu'au sol, les doigts de sa main gauche, sur le guéridon de marbre, effleurent le pied du verre d'absinthe.
Il a écrit un jour que pour lui le paradis serait une terrasse de café qui ne finirait jamais.
C'est bien de ça qu'il s'agit : du paradis."
« Malheureusement, en France, écrivain humoriste a toujours signifié : pas sérieux, s’abstenir. C’est un avantage quand on veut échapper aux universitaires, aux colloques, aux séminaires, aux exégèses ; c’est aussi le risque de n’être considéré que comme un "rigolo". Quand donc voudra-t-on admettre que les grands écrivains – je veux dire : ceux qui savent transmettre le goût de lire et celui qu’ils ont d’écrire – peuvent être des écrivains gais ? […] Alphonse Allais est, sans doute, le plus grand conteur de langue française. Un conteur dont pas une ligne n’a vieilli, alors que la plupart des écrivains de son temps nous tombent des mains, ou qu’ils nous séduisent surtout par leurs tics d’écriture. Allais est un des rares écrivains français qui ait eu au si haut point le respect de la langue et de tous les jeux qu’elle permet à ceux qui l’aiment. Il suffit pour s’en convaincre de le lire.»

François Caradec



Bibliographie

La Nuit d’un hussard rouge, monologue, Ollendorff, 1887.

Une idée lumineuse, monologue, Ollendorff, 1888.

Un mécontent, monologue, Ollendorff, 1889.

Le Pauvre Bougre et le bon génie, monologue, Ollendorff, 1890.

À se tordre, histoires chatnoiresques, Ollendorff, 1891.

Vive la vie !, Flammarion, 1892.

Pas de bile !, Flammarion, 1893.

Rose et vert pomme, Ollendorff, 1894.

Deux et deux font cinq, Ollendorff, 1895.

On n’est pas des bœufs, Ollendorff, 1896.

Le Bec en l’air, Ollendorff, 1897.

Album primo-avrilesque, Ollendorff, 1897.

L’Arroseur, anthologie, petite collection du rire, juven, 1897.

Amours, délices et orgues, Ollendorff, 1898.

Silvérie ou les Fonds hollandais, avec Tristan Bernard, « Les pièces à succès », Flammarion, 1898.

Pour cause de fin de bail, Editions de la revue blanche, 1899.

L’Affaire Blaireau, Editions de la revue blanche, 1899.

Le Pauvre Bougre et le bon génie, « Les Pièces à succès », Flammarion, 1899.

Ne nous frappons pas, Editions de la Revue blanche, 1900.

En ribouldinguant, anthologie, Société d’éditions littéraires et artistiques, 1900.

Le Captain Cap, ses aventures, ses idées, ses breuvages, Juven, 1902.

Monsieur la Pudeur, en collaboration avec Félix Galipeau et Paul Bonhomme, librairie Théâtrale, 1904.

Dans la peau d’un autre, en collaboration avec Jehan soudan, Juven, 1907.

Le Boomerang, ou Rien n’est mal qui finit bien, Ollendorff, 1912.

Œuvres posthumes, tomes I à VIII, La Table Ronde, 1966-1970/ Robert Laffont, Bouquins, 1989.

Lettre inédite à Charles Cros, Editions du Fourneau, 1987.



Quelques citations

Paradoxe : la femme est le chef-d'oeuvre de Dieu, surtout quand elle a le diable au corps.

Dieu a sagement agi en plaçant la naissance avant la mort: sans cela, que saurait-on de la vie ?

Il faut prendre l'argent là où il se trouve, c'est-à-dire chez les pauvres. Bon d'accord, ils n'ont pas beaucoup d'argent, mais il y a beaucoup de pauvres.

La grande trouvaille de l'armée, c'est qu'elle est la seule à avoir compris que la compétence ne se lit pas sur le visage. Elle a donc inventé les grades.

C'est l'humanité qui a perdu l'homme. Dire que cet idiot-là aurait pu être le plus heureux des animaux, s'il avait su se tenir tranquille. Mais non... il a inventé la civilisation.

Si l'homme est véritablement le roi de la création, le chien peut, sans être taxé d'exagération, en passer pour le baron, tout au moins.

Un cocu ? Un entier qui partage sa moitié avec un tiers.

La soif de l'or est devenue tellement impérieuse au jour d'aujourd'hui, que beaucoup de gens n'hésitent pas, pour se procurer des sommes, à employer le meurtre, la félonie, parfois même l'indélicatesse.

On est prié de ne pas claquer l'apôtre.

Un homme qui sait se rendre heureux avec une simple illusion est infiniment plus malin que celui qui se désespère avec la réalité.

Avant d'éblouir le peuple en lui promettant de l'eau chaude, il faut lui fournir des récipients pour la recueillir.

Le comble de la politesse : s'asseoir sur son derrière et lui demander pardon.

Nous parlons de tuer le temps, comme si hélas ! ce n'était pas lui qui nous tuait !

Le phare illumine les mers. Le fard enlumine les filles.

L'homme est si peu le roi de la nature, qu'il est le seul de tous les animaux qui ne puisse rien faire sans payer.

Les cimetières sont remplis de gens irremplaçables.

Les plus belles stratégies s'écrivent au passé.

Le sel de l'existence est essentiellement dans le poivre qu'on y met.

Il y a des femmes qui sont comme le bâton enduit de confiture de roses : on ne sait pas par quel bout les prendre.

Les gens qui ne rient jamais ne sont pas des gens sérieux.

Shakespeare n'a jamais existé. Toutes ses pièces ont été écrites par un inconnu qui portait le même nom que lui.

Je me suis toujours demandé si les gauchers portaient l'arme à droite.

Ah ! le vieux rêve des gens honnêtes : pouvoir tuer quelqu'un en état de légitime défense.

Allais composa une marche funèbre ; on n'y entendait que quelques soupirs car, disait-il : les grandes douleurs sont muettes.

On dit toujours: lent comme un escargot ! C'est bête ! L'escargot ne marche-t-il pas ventre à terre ?

Académie Française : Pourquoi dit-on qu'ils sont immortels alors qu'ils ne dépassent jamais la quarantaine ?

C'est fou comme l'argent aide à supporter la pauvreté !

C'est parce que la fortune vient en dormant que celle-ci arrive si lentement.

C'est quand on serre une femme de trop près qu'elle trouve qu'on va trop loin.

Ce n'est pas parce que les malais sont laids, les portugais gais, les colombiens biens que les espagnols sont gnols.

Il est toujours avantageux de porter un titre nobiliaire. Etre de quelque chose, ça pose un homme, comme être de garenne, ça pose un lapin.

Il faut être trois pour apprécier une bonne histoire. Un pour la raconter bien, un pour la goûter, et un pour ne pas la comprendre... Car le plaisir des deux premiers est doublé par l'incompréhension du troisième.

Il résolut de mourir. Non pas pour se tuer, mais pour cesser de vivre.

J'ai poursuivi mes études sans jamais les rattraper...

L'Angleterre, c'est un pays extraordinaire. Ils sont complètement fous ! Chez nous, toutes les rues portent des noms de victoires : Wagram, Austerlitz... Tandis que là-bas : Trafalgar Square, Waterloo Place... Ils n'ont choisi que des noms de défaites !

L'avantage des médecins, c'est que lorsqu'ils commettent une erreur, ils l'enterrent tout de suite...

La lune est pleine et on ne sait pas qui l'a mise dans cet état.

La mortalité dans l'armée augmente sensiblement en temps de guerre.

Le cas que vous me signalez n'est pas si rare que vous semblez le croire. J'ai souvent remarqué, pour ma part, que les cocus épousaient de préférence les femmes adultères.

Les familles, l'été venu, se dirigent vers la mer en y emmenant leurs enfants. Dans l'espoir, souvent déçu, de noyer les plus laids.

Les gendarmes ont grand tort de malmener les criminels. Sans eux, ils n'existeraient pas.

Les jambes permettent aux hommes de marcher et aux femmes de faire leur chemin.

Lorsque tu vois un chat de sa patte légère laver son nez rosé, lisser son poil si fin,... Bien fraternellement embrasse ce félin car : s'il se nettoie, c'est donc ton frère.

Oh ! l'éternel féminin, comme disait le monsieur dont la femme n'en finissait pas de mourir.

Tout ce qui est public devrait être gratuit. L'école, les transports et les filles.

Un amant, c'est de l'amour ; deux amants, c'est du tempérament ; trois amants, c'est du commerce.

J'ai une mémoire admirable, j'oublie tout.

Ci-gît Allais. Sans retour. (Epitaphe)

La vie est comme on la fait. (Vive la vie)




http://www.ina.fr/art-et-culture/litt ... c-alphonse-allais.fr.html

http://youtu.be/OJk76miukuY par P. Bellemare

http://youtu.be/LCOMrTyorkc marche funèbre pour homme sourd

http://youtu.be/Kgunfqfj6Hw plaisir d'été

http://youtu.be/g3Tow9U7ekg a se tordre

Attacher un fichier:



jpg  71377346.jpg (59.16 KB)
3_508cf97a0690d.jpg 400X630 px

jpg  a-loeil-de-allais-alphonse.jpg (40.42 KB)
3_508cf989bc04c.jpg 340X340 px

jpg  03b.jpg (73.80 KB)
3_508cf99696471.jpg 450X673 px

jpg  ca95_2548771_2_px_470_ (1).jpg (35.96 KB)
3_508cf9a296ded.jpg 398X240 px

jpg  author_cover_claude_gagniere_121103_250_350.jpg (27.38 KB)
3_508cf9c1005e3.jpg 250X324 px

Posté le : 28/10/2012 10:24
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant




[Recherche avancée]


Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
47 Personne(s) en ligne (22 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 1
Invité(s): 46

malhaire, Plus ...