| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> Karl Marx [Les Forums - Coin de la Philosophie]

Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Karl Marx
Administrateur
Inscrit:
14/12/2011 15:49
De Montpellier
Messages: 9132
Niveau : 63; EXP : 12
HP : 931 / 1553
MP : 3044 / 39810
Hors Ligne
Le 5 Mai 1818 naquit Karl Marx à Trèves en Prusse rhénane,

Sa philosophie

Karl Marx laisse dans l'histoire humaine une très forte empreinte, par sa philosophie et son analyse économique particulièrement innovante disons révolutionnaire à cette époque, et il s'impose par sa vie de militant et surtout de fondateur du marxisme.
En effet ce philosophe, politique, économiste et révolutionnaire allemand, est avec son ami le philosophe Friedrich Engels le cofondateur du socialisme scientifique et, à ce titre, Il reste dans les mémoires l' initiateur du mouvement ouvrier international contemporain.
Sa théorie fut à l'origine de l'établissement de régimes politiques communistes dans de très nombreux pays et il demeure l'un des penseurs qui a le plus fortement marqué le XXe siècle de son empreinte.

Dans notre monde troublé, livré tout entier au libéralisme le plus dur, et au sinistre retour des religions, certains revisitent les théories du maître à penser que fut Karl Marx.
Car si il est vrai, que l'expérience communiste qui découla de sa philosophie semble avoir été un total échec du moins dans sa mise en oeuvre, si son application semble avoir fait long feu, il n'empêche que la disparition de ce contre pouvoir laisse place à une politique économique dont nous mesurons chaque jour la dangerosité pour l'équilibre mondial et la paix de l'humanité.
Après ces deux expériences opposées, après ce"tatonnement" manicchéén qui nous porta aux extrèmes il est facile d'imaginer que l'avenir de notre espèce se trouve dans le juste milieu de ces deux gestions des peuples.
Si fait, que l'apport et la mise en oeuvre du communisme dans le politique, que l'on y adhère ou que l'on exècre cette idéologie, restera une étape nécessaire et essentielle dans l'avancée humaine.
Karl Marx, quoique décrié, est un des plus importants philosophes, un remarquable économiste et militant politique allemand d'origine juive.
Sa doctrine philosophique part de l'homme comme être agissant et non comme être pensant.
Il critique la religion et l'Etat, qui sont des réalisations imaginaires, et substitue la conscience humaine à la conscience divine. Pour lui, le socialisme consiste à supprimer les besoins de Dieu et non pas Dieu lui-même.


Sa vie

Issu d'une famille de la bourgeoisie d'origine juive convertie au protestantisme, Karl Marx fit ses études de philosophie et de droit aux universités de Bonn, de Berlin et de Iéna.
Sa mère, Henriette Pressburg, est d'origine juive hollandaise, et Son père, Herschel Marx (1782-1838), était un avocat israélite, qui se convertit en 1824 au protestantisme. Karl Marx a été baptisé en 1824 selon le rite luthérien.

Aisée et cultivée, sa famille n'était pas révolutionnaire. Karl Marx s'émancipe cependant vite de la religion.
Après avoir terminé le Lycée de Trèves, Marx entra à l'Université de Bonn en 1835, puis à celle de Berlin en 1836; ville où il rejoint le camp des hégéliens de gauche. Il y étudia le droit, mais surtout l'histoire et la philosophie.
En 1841, il achevait ses études en soutenant une thèse de doctorat sur la philosophie d'Epicure.
A cette époque, ses conceptions faisaient encore de Marx un idéaliste hégélien.
A Berlin, il fit partie du cercle des "hégéliens de gauche" qui comprenait, entre autres, Bruno Bauer, qui cherchaient à tirer de la philosophie de Hegel des conclusions athées et révolutionnaires.

A sa sortie de l'université, Marx se fixa à Bonn, où il comptait devenir professeur.
Mais la politique réactionnaire d'un gouvernement qui avait retiré sa chaire à Ludwig Feuerbach en 1832 lui avait de nouveau refusé l'accès à l'université en 1836 et, en 1841, avait interdit au jeune professeur Bruno Bauer de donner des conférences à Bonn, obligea Marx à renoncer à une carrière universitaire.

En 1841, il présente d'ailleurs sa thèse de doctorat, au thème éminemment matérialiste : Différence de la philosophie de la nature chez Démocrite et Épicure. Il devient ainsi docteur de la faculté de philosophie de l'université de Iéna.

Karl Marx débute par une activité de journaliste dans la "Gazette rhénane".
Il se trouve au carrefour de la philosophie allemande, donc Hegel et Feuerbach, du socialisme utopique français représentée par Saint-Simon et Fourier ainsi que de l'économie politique britannique de Smith et Ricardo.

En 1842, il participe à la Rheinische Zeitung, "la Gazette Rhénane de Cologne, dont il devient le Rédacteur en chef. Ce journal reflétait le point de vue des hégéliens de gauche.
Le journal est rapidement confronté à la répression et disparaît rapidement, au début de l'année 1843.

En 1843 à Bad Kreuznach, Marx épouse une amie d'enfance, Jenny von Westphalen, avec laquelle il s'était fiancé étudiant. Sa femme est issue de la noblesse rhénane, son frère aîné deviendra ministre de l'Intérieur du Royaume de Prusse au cours d'une des périodes les plus réactionnaires que connut ce pays, de 1850 à 1858.
Le couple a eu plusieurs enfants, mais seules trois filles parviendront à l'âge adulte :
Jenny Caroline (1844-1883),
Laura (1845-1911) et
Jenny Julia Eleanor (1855-1898).
Laura épouse en 1868 Paul Lafargue, socialiste français qui laisse dans ses Souvenirs personnels sur Karl Marx une biographie intimiste du philosophe.
Jenny, quant à elle, épouse en 1872 Charles Longuet, personnalité de la Commune de Paris.
Karl Marx aurait également eu un fils naturel, Frederick Demuth (1851-1929), issu d'une relation avec la bonne de famille, Helene Demuth.
Frederick Demuth fut reconnu par Friedrich Engels.
Ses enfants comme ses amis l’appellent " le Maure" son surnom préféré qui lui a été donné lors de ses études à Berlin à cause de son teint foncé, de sa barbe et de ses cheveux d'un noir d'ébène mais qui fait aussi référence à sa judéité.


Membre du cercle des hégéliens de gauche, ses opinions politiques étaient alors plutôt radicales, mais il n'était pas encore communiste.
Ses critiques sur les conditions politiques et sociales de l'époque, publiées dans Rheinische Zeitung, lui valurent les foudres des autorités prussiennes, qui firent interdire le journal et poussèrent Marx à quitter le pays.

Il partit alors pour Paris où, après avoir étudié de manière approfondie la philosophie, l'histoire et les sciences politiques, il adopta l'idéologie communiste.
Profondément influencé par le saint-simonisme et par les premières formes d'idéologie politique du prolétariat qui virent le jour en France : blanquisme, socialisme et communisme utopique de Fourier, Proudhon, etc, il fréquenta assidûment les cercles d'ouvriers socialistes français et allemands émigrés dont la Ligue des justes.

C'est à Paris, en 1844, qu'il rencontre Friedrich Engels (né le 28 novembre 1820), rencontre qui donnera naissance au marxisme, les deux ne se séparant plus jusqu'à la mort de Karl Marx.
En 1844, lors d'une visite de Engels, les deux hommes se rendirent compte qu'ils étaient tous deux arrivés à la même conclusion sur la nature des problèmes révolutionnaires : le communisme, forme la plus radicale de l'idéologie révolutionnaire leur apparut alors non plus comme un idéal d'égalitarisme mais comme "la forme nécessaire et le principe énergétique du futur prochain".
Ils entreprirent alors de collaborer pour expliquer systématiquement les principes théoriques du communisme scientifique et organiser un mouvement international de la classe ouvrière tournée vers ces mêmes principes. Leur collaboration dura tout le temps que vécut Karl Marx.

En 1845, Karl Marx fut sommé de quitter Paris par Guizot à cause de ses activités révolutionnaires.
Il se réfugia alors à Bruxelles où il organisa et dirigea un réseau de groupes révolutionnaires dispersés à travers l'Europe et connus sous le nom de Comités de correspondance communistes.
Il joua un rôle décisif dans la consolidation de ces comités qui, en 1847, prirent le nom de Ligue communiste. Marx et Engels furent chargés de rédiger le programme de cette première organisation ouvrière internationale. Le texte qu'ils soumirent alors, connu sous le titre de Manifeste du Parti communiste, fut le premier écrit systématique de la doctrine socialiste moderne et fut rédigé par Karl Marx, en partie d'après des brouillons d'Engels.
Ils y substituèrent à la première devise des communistes "Tous les hommes sont frères" le mot d'ordre et de ralliement "Prolétaires de tous les pays, unissez-vous"

Les propositions au centre de ce Manifeste expriment la théorie, expliquée plus tard dans son livre Contribution à la critique de l'économie politique en 1859, appelée conception matérialiste de l'histoire, ou matérialisme historique.
Cette théorie, qui constitue à la fois une rupture philosophique et politique, explique qu'à chaque époque Antiquité, féodalisme, capitalisme bourgeois, le système économique dominant, fondé sur les rapports de production donnant naissance à des besoins vitaux détermine la forme de l'organisation politique et juridique de la société la "superstructure" et conditionne le processus de la vie politique, sociale, culturelle et intellectuelle de cette même époque.

Selon lui, l'humanité a vécu à l'origine dans une société primitive dans laquelle chacun exécutait le travail nécessaire à sa survie et était libre.
En permettant l'accroissement des capacités de production, la division du travail a entraîné l'ascension et l'enrichissement de l'humanité.
C'est ainsi que se sont mises en place des classes sociales et dès lors l'histoire de la société est devenue une histoire de luttes entre les dirigeants et les exécutants, dominants et dominés, exploitants et exploités, c'est-à-dire un rapport de force entre ceux qui louent leur force de travail que sont les classes sociales opprimées et les propriétaires des moyens de production, détenteurs du capital représentée par la classe dominante, la bourgeoisie.

À partir de cette analyse dialectique de l'histoire, Karl Marx tira dans le Manifeste la conclusion que la classe capitaliste devrait être renversée et supprimée à travers une révolution réalisée par les classes ouvrières du monde entier, par le le prolétariat.
En devenant la propriété collective de tous, le capital, ou les moyens de production ne permettrait plus l'émergence d'un nouvel antagonisme de classe et disparaîtrait au profit d'une société sans classes dans laquelle tous les hommes seraient réellement égaux.
À compter de la publication de ce Manifeste, toute la littérature communiste ainsi que la pensée révolutionnaire s'en trouva profondément modifiée et renouvelée. Bien que peu diffusé lors de sa parution, cet ouvrage a été ensuite traduit en plusieurs langues et tiré à plusieurs centaines de millions d'exemplaires.

Peu après la parution du Manifeste, des révolutions éclatèrent en France, révolution de février 1848, et naissance de la IIe République et en Allemagne.
Le gouvernement belge, craignant que cette vague de révolutions ne déferle sur la Belgique, chassa Karl Marx. Il gagna alors Paris puis la Rhénanie.
Il s'installa enfin à Cologne où il fonda et édita un journal communiste, "la Neue rheinische Zeitung" : la Nouvelle Gazette rhénane, et où il dirigea la section locale de la Ligue des communistes et fonda une association de travailleurs comptant sept mille adhérents.
En 1849, accusé d'organiser des activités révolutionnaires, il fut arrêté et jugé à Cologne pour incitation à l'insurrection armée.
Il fut finalement acquitté, mais expulsé d'Allemagne.
Après l'échec des révolutions en France et en Europe, il s'exila alors à Londres, où il passa le reste de sa vie.

En Angleterre, Karl Marx se consacra à l'étude et à l'écriture, poursuivant des travaux théoriques acharnés, notamment à la salle de lecture du British Museum.
Il travailla également à la construction d'un mouvement communiste international.
Il rédigea à cette période plusieurs ouvrages considérés comme des grands classiques de la théorie communiste ou marxiste.
Parmi ces ouvrages, citons le Capital vol. I, 1867; vol. II et III, édités par Engels, publiés après sa mort en 1885 et en 1894.
Dans cet ouvrage, dont il disait qu'"il était certainement le plus redoutable missile qui ait été lancé à la tête de la bourgeoisie", il fit l'analyse systématique et historique de l'économie du système capitaliste et développa la théorie de l'exploitation par les capitalistes de la classe ouvrière à travers l'appropriation par les premiers de la "plus-value" produite par le prolétariat. Voir "le Capital".

Dans la Guerre civile qui eut lieu en France en 1871, Karl Marx fit l'analyse de l'expérience du gouvernement révolutionnaire de courte durée, qui fut établi à Paris lors de la guerre franco-allemande, connu sous le nom de Commune de Paris. Dans cet ouvrage, il interpréta la formation et l'existence de la Commune comme la confirmation historique de sa théorie sur la nécessité pour les travailleurs de s'emparer du pouvoir politique à travers une insurrection armée puis de détruire l'État capitaliste.
Polémiquant avec Proudhon et les socialistes utopiques, il acclama la Commune comme étant «enfin une institution politique à travers laquelle l'émancipation économique du travail pouvait avoir lieu.

Cette théorie fut explicitement présentée dans Critique du programme de Gotha, 1875, ouvrage dans lequel il précisa le concept de dictature du prolétariat : "Entre le passage d'un système capitaliste à un système communiste s'écoule une période de transformation révolutionnaire d'un système dans l'autre qui correspond à une période de transition politique pendant laquelle l'État ne peut rien faire d'autre que de régner en dictateur révolutionnaire sur le prolétariat."
Une fois close cette période transitoire dont Marx ne précise pas la durée, le droit bourgeois peut être définitivement dépassé et la société peut mettre en pratique le mot d'ordre : "de chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins" lire Critique du programme de Gotha.
D'Angleterre, Karl Marx publia également plusieurs articles dans différents journaux d'Europe et des États-Unis sur les événements politiques et sociaux contemporains.
Il fut ainsi correspondant du New York Daily Tribune de 1852 à 1861. En 1857 et en 1858, il collabora à des journaux chartistes et socialistes anglais.

La Ligue communiste fut dissoute en 1852 mais Karl Marx continua à correspondre avec des centaines de révolutionnaires dans le but de former une autre organisation révolutionnaire, mieux organisée et plus efficace.

Marx seul et ruiné, survit principalement grâce à l'aide d'Engels qui, lui, travaille à Manchester et correspond de manière intensive avec Marx.
Au cours de cette période, Marx entretint des rapports très étroits avec les révolutionnaires russes de la tendance "Volonté du peuple" et évoqua la possibilité d'une transition originale au socialisme, sans passer par le stade industriel avancé.

Il y a alors un véritable travail de fond mené par Marx, aboutissant en 1864 à l'Adresse Inaugurale de l'Association Internationale des Travailleurs qui va servir de fondement à la Première Internationale Ouvrière et, trois ans plus tard, en 1867, au début de son oeuvre essentielle : Le Capital.

Ce saut qualitatif va être fixé par l'installation d'Engels à Londres en 1870, alors que la Commune de Paris de 1871 apparaît alors à Marx comme le modèle de la dictature du prolétariat.

Ses efforts, alliés à ceux de nombreux collaborateurs, permirent la création à Londres, en 1864, de l'Association internationale des travailleurs : AIT connue sous le nom de Ire Internationale.

Elle rassemblait des organisations ouvrières anglaises, françaises, allemandes, puis italiennes, espagnoles, américaines, etc., d'inspirations idéologiques diverses, notons les proudhoniens, lassalliens, mazziniens, trade-unionistes, etc. et leur réunion était, selon Marx, "le produit spontané du mouvement prolétaire, engendré lui-même par les tendances naturelles, irrépressibles, de la société moderne", c'est-à-dire par le développement des luttes politiques et économiques de masses. Karl Marx fit le discours d'inauguration "leplus important texte politique du marxisme après le Manifeste du Parti communiste", en rédigea les statuts et dirigea ensuite les travaux de son Conseil général, ou corps gouvernant.

Il fit triompher, contre le projet d'un simple organisme consultatif et de solidarité, la conception d'un internationalisme de direction politique, chargé de mettre au point, à partir de l'expérience des situations de luttes locales, une tactique unique pour la lutte prolétarienne de la classe ouvrière dans les divers États industrialisés. Après y avoir imposé plusieurs années durant la ligne d'un "socialisme scientifique", la position de Marx fut d'abord affaiblie par le retrait des trade-unionistes anglais du Conseil général attachés à une transition pacifique vers le socialisme et l'influence croissante de Bakounine et des anarchistes.

Lorsque la Commune, à laquelle avaient adhéré des membres de la 1re Internationale, fut anéantie, l'Internationale déclina et Karl Marx décida de déplacer son quartier général aux États-Unis. L'AIT y sera dissoute en 1876.

Les huit dernières années de sa vie furent marquées par une lutte incessante contre des douleurs physiques qui l'empêchèrent de mener à bien ses travaux politiques.
Malheureusement, à la fin de sa vie, Marx est très malade.

Il meurt le 14 mars 1883, à Londres.


Son héritage

Heureusement, son ami Friedrich Engels a pris le relais : il publie la suite du Capital, ainsi que de très nombreux documents qui donnent naissance au marxisme. Engels meurt à Londres le 5 août 1895, en ayant réussi à faire en sorte que l'oeuvre de Marx soit connue et reconnue à sa juste valeur par le mouvement ouvrier.


Les manuscrits et les notes trouvés après sa mort révélèrent qu'il avait projeté d'écrire un quatrième volume du Capital sur l'histoire des doctrines économiques.
Ces fragments de notes furent édités par le socialiste allemand Karl Johann Kautsky et publiés sous le titre les Théories de la plus-value, il se compose de quatre volumes., 1905-1910.
On trouva d'autres travaux, envisagés mais non réalisés par Karl Marx, sur les sciences naturelles, des études mathématiques, des études sur l'application des mathématiques aux problèmes économiques afin de réfuter le malthusianisme et d'autres encore sur les aspects historiques des différents développements technologiques.



L'influence de Karl Marx sur ses contemporains ne fut pas très grande de son vivant, mais elle s'accrut considérablement après sa mort avec l'importance que prit le mouvement ouvrier.
Comme praticien de la politique, Marx ne rencontra guère de succès.
De même comme théoricien, il n'a exercé une influence sur le mouvement ouvrier que pendant la dernière partie de sa vie. Sa pensée n'a pénétré de larges cercles que sous la forme de slogans superficiels et elle a été mélangée avec d'autres courants intellectuels scientistes de l'époque comme le darwinisme ou le matérialisme mécaniste.

Marx conçut sa théorie comme une synthèse de la philosophie allemande de Hegel principalement, de l'économie politique anglaise, Adam Smith, Ricardo et des théories socialistes françaises, mêlant en permanence la théorie et la pratique, l'action politique et la réflexion intellectuelle. Ses idées et théories prirent le nom de marxisme, ou socialisme scientifique, qui constitue l'un des principaux courants de la pensée politique contemporaine. Ses analyses sur l'économie capitaliste alliées à ses théories sur le matérialisme historique, la lutte des classes et la plus-value sont devenues le fondement des doctrines socialistes au XXe siècle.
En regard de son action révolutionnaire, ses théories sur la nature de l'État capitaliste, la route vers le pouvoir et la dictature du prolétariat sont d'une importance capitale.
Ces doctrines, revues et complétées par la plupart des socialistes après sa mort, furent reprises par Lénine puis, développées et appliquées, constituèrent le noyau de la théorie et de la pratique du bolchévisme et de la IIIe Internationale.
Atténuées, elles influencèrent également profondément le courant du socialisme démocratique et réformiste au XXe siècle, en particulier le socialisme français jusqu'au début des années 1980.


*************************

A lire : Jenny Marx ou la Femme du diable de Françoise Giroud

Elle était belle, très belle. Intelligente, altière. On la disait " magique ". Elle fut aussi la femme du " diable "... Jenny von Westphalen et Karl Marx ont été mariés trente-huit ans. Etrange alliance que celle d'une aristocrate prussienne et d'un révolutionnaire impécunieux... Ils ont vécu une authentique histoire d'amour. D'une espèce terrible. " Celle qui enchaîne une femme à un homme de génie. " Ensemble, ils ont tout connu : la bohème, l'exaltation révolutionnaire, la faim, les persécutions policières, l'exil... Si Jenny fut aimée, elle fut aussi trahie et versa des larmes amères lorsqu'en 1851 leur domestique donna naissance à l'enfant de Karl... Aujourd'hui, l'idole Karl Marx est tombée à terre. Mais son oeuvre demeure, magistrale. Nourrie du sang de Jenny.

*************************

livres, ouvrages, écrits



Le Capital, de Karl Marx, couverture de l'édition originale.
Plusieurs livres de Marx sont publiés en ligne, ainsi que des listes de ses livres31,32,33. Plusieurs volumes de correspondances ont également été publiés après sa mort.
Il n'existe aucune édition exhaustive des écrits de Karl Marx. L'édition la plus complète en allemand est la MEGA (Marx-Engels-Gesamtausgabe), initiée par David Riazanov. L'édition la plus complète en français est constituée des quatre tomes publiés dans la Bibliothèque de la Pléiade par Maximilien Rubel.

Avec Engels


Monument à Marx et Engels à Shanghai.
La Sainte Famille (1844/45)
L'idéologie Allemande (Première partie, 1845/46)
Statuts de la Ligue des communistes (1847)
Manifeste du Parti communiste (1848)
La Nouvelle Gazette Rhénane (1849)
Adresse du Comité central à la ligue des communistes (1850)
Statuts de la Société Universelle des Communistes Révolutionnaires (1850)
Abd El Kader ; Bugeaud ; Algérie (articles de New American Cyclopedia) (1859)
Inventer l'inconnu, textes et correspondances autour de la Commune, La Fabrique, 2008
Philosophie et économie

Philosophie

Différence de la philosophie de la nature chez Démocrite et Épicure (1841, thèse de doctorat36)
Liberté de la presse et liberté humaine (1842-1843)
Argent, État et Prolétariat (1843-44)
Une correspondance de 1843
À propos de la question juive
Pour une critique de la philosophie du droit de Hegel
Gloses critiques en marge de l’article : Le roi de Prusse et la réforme sociale. Par un Prussien
L’Historiographie du socialisme vrai (1847)
Libéralisme et révolution (1847)

Philosophie posthume
Philosophie épicurienne (Cahiers d’étude, 1839-1840)
Critique de la philosophie politique de Hegel (1843)
De l’abolition de l’État à la constitution de la société humaine (1845)
Manuscrits de 1844 (1845)

Politique

Le communisme et la Augsburger Allgemeine Zeitung (1842)
Révolution et contre-révolution en Europe. Articles dans la Neue Rheinische Zeitung (1848-1849)
Les Luttes de classe en France - 1848 à 1850 (1850)
Chroniques littéraires et politiques, Dans la Neue Rheinische Zeitung. Politisch-ökonomiesch Revue (1850)
Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte (1852)
Fin de la Ligue des Communistes (1850-1853)
Révélations sur le procès des communistes à Cologne (Bâle, 1853)
Le Chevalier de la noble conscience (New York, 1854)
Chroniques anglaises (1852-1854)
Lord Palmerston (1853)
L’Espagne révolutionnaire (1854)
La Question d’Orient et la guerre russo-turque (1853-1854)

Économie

Remarques sur la censure (1842)
Sur la Question juive (1844)
Thèses sur Feuerbach (1845/7, posthume)
Discours sur le parti chartiste, l'Allemagne et la Pologne (1847)
Misère de la philosophie (1847)
Salaire (1847)
Travail salarié et capital (1849)
Le Livre du salaire (Salaire) (1847)
Discours sur la question du libre-échange (1848)
La Constitution de la république française adoptée le 4 novembre 1848 (1850)
Les Luttes de classes en France (1850
Essais réunis (1851)
Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte (1852)
Introduction générale à la critique de l’économie politique (1857)
Critique de l’économie politique (1859)
Les Révolutions de 1848 et le prolétariat (1857)
Principes d’une critique de l’économie politique (1857-1858, posthume)
Herr Vogt
Matériaux pour l'économie (1861-65)
Théories de la plus-value (1862/63)
Critique de l'économie politique (1864/5938)
Adresse inaugurale de l'Association internationale des travailleurs (1864)
Statuts généraux de l'Association internationale des travailleurs (1864)
Sur Proudhon (1865)
Salaire, prix et profit (1865/739)
Le Capital, tome I (186740)
Un chapitre inédit du Capital (1867)
Résolution sur l'alliance internationale de la démocratie socialiste (1868)
Adresse sur la guerre (1870)
La Guerre civile en France (1871)
La Nationalisation de la terre (1872)
Discours d'Amsterdam (1872)
L'Indifférence en matière de politique (1873)
Critique du programme de Gotha (1875, posthume)
Résolution sur l'alliance internationale de la démocratie socialiste (1868)
Discours sur la Ligue communiste (1876)
L'Avenir social de la Russie (1877)
La Loi anti-socialiste (1878)
Bolívar y Ponte

Poésie

Invocation d'un désespéré
Le Menestrel
La Vierge pâle
La Prière désespérée
Orgueil humain

Citations de Karl Marx

« Les prolétaires n’ont rien à perdre que leurs chaînes. Ils ont un monde à gagner. Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! »

« La propriété privée nous a rendus si stupides et si bornés qu’un objet n’est nôtre que lorsque nous le possédons. »
de Karl Marx

« Ce qui distingue d'emblée le pire architecte de l'abeille la plus experte, c'est qu'il a construit la cellule dans sa tête avant de la construire dans la ruche. »

« De chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins. »
de Karl Marx

« Les philosophes n'ont fait qu'interpréter diversement le monde, il s'agit maintenant de le transformer. »
de Karl Marx
Extrait du Thèse sur Feuerbach

« Les philosophes n'ont fait qu'interpréter diversement le monde, il s'agit maintenant de le transformer. »

« Les pensées de la classe dominante sont aussi, à toutes les époques, les pensées dominantes. »
de Karl Marx
Extrait du L'idéologie allemande

« Les prolétaires n'ont pas de patrie. »
de Karl Marx

« L'histoire de toute société jusqu'à nos jours n'a été que l'histoire de luttes de classes. »
de Karl Marx
Extrait du Manifeste du parti communiste Plus sur cette citation

« L'histoire de toute société jusqu'à nos jours n'a été que l'histoire de luttes de classes. »

« Dans la famille, l'homme est le bourgeois ; la femme joue le rôle du prolétariat. »
de Karl Marx
Extrait du L'Origine de la famille, de la propriété privée et de l'État Plus sur cette citation

« Dans la famille, l'homme est le bourgeois ; la femme joue le rôle du prolétariat. »

« Il n’y a qu’une seule façon de tuer le capitalisme : des impôts, des impôts et toujours plus d’impôts. »
de Karl Marx

« Il n’y a qu’une seule façon de tuer le capitalisme : des impôts, des impôts et toujours plus d’impôts.

« L'athéisme est une négation de Dieu, et par cette négation, il pose l'existence de l'homme. »
de Karl Marx
Extrait du Manuscrits - 1814

« Moins vous êtes, plus vous avez... Ainsi, toutes les passions et toutes les activités sont englouties dans la cupidité. »
de Karl Marx

Cliquez pour afficher l


Liens
http://youtu.be/At2WUCVyLTY Un jour dans l'histoire Lénine
http://youtu.be/zJBfQrJJHMg la mort de Staline


Le danger : amalgame d'une idéologie philanthropique avec l'impérialisme stalinien
http://youtu.be/GBsJixiURdg I
http://youtu.be/xyvN5KtVQVc 2
http://youtu.be/66ydlUyH3k0 3
http://youtu.be/xyvN5KtVQVc 4

http://youtu.be/jtXnbe7Bx0c Marx par Jacques Attali
http://youtu.be/UpeqATLh7tA Lénine 1par H Guillemin
http://youtu.be/MeYNDxFfUW8 Lénine 2 par H. Guillemin
http://youtu.be/AX5o4icAN4w Staline par H. Guillemin
http://youtu.be/b0qCZeDLhjo Trotsky par H. Guillemin
http://youtu.be/8euqhhdYLMo La pensée de Karl Marx, par Henri Pena-Ruiz

http://youtu.be/4k9vTPD48S8 hymne communiste de 1922 à 1944

Attacher un fichier:



jpg  7236149-urss-vers-1943--timbre-de-karl-marx-urss-vers-1943.jpg (334.51 KB)
3_51862e79d7b3f.jpg 1188X1200 px

jpg  ImageCache.jpg (225.24 KB)
3_51862e915f10c.jpg 800X1025 px

jpg  bruxelles-karl-marx-2.jpg (131.15 KB)
3_51862ea397018.jpg 640X425 px

jpg  karl-marx-et-satan.jpg (112.20 KB)
3_51862eb3e5ebb.jpg 242X377 px

jpg  karl_marx_by_discotea-d4c7do2.jpg (125.18 KB)
3_51862ed0368b8.jpg 900X579 px

jpg  karl-marx-et-satan.jpg (112.20 KB)
3_51862ee0ab4be.jpg 242X377 px

jpg  files.jpg (97.36 KB)
3_51862ef102e56.jpg 640X480 px

jpg  le-capital-1-copier.jpg (31.91 KB)
3_51862eff25a44.jpg 290X290 px

jpg  41jIwLj1xiL._AA278_PIkin4,BottomRight,-40,22_AA300_SH20_OU08_.jpg (13.86 KB)
3_51862f0c35d8d.jpg 300X300 px

jpg  karl-marx-la-pensace.jpg (16.89 KB)
3_51862f2f48f94.jpg 340X340 px

jpg  OQoMA3qt-Ps.jpg (75.25 KB)
3_51862f4200fb0.jpg 604X450 px

jpg  cekirge4ekonomistler_4.jpg (55.43 KB)
3_51862f5dbe599.jpg 602X480 px

Posté le : 05/05/2013 12:08

Edité par Loriane sur 05-05-2013 22:12:06
Edité par Loriane sur 05-05-2013 22:19:53
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant




[Recherche avancée]


Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
41 Personne(s) en ligne (24 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 41

Plus ...