| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> Défi du 29/03/2014 [Les Forums - Défis et concours]

Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes



(1) 2 3 »


Défi du 29/03/2014
Plume d'Or
Inscrit:
14/03/2014 18:40
De Paris
Messages: 1106
Niveau : 29; EXP : 19
HP : 0 / 704
MP : 368 / 13010
Hors Ligne
Bonjour à toutes et à tous.

Je vous propose le défi suivant:
On sonne à votre porte. C’est un(e) représentant(e) de commerce spécialisé(e) dans l’assurance-vie. Cette personne insiste. Son nom vous dit vaguement quelque chose. Vous décidez d’ouvrir. Et… vous découvrez que ce personnage est… l’amour de vos quatorze ans, le vrai, le fort, celui qui vous a fait pleurer longtemps et a changé votre vision des relations amoureuses.

C'est le début d'une histoire, d'un poème, de ce que vous voulez.

J'ai hâte de lire vos textes.
Ah, on sonne à ma porte. Qui ça peut être ? Sophie Marceau ?

Donald.


Posté le : 29/03/2014 09:15
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 29/03/2014
Modérateur
Inscrit:
21/03/2013 20:08
De Belgique
Messages: 3218
Niveau : 44; EXP : 15
HP : 215 / 1078
MP : 1072 / 23001
Hors Ligne
Le Passé sonne toujours deux fois

Nous sommes vendredi soir et un orage se déchaîne à l’extérieur. Que je suis heureuse d’être au chaud dans le creux de mon canapé devant un bon feu de cheminée et enroulée dans ma vieille couverture tricotée par ma grand-mère. Je lis un bon polar. Page 360 sur 497, je saurai bientôt qui est le meurtrier. Soudain, la sonnette de la porte retentit. Ce n’est pas possible, je n’attends personne ! Une seconde sonnerie. Mais quel est le fou qui est dehors par un temps pareil ?

La couverture sur le dos, je m’en vais ouvrir la porte, espérant secrètement que l’importun aura passé son chemin. Apparemment non car je me trouve face à un homme en pardessus sombre et chapeau à la Indiana Jones, trempé de la tête aux pieds.

« Bonjour Madame, avez-vous déjà pensé à votre mort ? »

Ouh, il est bizarre celui-là ! Se serait-il pris un coup d’éclair sur la tête ? Non, j’ai l’impression que c’est une sorte de prédicateur car il a une serviette contenant sûrement toutes sortes de brochures prônant l’expiation avant la fin du monde.

« Non. Pas pour le moment … bien que je lise un roman policier et que la victime a été retrouvée dans un sale état !
- Et bien, je vous propose des solutions pour envisager cela sereinement. Puis-je entrer ? »

Je me sens piégée. De plus, je constate que ses mains sont bleues de froid et que ses lèvres tremblent légèrement. Il n’a pas l’air méchant et son timbre de voix est chaud.

« Oui, suivez-moi ».

Je l’amène jusque dans la salle à manger et l’invite à s’asseoir. Il me demande la permission de se dévêtir un peu. J’acquiesce en espérant que ce n’est pas un gogo dancer envoyé par mes collègues du bureau très farceuses. Non, il enlève son pardessus et son chapeau. Je peux enfin détailler ses traits, assez agréables je l’avoue. Ses cheveux se raréfient sur les tempes et le dessus du crâne et une coloration sombre semble couvrir de manière imparfaite une tendance au blanchiment capillaire. Ses yeux amande me scrutent derrière ses lunettes maculées de grosses gouttes de pluie. Je suis alors prise d’un trouble inexplicable.

Il fouille dans sa serviette et me remet une carte de visite portant le nom « Sébastien Lamouche ». Mais oui ! Ce nom me fait redevenir une gamine de quatorze ans, avec son appareil dentaire, ses cheveux bruns trop vite gras, ses grosses lunettes et ses boutons d’acné … celle qui regardait Sébastien avec des yeux doux et papillonnants. Mais celui-ci m’a ignorée, me préférant les jolies blondes à qui les mères payaient de bonnes crèmes et du maquillage permettant de masquer ces imperfections d’adolescentes en fleur.

C’est pourquoi j’ai été surprise le jour où il m’a invitée à faire une partie de bowling ensemble.

« Vraiment ? Tu es sûr ? »

Il a insisté et nous nous sommes donné rendez-vous sur place le samedi suivant. Comme j’étais excitée ! J’ai passé bien deux heures dans la salle de bain, empruntant le vernis à ongles, le mascara, le rouge à lèvres de maman après avoir âprement négocié avec elle. J’ai sorti mes escarpins rouges, réservés aux grandes occasions, et la robe que j’avais portée lors du mariage de ma cousine. Je ne savais pas si c’était la tenue idéale pour jouer au bowling mais tant pis !

Mon père m’a déposée devant l’établissement. J’ai fait une entrée majestueuse, ralentissant volontairement chacun de mes mouvements et avançant délicatement comme si une cour royale allait se presser devant moi. J’ai aperçu mon prétendant qui me faisait signe d’approcher. Il était avec plusieurs amis, hilares. Il m’a expliqué qu’on attendait les filles invitées par ses potes et que chaque couple jouerait séparément. Les autres sont arrivées peu après moi et j’ai pu constater que, comme moi, elles ne faisaient pas partie des prétendantes les plus convoitées du lycée.

Avant de commencer la partie, les garçons se sont retirés en aparté et ont discuté longuement en jetant des regards furtifs vers nous. Finalement, ils sont revenus et nous sommes allés nous inscrire. Pendant que je troquais mes escarpins contre d’horribles chaussures puantes aux couleurs criardes, j’ai entendu la discussion des garçons. L’un d’eux a lancé : « Sébastien, t’es trop fort ! Tu gagnes le pari haut la main. On te paie la partie. C’est pas possible d’être aussi moche tout de même. Pauv’ fille ! »

Là, mon sang s’est glacé dans mes veines et je suis restée immobile, bouche bée quelques secondes. J’ai enlevé les godasses pas encore lacées et suis repartie en courant dehors, mes escarpins en main, passant en trombe devant Sébastien, sans lui adresser un seul regard. De toute façon, il n’y aurait trouvé que des larmes et du mépris.

Depuis lors, je suis restée très méfiante envers la gente masculine. Tous ceux qui s’approchaient de moi et tentaient une quelconque flatterie se voyaient rapidement rayés de mon agenda. C’est pourquoi, à l’heure actuelle, je suis toujours une célibataire endurcie.

Et voilà qu’aujourd’hui, je me retrouve face à cet ancien beau du lycée, ce bourreau des cœurs et notamment du mien, qu’il a piétiné sans vergogne sans se préoccuper des ravages qu’il a causés. Troublée quelques instants, je reprends mes esprits et écoute son laïus.

Monsieur Lamouche est devenu un petit représentant en assurances vie. J’aurais presque préféré qu’il se soit converti dans la religion qui aime envoyer ses ouailles sonner aux portes des mécréants. Au moins aurait-il appris le repentir et peut-être solliciter mon pardon. Il semble ne pas m’avoir reconnue d’ailleurs. Il est vrai que mon appareil dentaire n’est plus qu’un mauvais souvenir, que ma peau est désormais uniforme, que les lentilles ont remplacé mes lunettes et que mes cheveux ont pris une teinte blonde grâce à ma coiffeuse adorée.

Il insiste lourdement sur les risques de mourir brutalement, sans avoir pensé à préparer ses obsèques, sur la douleur des familles dans ces cas-là et parfois leur désarroi financier face aux frais à engager pour nous enterrer dignement. Bref, une conversation très joyeuse entrecoupée par des coups de tonnerre. Vous imaginez l’ambiance.

Je tente de dévier du sujet afin de découvrir un peu sa vie privée. De façon détournée, j’apprends qu’il est divorcé depuis deux ans, qu’il paie une pension alimentaire faramineuse à son ex et vit seul. Je tente alors une proposition :

« Demain soir, une amie organise une fête costumée. Il me faut un cavalier. Je vous invite et je signerai peut-être un de vos contrats.
- D’accord. Quel est le thème de la soirée ?
- Les hommes s’habillent en femmes et inversement. Vous verrez, on va bien s’amuser.
- Parfait ! J’aimerais juste connaître votre prénom.
- Bien sûr. Je n’ai pas de carte de visite mais je m’appelle … Véronique.»

Je ris intérieurement car c’est le premier prénom qui m’est passé par l’esprit et c’est celui du chat de ma voisine. Pour finir, je lui donne le lieu et l’heure et il sort en me serrant fermement la main.

Le lendemain, j’enfile un costume en queue-de-pie que j’ai loué pour l’occasion et j’attends Sébastien devant la porte de Dorothée. Il sort de sa voiture et se dirige vers moi, en robe mi-longue couleur vieux rose. Il se croque les chevilles sur des talons aiguille. Pour parfaire son déguisement, il porte un chapeau à fleurs. Il s’approche et me fait face. Je lui souris en lançant :

« Magnifique ! Je suis épatée. Entrons. »

Je sonne et c’est Dorothée qui nous ouvre. Je lui adresse un clin d’œil complice en prenant Sébastien par le bras pour le traîner à l’intérieur ! Arrivé dans le salon, l’homme se retrouve en plein milieu d’une dizaine de femmes qui se mettent à le siffler et le railler, se moquant sans vergogne de ses jambes très velues, lui retirant son chapeau pour se mettre à lui compter les cheveux, lui pinçant les fesses pour en tester la fermeté. Sébastien me jette un regard d’incompréhension.

« Voilà, tu sais maintenant ce que c’est d’être humilié. Tu ne te souviens pas de moi ?
- Non. Je devrais ?
- Je m’appelle Isabelle Beguin ! »

Son regard fait apparaître une tentative de réminiscence.
« La partie de bowling ! »

Là, ses yeux s’écarquillent et sa bouche s’ouvre toute seule.

« Et voici quelques unes des autres filles invitées ce jour-là pour faire partie, malgré nous, d’un concours dégradant.
- Nous étions jeunes. Ce n’était qu’un jeu d’adolescents.
- Mais tu ne t’es jamais dit que j’avais pu en être blessée ?
- Désolé ! Je te demande pardon.
- D’accord. Mais il faut expier ses fautes. Allez les filles ! »

Nous nous ruons tous sur le représentant et lui retirons sa robe de force puis nous le poussons vers la porte d’entrée jusqu’à ce qu’il soit sur le seuil, en caleçon et chaussettes. Juste avant que je claque la porte, j’entends :

« Et pour le contrat ? »

Posté le : 29/03/2014 16:32
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 29/03/2014
Modérateur
Inscrit:
03/05/2012 10:18
De Corse
Messages: 1186
Niveau : 30; EXP : 5
HP : 0 / 726
MP : 395 / 17354
Hors Ligne

Le retour inespéré,;

Il faut dire que ses bras comme des jambonneaux
M'ont empêché, ce jour, de refermer ma porte.
Qu'elle m'ait ligoté, bâillonné, peu m'importe,
Mais je n'endure pas les réveils matinaux.

Elle disait qu'elle venait pour me sauver la vie,
Que j'ignorais encor la chance que j'avais
Et qu'elles se faisait fort, foi d'Ondine Ravet,
De me faire signer, que j'en serai ravi.

Ce nom me fit un choc et je l'écoutais mieux.
Ce pourrait-il...Bon dieu !..et ne pouvant rien dire,
J'ai agité la tête afin qu'elle retire
Le bandeau de ma bouche et celui de mes yeux

Je ressentis soudain un gros poids sur le coeur.
- " Ondine ! c'est bien toi ? te souviens-tu de moi ,
Le gamin que, d'antan, tu plongeais dans l'émoi ?
Montre-toi de profil..non, reviens. Tu fais peur. "

- " Comment donc as-tu fait pour prendre tout ce lard ?
Mais...! Ces cheveux rasés...! Ces anneaux dans le nez...!
Mon prénom sur le bras, après autant d'années,
Dis-moi, ce n'est pas vrai ? je fais un cauchemar ?.."

- " Bacchus, mon bien-aimé, toi que j'ai dans la peau,
Toi qui, il fut un temps, m'envoyais des poèmes,
Toi qui n'osas jamais m'avouer que tu m'aimes,
Je suis là pour qu'enfin nous trouvions le repos. "

' " Je viens te faire signer un contrat pour la vie
Te permettant enfin de tenir tes promesses.
Pour nous, pas de mairie, et surtout pas de messe.
Le grand jour est venu : nous sommes réunis. "

Bacchus, c'est bien connu, dispose de ressources,
La trouille lui donnant encor plus de moyens.
La colère l'emporta . Ayant brisé ses liens,
Il s'enfuit en semant une Ondine à la course.

Pourquoi es-tu venue pour enfoncer ma porte ?
J'aimais le souvenir que je gardais de nous.
Ondine, ne crois plus m'avoir à tes genoux..
Ne reviens plus demain. Que le diable t'emporte !




Posté le : 29/03/2014 17:23
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 29/03/2014
Modérateur
Inscrit:
21/03/2013 20:08
De Belgique
Messages: 3218
Niveau : 44; EXP : 15
HP : 215 / 1078
MP : 1072 / 23001
Hors Ligne
Encore une femme éprise de ton corps d'albâtre et tes muscles d'acier.
Cette Ondine t'avait dans la peau, au sens figuré comme au sens propre, tatouages à l'appui.
Et tu oses la laisser sur la touche ... j'en suis outrée.

J'en ris encore ...

Amitiés

Couscous


Posté le : 29/03/2014 17:34
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 29/03/2014
Plume d'Or
Inscrit:
14/03/2014 18:40
De Paris
Messages: 1106
Niveau : 29; EXP : 19
HP : 0 / 704
MP : 368 / 13010
Hors Ligne
Eh bien Couscous, j'ai adoré ce moment de vengeance.
Super texte, vraiment.
J'en suis encore sur le séant.
Bises
Donald.

Posté le : 29/03/2014 18:18
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 29/03/2014
Modérateur
Inscrit:
03/05/2012 10:18
De Corse
Messages: 1186
Niveau : 30; EXP : 5
HP : 0 / 726
MP : 395 / 17354
Hors Ligne
Le concours des ' cageots ', je ne sais pas si ça se pratique encore. Je reconnais que c'est méchant et bête. D'autant plus que les petites mochetés deviennent bien souvent de jolies fleurs. ..J'ai connu des exemples.
J'avais un copain dont le plaisir, dans les bals,était de se voir refuser une danse par une fille. Il pouvait alors placer son petit couplet que je trouvais trop féroce :
' " Comment ! j'invite la fille la plus moche du bal pour être sur de danser et faire une bonne action, et elle me refuse ! "
Cela crié bien fort pour que tout le monde en profite..
La vengeance de ton héroïne ( je me refuse à penser que tu contes un souvenir ) était également cruel, mais à la mesure de l'affront du passé.
C'est bien: vous avez eu la pudeur de le laisser en caleçon.
Tu aurais du faire un petit paragraphe sur son corps et ses plaquettes de chocolat, pour Arielle.
C'est vrai, quoi ! il en faut pour tout le monde !
Merci Couscous ( se méfier de l'eau qui dort, hmmm ? )


Posté le : 29/03/2014 18:24
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 29/03/2014
Plume d'Or
Inscrit:
14/03/2014 18:40
De Paris
Messages: 1106
Niveau : 29; EXP : 19
HP : 0 / 704
MP : 368 / 13010
Hors Ligne
Excellent ce poème mon cher Bacchus.
C'est un dur métier que d'être ex amour de la vie d'un(e) autre.
J'ai adoré.

Couscous et Bacchus, vous avez mis la barre haute.

A bientôt,

Donald

Posté le : 29/03/2014 18:32
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 29/03/2014
Modérateur
Inscrit:
21/03/2013 20:08
De Belgique
Messages: 3218
Niveau : 44; EXP : 15
HP : 215 / 1078
MP : 1072 / 23001
Hors Ligne
Je suis bien heureuse que ce ne soit pas un souvenir personnel, bien que cela aurait pu ! Dans ce cas, je ne suis pas vengeresse et aurait laissé le triste sire à son sort, lui refusant la signature de tout contrat et colportant peut-être des ragôts pour qu'il ait porte close dans mon quartier ! Gnark Gnark !

Il ne mérite pas un corps de rêve Bacchus et je pense qu'Arielle devrait s'en remettre ...

Merci à tous les deux.

Bises

Couscous

Posté le : 29/03/2014 18:33
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 29/03/2014
Administrateur
Inscrit:
30/05/2013 12:47
Messages: 1529
Niveau : 33; EXP : 29
HP : 161 / 807
MP : 509 / 16759
Hors Ligne
Les maux de l'assuré
..............les mots pour l'assureur .... ....



Elle était insistante
Je manquai d’assurance
Elle disait sur la vie
Je t’assure Titi

D’un amour éploré
D’un accord certifié
Serment d’une confiance
Digne de chez ALLIANZ

J’étais trop angoissé
Pour pouvoir m’engager
Sur une convention
Ignorant les mentions

Un autre moins timide
Après une nuit torride
Lui offrit le contrat
Dit de: la bague au doigt

J’ai poursuivi ma vie
Sans trop de garantie
J’ai subi des dommages
C’est le propre de l’âge

Quand un jour à mon huis
Le destin l’a conduit
Elle était toujours belle
Et vendait des mutuelles

Etait ce un accident ?
Le sort certainement
Qui m’offrait ce Bonus :
De revoir ma Venus

A ses propositions
Offertes sans caution
Sans même un préavis
Au lit je la convie

Bien que son ayant droit
Elle abusa de moi
Et mis à découvert
Mon offre obligataire

Plus d’une reconduction
Tacite, accomplirons
Je sortis tous mes brisques
Assurances tout risques


Au matin sans dommage
Elle me rendit hommage
M’assurant sans remords
Avoir eu tous les torts

Nous fîmes le constat
Que nul ne contestât
D’un amour passionné
Nullement périmé

Quand elle est en errance
En manque d’assurance
Elle rapplique de suite
J’ai l’assistance gratuite

Posté le : 29/03/2014 18:43

Edité par kjtiti sur 30-03-2014 05:53:41
Edité par kjtiti sur 30-03-2014 05:54:39
Edité par kjtiti sur 30-03-2014 05:58:16
Edité par kjtiti sur 30-03-2014 05:59:21
_________________

Le bonheur est une chose qui se double,..…..si on le partage …

Titi
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 29/03/2014
Plume d'Or
Inscrit:
14/03/2014 18:40
De Paris
Messages: 1106
Niveau : 29; EXP : 19
HP : 0 / 704
MP : 368 / 13010
Hors Ligne
Hello Kjtiti,

Une chanson douce ?
J'ai beaucoup aimé ce poème.
Ah, l'amour, quelle source d'inspiration !
Même quand c'est un souvenir douloureux.

A bientôt et encore merci.

Donald

Posté le : 29/03/2014 19:04
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant
(1) 2 3 »




[Recherche avancée]


Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
31 Personne(s) en ligne (23 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 31

Plus ...