| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> Anne-Sophie Mutter [Les Forums - Le coin des Musiciens]

Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Anne-Sophie Mutter
Administrateur
Inscrit:
14/12/2011 15:49
De Montpellier
Messages: 9501
Niveau : 63; EXP : 93
HP : 629 / 1573
MP : 3167 / 56191
Hors Ligne
Le 29 juin 1963 à Rheinfelden dans le Bade-Wurtemberg naît Anne-Sophie

Mutter,


violoniste allemande. Enfant prodige du violon, découverte par le kappellmeister Karajan, elle aborde avec aisance tous les répertoires de Bach à Penderecki et s'est imposée comme l'une des grandes violonistes de son temps. Elle collabore avec l'Orchestre philharmonique de Berlin, l'Orchestre philharmonique de New York, l'English Chamber Orchestra, son maître est Herbert von Karajan, elle reçoit pour distinction honorifique le Prix Ernst von Siemens en 2008

La grande tradition de l'école de violon austro-allemande – issue de la filiation de Mannheim, regroupant les héritiers de Rodolphe Kreutzer 1766-1831, Joseph Mayseder 1789-1863 et Louis Spohr 1784-1859 – n'est sans doute plus dans l'air du temps. Illustrée avec éclat par les archets de Fritz Kreisler 1875-1962, Carl Flesch 1873-1944, Adolf Busch 1891-1952 et Wolfgang Schneiderhan 1915-2002, elle trouve, par la fidélité au texte musical et la simplicité du phrasé, la voie qui mène, sans les facilités et relâchements esthétiques qui offrent habituellement le succès, directement à la grandeur du style et à la noblesse de l'expression. La violoniste allemande Anne-Sophie Mutter en est l'ultime et la plus convaincante héritière.

En Bref

D'emblée, Anne-Sophie Mutter fuit le terrain de jeu habituel des enfants prodiges du violon, ces pièces de virtuosité pure et ces mélodies charmeuses qui éblouissent tant les foules, même si elle est capable d'interpréter, tout en dirigeant, les cinq concertos pour violon et la Symphonie concertante pour violon et alto de Mozart en deux jours consécutifs les 28 et 29 août 2002 au festival de Salzbourg ! C'est dans Mozart, Beethoven, Brahms et Max Bruch qu'elle s'exprime dès ses débuts. La maturité venue, elle leur restera fidèle. La critique est souvent désarçonnée par une quête de la vérité des œuvres qui l'amène parfois loin des sentiers battus, tantôt avec une liberté proche de l'improvisation, tantôt avec des raffinements frôlant la préciosité, tantôt avec une rigueur cousine de l'aridité. Mais le public, séduit par une sonorité royale, remplit toujours les salles.
Anne-Sophie Mutter a mis très tôt – la chose n'est pas si fréquente – une technique très sûre, une lecture approfondie des structures musicales et des moyens hors du commun au service des partitions nouvelles. Elle a ainsi créé Chain 2 de Witold Lutosławski – avec le Collegium Musicum de Zurich sous la direction du dédicataire de l'œuvre, Paul Sacher 1986 –, En rêve, concerto pour violon et orchestre de chambre, de Norbert Moret pièce qu'elle a commandée et qui lui est dédiée, 1988, la version orchestrale de la Partita de Lutosławski 1990, le Deuxième Concerto pour violon et orchestre Metamorphosen dont elle est la dédicataire 1995, et la Deuxième Sonate pour violon et piano 2000 de Krzysztof Penderecki, Gesungene Zeit 1992 de Wolfgang Rihm, le Nocturne pour violon et orchestre Sur le même accord d'Henri Dutilleux 2002, le Double Concerto pour violon et contrebasse d'André Previn avec Roman Patkolò et l'Orchestre symphonique de Boston sous la direction du compositeur, 2007, le Deuxième Concerto pour violon Anne-Sophie de Sofia Goubaïdoulina festival de Lucerne, avec l'Orchestre philharmonique de Berlin dirigé par Simon Rattle, 2007.
La discographie d'Anne-Sophie Mutter manifeste la même exigence. On n'y trouve que de furtifs abandons au brillant violonistique, bien éloignés de son tempérament naturel – Mendelssohn, Lalo et Sarasate – et qu'une faiblesse notoire, avec une bien étrange vision des Quatre Saisons de Vivaldi, écho d'un autre âge, avec le Philharmonique de Berlin. Les grands concertos du répertoire, sous la direction d'Herbert von Karajan, Seiji Ozawa, James Levine, Riccardo Muti ou André Previn, sont en revanche animés avec un sens de la ligne qui force l'admiration. Bien entendu, la musique du XXe siècle y occupe une place de choix : Bartók, Berg, Rihm, Stravinski, Moret, Korngold, Prokofiev, Webern, Michael Finnissy, et, sous la direction des compositeurs, Lutosławski Chain 2, Partita, Penderecki Deuxième Concerto pour violon et orchestre. Parmi ses partenaires réguliers, il faut citer le pianiste Lambert Orkis, les violoncellistes Yo-Yo Ma et Antonio Meneses, l'altiste Yuri Bashmet. Personnalité en marge du monde des spectacles, Anne-Sophie Mutter mène une carrière intransigeante, dédiée à la recherche et à l'exploration. Il n'est pas toujours très facile de la suivre sur ces chemins escarpés...

Sa vie

Anne-Sophie Mutter naît le 29 juin 1963 à Rheinfelden pays de Bade, Allemagne, dans une famille très musicienne ; son frère Christoph sera pianiste, son second frère, Andreas, violoniste. Après avoir abordé l'étude du piano dès l'âge de cinq ans, elle se tourne très rapidement vers celle du violon, avec Erna Honigberger 1894-1974, une ancienne élève de Carl Flesch, et adepte de la méthode pédagogique de son maître, base de la technique moderne du violon.
Anne-sophie Mutter commence le piano à cinq ans, puis le violon peu après, et elle gagne dès sept ans le concours fédéral de la jeunesse musicale avec la mention d’excellence. Elle gagne le même concours une seconde fois en 1974, puis est dispensée d’obligation scolaire, ce qui lui permet de se consacrer pleinement à son art. Anne-Sophie Mutter va étudier avec Erna Honigberger, élève de Carl Flesch, puis avec Aida Stucki.

En 1970, la toute jeune Anne-Sophie remporte sur cet instrument le concours fédéral Jugend musiziert – avec mention spéciale –, et obtient en outre un premier prix de piano à quatre mains avec son frère Christoph. Preuve de son talent superlatif, elle remporte une seconde fois ce même concours quatre ans plus tard, en 1974. Cette même année, à la mort d'Erna Honigberger, elle est prise en charge par Aida Stucki, une autre élève de Carl Flesch, qui professe au Conservatoire de Winterthur, en Suisse.

À treize ans, elle est remarquée par Herbert von Karajan, qui la fait jouer avec l'Orchestre philharmonique de Berlin. Elle joue ensuite en 1977 au festival de Pâques et au festival d'été de Salzbourg puis en Angleterre avec le English Chamber Orchestra dirigé par Daniel Barenboim.
Lors d'un récital qu'elle donne avec son frère Christoph au festival de Lucerne de 1976 ; le grand chef autrichien la fait venir à Berlin pour une audition. Il l'engage immédiatement pour un concert en soliste au festival de Salzbourg de 1977 : le 31 juillet, elle y interprète, avec l'Orchestre du Mozarteum, le Deuxième Concerto pour violon, K 211, de Mozart elle se produira au festival de Salzbourg presque tous les ans de 1978 à 1996, avec l'Orchestre philharmonique de Berlin, l'Orchestre philharmonique de Vienne, l'Academy of St. Martin in the Fields, l'Orchestre philharmonique de New York.... En 1978, elle enregistre avec Karajan et l'Orchestre philharmonique de Berlin deux concertos pour violon de Mozart les troisième et cinquième, et elle fait ses débuts au Royaume-Uni, se produisant à Londres avec le London Symphony Orchestra sous la baguette de Daniel Barenboim. Berlin – avec l'Orchestre philharmonique et Karajan – en 1978, Washington, New York et Chicago en 1980, Moscou en 1985 lui réservent les plus chaleureux des accueils.

Elle se produit dès lors, malgré sa jeunesse, sous la direction des chefs les plus réputés – Christoph von Dohnányi, Zubin Mehta, Wolfgang Sawallisch, Semyon Bychkov, Kurt Masur, Christoph Eschenbach, Neville Mariner... – et avec les plus grands solistes – Yo-Yo Ma au violoncelle, Alexis Weissenberg et Krystian Zimerman au piano... En 1985, au festival d'Aldeburgh, elle joue en trio avec l'altiste Bruno Giuranna et le violoncelliste Mstislav Rostropovitch ; leur association durera plusieurs années. En 1986, elle se voit confier une classe de violon à la prestigieuse Royal Academy of Music de Londres. En 1987, elle crée une fondation – la Rudolf Eberle Foundation – destinée à venir en aide aux jeunes instrumentistes à cordes européens, renforcée, en 1997, par une autre fondation, Anne-Sophie Mutter Circle of Friends Foundation Freundeskreis Anne-Sophie Mutter Stiftung.
C’est en février 1978, à quatorze ans, qu’elle se produit pour la première fois en soliste avec l’Orchestre philharmonique de Berlin. Elle interprète le concerto pour violon et orchestre en sol majeur de Mozart. La même année, à quinze ans, elle fait son premier enregistrement pour la Deutsche Grammophon : les concertos no 3 et no 5 de Mozart avec l’Orchestre philharmonique de Berlin dirigé par Karajan, enregistrement qui se verra décerner le grand prix international du disque l’année suivante. Elle est nommée artiste de l’année 1979. L'année suivante, elle enregistre avec le même orchestre et le même chef le Concerto pour violon de Beethoven.

Carrière internationale

En 1980, Anne-Sophie Mutter fait sa première apparition aux États-Unis, avec l’Orchestre philharmonique de New York dirigé par Zubin Mehta. Elle gagne la même année le Regio-Preis fur Musik et un Maschera d’Argento.
En 1983, elle devient présidente honoraire de la Mozart Society de l’Université d'Oxford et en 1986, elle est décorée de l’Ordre du Mérite de RFA.
L’année 1988 est consacrée à une grande tournée aux États-Unis et au Canada et Anne-Sophie Mutter fait alors sa première apparition au Carnegie Hall. Elle est également nommée citoyenne d’honneur de Wehr.
Après avoir joué un Nicola Gagliano, elle utilise deux Stradivarius, l'Emiliani de 1703 à partir de 1979 et le Lord Dunn-Raven de 1710 à partir de 1984.
En 1989, elle se marie avec l'avocat Detlef Wunderlich, qui mourra en 1995 d’un cancer. L’année suivante, Anne-Sophie Mutter décide de prendre une année sabbatique. Arabella, son premier enfant, naît. Son deuxième enfant, Richard, naît en 1994.
En 1998, Anne-Sophie Mutter se consacre entièrement aux sonates pour piano et violon de Beethoven, qu’elle joue dans le monde entier avec Lambert Orkis. Ils enregistrent un disque en public, comprenant l’intégralité des sonates.
En 2002, elle se marie avec le pianiste et chef d’orchestre américain André Previn dont elle divorce quatre ans plus tard, en 2006. Elle vit à Munich.

Actions

Anne-Sophie Mutter est très impliquée dans la musique actuelle, à la fois parce qu’elle compte de nombreuses pièces récentes dans son répertoire, dont elle est pour certaines la dédicataire, et par le soutien qu’elle apporte aux jeunes solistes, notamment par l’intermédiaire de la fondation Anne-Sophie Mutter, qui aide les jeunes du monde entier à débuter dans le métier.
Elle participe aussi à beaucoup d’œuvres de charité, et fait régulièrement des concerts de solidarité. Elle a par exemple reversé une partie des bénéfices d’une de ses tournées aux États-Unis à Classical Action: Performing Arts Against AIDS.

Anne-Sophie Mutter possède deux Stradivarius, l’Emiliani de 1703 et le Lord Dunn-Raven de 1710 et également un violon du luthier contemporain bolonais Roberto Regazzi.

C’est la révélation du siècle ! proclamait son bienfaiteur Herbert von Karajan.

Liens

http://youtu.be/v9YowLzeC0c Beethoven Sonate pour violons
http://youtu.be/GMc7RhA4t4c Beethoven Concerto pour violons
http://youtu.be/AI-sCX_cLWQ Mozart Concerto pour Violons
http://youtu.be/qKabPo4EHl0 Récital de violons à Tokyo
http://youtu.be/I9P79-1_iGU Concertyo pour violons de Tchaïchovsky
http://www.youtube.com/watch?v=Ak7MRR ... ED5A358A40A42C0C&index=14

Cliquez pour afficher l


Cliquez pour afficher l


Cliquez pour afficher l


Cliquez pour afficher l


Cliquez pour afficher l


Cliquez pour afficher l


Cliquez pour afficher l


Cliquez pour afficher l


Cliquez pour afficher l


Cliquez pour afficher l


Cliquez pour afficher l


Cliquez pour afficher l


Cliquez pour afficher l


Cliquez pour afficher l


[img width=600]http://cps-static.rovicorp.com/3/JPG_400/MI0001/170/MI0001170394.jpg?partner=allrovi.com[/img]

Cliquez pour afficher l

Posté le : 29/06/2014 00:00

Edité par Loriane sur 29-06-2014 14:30:16
Edité par Loriane sur 29-06-2014 16:47:31
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant




[Recherche avancée]


Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
50 Personne(s) en ligne (34 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 50

Plus ...