| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> Charles Nungesser [Les Forums - Société]

Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Charles Nungesser
Administrateur
Inscrit:
14/12/2011 15:49
De Montpellier
Messages: 9500
Niveau : 63; EXP : 93
HP : 629 / 1573
MP : 3166 / 56026
Hors Ligne
Le 15 mars 1892 naît à Paris Charles Nungesser

mort le 8 Mai 1927, à 35 ans, quelque part dans l'Atlantique Nord ou en Amérique du Nord, aviateur français.
Il a engagé dans l'arme Aéronautique militaire, sous le grade de lieutenant. Ses années de service s'étendent de 1914 à 1918, pendant la première guerre mondiale. Il vole avec les escadrilles N65, Spa65, V106, V116. Il s'honore par 43 victoires homologuées. Il reçoit la distinction de la Légion d'honneur. Il reçoit la Croix de guerre 1914-1918, la médaille militaire, la military Cross, l'Ordre de Léopold avec palme, et distinguished Service Cross. Hommages Rues, écoles, stade, timbres
As de l'aviation française pendant la Première Guerre mondiale, il disparut avec François Coli lors d'une tentative de traversée Paris-New York sans escale à bord de L'Oiseau blanc.

Sa vie

Charles Eugène Jules Marie Nungesser est né dans le 10e arrondissement de Paris1 et passe son enfance à Valenciennes, ville dont sa mère, Laure Prignet, est originaire. Il est élève de l'école nationale professionnelle d'Armentières Nord de 1905 à 1907 ; une plaque lui rend hommage dans le hall d'honneur de cette prestigieuse école qui est devenue le lycée Gustave Eiffel. Nungesser part à l'âge de quinze ans en Amérique du Sud, où il exerce différents métiers : cow-boy, boxeur, pilote de course automobile.
Il découvre également l'aviation naissante et commence à piloter.
Revenu en France avant la déclaration de guerre, il s'engage au 2e régiment de hussards, où il obtient la médaille militaire après dix jours de combat.
Il parvient, après avoir passé seul les lignes ennemies, à capturer une automobile Mors et à tuer les quatre officiers prussiens, puis à ramener la voiture au quartier-général de sa division avec des plans trouvés sur les officiers prussiens. Son général le surnomme le hussard de la Mors en référence à cet exploit, et bien sûr aux Hussards de la mort et l'autorise à passer dans l'aviation.
Il est cité à l'ordre de l'armée :
" Le 3 septembre 1914, son officier ayant été blessé au cours d’une reconnaissance, le mit d’abord à l’abri ; puis, avec l’aide de quelques fantassins, après avoir mis les officiers qui l’occupaient hors de combat, s’empara d’une auto et rapporta les papiers qu’elle contenait en traversant une région battue par les feux de l’ennemi. "
Il intègre à Dunkerque l'escadrille VB 106, dans laquelle il pilote un bombardier Voisin III et accomplit 53 missions de bombardement.
Mais il s'en sert aussi à l'occasion pour faire la chasse des avions qu'il croise : le 30 juillet 1915, il abat un Albatros allemand au cours d'un vol d'essai, ce qui lui vaut la Croix de Guerre et une mutation dans l'escadrille de chasse N 65, équipée de Nieuport Bébé basée à Nancy.
À plusieurs reprises, il termine des patrouilles de chasse par des acrobaties au-dessus de son terrain, ce qui lui vaut huit jours d'arrêts.
Sa punition est toutefois levée lorsqu'il abat un biplace Albatros le 28 novembre 1915.
En février 1916, il est grièvement blessé en s'écrasant au décollage aux commandes d'un prototype d'avion de chasse de type Ponnier. Le manche à balai lui traverse le palais et lui fracasse la mâchoire, et il se fracture les deux jambes.
Le 28 mars, il sort de l'hôpital sur des béquilles, refuse sa réforme et retourne à son escadrille. Il doit alors se faire porter et extraire de son avion.

Le Nieuport 17 de Nungesser

Il participe à la bataille de Verdun et y remporte dix victoires, jusqu'au 22 juillet 1916, avant de survoler le front de la Somme.
C'est là qu'il fait peindre sans doute pour la première fois son insigne personnel sur son Nieuport 17 : une tête de mort aux tibias entrecroisés, surmontée par un cercueil entouré de deux chandeliers, le tout dessiné dans un cœur noir. Il remporte neuf autres victoires homologuées sur la Somme avant la fin de l'année 1916, portant son total à 21, avec notamment un « triplé » le 26 septembre.
Mais son état de santé est très précaire depuis son accident de février 1916, auquel s'ajoutent diverses blessures en combat. Il doit repartir à l'hôpital et ne parvient à en sortir qu'après avoir négocié un accord avec ses médecins et l'état-major : il devra retourner à l'hôpital après chacun de ses vols pour y suivre son traitement. Il est détaché à l'escadrille VB 116, une escadrille de bombardement qu'il rejoint avec son chasseur Nieuport à Dunkerque au mois de mai 1917.
Cette escadrille a la particularité d'être à côté d'un hôpital.
Il remporte neuf autres victoires avant la fin de l'année 1917.
Son état de santé s'améliorant, il peut rejoindre son escadrille, la N 65. Mais à peine est-il de retour qu'il est victime d'un grave accident de voiture, en octobre 1917, dans lequel périt son fidèle mécanicien Roger Pochon, qui était au volant. Nungesser retourne à l'hôpital. Jusqu'à la fin de la guerre, malgré ses lourds handicaps physiques, il continue d'accumuler les succès, mais se fait dépasser par René Fonck et Georges Guynemer en nombre de victoires.
Le 15 août 1918, il abat plusieurs Drachens et remporte sa 43e victoire homologuée, qui est aussi la dernière.

Après-guerre et traversée de l'Atlantique

Charles Nungesser et sa fiancée devant un Morane-Saulnier AR.
L'Oiseau blanc.
Sur proposition du sous-secrétaire d'État à l'Aéronautique, Nungesser monte à Orly une école de pilotage où l'aviatrice Hélène Boucher fait ses premiers vols. Mais l'école fait faillite.
Il part alors en tournée exhibition, 55 représentations aux États-Unis où il reconstitue ses principaux combats.
L'aviation connaît alors un développement important et les pilotes chevronnés mènent des raids pour battre tous les records, encouragés par des initiatives telles que le prix Orteig de 25 000 dollars offert au premier aviateur à réussir la traversée de l'Atlantique entre New York et Paris. En 1919, les Britanniques John Alcock et Arhtur W. Brown réalisent la première traversée par avion de l'Atlantique Nord entre Terre-Neuve et l'Irlande.
En 1927, dévoré par le besoin de se surpasser, Nungesser forme avec François Coli le projet de rallier Paris à New York, sans même s'inscrire au prix Orteig. Depuis 1923, François Coli envisageait un vol transatlantique sans escale avec son camarade de guerre Paul Tarascon. À la suite d'une blessure en vol, ce dernier abandonne le projet, laissant la voie libre à Nungesser.

Nungesser, Coli et l'Oiseau blanc.

Le duo décolle de l'aéroport du Bourget le 8 mai 1927, à destination de New York, à bord de L'Oiseau blanc, un biplan Levasseur frappé de l'insigne de guerre de Nungesser. Leur avion, qui est aperçu pour la dernière fois au large des côtes irlandaises, n'atteint jamais New York. Au cours des années, plusieurs enquêtes et investigations furent entreprises afin de percer à jour le mystère de la disparition de Nungesser et Coli. L'appareil n'ayant jamais été retrouvé, l'hypothèse communément acceptée voudrait que l'avion se soit abîmé en mer du fait d'une violente tempête ou du manque de carburant. Depuis les années 1980, des recherches ont été menées dans l'État américain du Maine, à Terre-Neuve et chaque année depuis 2009 à Saint-Pierre-et-Miquelon où, selon Bernard Decré, les aviateurs auraient pu être abattus par des trafiquants d'alcool ou des garde-côtes, Saint-Pierre étant alors un haut lieu de la contrebande vers les États-Unis soumis à la Prohibition.

Deux semaines après la disparition de L'Oiseau blanc, l'aviateur américain Charles Lindbergh réussit la première traversée transatlantique de New York à Paris. Le public français, encore en deuil de Nungesser et Coli, célébra toutefois avec enthousiasme la performance de Lindbergh.

Décorations

Nungesser portant ses décorations

Légion d'honneur officier
Médaille militaire
Croix de Guerre avec vingt-huit palmes et deux étoiles 6
Military Cross Royaume-Uni
Ordre de Léopold et la Croix de guerre 1914-1918 belges,
Distinguished Service Cross États-Unis
Croix de Michel le Brave Roumanie
Croix de la Bravoure Serbie
Ordre de Danilo Ier, chevalier Monténégro
Ordre de l'Étoile de Karageorge, chevalier avec glaives Serbie

Postérité

Outre les nombreuses écoles et rues qui portent son nom, associé le plus souvent à celui de François Coli, Nungesser reçut l'hommage de deux aviateurs français, Dieudonné Costes et Joseph Le Brix, qui baptisèrent le Bréguet 19 GR dans lequel ils réalisèrent leur tour du monde en 39 étapes 57 000 km le Nungesser et Coli en 1928.
À Valenciennes, le club de football évoluait dans le stade qui portait son nom.
Nungesser vécut à Saint-Mandé dans ce qui est aujourd'hui la rue Guynemer, du nom d'un autre as de l'aviation française.
Timbre français de 0,40 F de 1967, Nungesser et Coli, 8 mai 1927, dessiné par Clément Serveau et gravé par Claude Durrens Y&T no 1523.


Cliquez pour afficher l



Cliquez pour afficher l



Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l

































Posté le : 14/03/2015 18:29
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant




[Recherche avancée]


Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
47 Personne(s) en ligne (23 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 47

Plus ...