| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> Esclavagisme en Mauritanie 3 [Les Forums - Société]

Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Esclavagisme en Mauritanie 3
Administrateur
Inscrit:
14/12/2011 15:49
De Montpellier
Messages: 9425
Niveau : 63; EXP : 77
HP : 941 / 1569
MP : 3141 / 46377
Hors Ligne
MAURITANIE


La Mauritanie, au territoire majoritairement saharien, voisine du Sénégal mais souvent considérée comme partie intégrante du Maghreb, est un trait d'union entre l'Afrique du nord et l'Afrique subsaharienne. Sa population reflète cette double appartenance, arabo-berbère, Maures ou Harratines (anciens esclaves noirs des Maures), autant que Noirs africains, Toucouleurs, Soninkés, Peuls ou Wolofs. Le nomadisme pastoral est encore largement pratiqué au nord, mais les Mauritaniens sont surtout concentrés au sud, où l'agriculture domine sur les terres fertiles proches de la frontière constituée par le fleuve Sénégal. La colonisation française forme ce territoire pour des raisons stratégiques, mais s'y intéresse peu. En 1960, lorsque la République islamique de Mauritanie proclame son indépendance, il reste à édifier un État, une nation et une économie. Moktar Ould Daddah, véritable fondateur du pays, s'y emploie pendant près de vingt ans. Mais les tensions sociales, culturelles et économiques, et surtout le conflit du Sahara occidental ont raison de son prestige. En 1978, les militaires prennent le pouvoir et le gardent jusqu'en 2005. Pendant cette période, coups d'État et affrontements entre ethnies se succèdent, sur fond de régime autoritaire et d'absence de libertés. C'est, néanmoins, une partie de l'armée, entraînée par le colonel Ely Ould Mohamed Vall, qui permet au pays de connaître une véritable transition démocratique, même si la situation politique demeure très instable. La Mauritanie, nouveau pays pétrolier gisements découverts en 2006, est toujours confrontée à la fragilité de son économie et aux sécheresses. Elle doit relever les défis de ses antagonismes culturels et ethniques, et construire un véritable État de droit.

Géographie Un milieu naturel dominé par le désert

La République islamique de Mauritanie, avec 1 025 520 kilomètres carrés, se situe au troisième rang des pays les plus grands d'Afrique occidentale, derrière le Niger et le Mali. Sa position entre le 15e et le 27e degré de latitude nord en fait un pays de contact et de transition entre le désert saharien 70 p. 100 du territoire, au nord, et les steppes sahéliennes, au sud. La monotonie du relief, dont les deux tiers sont situés entre 200 mètres et 500 mètres d'altitude – relief composé essentiellement de plaines et de bas plateaux le point culminant est le Kediet ej Jill, à 915 m, près de Zouerat –, ne permet guère d'identifier différentes régions. En revanche, les variations bioclimatiques distinguent clairement quatre sous-ensembles régionaux.
Au-delà du 17e parallèle commence l'immense désert saharien, univers minéral dénué de cours d'eau, malgré quelques oueds alimentés par des pluies très occasionnelles.
Au sud s'étend la steppe sahélienne sur environ un tiers du territoire. Les précipitations sont un peu plus marquées, surtout dans la partie la plus méridionale, où elles peuvent même atteindre 500 à 600 millimètres par an. Mais leur irrégularité, de même que la multiplication des épisodes de sécheresse au cours des années 1970-1973 et 1983-1984 expliquent le très fort mouvement d'exode rural des populations de cette zone.
Le littoral profite à la fois du passage du courant marin froid des Canaries qui le longe, et de l'alizé en provenance de l'Atlantique, qui apporte un air plus frais et plus humide à la différence de l'alizé continental, sec et chaud. Plus hospitalier, ce littoral a fixé les deux principales villes du pays, Nouakchott et Nouâdhibou.
Enfin, à l'extrême sud serpente le fleuve Sénégal, l'unique cours d'eau permanent de la Mauritanie, qui fait la frontière avec le pays éponyme. La présence en abondance d'alluvions fertiles dans le lit majeur du fleuve fait de cette large vallée une région traditionnellement recherchée par les agriculteurs.

Une population de plus en plus urbanisée et sédentarisée

En raison de sa très faible population 3,5 millions d'hab. au recensement de 2013, rapportée à l'immensité du territoire, la Mauritanie a l'une des densités les plus faibles au monde 3 hab./km2. La répartition des hommes présente cependant de très fortes disparités, depuis le nord-est, où les densités sont de l'ordre de 0,1 à 0,2 habitant par kilomètre carré, jusqu'à la vallée du fleuve Sénégal, où elles atteignent jusqu'à 30 habitants par kilomètre carré. La population se compose d'Africains blancs Maures islamisés depuis dix siècles, qui représentent 75 p. 100 de la population, et de populations noires, essentiellement dans la partie méridionale (Wolofs, Toucouleurs, Soninkés, Peuls, Bambaras, etc.. Les dernières décennies du XXe siècle se sont accompagnées de bouleversements considérables au sein de la structure de cette population, notamment en matière de mode de vie. Ainsi les nomades 90 p. 100 de la population totale lors de l'indépendance en 1960 ne constituent plus que 5 p. 100 de la population en 2006 32 p. 100 en 1977, 12 p. 100 en 1988, à la suite d'un très fort mouvement de sédentarisation et d'urbanisation qui a accompagné les épisodes de sécheresse.
La population urbaine n'a cessé de croître au cours des dernières décennies du XXe siècle 62 p. 100 en 2006, contre 7 p. 100 en 1965, surtout au profit des villes les plus importantes, la capitale notamment. Nouakchott comptait ainsi environ 835 000 habitants en 2006 contre 5 807 hab. en 1962, soit le quart de la population totale. Loin derrière se trouve Nouâdhibou avec quelque 100 000 habitants.
En dépit de la tradition de nomadisme, le fait urbain est ancien en Mauritanie, puisque les premières villes furent fondées au VIe siècle et au VIIe siècle de l'Hégire Ouadane, Tichit, Oualata, etc.. Le réseau des villes s'est mis en place en trois temps. Le premier correspond aux anciens villages ksours hérités des XIe et XIIe siècles, à l'instar de Chinguetti ou de Oualata, situés au cœur de l'espace nomade le long d'axes méridiens. Leur fonction était celle de relais et de points de repli pour les cités marchandes sahéliennes. Dans un deuxième temps, la colonisation française a fortement étoffé le réseau de villes existantes, mais en déclin, au profit de toute une série de petites villes Aleg, Atâr, Boutilimit, Guérou, Kiffa, Rosso, etc. faisant office d'escales le long du fleuve Sénégal, de postes militaires sahéliens ou encore de bourgs situés sur des noyaux de peuplement déjà sédentarisés. La troisième phase coïncide avec la période qui suit l'indépendance, en lien avec l'extraction des matières premières et leur expédition par voie maritime : Akjoujt pour le cuivre, Zouerat et Nouâdhibou pour le fer, etc. Mais en dehors des deux premières villes du pays, le réseau urbain est essentiellement composé de petites villes entre 10 000 et 30 000 hab, très faiblement hiérarchisées.

Une économie dominée par la valorisation des richesses naturelles

Depuis les épisodes de sécheresse des années 1970, l'agriculture ne permet plus à la Mauritanie d'être autosuffisante sur le plan alimentaire. La céréaliculture de décrue, menée dans les cuvettes naturelles tamourt ou grâce aux barrages artificiels, est peu productive et très aléatoire. Le pays est donc contraint d'importer une part croissante de ses besoins riz, blé en grain, farine, semoule principalement, voire de solliciter l'aide alimentaire internationale. Les espaces voués aux cultures se localisent pour l'essentiel le long de la vallée du fleuve Sénégal : mil, sorgho, riz paddy, etc. Ils pourraient s'étendre à l'avenir à la faveur de la mise en place de périmètres irrigués 20 000 ha actuellement, pour un potentiel estimé à 130 000 ha. L'agriculture des oasis, pour sa part, fait encore vivre, en 2006, quinze mille très petites exploitations 32 ares en moyenne. Elle reste, par excellence, le domaine du palmier-dattier et des cultures irriguées céréales, légumes.
Bien que très fortement amoindries par les multiples épisodes de sécheresse, les activités d'élevage perdurent. Le cheptel bovin est même en cours de reconstitution. Les précipitations plus abondantes dans le sud ont maintenu les pratiques transhumantes, sur de courtes distances, en fonction du rythme des pluies. Très touchée par la sédentarisation, la partie centrale du pays demeure néanmoins un lieu de pratique pour le pastoralisme, qui contribue au maintien d'un peuplement mobile, mais de plus en plus diffus. Les éleveurs semi-nomades complètent leurs revenus par la collecte de la gomme arabique 40 000 ha. Le nord du pays reste le domaine des éleveurs nomades de dromadaires, dont la raison d'être ne se justifie plus que par des considérations sociales, liées à la culture et à l'apparat, suite au remplacement des animaux par des camions pour le transport et à la disparition des pillages rezzous.
La pêche a connu un vigoureux développement depuis le début des années 1970. Long de 724 kilomètres, le littoral est, en effet, très poissonneux grâce au passage du courant froid des Canaries qui favorise la prolifération des algues et du plancton. Menée d'abord exclusivement par des pêcheurs locaux population Imraguen ou originaires du Sénégal, l'activité s'est ouverte aux armements sociétés de pêche étrangers Japon, Corée du Sud, Russie, Union européenne, ainsi qu'à des sociétés mixtes créées avec des pays d'Afrique du Nord. Mais le risque de surpêche se fait de plus en plus grand, notamment en raison des prises sauvages opérées par des bateaux non autorisés. La plupart des soixante-cinq usines de transformation sécheries, conserveries, unités de congélation et de farine de poisson, etc. se localisent à Nouâdhibou.
L'essentiel des revenus de l'État provient néanmoins des exportations minières. Exploité, depuis 1963, à partir de trois mines à ciel ouvert Kediet ej Jill, Guelb El Rhein et M'Haouadat depuis 1994 dans la région de Fdêrik et de Zouerat, non loin de la frontière septentrionale, le fer 10,5 Mt en 2006 est acheminé par voie ferrée jusqu'au port de Nouâdhibou 650 km pour y être exporté. Il est exploité par la Société nationale industrielle et minière S.N.I.M., l'un des premiers employeurs du pays. Cette activité a encore de beaux jours devant elle en raison de l'immensité des réserves : 185 millions de tonnes de minerais à haute teneur en fer 65 p. 100 et 660 millions de tonnes de minerais à plus faible teneur 40 p. 100. Plusieurs projets d’extension, en cours, devraient augmenter considérablement la production. Depuis 2007, l'exploitation d'autres minerais a conforté la spécialisation minière du pays : cuivre 400 000 t. de réserves prouvées dans la mine de Guelb Moghrein, dans la région de l'Inchîri et or mines d'Akjoujt et surtout de Tasiast.
L'entrée en production du gisement offshore de Chinguetti à 80 km au large de Nouakchott, par 800 m de fond en février 2006 75 000 barils/j a enfin fait entrer la Mauritanie dans le club fermé des pays pétroliers. Le total des réserves prouvées s'établissait, en 2006, à 500 millions de barils, mais celui-ci pourrait encore augmenter compte tenu de l'intense travail de prospection en cours. François Bost

Histoire La formation historique

Le peuplement
Aux époques pré-, proto-historique et pré-musulmane, l'actuelle Mauritanie bénéficie de conditions climatiques plus clémentes qui permettent l'épanouissement d'une civilisation agro-pastorale, dans des régions que l'assèchement progressif du Sahara ont rendues, depuis, impropres à tout habitat sédentaire. Déjà le peuplement est mixte souches berbères et négroïdes avec, semble-t-il, un avantage numérique aux éléments noirs. Ce sont eux, cependant, qui souffriront le plus des conséquences de la dégradation climatique et seront inexorablement refoulés vers le sud, à l'exception de quelques isolats qui accompagneront les Berbères vers le nord ou resteront fixés autour des oasis. Les maîtres de l'espace ouest-saharien seront, pendant les treize premiers siècles de notre ère, les Berbères Sanhadja. L'introduction du chameau, dès le IIe ou IIIe siècle, leur permet de s'adapter par le nomadisme à un environnement de plus en plus éprouvant. Ils tirent une grande part de leur prospérité du contrôle qu'ils exercent sur les routes occidentales du grand commerce transsaharien qui relie l'Afrique du Nord aux régions de la boucle du Niger. Intermédiaires, protecteurs ou pillards, ils prélèvent leur part sur les flux qui drainent l'or et les esclaves vers le Maghreb, le sel, les objets manufacturés ou les chevaux vers le bilad-as-sudan pays des Noirs. Si la maîtrise du Sahara occidental ne leur est pas disputée, les Sanhadja entretiennent cependant des rapports difficiles avec les sociétés politiquement organisées du Maghreb et du Soudan empire du Ghana notamment.
Enflammés par les prédications de l'intégriste musulman Ibn Yasin, les nomades ouest-sahariens sont à l'origine de l'épopée politico-religieuse des Almoravides qui, dans la seconde moitié du XIe siècle, édifient un vaste empire s'étendant de l'Espagne aux rives du Sénégal. Malgré le caractère éphémère de cet empire, le mouvement almoravide devait avoir pour la Mauritanie des conséquences de longue portée : adoption par l'ensemble des tribus d'un islam austère, sunnite et de rite malékite, qui influencera peu à peu toute l'Afrique de l'Ouest ; début de fixation d'une identité politique du peuple ouest-saharien, dont le souvenir glorieux et mythique sera entretenu au cours des siècles par la tradition et récupéré par les courants nationalistes contemporains.
À partir de la fin du XIIIe siècle et jusqu'au début du XVIIIe siècle, le pays de Shinguiti du nom de la plus célèbre de ses cités religieuses, renommée dans tout le monde arabo-musulman devient l'ultime réceptacle d'ondes migratoires en provenance de la péninsule arabique via le Maghreb. Les arabes Ma'aquil, lancés au XIe siècle à l'assaut de l'Afrique du Nord par les khalifes d'Égypte, sont progressivement détournés par les sultans marocains vers le Sahara occidental. Plus que d'une invasion il s'agit d'infiltrations successives, mais sur de longues périodes. Au prix d'innombrables conflits localisés pour le contrôle des rares ressources, les tribus locales sont assimilées ou réduites à l'état de tributaires par les nouveaux arrivants et coupées des groupes berbères du Nord et de la Méditerranée. La guerre de Charr Boubba 1644-1674 résonne encore comme le dernier sursaut de la résistance berbère avant que ne soit établie la domination militaire et politique des tribus d'origine arabe.

L'organisation sociale

La coexistence initialement forcée et difficile des groupes berbères et arabes donne progressivement naissance à la société maure, dont les principales caractéristiques survivent encore aujourd'hui.
Sur le plan ethnique, la race maure se constitue sur la base d'un métissage dominant arabo-berbère, auquel s'ajoutent, au gré de contacts et de mélanges particuliers de populations, des apports maghrébins ou négro-africains. La société maure est en même temps hiérarchisée et décentralisée à l'extrême. L'unité sociale de base est la tribu, à la fois autonome et enserrée dans un réseau de liens d'interdépendance ou de concurrence codifiée avec les autres tribus. Le sommet de la pyramide sociale est constitué par une double aristocratie de tribus « libres ». Les unes sont guerrières – les Hassanes réputées d'origine arabe, mais aussi quelques tribus berbères qui ont protégé ou reconquis leur autonomie –, les autres maraboutiques, en principe d'origine berbère, mais non exclusivement. La séparation entre les deux ordres est statutaire et fonctionnelle. Elle reproduit, en principe, le renoncement des Berbères vaincus par les immigrants arabes à leurs prérogatives militaires et politiques ; spécialisés dans les attributions religieuses et intellectuelles, les « marabouts » monnayaient la protection que leur accordaient les guerriers. En fait, les termes d'interdépendance et de complémentarité d'intérêts et de rôles correspondent davantage à la réalité des relations guerriers-marabouts. Certaines grandes familles maraboutiques, grâce à l'autorité morale de leurs chefs les plus prestigieux et au poids économique que leur conférait le contrôle d'une nombreuse clientèle de pasteurs ou d'agriculteurs, exerçaient, au moment de la conquête coloniale, un pouvoir beaucoup plus déterminant que celui que détenaient formellement les familles guerrières de niveau correspondant.
En revanche, cette double aristocratie exerçait une réelle domination sur les couches inférieures de la stratification verticale : tribus berbères zenaga ou d'esclaves noirs affranchis, haratine qui assuraient, pour le compte des tribus libres, les principales tâches de production, gardiennage des troupeaux, entretien des puits et des palmeraies, cultures, collecte de la gomme ; serviteurs noirs, en fait esclaves, les abid, qui constituaient l'essentiel de la force de travail utilisée par les catégories supérieures ; enfin, au bas de l'échelle sociale, les artisans et griots formaient de véritables castes, méprisées et redoutées à la fois en raison des pouvoirs surnaturels qu'on leur prêtait.
L'intégration politique demeurait faible, la structure tribale et le nomadisme ne s'accommodaient que de regroupements de type fédéral assez lâches, et l'institution tardive d'émirats dans certaines régions Tagant, Adrar, Trarza, Brakna ne fut qu'un pâle reflet, malgré le prestige personnel de quelques émirs exceptionnels, du modèle arabe. Les relations intertribales étaient marquées par de perpétuelles querelles.
Cette segmentation sociale était compensée par une homogénéité culturelle s'inscrivant dans les limites géographiques précises de l'Ouest saharien. Cet espace culturel commun, outre l'identité des modes de vie et de rapports sociaux, était et demeure marqué par la pratique d'une même langue, le hassanya, dialecte arabo-berbère qui a quasiment éliminé la langue berbère utilisée avant la pénétration arabe, mais surtout par une empreinte religieuse caractéristique. La spécialisation forcée des tribus maraboutiques dans le rôle spirituel a fait de la Mauritanie un conservatoire spirituel riche en grands mystiques et en lettrés réputés. L'Islam maure entretient depuis des siècles une tradition d'exigence et d'austérité qui a fortement contribué à façonner l'identité de l'ensemble ouest-saharien. Contrastant avec l'isolement politique et économique progressif de la Mauritanie, le rayonnement religieux de ses marabouts sera un facteur décisif de l'islamisation de l'Afrique de l'Ouest, surtout à partir du XVIIIe siècle, quand la propagation du soufisme permettra la structuration de cet islam en confréries rassemblées autour de saints hommes prestigieux, de leurs familles et de la « voie » mystique qu'ils enseignent.
La fixation de la société maure s'accompagne d'un relatif isolement jusqu'à l'époque de la pénétration européenne. Ce qui subsiste du commerce transsaharien, progressivement supplanté par les progrès de la navigation océanique, s'est déplacé vers l'est. La Mauritanie se coupe du reste du monde arabo-musulman et méditerranéen, à l'exception du Sud marocain. Les premiers voyageurs et commerçants européens ne sont guère encouragés à pénétrer ces régions naturellement inhospitalières. Ils préfèrent établir des points de contact périphériques le long des côtes et dans le Sud sahélien, à partir de Saint-Louis et le long du Sénégal, principalement pour s'approvisionner en gomme arabique récoltée dans les régions les moins arides. L'aggravation du climat provoque l'extension et l'aggravation de la nomadisation. La vie urbaine se rétracte dans quelques agglomérations aux fonctions principalement culturelles et religieuses. Les ethnies noires sont définitivement refoulées au sud d'un véritable front biogéographique, l'isohyète de 400 mm de pluies, qui inscrit dans l'espace les clivages ethniques et socio-économiques, constituant l'un des principaux handicaps de l'État mauritanien.

L'immobilisme colonial

La pénétration coloniale française en Mauritanie obéit à des préoccupations essentiellement stratégiques. L'occupation tardive du territoire visait surtout à empêcher l'intrusion d'autres puissances européennes, et à réaliser la jonction entre l'Afrique du Nord française et l'A.-O.F. Afrique-Occidentale française. D'abord menée pacifiquement à partir du Sénégal par Xavier Coppolani, qui obtient l'appui des tribus maraboutiques soucieuses de pacifier une société de plus en plus déchirée par les rivalités tribales, la conquête se révèle plus difficile que prévu. La résistance des tribus du Centre et du Nord s'organise autour de la figure légendaire de Cheikh Ma El Aïnin, dont l'irrédentisme oblige les autorités françaises à organiser de brutales expéditions militaires colonne Gouraud en Adrar, en 1908-1909. L'onde de choc sud-nord, propagée par l'occupation de la Mauritanie, va même jusqu'à déstabiliser le nouveau protectorat marocain reconquête de Marrakech en 1912.
La pacification définitive n'interviendra qu'à la veille de la Seconde Guerre mondiale, quand seront fermement établies les lignes de communication coloniale transsahariennes et la surveillance des confins.
La pauvreté du territoire, le nomadisme de la majorité de sa population et la priorité accordée à la sécurité militaire expliquent l'absence de toute politique de mise en valeur de la part du colonisateur français. La Mauritanie demeurera jusqu'aux dernières années de la colonisation la Cendrillon de l'A.-O.F. L'administration du vide et la politique du verre de thé résumaient la gestion coloniale de la Mauritanie.
Les autorités coloniales, soucieuses de faire régner l'ordre au moindre coût, eurent en effet recours, plus largement qu'ailleurs, au relais des autorités traditionnelles, tout en maintenant leur contrôle sur l'ensemble de la société par une utilisation systématique des facteurs de division entre les groupes.
L'action du colonisateur entraîna cependant un rapide déclin des modes traditionnels de régulation sociale. L'instauration forcée de la paix française remettait en question les fondements de la séculaire distribution des rôles entre tribus et les équilibres entre les ensembles plus vastes auxquels elles se rattachaient. Quelques mesures libérales en faveur des catégories réputées inférieures portaient à terme des risques de désagrégation de la cohésion interne, d'autant que la logique du système colonial ancrait fermement la Mauritanie au Sud. Le territoire était dirigé depuis Saint-Louis du Sénégal, et les autorités françaises recrutaient largement au sein de la population négro-africaine pour étoffer les cadres subalternes et intermédiaires de l'administration coloniale. Si les anciennes structures sociales résistaient formellement, la société mauritanienne expérimentait en fait un bouleversement profond de ses valeurs qui intensifia la tentation du repli protecteur sur elle-même. Cette « dévitalisation », accentuée par un nouvel isolement dû au deuxième conflit mondial, allait dans le sens des intérêts du colonisateur qui n'aura jamais d'autre objectif, en Mauritanie, que stratégique. Jean-Louis Balans

La Mauritanie depuis l'indépendance

Ould Daddah, père de la nation
La transmission de l'État colonial
Depuis l'instauration de la IVe République française en 1946, la Mauritanie, qui était jusque-là associée au Sénégal, peut élire ses propres représentants à l'Assemblée nationale. Les partis politiques se multiplient et, dès 1948, naît l'Union progressiste mauritanienne U.P.M., parti proche de l'administration coloniale et apparenté au Rassemblement pour la France du général de Gaulle ; en 1950, l'Entente mauritanienne section de la S.F.I.O., dirigée par Horma Ould Babana, élu député de Mauritanie à la première Assemblée nationale ; et, en 1955, l'Association de la jeunesse mauritanienne A.J.M., pro-arabe et influencée par le nassérisme. Ces partis représentent surtout les populations beidanes Maures blancs, alors que la création du Bloc démocratique du Gorgol, en 1957, ou l'Union des originaires de la Mauritanie du Sud, en 1958, ont pour but la défense des intérêts des Noirs mauritaniens face à l'importance politique des Maures. Ce foisonnement politique traduit ainsi les frictions et les antagonismes entre Nord et Sud, nomades et sédentaires, Maures et Noirs.
Moktar Ould Daddah appartient à l'U.P.M. dès sa fondation, et participe aux élections de 1951 où son parti remporte la victoire électorale. Il se présente aux élections législatives de mars 1957 et, en mai de la même année, est élu vice-président du Conseil de gouvernement par l'Assemblée territoriale de Mauritanie. En mai 1958, Ould Daddah raffermit son influence politique : avec les plus jeunes membres de son parti, il fonde le Parti du regroupement mauritanien P.R.M. dont il devient le secrétaire général. Ce parti, nationaliste, regroupe notamment les élites formées à l'école française, et représente un courant modéré, militant pour l'indépendance tout en désirant maintenir les liens avec la France. Lors du référendum organisé le 28 septembre 1958, après le retour au pouvoir du général de Gaulle, le P.R.M. se positionne résolument en faveur de la Communauté française, et l'emporte largement. Des élections législatives se tiennent en juin 1959, au cours desquelles le P.R.M. remporte tous les sièges. Moktar Ould Daddah est nommé Premier ministre et c'est sous son autorité que le pays accède à l'indépendance le 28 septembre 1960, sous le nom de République islamique de Mauritanie.
La Constitution de 1959 prévoit la séparation des pouvoirs entre une Assemblée nationale législative et un gouvernement exécutif dirigé par le Premier ministre. Le multipartisme est affirmé, le gouvernement est responsable devant l'Assemblée, sans avoir le pouvoir de la dissoudre. À la tête de l'État, Ould Daddah a de multiples défis à relever. La structure sociale mauritanienne éclatée entre lignages et familles promptes aux divisions, les rivalités entre classes, entre Beidanes et Négro-Africains, le poids prépondérant des chefferies locales concourent à opposer diverses conceptions du pouvoir. Sur le plan économique, la colonie de Mauritanie a été peu développée par les Français, qui ont pensé à la rattacher au Sénégal, puis à déplacer sa frontière méridionale vers le nord, ou encore à l'inclure dans l'Organisation commune des régions sahariennes qui tenta, de 1957 à 1962, de réunir les parties sahariennes des colonies françaises. Enfin, sur le plan international, la Mauritanie doit faire face aux ambitions du Maroc, qui se sont exprimées dès les années 1950, avec les théories du Grand Maroc englobant Rio de Oro et Mauritanie et portant sa frontière sud jusqu'au fleuve Sénégal. Ainsi, le Maroc ne reconnaît pas la Mauritanie indépendante, et s'oppose, avec l'aide de la Ligue arabe et du groupe de Casablanca, à son adhésion à l'O.N.U. en décembre 1960. La Mauritanie devra attendre jusqu'au 27 octobre 1961 pour y entrer.
Affirmation du pouvoir et difficultés internes
L'année 1961 voit des mutations importantes dans l'organisation politique et l'affermissement du pouvoir de Moktar Ould Daddah. Ce dernier cherche à rendre plus cohérent un régime qui a pour mission de construire un État-nation. Il est donc nécessaire de réduire les dissensions et d'affaiblir les forces centrifuges, notamment celles des chefferies. Rompre avec le modèle français multipartite et parlementaire est aussi une manière d'affirmer la personnalité propre du pays. Une nouvelle Constitution est alors adoptée en mai 1961. De type présidentiel, elle permet au chef de l'État d'être également le chef du gouvernement et de prendre des décisions d'ordre législatif avec l'Assemblée. C'est sur cette base constitutionnelle que Moktar Ould Daddah est élu président de la République le 20 août 1961. Fort de ses pouvoirs renforcés, il lance le processus politique pour le monopartisme. En décembre 1961, le Congrès de l'unité aboutit à la formation d'un nouveau parti, le Parti du peuple mauritanien P.P.M. et, en octobre 1963, la Conférence des cadres du P.P.M. prend la décision de promouvoir le monopartisme. Finalement, la révision constitutionnelle de janvier 1965 fait du P.P.M. un parti unique. La conception unitaire du pouvoir défendue par Moktar Ould Daddah est justifiée par la lutte contre les particularismes, la volonté d'unité nationale et d'efficacité économique pour mettre en œuvre le développement. Cette concentration des pouvoirs ne permet pourtant pas de résoudre les problèmes de l'hétérogénéité culturelle, du racisme latent, des tensions sociales et économiques, et de la course au pouvoir teintée de tribalisme.
L'antagonisme entre les groupes arabo-berbère et négro-africain se révèle de nouveau en janvier 1965, lorsque l'arabe devient, par décret, la langue obligatoire de l'enseignement. Le mécontentement des populations noires qui se sentent marginalisées commence alors à s'exprimer, notamment à l'occasion des élections législatives de mai liste unique du P.P.M.. Francophones plus qu'arabophones, les Négro-Mauritaniens se voient écartés des postes administratifs les plus élevés. Lorsque, en janvier 1966, la loi sur l'arabisation entre en vigueur, des élèves noirs se mettent en grève, soutenus par certains hauts fonctionnaires, pour accuser le régime de vouloir arabiser la Mauritanie. Des heurts violents ont lieu à Nouakchott. Moktar Ould Daddah fait alors preuve d'une grande habileté politique pour désamorcer la crise. Il lance une campagne de communication nationale insistant sur l'unité de la nation et l'intérêt du bilinguisme, et impose deux remaniements ministériels qui écartent ses anciens alliés pro-arabes aux profits de techniciens modérés. Moktar Ould Daddah est réélu président le 7 août 1966. Il fait adopter le bilinguisme, et l'arabe devient, en mars 1968, la seconde langue officielle de la Mauritanie avec le français.
La contestation reprend, cependant, avec l'opposition de gauche, dont l'influence grandit avec la grève de la Société des mines de fer de Mauritanie Miferma en 1968. Moteur du développement et de l'extraversion de l'économie, elle est le symbole des industries d'extraction fer de Zouerate, cuivre d'Akjoujt et de Guelb Moghrein sur lesquelles le régime fonde le décollage et la diversification de l'économie. Mais la Miferma repose sur des capitaux internationaux, en particulier français, la Mauritanie perçoit seulement les royalties issues de l'exploitation du minerai. Ce néo-colonialisme est montré du doigt par une opposition marxiste qui soutient la grève des mineurs. Face à l'élargissement du mouvement, Moktar Ould Daddah réprime durement la grève et contre-attaque avec une série de mesures économiques : en juin 1973, il met en circulation l'ouguiya, la nouvelle monnaie nationale et, en novembre 1974, la Miferma est nationalisée. Dans le même temps, les accords de coopération avec la France sont révisés, et le rapprochement avec les pays du Tiers-Monde, les États non alignés notamment, est accéléré. Ould Daddah garde ainsi son prestige de leader « tiers-mondiste », tandis qu'il attire au pouvoir des membres de l'opposition. En 1975, la contestation, organisée essentiellement autour du Mouvement national démocratique (M.N.D., opposition marxiste), est récupérée par le pouvoir avec l'entrée de la majorité de ce mouvement au sein du P.P.M. Leader charismatique, social et modéré, garant de l'unité et du développement du pays, Moktar Ould Daddah est alors à l'apogée de son pouvoir. Son habileté politique et la longévité de son régime paraissent être les gages de la réussite de la modernisation de la Mauritanie.

Le conflit du Sahara occidental

Néanmoins, les vieilles convoitises territoriales sont à l'origine d'une rapide déstabilisation du pouvoir. Dès 1957, Moktar Ould Daddah évoquait les similitudes culturelles et géographiques avec les territoires sahariens espagnols, et pensait à une fusion de ceux-ci avec la Mauritanie. Mais, par la résolution 1154 du 4 décembre 1960 de l'O.N.U., le Sahara espagnol figure sur la liste des pays colonisés pouvant accéder à l'indépendance. Le 16 décembre 1965, la résolution 2072 demande à l'Espagne de se retirer du territoire et, en décembre 1966, la résolution 2229 des Nations unies appelle cette dernière à organiser un référendum sur le droit à l'autodétermination de la population du territoire. Cependant, le Maroc, l'Algérie et la Mauritanie dévoilent des intérêts divergents. La création du Front Polisario (Front populaire pour la libération de la Saguia el-Hamra et du Rio de Oro), constitué de militants nationalistes, en mai 1973, et le déclenchement de la lutte armée des Sahraouis contre l'Espagne pour accéder à l'indépendance, n'empêche pas que, en 1974, le Maroc et la Mauritanie signent des accords secrets pour le partage du Sahara occidental. L'O.N.U., de son côté, vote pour un arbitrage par la Cour internationale de justice de La Haye, qui rend son rapport, le 16 octobre 1975, en faveur de l'indépendance du Sahara. Mais le roi Hassan II du Maroc refuse et lance la Marche verte, au cours de laquelle 350 000 Marocains sans armes pénètrent au Sahara occidental. L'Espagne, prise de court, est obligée de négocier. Le 14 novembre 1975, elle signe avec le Maroc et la Mauritanie les accords tripartites de Madrid prévoyant qu'au fur et à mesure du retrait des forces espagnoles, les armées marocaine et mauritanienne prennent le contrôle du territoire sahraoui. Malgré l'opposition de l'Algérie et la proclamation, par le Front Polisario, le 27 février 1976, de la création de la République arabe sahraouie démocratique R.A.S.D., une convention de frontière commune est signée le 14 avril 1976 entre le Maroc et la Mauritanie. En rupture diplomatique avec l'Algérie qui soutient le Front Polisario, Nouakchott doit administrer le sud du Sahara occidental tout en faisant face à la guérilla des Sahraouis. Un commando sahraoui réussit à attaquer Nouakchott en juin 1976, et un autre raid atteint Zouerate en mai 1977, obligeant la Mauritanie à demander la protection des forces marocaines. La stratégie du Polisario consiste à porter des coups aux forces économiques du pays. Il mène des attaques contre les centres d'extraction et le train d'évacuation du minerai de fer afin de ralentir les exportations, tandis que les dépenses militaires de l'État vident rapidement les caisses du Trésor public. La Mauritanie est obligée de demander l'aide des pays arabes, ainsi que l'aide militaire et logistique de la France. Enfin, le 13 mai 1977, la Mauritanie doit signer une convention d'assistance mutuelle de défense avec le Maroc.
Le conflit engendre rapidement le mécontentement des populations face aux difficultés économiques et politiques, aggravées par les épisodes de sécheresse des années 1970. Le pays doit faire appel à l'aide internationale pour combler son déficit alimentaire, il connaît une inflation dépassant 30 p. 100 et voit sa dette extérieure quadrupler, l'obligeant à entamer des négociations pour revenir dans la zone franc. Ce rapprochement avec la France et les États arabes, la présence toujours accrue du Maroc et de ses soldats, y compris sur le territoire même de la Mauritanie, et la rupture avec l'Algérie sont rejetés par les Mauritaniens qui ne comprennent pas cette guerre menée contre les Sahraouis proches culturellement. Certains groupes du nord vont même jusqu'à les soutenir, accentuant les divisions internes. Les jeunes progressistes critiquent les nouvelles alliances, les milieux d'affaires sont effrayés par les difficultés économiques, les militaires désapprouvent la conduite hasardeuse des opérations armées. De plus en plus isolé, le président convoque un congrès extraordinaire du P.P.M. en janvier 1978 pour tenter de reprendre en main la situation, en vain. Le 10 juillet 1978, Moktar Ould Daddah est renversé par un coup d'État dirigé par un Comité militaire de redressement national C.M.R.N..

L'armée au pouvoir

Avec la chute de Moktar Ould Daddah et la mainmise des militaires sur le pouvoir, la Mauritanie entre dans une période d'incertitude et d'instabilité. Les putschs faisant se succéder rapidement les chefs d'État et les pouvoirs autoritaires entraînent des luttes de clans politiques et tribaux, des tensions sociales et ethniques. Malgré une timide tentative de démocratisation sous le gouvernement du colonel Ould Taya 1984-2005, l'armée n'arrive pas à sortir le pays du marasme.
Coups d'État et déséquilibres
Dès son arrivée au pouvoir, le C.M.R.N. suspend la Constitution et dissout le Parlement et le P.P.M. Le colonel Moustafa Ould Mohamed Salek est nommé président. Le nouveau gouvernement, qui rassemble conservateurs et technocrates, affiche sa volonté de mettre fin au conflit du Sahara occidental, de redresser l'économie et de remettre de l'ordre dans l'État.
Très rapidement, le Front Polisario proclame unilatéralement un cessez-le-feu. Mais le nouveau régime militaire ne peut abandonner l'alliance avec le Maroc, dont l'armée est toujours présente sur le territoire, au profit du Front Polisario et de l'Algérie. La « question sahraouie » commence à créer des dissensions au sein de la junte jusqu'à ce que Salek décide de concentrer tous les pouvoirs entre ses mains. Le statu quo sur le Sahara occidental ne l'empêche pas d'être confronté à des difficultés croissantes, comme l'hostilité de la France face à une situation économique difficile, et l'aggravation des rivalités communautaires. Les Négro-Mauritaniens s'inquiètent de la domination des Maures, et commencent à évoquer la sécession du sud. Le colonel Salek, de plus en plus isolé, est écarté du pouvoir le 6 avril 1979 par un pronunciamiento.
La nouvelle faction militaire, pro-marocaine, transforme le C.M.R.N. en Comité militaire de salut national C.M.S.N., et promeut une nouvelle charte constitutionnelle. L'autorité politique est attribuée au Premier ministre, tout d'abord le lieutenant-colonel Ahmed Ould Bouceif ancien vice-président du C.M.R.N., puis, à partir du 31 mai 1979, à Mohamed Khouna Ould Haidallah. Le lieutenant-colonel Mohamed Mahmoud Ould Louly devient président en juin.
Le colonel Haidallah, chef de la junte, engage des pourparlers de paix avec le Polisario. La Mauritanie signe, à Alger, des accords de paix « séparée et définitive » avec le Front Polisario, le 5 août 1979. Elle se retire des territoires du sud du Sahara occidental, qui sont immédiatement occupés par le Maroc. Le colonel Ould Haidallah devient président, et concentre tous les pouvoirs entre ses mains le 4 janvier 1980.
Au cours des quatre ans du régime d'Ould Haidallah, la Mauritanie ne connaît pas la stabilité. Bien que les partis ne soient pas officiellement autorisés, ils s'organisent dans une semi-clandestinité. D'un côté, il y a les partisans du Baath ou Baas soutenus par l'Irak, et les nationalistes arabes pro-nassériens (plus influencés par le socialisme ; de l'autre côté, les Forces de libération des Africains de Mauritanie F.L.A.M., créées en 1983 pour contrer l'arabisation et le pouvoir majoritaire des Maures, et le mouvement el-Hor L'Homme libre, composé de Harratines voulant s'affranchir de leurs maîtres. D'autres mouvements qui transcendent les communautés, le M.N.D. ou l'Alliance pour une Mauritanie démocratique A.M.D., prennent également position dans l'opposition. D'autres fractures d'origine ethnique contribuent à la division du pays. Les solidarités régionales et de groupes s'accentuent et se retrouvent au niveau de l'État où elles servent de base aux factions. Cette situation complexe génère de nombreuses tentatives de putsch, dont celle qui est menée le 16 mars 1981 par les colonels Bah Ould Abdel Kader et Ahmed Salem Ould Sidi, soutenus par le Maroc et l'A.M.D. pro-marocaine. En février 1982, ce sont les baassistes pro-irakiens qui tentent un putsch, réprimé lui aussi. Pour contrer cet activisme, l'autoritarisme du pouvoir s'accentue : les libertés publiques sont bafouées, les opposants subissent arrestations arbitraires et tortures.
En février 1984, le président Haidallah reconnaît la R.A.S.D. Un traité de fraternité est signé avec l'Algérie et la Tunisie, et la Mauritanie adhère au groupe des partisans du Polisario. Le régime trouve ainsi des appuis extérieurs, mais rencontre de nouvelles difficultés. Le Maroc, suivi par la Libye, réaffirme son hostilité, et le Sénégal s'inquiète du rapprochement de la Mauritanie avec le Maghreb. Au sein du C.M.S.N., Haidallah est accusé de compromettre la politique d'équilibre à propos du Sahara occidental, alors que le pouvoir est déjà incriminé pour corruption et mauvaise gestion. Le 12 décembre 1984, alors qu'il assiste au onzième sommet franco-africain de Bujumbura, le colonel Haidallah est renversé par son chef d'état-major, le colonel Maaouya Ould Sid Ahmed Taya.

Le colonel Ould Taya ou la démocratie autoritaire

Maaouya Ould Sid Ould Taya appartient aussi au sérail militaire, mais les premières mesures qu'il prend, libération des prisonniers politiques et promesse d'un pouvoir plus ouvert, font bonne impression. La sortie du conflit saharien, la relative détente avec les pays maghrébins lui permettent de rétablir l'économie du pays et de remettre de l'ordre dans l'État. De fait, les deux premières années de son pouvoir se caractérisent par une amorce de démocratisation. Pour la première fois en Mauritanie, des élections municipales sont organisées en 1986, et des réformes libérales permettent de renouer avec les institutions financières internationales. Mais les conflits demeurent entre les arabo-berbères qui concentrent l'essentiel du pouvoir et la communauté négro-mauritanienne. Cette dernière s'est rapprochée des Harratines car, bien que l'esclavage ait été aboli en juillet 1980, les mentalités n'ont guère changé. De plus, les grands épisodes de sécheresse des années 1970 et 1980, ont décimé les troupeaux des nomades. Maures et Harratines dépendants se sont donc réfugiés dans les villes du sud et dans la vallée du fleuve Sénégal, occasionnant des heurts avec les populations noires et des litiges fonciers. Ces tensions se sont aggravées avec la réforme foncière de 1983, qui permet le rachat des terres par les Maures, et la constitution des F.L.A.M. la même année. Elles prennent une nouvelle dimension en 1986, lorsque les F.L.A.M. publient un Manifeste du Négro-Mauritanien opprimé, accusant le régime d'apartheid. La crise éclate en 1989. En avril, une rixe entre paysans sénégalais et pasteurs peuls mauritaniens dégénère en conflit frontalier. Des émeutes anti-mauritaniennes et anti-sénégalaises éclatent à Dakar et à Nouakchott du 20 au 29 avril. La police et l'armée mauritaniennes répriment toutes les personnes suspectées de sénégalité – les Noirs étant assimilés aux Sénégalais et les Blancs aux Mauritaniens –, causant plusieurs centaines de morts et provoquant la fuite vers le Sénégal et le Mali de plusieurs milliers de Négro-Mauritaniens. En représailles, des centaines de Maures installés au Sénégal sont chassés de ce pays. On dénombre environ 300 000 réfugiés. En août 1989, les relations diplomatiques sont rompues entre Dakar et Nouakchott, tandis que le pouvoir, jouant la carte arabe, lance une vaste répression contre les Négro-Mauritaniens. L'armée, la police et l'administration font l'objet d'une vaste épuration des cadres et des officiers noirs. Cette crise a également d'importantes répercussions économiques puisque les Sénégalais et Négro-Mauritaniens assuraient une grande partie de la production agricole de la vallée du fleuve Sénégal, et le budget de l'État peine à réinsérer les centaines de Mauritaniens réfugiés. Il faut attendre le 2 mai 1992 pour que la frontière soit de nouveau ouverte entre le Sénégal et la Mauritanie, sans toutefois que disparaissent les ressentiments entre communautés.
Néanmoins, en 1991 a lieu une nouvelle ouverture démocratique. Celle-ci trouve, en partie, son origine dans la guerre du Golfe. La Mauritanie qui, au début des hostilités, prend parti pour l'Irak, doit faire face à la fin des aides financières des pays arabes et aux tensions avec les pays producteurs de pétrole. Incapable de respecter ses engagements auprès du F.M.I. et de la Banque mondiale, la Mauritanie voit ses prêts suspendus. Acculée, elle se rapproche des pays occidentaux et de la France. Sous la pression concomitante de l'opinion publique et des pressions françaises, le colonel Ould Taya réengage le processus de démocratisation. Une nouvelle Constitution, qui instaure un régime présidentiel, est adoptée par référendum le 12 juillet 1991 l'article 6 affirme que seul l'arabe est langue officielle. Le 25 juillet, la liberté de la presse est rétablie et le multipartisme autorisé. De nombreux mouvements se créent, malgré une bipolarisation de fait entre le Parti républicain démocrate et social P.R.D.S., soutien du pouvoir, et l'Union des forces démocratiques U.F.D., dirigé par Ahmed Ould Daddah, demi-frère de Moktar Ould Daddah et qui regroupe le M.N.D., El Hor, l'Alliance populaire pour le progrès nassériens, l'Union populaire socialiste et démocratique (nationalistes maures ou encore les baassistes de l'Attaliaa Avant-Garde nationale, pro-irakien. Cette bipolarisation se retrouve lors de l'élection présidentielle du 24 janvier 1992, à l'issue de laquelle Maaouya Ould Taya est élu avec 62,65 p. 100 des suffrages, face à Ahmed Ould Daddah 32,75 p. 100.
L'U.F.D. conteste les résultats en dénonçant une fraude électorale. De fait, le P.R.D.S. bénéficie du soutien et des finances de l'État, des cadeaux sont octroyés aux notables on parle de démocratie Toyota. Face à cette situation, l'opposition appelle au boycott des élections législatives de mars 1992 : le P.R.D.S. obtient une écrasante majorité à l'Assemblée et au Sénat, et se voit accusé de devenir le nouveau parti unique. Néanmoins, le C.M.S.N. est dissous le 18 avril et Sidi Mohamed Ould Boubacar, nommé Premier ministre, engage le pays dans une normalisation apparente. Sur le plan diplomatique, la Mauritanie renoue avec la France visite officielle du président Ould Taya en décembre 1993 et, en retour, celle du président Jacques Chirac à Nouakchott en septembre 1997. La reprise des relations, en 1992, avec le Sénégal permet, par ailleurs, de régler la question négro-mauritanienne. Le pouvoir libère 2 500 prisonniers, et une loi d'amnistie est votée en mai 1993. Les réfugiés sont encouragés à revenir, notamment par des indemnités. Enfin, la Mauritanie renoue avec ses voisins sahéliens, en établissant des liens avec le Mali et le Burkina Faso, rééquilibrant ainsi ses relations entre le Maghreb et l'Afrique subsaharienne. Réintégrant l'Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal créé en 1972, elle s'engage avec les autres pays riverains dans l'exploitation du barrage de Manantali. Sur le plan économique, les réformes structurelles entreprises lui permettent de renouer avec le F.M.I. En échange de l'appui de ce dernier et de la Banque mondiale, à travers plusieurs plans d'ajustement structurel, la Mauritanie accepte de dévaluer l'ouguiya.
Cette relative stabilité dure peu. Dès la fin des années 1990, les tensions réapparaissent, notamment sur le plan politique, entre les tentations autoritaires du pouvoir et l'opposition. En octobre 1995, les baassistes d'Attalia sont arrêtés, le mouvement dissous, et l'ambassadeur d'Irak expulsé. En octobre 1996, l'opposition cherche à se structurer face au déroulement des élections législatives et à la nouvelle victoire du P.R.D.S. L'U.F.D. et Action pour le changement A.C., Harratines, créé en 1995, créent un Front uni. Ils décident, pour protester contre la « farce électorale », de boycotter l'élection présidentielle de décembre 1997. Le président Ould Taya est réélu, avec 90 p. 100 des suffrages. La nouvelle dérive autoritaire est dénoncée autant à l'intérieur qu'à l'extérieur du pays. Le pouvoir mauritanien interrompt la coopération militaire avec Paris – en protestation de l'arrestation, en juillet 1999, en France, du capitaine Ely Ould Dah, inculpé de torture et de mauvais traitements sur les prisonniers politiques – et décide l'instauration d'un visa d'entrée pour les ressortissants français. L'intimidation politique se poursuit en octobre 2000, avec la dissolution de l'U.F.D. et, en janvier 2002, celle de l'A.C., tandis que les baassistes du Parti du renouveau national P.R.N., créé en août 2001 après la dissolution d'Attaliaa sont à nouveau inquiétés et ses dirigeants arrêtés. Le pouvoir est, par ailleurs, de plus en plus clanique, regroupant autour du chef de l'État la majorité de ses réseaux lignagers, au détriment des autres composantes ethniques. Le mécontentement monte, d'autant qu'après la rupture avec l'Irak, en 1995, le pouvoir s'aligne sur la politique américaine, et que les tensions resurgissent avec le Sénégal. C'est dans ce contexte que l'opposition, désabusée, assiste à la nouvelle victoire du P.R.D.S. aux élections législatives du 26 octobre 2001.
Cette situation est, sans doute, à l'origine de la tentative de coup d'État du 8 juin 2003, fomentée par des proches des courants nationalistes arabes ou nassériens. Mais elle s'inscrit également dans la lutte des clans familiaux et des rivalités régionales, la majorité des acteurs de ce putsch, conduits par Mohamed Ould Cheikhna, étant des Maures originaires de l'Est, alors que le président Ould Taya et son entourage sont issus de la province d'Atâr dans le centre-nord. Ce putsch est déjoué le 9 juin, après de violents combats. Deux cents militaires sont arrêtés, mais sept d'entre eux réussissent à s'échapper, dont le commandant Saleh Ould Hanana, qui fonde avec Mohamed Ould Cheikhna un mouvement d'opposition armé, les « Cavaliers du changement », qui appelle ouvertement, dès septembre 2003, à un soulèvement de l'armée contre le régime d'Ould Taya. C'est donc dans un climat de tension extrême que se déroule l'élection présidentielle de novembre 2003. L'opposition ne la boycotte cependant pas, et Ahmed Ould Daddah se présente à nouveau contre Ould Taya, sous le sigle du Rassemblement des forces démocratiques (R.F.D., créé en juillet 2001 après la dissolution de l'U.F.D.). D'autres candidats indépendants ou de l'opposition se présentent également, tels Mohamed Khouna Ould Haidalla ou Messaoud Ould Belkheir. Le président sortant remporte l'élection dès le premier tour avec 67 p. 100 des voix, Ould Haidalla, arrivé deuxième, n'en obtient que 18,73 p. 100. Ce dernier avait été arrêté avant le scrutin, puis libéré pour voter et arrêté de nouveau le lendemain des élections. Cette affaire renforce les accusations multiples de fraudes et la réclamation, par l'opposition, de l'annulation des élections. Dans ce contexte ont lieu de nombreuses tentatives de coup d'État et les procès se succèdent.
Finalement, le 3 août 2005, alors que Maaouya Ould Taya assiste aux obsèques du roi Fahd à Riyad, un groupe d'officiers mené par le colonel Ely Ould Mohamed Vall prend, sans violence, le pouvoir à Nouakchott.

Vers la démocratisation

Ould Vall, le putschiste tranquille
Le nouvel homme fort de la Mauritanie, Ely Ould Mohamed Vall, avait participé au coup d'État de 1984, il était membre du Comité militaire de redressement national, directeur de la Sûreté nationale depuis 1985, et il organisait un putsch avec des soldats issus pour la plupart de la garde présidentielle. Il n'apparaît donc pas, a priori, comme le meilleur garant du changement. Pourtant, des manifestations spontanées de joie rassemblant des centaines de personnes à Nouakchott accompagnent sa prise de pouvoir. En outre, la nouvelle junte annonce le jour même du putsch qu'elle s'engage à créer les conditions favorables d'un jeu démocratique ouvert et transparent sur lequel la société civile et les acteurs politiques auraient à se prononcer librement et qu'elle n'entend pas exercer le pouvoir au-delà d'une période de deux ans, jugée indispensable pour la préparation et la mise en place de véritables institutions démocratiques. Cependant, la méfiance persiste et la communauté internationale condamne avec vigueur et unanimité ce nouveau régime établi par la force. Face aux nombreuses critiques, le nouveau Conseil militaire pour la justice et la démocratie C.M.J.D. tente de rassurer. Il annonce l'organisation d'un référendum pour adopter une nouvelle Constitution devant mettre en place un mandat présidentiel renouvelable une seule fois, et des mécanismes juridiques pour empêcher les futurs présidents de changer la Loi fondamentale. Les militaires du C.M.J.D. précisent aussi qu'ils ne pourront être candidats aux futures élections, tout en prenant contact avec les partis politiques, la société civile, la presse, les syndicats. Le colonel Vall n'instaure pas de couvre-feu, il reçoit dès le 5 août les ambassadeurs des États-Unis et d'Israël pour leur assurer qu'il ne changera pas l'alignement international de la Mauritanie, et il envoie des messages positifs au Sénégal et au Maroc. Afin de garantir la transparence des élections prévues municipales, législatives et présidentielle, une Commission électorale nationale et indépendante est créée, composée de quinze membres, tous nommés en concertation avec l'ensemble des partis et des organisations de la société civile. La parole se libère aussi sur les ondes de la télévision nationale, et les radios étrangères peuvent à nouveau être écoutées.
Finalement, le 25 juin 2006, soit moins d'un an après le putsch militaire, les Mauritaniens approuvent, à 97 p. 100, la nouvelle Constitution. Le colonel Ould Vall rappelle son engagement de remettre le pouvoir aux civils à l'issue de l'élection présidentielle prévue en 2007 et gagne son surnom de putschiste tranquille.
La transition démocratique
Le 3 décembre 2006, la population mauritanienne est de nouveau appelée aux urnes pour les élections législatives. L'ancienne opposition fait une entrée en force à l'Assemblée, avec 41 sièges (dont 4 pour les islamistes sur 95, alors que le P.R.D.S. ne remporte que sept sièges. Pour la première fois, les campagnes des candidats axées sur des programmes tribalistes, ou tentant de jouer la carte de l'opposition Maures - Négro-Mauritaniens n'ont pas mobilisé. De plus, des personnalités influentes ont été battues, alors que certains élus sont issus des classes pauvres ou laborieuses. Des femmes ont même été élues, grâce à l'instauration d'un quota par la junte militaire.
Enfin, le 25 mars 2007, en avance sur le calendrier annoncé par les militaires se tient le second tour de l'élection présidentielle. Un candidat indépendant, ancien ministre de l'Hydraulique puis des Pêches sous le régime de Ould Taya tombé en disgrâce et exilé au Niger, Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi, se présente contre Ahmed Ould Daddah. À l'issue de la consultation, qualifiée d'honnête par les observateurs internationaux, Sidi Ould Cheikh Abdallahi l'emporte avec près de 53 p. 100 des suffrages. Le nouveau président, le premier à être démocratiquement élu, n'a jamais adhéré à un parti et s'est présenté comme un candidat du rassemblement. Sa victoire a été assurée par le ralliement, entre les deux tours, de Messaoud Ould Boulkheir, candidat des Harratines.
Pierre Boilley

Toutefois, dix-huit mois plus tard, le président Abdallahi est renversé par des militaires. La junte au pouvoir, présidée par Mohamed Ould Abdel Aziz , installe alors un gouvernement civil de transition et annonce l’organisation d’une élection présidentielle. Des négociations sont engagées entre les parties, sous l’égide du Sénégal et de l’Union africaine ; elles aboutissent à la signature, le 4 juin 2009, de l’accord de Dakar qui prévoit l’organisation d’un scrutin présidentiel pluraliste. Tenu le 18 juin 2009, celui-ci voit la victoire dès le premier tour d’Abdel Aziz. Les priorités du nouveau gouvernement sont la relance du développement économique après plus d’un an sans aide internationale, le combat contre le terrorisme d’Al-Qaida au Maghreb islamique qui sévit dans le pays et la lutte contre l’insécurité alimentaire.






Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l





Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l





Posté le : 03/07/2015 14:59

Edité par Loriane sur 05-07-2015 13:43:14
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant




[Recherche avancée]


Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
30 Personne(s) en ligne (23 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 30

Plus ...