| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> Louis Comfort Tiffany [Les Forums - Société]

Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Louis Comfort Tiffany
Administrateur
Inscrit:
14/12/2011 15:49
De Montpellier
Messages: 9066
Niveau : 62; EXP : 97
HP : 929 / 1549
MP : 3022 / 35500
Hors Ligne
Le 17 janvier 1933, à 84 ans, meurt Louis Comfort Tiffany

à New-York, né le 18 février 1848 dans la même ville, artiste américain célèbre pour ses œuvres en verre teinté dans le style Art nouveau. Créateur de plusieurs entreprises, il a également peint, conçu des bijoux et des meubles.
Fils du célèbre bijoutier Charles Lewis Tiffany 1812-1902. Il suit une formation artistique, à l'université Widener avec les peintres américains George Inness 1825-1894 et Samuel Colman 1832-1920, du mouvement Art nouveau, puis étudie la peinture d'histoire à Paris. Il effectue un séjour au Maroc qui laissera des traces évidentes dans certaines de ses œuvres les plus remarquables, puis il est fait chevalier de la Légion d'honneur‎

Sa vie

Louis est le fils de Harriet et Charles Lewis Tiffany, fondateur d'une entreprise florissante de bijouterie, Tiffany & Co. Il étudie en 1866 à l'Académie américaine de design.
Sa première réalisation est une peinture réalisée alors qu'il est élève de George Inness en 1867. À 24 ans, il s'intéresse au travail du verre. C’est à cette période qu’il rencontre Mary Woodbridge Goddard, qu'il épousera le 15 mai 1872.
Il crée, en 1885, sa propre entreprise de travail du verre et invente un procédé pour fabriquer des verres opalins, auxquels d'autres artistes préfèrent le verre teinté en clair. Chaque point de vue est motivé par les idéaux du mouvement Arts and Crafts fondé par William Morris en Grande-Bretagne. Un des concurrents de Comfort est le verrier John La Farge 1835-1910.
En 1893, son entreprise introduit une nouvelle technique, Favrile, pour la fabrication de vases et de bols. Ce nom est dérivé du latin fabrilis, qui signifie « fait à la main »1. Il réalise par ailleurs des vitraux (notamment à l'église Church of the Incarnation, Madison Avenue, à New York, tandis que son entreprise crée une gamme de décorations intérieures. Il use de tout son talent pour la conception de sa propre maison, Laurelton Hall, à Oyster Bay, Long Island, terminée en 1904.
Il crée de nombreuses entreprises : L. C. Tiffany & Associated Artists créée en 1879, entreprise de décoration intérieure à laquelle collabora notamment Stanford White, la Tiffany Glass Co créée en 1885, Tiffany Glass and Decorating Co, Tiffany Studios, Tiffany Furnaces et L.C. Tiffany Furnaces.
Il se retire progressivement des affaires à la fin des années 1920. Sa firme Tiffany Studios fait faillite en 19321, un an avant son décès.
Louis Comfort Tiffany a été enterré au cimetière de Green-Wood à Brooklyn New York.

Peintre, artisan, philanthrope, décorateur et designer américain de renommée internationale, Louis Comfort Tiffany fut l'un des plus importants représentants de l'Art nouveau, mais aussi un innovateur remarquable dans le domaine de la verrerie d'art.
Fils du célèbre bijoutier Charles Lewis Tiffany 1812-1902, Louis naît le 18 février 1848 à New York. Il suit une formation artistique avec les peintres américains George Inness 1825-1894 et Samuel Colman 1832-1920, puis étudie la peinture d'histoire à Paris. Il effectue un séjour au Maroc qui laissera des traces évidentes dans certaines de ses œuvres les plus remarquables. De retour aux États-Unis, il devient un peintre reconnu et entre à la National Academy of Design de New York. En 1877, il réagira au conservatisme de cette institution en fondant, avec les artistes John La Farge 1835-1910 et Augustus Saint-Gaudens 1848-1907, la Society of American Artists.
Tiffany travaille le verre teinté à partir de 1875, et poursuit ses expérimentations. Trois ans plus tard, il crée son entreprise de verrerie dans le Queens, à New York. Au cours des années 1890, il figure parmi les principaux producteurs de verre et met au point des procédés de colorisation originaux. Il acquiert une célébrité mondiale avec la création du verre « Favrile », néologisme inventé à partir du mot latin faber artisan. Ce verre opalescent, auquel il donne des formes fluides, est parfois combiné à des alliages offrant l'aspect du bronze, ou d'autres métaux. Les objets ainsi réalisés, signés L.C. Tiffany ou L.C.T., connurent une immense popularité de 1890 à 1915, avant d'être redécouverts dans les années 1960. La réputation du verre Favrile s'étendit au-delà des États-Unis, et spécialement en Europe centrale, où il fit l'objet d'un engouement tout particulier.
La fabrique d'objets décoratifs baptisée Tiffany Glass and Decorating Company, qui fournissait les New-Yorkais fortunés, reçut également une commande du président américain Chester A. Arthur pour la décoration des salles de réception de la Maison-Blanche à Washington. Louis Comfort Tiffany fabriqua alors les grands panneaux de verre teinté destinés au hall d'entrée. Il conçut par ailleurs la chapelle de l'exposition internationale de Chicago, en 1893, ainsi que l'autel de la cathédrale St. John-the-Divine à New York.
Vivement impressionné par les créations d'Émile Gallé, héros français de l'Art nouveau, présentées à l'exposition de 1889 à Paris, Tiffany se tourna vers le verre soufflé. De 1896 à 1900, il produisit un nombre considérable d'objets en verre Favrile d'une exquise délicatesse et mystérieusement irisés, qui le consacrent définitivement comme l'une des figures majeures de l'Art nouveau.
L'entreprise Tiffany, rebaptisée Tiffany Studios en 1900, produisit des lampes, des bijoux, des céramiques et des bibelots. En 1911, son fondateur réalisa une de ses pièces maîtresses : un gigantesque rideau de verre pour le palais des Beaux-Arts de Mexico. Comme son père, Louis fut fait chevalier de la Légion d'honneur. Il devint membre honoraire de Société nationale des beaux-arts à Paris, ainsi que de la Société impériale des beaux-arts de Tōkyō. En 1919, il fit de sa luxueuse demeure de Long Island, dont il avait intégralement conçu les plans une fondation dédiée aux étudiants en art. Après sa mort, le 17 janvier 1933 à New York, elle fut vendue, en 1946, afin de financer des bourses d'études.

L'œuvre

Lampe Tiffany. Vers 1890-1900
Le Metropolitan Museum of Art de New York a recueilli un certain nombre de ses œuvres.
Il a reçu de nombreuses récompenses internationales et nationales2, dont, en France, la Légion d'honneur en 1900.

1893 : 44 médailles, Exposition universelle de 1893 Chicago
1900 : médaille d'or, Chevalier de la Légion d'honneur
1900 : grand prix, Exposition Universelle de 1900 Paris
1901 : grand prix, Exposition de Saint-Pétersbourg
1901 : médaille d'or, Exposition de Buffalo
1901 : médaille d'or, Exposition de Dresde
1902 : médaille d'or et diplôme spécial, Exposition de Turin
1904 : médaille d'or, Exposition universelle de 19043
1907 : médaille d'or, Exposition de Jamestown
1909 : grand prix, Exposition de Seattle
1915 : médaille d'or, Exposition de Panama
1926 : médaille d'or, Philadelphia Sesquicentennial Exposition
Tiffany a écrit également plusieurs ouvrages dont Character and individuality in decorations and furnishings, paru en 1913.

Le verre

C'est le domaine où il est le plus connu, dans toutes ses formes : vitraux, vases, lampes, bijoux, objets divers. Il s'y intéresse dès 1870 en commençant une collection d'antiquités4. Il introduit plusieurs nouveautés dans la technique de verrier dont certains ont fait l'objet de brevets : verres drapés où la pâte en fusion est repliée sur elle-même, emploi de plusieurs couches superposées, inclusion de morceaux de verre coloré5... Son apport le plus remarquable est la création de son verre Favrile qui inclut des sels métalliques.
La création de « vitraux Tiffany » a été une activité importante pour Tiffany qui a produit plusieurs milliers d'exemplaires dans son atelier. Concevant le dessin, il a été aidé pour cela par son équipe, dont les membres les plus connus furent Agnès Northrop et Frederick Wilson. Les thèmes prédominants étaient la religion et les paysages. Sa technique délaisse le traditionnel serissage au plomb au profit d'un enrobage des vitraux avec un ruban de cuivre autocollant sur lequel est appliqué de la graisse à soudure afin de faciliter l'adhérence de l'étain de soudure.
Ses multiples lampes restent l'une de ses créations les plus connues, même si Tiffany ne goutait guère à la production de masse qu'elles impliquent, préférant implicitement la fabrication d'œuvres uniques. Elles coïncident avec l'apparition de l'éclairage électrique. Leurs décors floraux ont fait une partie de la réputation de l'artiste.

Education, Université Yale

L'architecture intérieure

Laurelton Hall, demeure de Louis Comfort Tiffany à Oyster Bay, Long Island
Ses entreprises et lui-même ont conçu l'aménagement de plusieurs maisons et appartements. Parmi ces derniers, figurent naturellement son propre appartement à New York ainsi que la vaste demeure, Laurelton Hall, qu'il s'est fait construire peu après la mort de son père et aujourd’hui détruite, mais aussi la maison de Mark Twain ainsi que plusieurs salons de la Maison-Blanche9. Son style se caractérise naturellement par l'emploi du verre mosaïques, vitraux… ainsi que d'un goût pour l'orientalisme.

Principales expositions

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !
Musée du Luxembourg à Paris 2009
Le verre selon Tiffany, exposition du musée des beaux-arts de Montréal (2010)10
Du 1er juillet au 23 octobre 2011, au Domaine Biltmore, à Asheville, Caroline du Nord, exposition de lampes en verre, Tiffany at Biltmore; organisé par "The Neustadt Collection of Tiffany Glass" Tiffany at Biltmore


Cliquez pour afficher l





Cliquez pour afficher l





Cliquez pour afficher l





Cliquez pour afficher l





Cliquez pour afficher l





Cliquez pour afficher l






Cliquez pour afficher l






Cliquez pour afficher l






Cliquez pour afficher l






Cliquez pour afficher l




Cliquez pour afficher l





Cliquez pour afficher l






Cliquez pour afficher l





Cliquez pour afficher l

Posté le : 15/01/2016 19:45

Edité par Loriane sur 17-01-2016 16:43:36
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant




[Recherche avancée]


Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
50 Personne(s) en ligne (27 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 50

Plus ...