| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> Léo Delibes [Les Forums - Le coin des Musiciens]

Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Léo Delibes
Administrateur
Inscrit:
14/12/2011 15:49
De Montpellier
Messages: 9492
Niveau : 63; EXP : 91
HP : 629 / 1572
MP : 3164 / 54978
Hors Ligne
Le 21 février 1836 naît Clément Philibert Léo Delibes

connu comme Léo Delibes, à Saint-Germain-du-Val aujourd’hui agglomération de La Flèche sur Sarthe, compositeur français mort à 54 ans à Paris Ier le 16 janvier 1891 au 220, rue de Rivoli. Il reçoit sa formation au conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris. Son frère est Michel Delibes.Ses Œuvres principales sont Lakmé, Copélia, Duo des Fleurs, La Source, Les Filles De Cadix, etc.

Sa vie

Léo Delibes est le fils d'un père postier — mort prématurément — et d'une mère musicienne amateur talentueuse. Il réside chez sa belle-mère Mademoiselle Denain à Clichy dans les Hauts-de-Seine. Il étudia au Conservatoire de Paris avec Adolphe Adam et obtint un premier prix de solfège en 1850. En 1866, lors de la création du ballet La Source, composé en collaboration avec un spécialiste du genre, Léon Minkus, les pages écrites par Delibes attirèrent l'attention des musiciens et des ballettomanes. Plus tard, on confia à Léo Delibes seul, la composition d'un nouveau ballet, Coppélia, ou la fille aux yeux d'émail.
Créé à l’Opéra de Paris en 1870, ce fut un triomphe. Basé sur une histoire de l’écrivain allemand Ernst Theodor Amadeus Hoffmann, il conte la destinée du vieux Dr Coppelius et de sa poupée Coppélia. En 1874, il mit en musique un texte posthume d'Alfred de Musset intitulé Nous venions de voir le taureau, sous le nom Les Filles de Cadix. En 1876, il publia Sylvia ou la Nymphe de Diane, ballet dont l’action se déroule en Grèce. Grand amateur de danse, Tchaïkovski admirait ces deux ballets. En 1882, Delibes écrivit un pastiche d’airs et de danses anciens pour Le Roi s’amuse de Victor Hugo, qui avait fourni plus tôt le sujet du Rigoletto de Verdi.

Son célèbre opéra Lakmé, qui narre l’amour impossible d’un officier britannique et de la fille d’un prêtre de Brahma dans l’Inde du XIXe siècle, confirma sa gloire. La Scène et légende de la fille du paria, dit Air des clochettes est un morceau de bravoure pour les sopranos coloratures.
Son duo Lakmé/Gérald D’où viens-tu ? Que veux-tu ? est également fameux, ainsi que le Duo des fleurs de l'acte I entre Lakmé et sa servante Mallika.
En 1884, Delibes est élu membre de l’Académie des beaux-arts.

Delibes reste dans les mémoires comme un maître de la tradition musicale française, légère et mélodieuse, comme il le proclamait lui-même : « Pour ma part, je suis reconnaissant à Wagner des émotions très vives qu’il m’a fait ressentir, des enthousiasmes qu’il a soulevés en moi. Mais si, comme auditeur, j’ai voué au maître allemand une profonde admiration, je me refuse, comme producteur, à l’imiter. »
Delibes mourut en laissant un opéra inachevé, Kassya, qui sera orchestré par Jules Massenet.
En 1957, l'une de ses mélodies, Les Filles de Cadix, sous le nom The Maids of Cadiz, fut interprétée par Miles Davis et orchestrée par Gil Evans pour l'album Miles Ahead.
Le compositeur français Léo Delibes fut le premier à écrire de la musique de grande qualité pour le ballet. Son travail symphonique innovant en la matière inspira des compositeurs mieux reconnus, et son influence transparaît dans l’œuvre de Tchaïkovski et d’autres compositeurs qui écrivirent pour la danse. Sa musique, légère, gracieuse, élégante et parfois teintée d’exotisme, reflète bien l’esprit du second Empire.
Clément Philibert Léo Delibes naît le 21 février 1836, à Saint-Germain-du-Val La Flèche, dans la Sarthe.
Il étudie au Conservatoire de Paris auprès d’Adolphe Adam, compositeur d’opéras-comiques et de ballets. Recruté au Théâtre-Lyrique comme pianiste accompagnateur en 1853, il occupe le poste de deuxième chef de chœur à l’Opéra de Paris à partir de 1864. Nommé professeur de composition au Conservatoire en 1881, il devient membre de l’Institut trois ans plus tard.
Parmi ses premières œuvres produites figurent des opérettes, des pastiches et des farces pour lesquelles il s’associe à Jacques Offenbach et à d’autres compositeurs d’opéras-comiques. Delibes collabore également avec Léon Minkus pour le ballet La Source (1866), dont le succès lui vaut des commandes pour deux ballets de plus grande ampleur : Coppélia, ou la Fille aux yeux d’émail (1870), d’après L’Homme au sable, un conte d’E.T.A. Hoffmann, et Sylvia, ou la Nymphe de Diane 1876, tiré d’un thème mythologique. Parallèlement, Delibes affine son écriture lyrique.
Après l’opéra-comique Le roi l’a dit 1873, il signe deux opéras, Jean de Nivelle 1880 et Lakmé 1883, son chef-d’œuvre, d’après une nouvelle de Pierre Loti. Célèbre pour son Air des clochettes pour soprano colorature et son « Duo des fleurs », Lakmé comporte des scènes orientales illustrées par une musique qui innove par son exotisme. Delibes compose également des pièces sacrées – il sera organiste d’église de 1853 à 1871. Certaines de ses mélodies, comme Les Filles de Cadix, évoquent le style de Georges Bizet. Léo Delibes meurt le 16 janvier 1891, à Paris.

Œuvres principales

Article détaillé : Liste des œuvres de Léo Delibes.
Fichiers audio
Interprété par Maria Michailova soprano et Antonina Panina mezzo-soprano vers 1915
Bonjour, Suzon

Ballets :

La Source 1866, avec Léon Minkus
Coppélia ou La Fille aux yeux d'émail 1870 dans le premier acte duquel figure la célèbre mazurka
Sylvia ou la Nymphe de Diane 1876 dans le dernière acte duquel figurent les célèbres pizzicati

Opéras :

Monsieur de Bonne-Étoile 1860
La Cour du roi Pétaud 1869 dont le nom est tiré d'une expression française
Le Roi l’a dit 1873
Jean de Nivelle 1880
Lakmé 1883
Kassya 1893, posthume
Opérette :
Deux sous de charbon 1856
Deux vieilles gardes 1859
L'Omelette à la Follembuche 1859
Le Serpent à plumes 1864
L'Écossais de Chatou 1869
Mélodies :
Les Filles de Cadix
Églogue
Bonjour, Suzon !
Messe Brève chorale



Cliquez pour afficher l






Cliquez pour afficher l






Cliquez pour afficher l






Cliquez pour afficher l







Cliquez pour afficher l






Cliquez pour afficher l








Cliquez pour afficher l







Posté le : 20/02/2016 18:08
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant




[Recherche avancée]


Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
45 Personne(s) en ligne (24 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 45

Plus ...