| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> Défi du 13 juin 2015 [Les Forums - Défis et concours]

Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes



(1) 2 »


Défi du 13 juin 2015
Modérateur
Inscrit:
21/03/2013 20:08
De Belgique
Messages: 3218
Niveau : 44; EXP : 15
HP : 215 / 1078
MP : 1072 / 21206
Hors Ligne
Bonjour les Loriens,


Je suis en pleine fièvre de déclaration fiscale... je suppose qu'en France, vous êtes dans le même état. Si on veut se faire aider par le Service Public Fédéral Finances de notre commune (l'administration fiscale de votre ville), il faut se lever tôt et prévoir une attente d'environ 3 à 5 heures pour voir le visage austère (mais pas toujours) de ces pauvres gratte-papier !

Alors, imaginez que vous avez reçu une lettre qui vous annonce la visite d'un contrôleur des impôts chez vous. Vous vous apprêtez à le recevoir mais dans quel état d'esprit...
Racontez-nous cette rencontre.

à vos plumes les amis.

Au plaisir de découvrir ce que votre plume aura écrit.

Bises

Couscous

Posté le : 13/06/2015 12:36
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 13 juin 2015
Administrateur
Inscrit:
30/05/2013 12:47
Messages: 1497
Niveau : 33; EXP : 1
HP : 160 / 800
MP : 499 / 15282
Hors Ligne
Il quêtait sans relâche, et sans nulle indulgence,
Rançonnant les quidams, ces cochons de payeurs,
Qui tentaient, ces salauds, de duper l’encaisseur,
Qui ramasse les sous pour le bien de la France !!!

‘’Vous avez deux télés, n’en déclarait aucune,
Par ce biais, trahissez le contrat citoyen
Qui impose les règles : un pour tous, pour un,
Exceptés les nantis, que la chose importune !!’’

‘’ Vous faites des ménages, pour clore, en fin de mois,
Un budget trop restreint, dites vous, quel culot!!
Avec huit cent euros mensuel, pas de sanglots
On vit fort aisément, à l’aise comme des rois !!’’

Et le plus pitoyable, dans ce discours honteux,
C’était sa conviction, qu’il servait la nation,
Qu ’il aurait mérité, la considération,
De ses compatriotes, qu’il traquait tels des gueux !!

Un jour son exercice l’amena en un lieu,
Ou vivaient deux vieillards, à l’aube du trépas,
Qui vivaient chichement, sans abus, sans éclat,
Avec pour seul projet, de rejoindre les cieux.

Que leur reprochait t-on à ces deux centenaires ?
Qui, bien avant la guerre, usaient déjà du lieu,
D’avoir point déclaré, Dieu comme c’est affreux,
D’élever quelques poules, dans le plus grand mystère !!!!!

‘’L’élevage est proscrit explosa l’intendant
Il vous faudra payer, et ce depuis le temps,
Ou votre poulailler clandestin est latent,
Soit 30 euros par jour et depuis 60 ans !!!

Ils eurent beau crier, jurer leur bonne foi,
Que les œufs frais pondus, ils les offraient souvent,
Aux quidams de passage, et plus qu’eux, pauvre gens,
Sans nul bénéfice, qu’ ils tiraient de cela.

A l’instant de parapher, le procès verbal,
La veille, regardant le caissier dans les yeux,
Avança doucement :’’ Voyez c’est fort curieux,
Les choses ont bien changé, aujourd’hui illégal,

Nous fumes décorés après l’affreuse guerre,
De la médaille des justes, grâce à ce poulailler
Permettant de nourrir des enfants refugiés,
Cachés en cet endroit…, mais ça, c’était naguère….

Notre monde d’hier à ce jour s’est enfui,
C’est le règne du fric, qui régie notre monde,
Puisse, pour nos enfants, que cette affreuse ronde
Cesse un jour de tourner, pour des matins moins gris…..



Morale de ce compte, non, de ce conte:

Dans ce monde, il n’y a rien d’assuré, sauf la mort et les impôts……










Posté le : 14/06/2015 11:08
_________________
Titi
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 13 juin 2015
Modérateur
Inscrit:
21/03/2013 20:08
De Belgique
Messages: 3218
Niveau : 44; EXP : 15
HP : 215 / 1078
MP : 1072 / 21206
Hors Ligne
Cher kjtiti,


Ce sujet ne pouvait t'inspirer et nous servir un conte, même une fable avec un morale à laquelle on ne peut qu'acquiescer avec résignation.
Les temps changent et l'étang se vide, à l'opposé des caisses de l'Etat que l'on nous crie vides alors que les poches de nos dirigeants débordent, tant et si bien qu'il doivent les vider au Luxembourg ou en Suisse, ou même devenir Belges ! Cruel, non ?

Merci pour ta participation.


Bises

Couscous

Posté le : 14/06/2015 14:56
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 13 juin 2015
Modérateur
Inscrit:
21/03/2013 20:08
De Belgique
Messages: 3218
Niveau : 44; EXP : 15
HP : 215 / 1078
MP : 1072 / 21206
Hors Ligne
Contrôle fiscal

Les yeux encore embrumés par le sommeil, Lucie se rend à sa boîte aux lettres. Elle ramasse une carte postale et une enveloppe. Le paysage méditerranéen figé sur le carton lui fait esquisser un sourire. Son amie Eléonore la salue depuis son lieu de vacances. Les mots «soleil », « mer bleue », « bronzage » et « farniente » la font s’évader quelques instants. Encore deux semaines au turbin et ce sera à son tour d’envoyer des cartes postales qui feront baver d’envie ses amies. Bien que La Panne fasse moins rêver que Saint-Tropez mais chacun compose avec son budget. Dans ses évocations, ce sera sûrement plutôt « ondée », « petit vent frais », « moules frites » et « kwistax » mais tant pis !

Elle ouvre l’enveloppe et découvre une lettre à l’en-tête de l’administration fiscale. Un petit pincement vient lui chatouiller le creux de l’estomac. Elle apprend qu’un contrôleur passera le lundi suivant afin d’effectuer quelques vérifications. Il lui faut préparer ses extraits de compte, qu’ils soient nationaux ou à l’étranger, le cas éventuel, ses fiches de paie et toutes ses factures.

La trentenaire émet un long soupir et s’assied. Elle n’a pas grand-chose à cacher à part ses prestations sporadiques en tant que gogo danseuse quelques vendredis ou samedis par mois, bien loin de son boulot de gratte-papier. Le patron ne la déclare pas, ce qui les arrange tous les deux ; pas de cotisations sociales pour lui et pas de plafond imposable dépassé pour elle. Cette rentrée financière lui permet juste d’arrondir ses fins de mois grâce à ses quelques rondeurs de fesses et de joindre les deux bouts grâce à celui, érectile, des clients qui lui glissent des petites coupures dans le string. Il lui est même arrivé de recevoir un poème par ce biais, ou plutôt par un billet plus doux que de banque. Et c’était Arthur ! Les mots couchés sur le papier l’ont touchée droit au cœur et l’ont amenée s’intéresser à lui. Leur relation est encore fragile et ils apprennent à se connaître.

Voici le lundi arriver, Lucie a préparé tous ses justificatifs sur la table de la salle à manger. L’interphone de l’entrée retentit. Son cœur cesse de battre un quart de seconde avant qu’elle aille déclencher l’interrupteur en lançant « Deuxième étage, première porte à droite. » sans recevoir de réponse. Et si elle venait d’ouvrir à un malfrat qui sonne chez tout le monde dans l’espoir de pénétrer dans l’immeuble pour y perpétrer un quelconque méfait. Et elle qui vient de lui dire où elle se trouve. On frappe à la porte. Un coup d’œil à travers le judas l’informe qu’une femme est de l’autre côté. Elle a bien le look d’une inspectrice des finances avec son chignon serré et son tailleur strict, pas celui d’une malfaitrice… bien que la différence soit ténue.

Lucie lui ouvre et sert son sourire le plus jovial. Sans répondre ni à son bonjour ni à sa poignée de main, la dame se présente comme « Madame Joubert, inspectrice en chef au sein du Service Public Fédéral, service des recettes. »

– Cela tombe bien, j’adore cuisiner ! lance Lucie, non sans malice.

Sa blague ne déride nullement la dame âgée d’une bonne cinquantaine d’années et dont les petits yeux perçants créent une impression de malaise chez son interlocuteur.

La jeune femme lui désigne le tas de paperasses qui jonche sa table. Mais l’inspectrice semble préférer s’intéresser à la décoration d’intérieur.

– Vous avez de jolis tableaux. Et ces masques africains, ils sont d’origine ?
– Je ne sais pas. Tout provient de la brocante estivale du Risquons-Tout. Je n’ai pas demandé leurs pédigrées aux vendeurs. Je le ferai la prochaine fois que je chine. Promis !
– Et le cabriolet devant l’immeuble, il vous appartient si je ne m’abuse.
– Vous avez bien mené votre enquête, on ne peut rien vous cacher. Mais ce n’est qu’une Fiat 500. On est loin de la Ferrari ou de la Porsche… à mon grand regret.

La dame au chignon épluche avec soin les extraits de compte classés par ordre chronologique après des fouilles quasi archéologiques effectuées la veille.

– Vous ne faites par beaucoup de shopping. C’est assez étonnant pour une jeune femme comme vous. On vous entretient ?
– J’avoue que je prends soin de ma carrosserie.
– Vous détournez ma question. Avez-vous un homme… ou une femme dans votre vie ?
– Euh… c’est plutôt intime comme question et je n’en vois pas la pertinence.
– Vous ne devez rien me cacher.
– Si vous le désirez, je peux vous faire un striptease là, tout de suite !
– Ne soyez pas insolente, cela pourrait vous coûter cher. Alors, répondez-moi.
– J’ai des relations.
– Je ne crains rien et ne suis pas corrompue.
– Là, c’est vous qui vous méprenez. J’entretiens des relations.
– Plusieurs relations ?
– Oui.
– Vous êtes donc volage.
– Et pourquoi pas nymphomane aussi ? Sachez que mes relations sont toujours avec le même homme.
– Ah, je préfère cela. Et comment se prénomme-t-il ?
– Arthur. Quel est le lien avec cette inspection ?
– C’est la relation que MOI j’entretiens avec Arthur.
– Quoi ! Il a une double vie ? Vous êtes sa femme ? Il semble aimer les femmes mûres, et c’est un euphémisme ! Ça alors ! C’est pour cela que vous souhaitiez me rencontrer ?
– J’avoue que je voulais vous connaître.
– Voilà c’est chose faite. Il va falloir qu’il choisisse entre nous deux maintenant, entre la viande fraîche et la faisandée ! Moi qui le croyais différent. De toute façon, je considère son attitude comme inacceptable et irrespectueuse. Je ne veux même plus avoir affaire à lui.
Lucie éclate en sanglots, les larmes coulent, mélange de déception, de colère et de jalousie. Madame Joubert s’approche, son visage s’attendrit. Elle pose une main dans le dos de Lucie et l’autre sur son épaule.
– Calmez-vous… je voulais juste vérifier si vous le méritiez.
– Pourquoi ? Vous cherchiez une raison valable de divorcer ?
– Arthur n’est ni mon mari ni mon amant. C’est mon fils !


Posté le : 14/06/2015 18:28
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 13 juin 2015
Modérateur
Inscrit:
02/02/2012 21:24
De Paris
Messages: 1495
Niveau : 32; EXP : 97
HP : 159 / 799
MP : 498 / 18365
Hors Ligne
Le contrôle de routine



L’inspecteur des impôts est tranquillement installé dans mon salon. Je lui ai proposé un café et des pâtisseries qu’il a gentiment mais fermement refusé, me faisant comprendre implicitement qu’il ne se laissera pas acheté par la tendresse cannelée de mes petits gâteaux.
Il sait.
Je sais qu’il sait.
Il sait que je sais qu’il sait…
Quand ils viennent chez vous, ils savent déjà.
Et vous, vous savez.
Vous savez qu’ils savent…

Il va s’en suivre un jeu de miroir, une partie d’échec, un jeu du chat et de la souris, un trivial-poursuit, une partie de poker-menteur. Jusqu’à ce qu’il abatte ses cartes et qu’il s’insurge : « je sais ! »
Pour l’heure, je sue, et même je suinte, je transpire à grosse goutte.
« Qu’est ce qu’il fait chaud ! » bredouille-je sur le ton de la conversation.
« Oui, je sais ! » s’exclame-t-il d’un ton sec.
« Je sais ! » Il a dit qu’il savait. Ah ! Il en salivait ! Même pas le temps de s’asseoir, on saute les politesses et les salamalecs et on passe directement à la casserole. C’est ça l’administration fiscale : pas de temps à perdre, on vous présente la douloureuse avant même de vous avoir cuisiné.

Alors, que voulez-vous que je fasse : je fonds.
Je fonds en larmes et je me roule par terre et j’avoue, oui, j’avoue ! J’avoue pour le million hérité de mémé Roberte du temps où elle avait détourné l’argent de la résistance, mais comprenez, c’est pas de ma faute ! Il était déjà en Suisse quand j’ai hérité il y a dix ans ! Et puis, avec ma phobie administrative et ma tendance pathologique à la procrastination, j’ai tout laissé là bas et par le plus grand des hasards, ça a fructifié et fructifié tout seul ! Alors ça m’a fait peur, tous ces milliards et j’ai donné mandat à un courtier qui a plutôt la main verte (en dollars) et qui m’a fait faire des placements off-shore aux iles crocodiles (ou bien je ne sais trop où). Mais je défends quiconque de m’accuser d’évasion vers un paradis fiscal ! Cet argent, voyez-vous, il voyage tout seul et se ramifie comme une pieuvre et moi j’ai une vie toute simple et je n’en ai jamais touché un shilling. Que voulez-vous que j’en fasse ? Je déteste les grosses voitures et j’ai peur en avion…
L’inspecteur des impôts est devenu blême. Il s’est enfermé un instant dans la pièce d’à côté pour téléphoner à son supérieur hiérarchique.

J’ai tenté de coller mon oreille à la lourde porte de chêne massif pour entendre, mais je n’ai pas tout compris : il était question d’une demande d’assistance du service des fraudes internationales. « Je ne suis pas formé pour ça ! » hurlait-il et « ce n’était qu’un contrôle de routine ».

Posté le : 14/06/2015 19:16
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 13 juin 2015
Plume d'Or
Inscrit:
14/03/2014 18:40
De Paris
Messages: 1093
Niveau : 29; EXP : 5
HP : 140 / 701
MP : 364 / 11778
Hors Ligne
Sacré kjtiti,
Je reconnais bien là ta plume anarchiste, ô toi flibustier de la poésie.
Bravo, c'est un bel élan que le tien sur une histoire qui pourrait être vraie tellement notre administration héberge d'inhumains fonctionnaires.
Bye
Donald

Posté le : 14/06/2015 19:46
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 13 juin 2015
Plume d'Or
Inscrit:
14/03/2014 18:40
De Paris
Messages: 1093
Niveau : 29; EXP : 5
HP : 140 / 701
MP : 364 / 11778
Hors Ligne
Sacré Emma !
Tu m'as bluffé avec ton histoire. Lâcher tout ça d'un coup au pauvre gars des impôts, il fallait vraiment en vouloir. Excellente l'explication de la fraude.
Bon, j'imagine que tu aurais dû mettre de l'arsenic dans son thé, ça aurait été plus efficace.
Bises
Donald

Posté le : 14/06/2015 19:49
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 13 juin 2015
Plume d'Or
Inscrit:
14/03/2014 18:40
De Paris
Messages: 1093
Niveau : 29; EXP : 5
HP : 140 / 701
MP : 364 / 11778
Hors Ligne
Je n'avais pas réagi, ma chère couscous, sur le défi lui-même dont je trouve le thème carrément approprié à notre époque actuelle. Je sais qu'en Belgique vous avez un système différent du notre mais le contrôle lui-même reste bien universel et c'est ce qui explique la qualité des textes relevant ce défi.
Le tien m'a fait marrer par sa truculence et son humour bien personnel. Je reconnais ta plume dans cette façon légère d'échapper à la rudesse de l'inspectrice des impôts. La chute est très mignonne, à la limite de Walt Disney.
Bravo !
Bises
Donald



Posté le : 14/06/2015 19:52
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 13 juin 2015
Modérateur
Inscrit:
21/03/2013 20:08
De Belgique
Messages: 3218
Niveau : 44; EXP : 15
HP : 215 / 1078
MP : 1072 / 21206
Hors Ligne
Walt Disney, une belle référence !

Un grand merci, j'en suis touchée.

Au plaisir de découvrir ta production sur le sujet avec ton humour qui t'est propre également.


Bises

Couscous

Posté le : 14/06/2015 20:09
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Défi du 13 juin 2015
Administrateur
Inscrit:
30/05/2013 12:47
Messages: 1497
Niveau : 33; EXP : 1
HP : 160 / 800
MP : 499 / 15282
Hors Ligne
Délicieuse histoire, ma chère emma, qui commence par une certaine ironie décapante, mais que ton coté fleur bleue

finit par rendre délicate et douce .

La fin inattendue est tellement romantique et maternelle!!!


''Dieu ne pouvait être partout, alors il a créé la mère'' avance un proverbe juif qui trouve dans ton récit toute sa résonance.


Bises du pays des châteaux.

Posté le : 15/06/2015 10:49

Edité par kjtiti sur 16-06-2015 16:28:23
_________________
Titi
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant
(1) 2 »




[Recherche avancée]


Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
28 Personne(s) en ligne (11 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 28

Plus ...