| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> La faim - Poèmes - Textes
Poèmes : La faim
Publié par Verdor le 09-12-2018 16:10:00 ( 196 lectures ) Articles du même auteur



Lorsque j'eus avalé l'idéal rachitique
Qu'on servait aux enfants de ce siècle anonyme,
Je partis, guidé par mon ventre boulimique,
En rêvant du banquet dont rêvent les abîmes !

Quand un arbre royal arrêta mon allure,
Vaste et verdoyant, comme un brocoli géant !
J'étais près d'assouvir mon désir de pâture,
Mais l'éclair le frappa et ce fut le néant !

J'aurais maudit les cieux d'être plus vifs que moi
S'ils ne m'avaient offert, dans leur bonté mystique,
Un nuage, épais comme une Barbe A Papa,
Mais le vent le chassa d'un souffle maléfique !

Alors ! Je courus vers le Soleil salutaire
Qui dorait l'horizon, comme un œuf sur le plat,
Mais, semblant me narguer, l'inaccessible sphère
Disparaissait déjà, pingre de son éclat !

Je dus me contenter du spectacle alléchant
Des greniers luxuriants de la voûte étoilée...
- Mais je bus le mystère immense et rassurant,
Et l'estomac se tut quand l'âme fut comblée !

Extrait de mon second recueil de poèmes "Le miraculé",
publié sur le site http://www.editionschloedeslys.be

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
42 Personne(s) en ligne (10 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 42

Plus ...