| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Ah, comme tes larmes sont précieuses ! - Poèmes - Textes
Poèmes : Ah, comme tes larmes sont précieuses !
Publié par saida le 09-02-2019 19:29:58 ( 36 lectures ) Articles du même auteur



Ah ! comme tes larmes sont si précieuses...




Ah! comme tes larmes sont si précieuses et ta nature si patiente,
Ne devrais-je donc plus vivre pour la passion de l’amour ?
Que non ! La passion me ronge et les désirs m’étreignent
Et je ne peux pas vivre sans secrets.
Quand l’obscurité m’illumine
Je succombe aux tourments de l’amour
en sacrifiant mes larmes ,ces larmes
qui émanent d’un visage splendide et fier.
En vérité dans ma poitrine brûle un feu
que mes larmes et mes tourments ne font qu’aviver.
A celle qui m’a rendu malade en me rapprochant de la mort :
A quoi bon me donner l’eau si je dois mourir de soif.
"Qui es-tu ? " M’interroge- t-elle en toute connaissance de cause .
Je lui répondis comme elle le voulait et comme le voulait l’amour :
" celui que tu as tué ".Lequel répondit-elle ,ils sont nombreux.
Pourquoi lui dis-je es-tu si intransigeante alors que tu n’ignores rien de moi ?
Elle répondit : " c’est le destin qui t’a leurré ".
Non lui répondis-je c’est toi pas le destin.
Sans toi l’affliction n’arriverait pas au cœur
Et l’amour ne serait pas du dépit.

Abou Firass Elhamadani

Oum Kelthoum la célèbre diva l'a chanté à plusieurs reprises !












Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
21 Personne(s) en ligne (2 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 21

Plus ...