| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Histoire sans tête - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : Histoire sans tête
Publié par Ermite le 02-03-2019 08:05:29 ( 28 lectures ) Articles du même auteur



Il n'a pas de tête
Et se cogne tout le temps,
Il ne sait pas comment faire
Pour aller de l'avant.
Son regard est absent,
Tant sa tête est ailleurs,
Mais il marche...distraitement.
L'hiver,
Il porte un col cheminée
Ouvert aux quatre vents
Ou un cache-col,
Pour les gens de Paimpol,
Cela semble évident,
Mais quand vient
Le printemps,
Il porte un couvre-chef,
Pour faire semblant,
Semblant
De cacher sa tête
Qu'il perd tout le temps.
L'été,
Il porte un col ras
Et les mouettes
Sont toujours contentes,
Qui à tour de rôle
Y font leur nid,
Pour les gens d'Etretat,
Cela semble évident
Et quand vient
L'automne,
Il rentre chez lui,
Sa belle île de Ré,
Pour y faire des gammes,
Des gammes avec son coeur.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Titi
Posté le: 02-03-2019 08:21  Mis à jour: 09-03-2019 19:42
Administrateur
Inscrit le: 30-05-2013
De:
Contributions: 1424
 Re: Histoire sans tête
Ermite, voila une bien jolie histoire qui n'est pas, sans queue ni tête, loin s'en faut!!!

Astucieux et drôle, voila une lecture bien plaisante, qui va plaire, sans nul doute, à ton frangin tout aussi facétieux!!!!

Amitiés à vous 2

Serge
Istenozot
Posté le: 02-03-2019 22:30  Mis à jour: 02-03-2019 22:32
Plume d'Or
Inscrit le: 18-02-2015
De: Dijon
Contributions: 1922
 Re: Histoire sans tête
Bonsoir mon très cher frérot,

Il faut que je fasse honneur au commentaire de notre ami Serge. Alors je me suis livré à quelques facéties dans ma réponse :

En lisant mon frérot, mais où ai-je la tête !
Devant un tel talent, elle n’est pas grosse tête !
Courant entre ses vers, je crois perdre la tête,
A moins que je ne désire lui tenir tête.

En poète, je lui propose un tête-à-tête,
Et, moqueur, avec une idée derrière la tête,
En jurant de ne pas en faire qu’à ma tête !
Je me lance dans l’aventure, bille en tête !

L’hiver caracole sans trop savoir où il va,
Il nous fait, de mois en mois, une vraie java.
Moi je vous le dis, il est tombé sur la tête,
A moins qu’ainsi, il veuille nous faire la tête.

Que voulez vous, avec la bêtise des hommes,
Les saisons se livrent à l’abandon, en somme.
Elles ont, croyez-moi, la tête dans les nuages
Et, de tous leurs caprices, nous font l’étalage.

Si nous persistons ainsi en têtes de pioches
Elles nous soumettront à bien d’autres anicroches.
Et je vous le dis, j’en mets ma tête à couper,
Tout cela finira par un mauvais souper !

Restons très confiants, et à têtes reposées,
Pensons qu’à la raison les hommes restent exposés.

Je suis tellement heureux de pouvoir revenir ici et de pouvoir lire tant Serge que toi, mon très cher frère.

Bisous fraternels.

Jacques
Ermite
Posté le: 04-03-2019 12:59  Mis à jour: 04-03-2019 12:59
Plume d'Or
Inscrit le: 31-03-2014
De:
Contributions: 1413
 Re: Histoire sans tête
Merci Serge pour ton commentaire,
Heureux de te lire à nouveau,
Amitiés,
Louis
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
20 Personne(s) en ligne (5 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 20

Plus ...