| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Ce soir ma pensée - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : Ce soir ma pensée
Publié par modepoete le 13-03-2019 15:20:00 ( 11 lectures ) Articles du même auteur



Cliquez pour afficher l



Au soir ma pensée


Au soir ma pensée se vole haut vers les cieux
S’exilant joyeuse vers les fraîcheurs commodes
D’un sage œil captieux que rien ne démode
Sur sa bordée s’y assoie; un perdu regard caïeu

Elle se va austère couplée à la houleuse bordée
De ces vents vifs qui froissent têtus la cordée
De l’inimaginable bousculant les dures réalités
Qui se défigurent à son inexpugnable férocité

Toi ma pensée tu as quitté la béante frayeur
Couchée sur cet azur qu’un calme repose d’aise
Tu regardes tranquille ce bas des côtes obèses
Trop repue des richesses de ces cyniques laideurs

Au fond de ce gouffre ruiné des grands intérêts
Le riche se pleure la perte de son âme insolvable
L’avare s’agenouille sur des prières lamentables
L’orgueilleux se toise debout sur sa vile fatuité

Le pauvre s’exhausse d’humilité pour sa nature
La pauvresse s’engendre des excuses prodigues
L’enfant triste se joue au qui perd gagne pudique
Et les choses de verdures changent humble de parure

Là bas enfouis sous le grand feuilleté d’inventions
Le savant se prend les mains dans son ignorance
Quelle force a la nature de poser son incompétence
Quand le silence se rage inaudible sans évolution

Dans une chapelle ardente, on brûle de vaines idées
Celles de ceux qui veulent nous expliquer cet irréel
Sous les murs disloqués qui ébranlent leur fade tutelle
Tu les vois mortels, geignant de n’être ce dieu recherché

Ô pensée! Rien ne comprends-tu, rien ne veux-tu, il est
Que tu adores le calme de la fraîcheur du haut, loin du loin
Quand le cyclone ravage ces mondes besogneux conjoint
A ta riche lucidité de n’être qu’un manteau humain désolé.
©ƒC



Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
20 Personne(s) en ligne (3 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 20

Plus ...