| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Puis-je être - Poèmes - Textes
Poèmes : Puis-je être
Publié par modepoete le 27-03-2019 16:20:00 ( 54 lectures ) Articles du même auteur



Cliquez pour afficher l



Puis-je être

Puis-je être
Un être sans être
D’un instinct irréel
Quand :
Le haut
Le bas
Le dedans
Le dehors
Le dessous
Le dessus
Le plus
Le moins
Le dur
Le tendre
De tous ces sains le
Qui ne sont pas laids
Et ne seront jamais d’éternité :
Ni haut
Ni bas
Ni dedans
Ni dehors
Ni dessous
Ni dessus
Ni plus
Ni moins
Ni dur
Ni tendre
Absorbés par l’absurde des ni
Qui ne sont pas les
De ma vision de l’irréel qui ne les touche
Sans je, mais tout autant pensé

Ils errent dans mon irréel :
En un
Haut
Bas
Dedans
Dehors
Dessous
Dessus
Plus
Moins
Dur
Tendre
Pas de sain Je, pas de sains ni
Que puis-je vous dire
Car c’est sans rire
En évitant le pire
Ne percevant mon irréel
Que je passe la passerelle
Pour rejoindre mon réel

Là bas
Sur la marche éternelle
D’un conscient surnaturel
Qui vogue sur les prunelles
De ma pensée éprise naturelle
De cette vie en dentelle
Qui la piège en ritournelle
Sur le grand moulin de l’univers
Battant des ailes sur le néant austère
Qui joue à tire bonde de travers
Sur les esprits conquis par ces vers
Qui rongent leur conscience sévère
Au fond des grands prés verts
Enfouis dans les rugissants des mers amères
Quand leur houle légère rejette
Dans ses écumes en fourchettes
L’être, qui se gave de vues sans dette
Le guide vers un festin d’emplettes
D’un regard puissant sans défaite
Pour ne pas compromettre ces images
Du réel dan son état sauvage
Qui vous renvoie un grand message
Et ceci doit être votre bel adage
Le rêve n’est qu’un passage
Sans être un grand outrage
A tout bon personnage
Qui sait agile redescendre
Du feu de cette nuit cendre
Où froide la salamandre
Dévore vos derniers doutes
Sas pitié pour votre croûte
Ce corps endurci, d’avoir cru être
Le réel crachat de l’univers à sa fenêtre
Celle d’’une vie sans être
©ƒC



Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
48 Personne(s) en ligne (15 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 48

Plus ...