| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Le poète solitaire - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : Le poète solitaire
Publié par modepoete le 09-04-2019 17:00:45 ( 45 lectures ) Articles du même auteur



Cliquez pour afficher l




Le poète solitaire

Couché dans le cocon de sa vie
IL se protège pensif des brumes
De ce dépravé monde impitoyable
Qui le laisse concubin de la lune
Assis prés de la solitude qui lui sourit

Le monde se presse à son autour
Traverse les rues de sa pensée
Sans un arrêt, sans un petit regard
Il se va pressé, d’un pas aisé
Vers ces palais vulgaires et lourds

Des mots, des mots simples il en est
Que l’on puisse se les dire cadeaux d’or
Quand s’ouvre votre riche coffre ventru
Pour laisser admirer le précieux fort
De vos idées coulant vives hors du secret

Ceux qui disent, se le disent pour eux
Ne les interrogez pas, vous les ennuyez
Alors lisez, lisez, pour bien les entendre
Au fond de leur masure, ils font prospérer
De votre main clinquante le luxe de leur enjeu

Poète quand le jour est, et le soleil trop puissant
Alors tu te caches de la peur de déranger
Des rayons brûlent lents une âme si fragile
Qu’ils vous traînent nu dans sa maladie gênée
De vous avoir dépecé d’un esprit cassant

Ignoré des batailles confidentes il se rue
Par les rues, longeant la nuit de la lune
Avec sa solitude il parle du paradis
Elle l’encourage de sa philosophie prude
Sous sa lueur, ensemble ils récurent les verrues

Poète ne t’inquiète pas, de ta belle plume
Converse avec le monde, il saura écouter
Parle, parle lui de sa vie il aura un temps
Pour tendre l’oreille au soir d’adversité
Quand tes mots le consoleront au soir de lune
©ƒC



Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
45 Personne(s) en ligne (14 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 45

Plus ...