| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Maria - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : Maria
Publié par Donaldo75 le 12-09-2019 20:56:33 ( 17 lectures ) Articles du même auteur



Je te vois Maria dans le spectre du soir,
Tu renverses ma tête et mes yeux et ma bouche
Quand je tourne poupon au centre de la couche
Et du pli de ces draps ourlés de pourpre et noir.

Notre amour plein de feu, de tonnerre et de foudre,
Laisse un champ dévasté de larmes et de poudre.

Tu pars señorita le matin sans ton fard,
Juste en catimini, encore dans le rouge.
Les vapeurs irisées envahissent le bouge
Et la chambre anonyme où je noie mon cafard.

Mes restes comateux ne masquent pas le vide,
Les sentiments déserts d'un lendemain aride.

Pardon mi corazon de rester sans espoir
Quand je reprends ma vie de félin dans sa cage,
Et rugit quelquefois en quête de courage
Au moment d'affronter le juge du miroir.

Le Soleil noie la Lune et nos derniers instants.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
46 Personne(s) en ligne (10 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 46

Plus ...