| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Mes lointains hiers.... - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : Mes lointains hiers....
Publié par Titi le 28-09-2019 15:20:00 ( 30 lectures ) Articles du même auteur



Mon futur est passé, vain est mon devenir,
J’ai tant par appétence, usé de ma jeunesse,
Qui dés lors me renie, sans même prévenir,
Lassée de mes années, juvénile maitresse.

En mon antre d’antan, je dépose les armes,
Dans cette ville aimée, depuis longtemps quittée,
Ma mémoire s’embrase, et d’éclanche l’alarme,
Des stigmates d’un temps qu’il me faut acquitter.

Soudain le bruit d’un pas, sur les pavés usés
De la rue des Oublis, vient me faire rappel,
De ces instants bonheurs, quand je venais muser
En cet endroit témoin de mes amours pastels.

Je cherche le café:’’ Au Bistrot de Lorette’’,
Lieu de nos doux aveux, disparu désormais,
A sa place uns banque, jetant nos amourettes,
Au trépas d’un avant, révolu à jamais.

J’hume à nouveau l’odeur du pain et des nonettes,
Venant du boulanger, sis au coin de la place,
Le commerce est fermé, partie la Pomponnette,
A ses yeux le mitron, jamais, n’a trouvait grâce.

Le vieil arbre abritant nos amours juvéniles
D’ombre ne fera plus sur la place des Arts,
Son tronc ou j’ai gravé ‘’A jamais pour Cécile’’
A cédé sous les coups d’un hivernal blizzard ?

Ah, n’aurai-je jamais le plaisir de revoir
Le petit rémouleur qui hurlait: ‘’ aux ciseaux,
Je repasse couteaux, affute les rasoirs ‘’
Sur sa meule en grés fin, qui servait d’aiguisoir.


Ma jeunesse est passée, avec mon avenir,
Hier est fort lointain, demain est un mirage.
L’espace d’un instant, j’aimerai détenir
Le pouvoir d’effacer le temps et ses outrages.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
47 Personne(s) en ligne (8 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 47

Plus ...