| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> L'amour là est-il - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : L'amour là est-il
Publié par modepoete le 07-01-2020 16:58:42 ( 66 lectures ) Articles du même auteur



Cliquez pour afficher l




L’amour, là est-il

Assis sur un rocher
Le regard fermé
J’attendais blessé
D’être soigné

Le temps a passé
Mon trouble a saigné
Sans pouvoir marcher
Je me suis écroulé

Une luciole intriguée
Est venue me bouger
O l’ami Qu’as-tu fait
La vie est sacrée

Les yeux éveillés
Je me suis pressé
De lui demander
Pourrais-je être aimé?

Il te faut te déplacer
L’amour est toujours prêt
A l’instant désintéressé
Pour sage vous caresser

Regarde sans voir jamais
Touche sans toucher ta plaie
Parle sans parler de volupté
L’amour tombera sur ta virtuosité

L’amour n’est pas proie obligée
C’est une biche intriguée
Elle se méfie du chasseur satisfait
Elle fuit avant le fusil épaulé

Alors l’ami je te dis un secret
Evite les pièges vas par les forêts
Montre toujours toutes tes qualités
Ne cherche pas l’amour, là t'attend t-il muet
©ƒC

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
45 Personne(s) en ligne (6 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 45

Plus ...