| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Un arbre - Poèmes - Textes
Poèmes : Un arbre
Publié par Saadkorchi le 29-01-2020 22:10:00 ( 41 lectures ) Articles du même auteur



Un arbre
oui, je suis un arbre
On m'a planté lā oū j'évolue
Si on m'avait laissé le choix
Je ne l'aurais pas voulu
Mais me voila malgré moi 

Exposé aux intempéries et aux scies
Immobile ni debout ni assis
Sourd supportant des faux récits
Qui m'étouffent,qui me supplicient

J'aurais aimé ne pas être
Pour ne rien faire ou commettre
Ni du bien ni du mal
N'être ni mâle ni femelle

Sans passé ,sans souvenirs
Sans présent soumis à la torture
Sans envies ni rêves ni avenir 
Privé de coeur marqué de blessures

J'aurais choisi être un grain de sable
Une pensée, une idée insaisissable
N'être ni innocent ni coupable
Ni haineux ni aimable

Personne ne me juge
Personne ne me corrige
On n'attend rien de moi
Ni de l'aide ni ma voix

déchaîné de toutes règles et lois
Libre sans obligations et sans droits
Insoumis à ceux dits à poids
Qui font la fauve et nous la proie

SAAD Abdelrhafar Korchi

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
37 Personne(s) en ligne (15 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 37

Plus ...