| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Vous - Nouvelles - Textes
Nouvelles : Vous
Publié par NicoG le 17-03-2020 19:50:00 ( 49 lectures ) Articles du même auteur



Vous

Vous qui croyez que je vais sombrer. Tomber plus bas que le profond lui même.
Succomber sous le plomb et son poids, les mensonges, l’omission. L’oubli est parfois habile mais vous cachez mal vos homicides. Vous qui croyez, lâches, que les victimes restent sans voix.
Vous qui m’avez persuadé que je réussirais jamais. Monter dans mon estime c’est plus possible je l’ai proscrit Le juge coupable est pénitent.
Vous qui riez de dos, en face impassible. Oui vous qui m’avez volé mon temps.
Vous les plus forts, les responsables, ceux qui jugent seuls sur tout.
Je n’oublierait pas de ne pas vous en vouloir.
Ma vengeance est sagesse, limpide, intact et calme. Au contraire. Vous m’avez tant appris, la rage c’est par vous que je l’ai construite. Quand la haine devient amour. La rage mes frêres !
Vous qui ne prêtez attention qu’aux insultes, à la lèche. Vous. Surppris dans vos fautes, cachés derrière vos certitudes, comme chaque être est noyé par sa flaque.
Dans la terre de l’errance. Ou vous et moi.
Tapions sans cesse sur les mêmes, de l’œil au seul point qui résiste.
C’est nous que j’appellerai les faibles. Elève des rêves, devenu maitre quand les cauchemars déportent les esclaves ou les morts plus chanceux.
Vous qui ne prêtez attention qu’à vous même, qui vous prosternez quand passe la gloire, ses billets, 100 artifices poudres vous même poussières.
Vous qui vous plaignez sans cesse. Les mêmes qui jamais bougeront pour l’autre. Leurs doigts leurs fesses.
Vous qui rabaissiez sans cesse, qui vous serviez de la faiblesse. Vous qu’aviez jamais mauvaise conscience, pourtant pourquoi monte t’elle en ce moment ?
Vous que je respecte et que j’éloigne. Vous, c’est pas si mal.




Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
42 Personne(s) en ligne (10 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 42

Plus ...