| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Au hasard d'un reflet - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : Au hasard d'un reflet
Publié par Marco le 23-05-2020 07:44:18 ( 23 lectures ) Articles du même auteur



Ce que l'on peut écrire, Au hasard d'un reflet…





Les multiples ridules
Qui se dessinent,
À la dérobée,
Sur un visage
Sont les stigmates du temps…

Un soir de vague à l'âme
Ou d'un matin chagrin,
Devant le grand miroir de la salle de bain,
Maître du reflet ,
N'épargnant en rien la beauté ni la jeunesse,
Les doigts effleureront délicatement,
Cet outrage du temps.

Ces rides sont la bibliothèque d'un vécu,
Aux livres d'une âpre vérité.
Ils livrent une lecture,
Sans aucune concession,
Qui met en exergue les faits inaccomplis,
Les erreurs du passé
Et les éternelles insuffisances.

Ce tableau crépusculaire aura raison de la lumière,
Il est le représentant d'un drame automnal.



L'humiliation insidieuse…



Aujourd'hui, l'instant est déjà un temps suranné,
Emprisonné par hier. Le temps, irrévérencieux,
S'écoule avec force sur les rives de l'esprit,
Déversant les scories, les carences,
Les absences et les oublis d'antan,
Comme un gave en furie qui dégueule ses eaux boueuses
Sur la grève.
Et si avenir, il y a encore,
Celui-ci n'en est que plus piégé,
Par cette incurie inhérente à la nature humaine.
La crainte,
L'incertitude,
Et tous les non-dits qui torturent l'esprit
Sont désormais les couleurs de la palette
Que l'on a en main.
Devant ce constat terrifiant,
Les heures de bonheur sont gommées,
Ne laissant aucune trace d'un instant de sérénité.

La réalité s'expose,
La peur s'impose,
La nostalgie se meure
Et la mélancolie s'installe.
Le visage apeuré,
Le regard perdu,
Les pensées lésées
Par une culpabilité obsédante et omniprésente
Font de la conscience un no man’s land

Dans une vague d'images meurtries, naît un kaléidoscope
Sans couleur ni reflet.
Place à une vie aux tons inversés,
Où loge un clair-obscur,
Le négatif du film d'une vie écornée,
Endommagée,
Brisée,
Crépuscule d'une vie en demi-teinte.
Les yeux figés, larmoyants,
Rougis par cette main désespérée
Qui cherche à assécher vainement ce flot de tourments,
Et de désenchantements
Annoncent une profonde léthargie.





Les reflets peuvent être aussi de toute beauté,
Mais c'est une toute autre histoire que je ne connais pas !






Marco Mai 2020

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
27 Personne(s) en ligne (5 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 27

Plus ...