| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Philippe, une vie de rhum - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : Philippe, une vie de rhum
Publié par Istenozot le 26-09-2020 18:40:00 ( 26 lectures ) Articles du même auteur



Ce poème est un hommage poétique rendu au directeur financier parti en retraite en juin dernier.

De Philippe, installé dans la discrétion,
Pour autant jamais soumis à la sujétion,
Du langage vrai, il est souvent l’incarnation.
La vérité est toujours sa destination.

Dans sa pensée, l’homme peut être insaisissable,
Mais elle demeure, pour qui le veut, apprivoisable.
Elle sait être teintée d’humour quand il le faut,
Mais il se peut aussi que siffle le vent de la faux.

Avec lui, les relations sont très simples, en somme,
Se laissant aisément aller auprès des initiés,
Il laisse monter en nous, valeur suprême de l’homme,
Franchement, librement, largement, l’amitié.

Mais il est aussi un homme d’ici et d’ailleurs,
Prenant la route des îles, en digne farceur.
De nouveaux exils, il est le vrai gentilhomme ;
C’est bien là d’ailleurs qu’il a découvert le rhum !

Plein de promesses, il lui apporte l’ivresse,
Sans en abuser, il lui procure la hardiesse.
Mais ne vous y trompez, vous les gens d’ici,
Son avenir n’est pas réellement obscurci.
A ses nouveaux projets, il leur dit bien merci.

Du rhum, une femme, et la retraite Nom de Dieu,
C’est cela qui est vrai, on a rien trouver de mieux.
Les soucis, les coups, que le diable les emporte,
Et qu’avec ce nectar, ils ne passent plus sa porte.

Et je te le dis très haut, qu’il soit ta bannière.
Alors faisons au rhum qu’il vénère une prière,
Sans trop savoir si c’est bon pour nos artères.
Venez qu’on le goute et que ses aromes viennent.
Donne-nous aujourd’hui tes saveurs quotidiennes.
Pardonne-nous de nous abandonner à toi
Comme nous pardonnons à ceux qui boivent n’importe quoi,
Car c’est à toi qu’appartiennent les degrés et la gloire pour les siècles des siècles.
Amène Philippe ces bouteilles dans notre hémicycle !

Jacques HOSOTTE

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
45 Personne(s) en ligne (6 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 45

Plus ...