| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Il se nommait Samuel.... - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : Il se nommait Samuel....
Publié par Titi le 19-10-2020 19:41:58 ( 63 lectures ) Articles du même auteur



Pour seule arme il tenait, de ses pairs, le savoir,
Qu’il voulait perpétrer, comme un engagement,
Nonobstant les chapelles et autres boniments,
Dont on sait les ravages au cours de notre histoire.

Enseignant il était, disciple de Ferry,
Par la laïcité il se savait nourri,
C’était là son seul but et, de sa quête, l’objet:
Enseigner aux enfants le pouvoir de jauger.

Avec un trait d’esprit, il parlait d’injustice,
Avec un peu d’humour, il donnait la notice
Pour combattre tous ceux qui prônent la violence,
En menant le combat contre l’intolérance.

Il se nommait Samuel, il était enseignant,
N’ayant pour seul dessein l’intérêt de l’enfant,
Il a rejoint Charlie, au panthéon des sages,
Qui furent assassinés pour une simple image.

Nos pères avaient lutté pour vaincre le nazisme,
Il nous faut désormais jouter l’obscurantisme,
Ne laissons pas l’espace aux innommables incultes,
Le pouvoir de jeter à la France, l’insulte

titi oct 2020.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Loriane
Posté le: 20-10-2020 19:24  Mis à jour: 20-10-2020 19:30
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9166
 Re: Il se nommait Samuel....
Citation :
Pour seule arme il tenait, de ses pairs, le savoir,
Qu’il voulait perpétrer, comme un engagement,
Nonobstant les chapelles et autres boniments,
Dont on sait les ravages au cours de notre histoire.


Magnifique Titi, magnifique, merci d'être plus courageux que moi
Merci pour ces mots merveilleux..
Je n'ai pas encore trouver ni le temps, ni le gout d'écrire.
Les cons me font peur, les cons me désespèrent, le moyen âge nous étrangle et leur hypothétique dieu sanguinaire et vengeur est le prétexte à exprimer la laideur de leur âmes malades et nous, luttant pour ne pas nous habituer à se rouler dans la fange nous restons hébétés si faibles, si faibles ! si péteux et si démobilisés.
Mais bon sang, il ne faut pas discuter, pas tenter de les raisonner, non, il faut les virer ou leur cogner dur sur la tête !!! On ne raisonne pas avec un pervers malsain, avec des fous qui aiment la mort, la destruction !
Ton texte doit aller et rester un bon moment en page d'accueil

Citation :
Nos pères avaient lutté pour vaincre le nazisme,
Il nous faut désormais jouter l’obscurantisme,
Ne laissons pas l’espace aux innommables incultes,
Le pouvoir de jeter à la France, l’insulte


Ces tarés, ces sous-humains me dégoûtent.

Voici ce que je vois de notre humanité :
http://www.loree-des-reves.com/module ... ws/article.php?storyid=65
Titi
Posté le: 21-10-2020 12:02  Mis à jour: 21-10-2020 12:02
Administrateur
Inscrit le: 30-05-2013
De:
Contributions: 1545
 Re: Il se nommait Samuel....
Loriane,


la lâcheté de nos élites et de nos médias depuis des décennies, nous amènent à cet abominable assassinat qui aurait pu être évité si, déjà, lors de l'après Charlie ces derniers avaient tenu promesse et afficher, comme il s'y étaient engagé auprès des survivants du journal satirique, de tous afficher en une les caricatures!!!!

''le laiche à qui on crache à la figure dit qu'il pleut!!!!'' dit le poète.

Bises Loriane
Istenozot
Posté le: 23-10-2020 12:09  Mis à jour: 23-10-2020 12:09
Plume d'Or
Inscrit le: 18-02-2015
De: Dijon
Contributions: 2097
 Re: Il se nommait Samuel....
Cher Serge,

Que de lucidité encore dans tes vers et de justesse aussi.
Les mots ont du pouvoir dans la poésie et peuvent nous émouvoir et nous pousser à l'action.
mais l'on peut être aussi écoeuré des mots sans âme proposés par les politiques. Ils nous trompent; ils nous hébètent tant.

Merci pour ces moments de poésie qui nous font tant de bien;

Amitiés de Dijon.

Jacques
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
52 Personne(s) en ligne (17 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 1
Invité(s): 51

HaHa, Plus ...