| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> xnews >> Marion et Mana - Versions originales - Textes
Versions originales : Marion et Mana
Publié par cassidy le 07-12-2020 14:10:00 ( 119 lectures ) Articles du même auteur



Marion loved a young girl
Marion was American
He loved young beautiful girls
He was beautiful to see as a guy

I loved her more than anything
More than the young girls of my house
She, at least she cared about me
When, I tell her my feelings for her

I'm running away from my minds
I am Marion
Her name was Mana
A young rider girl

Because she wanted to become a signet ring
She and her mother conquered the world
She didn't tell me she was a princess
I wanted to protect her, but she preferred to save me

She died at the end
I will never forget him
She was precious to me
That I wanted to marry her

In the end I had no choice but to kill myself
I wanted to tell him: that I loved him so much
And that she mattered to me
More than all my Mana

Marion Marion Marion
He was so handsome, so handsome man
Marion Marion Marion
He was so handsome, so handsome man

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
38 Personne(s) en ligne (12 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 38

Plus ...