| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Intuitions Elémentaires - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : Intuitions Elémentaires
Publié par mercier le 31-01-2021 23:53:18 ( 291 lectures ) Articles du même auteur



Intuitions élémentaires

Insignifiant,
tu appelles
Un lointain soleil.

Radicelle de souvenirs implantée dans l’or des jours impossibles
Tu plonges dans le sol riche des générations pacifiques .

Marqueterie de songes,
Délicatement gravée sur le front des brumes prometteuses,
Tu dessines
Les jours heureux
Qui coulent au large,
là-bas...

Miroir de vent,
Tu décores d’une solitude
Aménagée par les lucioles,
L’horizon sensible au printemps .

Verdure d’infini ,
Tu te glisses
Comme une lourde impression de déjà vu,
Dans le recoin de mes naissances volatiles.

Pourquoi es -tu si étrange ce matin?
Pourquoi ton regard s’envole-t-il vers les forêts de ton enfance stellaire?
Pourquoi tes pensées sont -elles du givre déposé
Sur le lac de ce pays encore si flou,
Qui t’es pourtant si familier?

D’où viens-tu
Toi dont les larmes de cristal
Coulent dans l’énergie des hêtraies?

Qui es -tu pour être si inadéquat à ce monde temporel
Toi qui est pétri d’éternité?



Toi qui sèmes le bonheur
Dans la nuque des peuples pélagiques,
Tu découvres le sens des lunaisons
Sur le grimoire des arcs-en mer.

Terre:
Deviens vieux rocher
Deviens argile,
Deviens feuille ,

Recule d’un pas et te voilà
Feu
Espace non-régulé,
Trame inversée
Déroutant les grandes circulations
Qui , en altitude , s’enivrent d’azur.

Deviens ce lacis de sensations
Qui parcourent l’encolure d’hipparions célestes
regardant vers les steppes:
Avenir de troupeaux divins
Enfantant Pégase,
Ils appellent les cavaliers du Nord à se taire
Avant de sauter par dessus les miracles de ton sourire.

Ne rien vouloir
Et te voilà
Eau:
emportée
Par des sources approximatives .

Bois:
Tu inventes des forêts avant coureuses
Où se cachent les bourdons magiciens
Improvisant les matins silencieux
Propices aux mythes de Brocéliande.



Métal:
Et voilà l’or brillant sur l’encolure de Rê ,
Lame ensuite,
Gardant jalousement tes intuitions
Dans le murmure des fougères:

Savoir fluide
Qui fait de toi
Une énigme inadaptée
Aux refrains actuels…




31 Janvier 2021
































Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
27 Personne(s) en ligne (7 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 27

Plus ...