| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Et le ciel, arbre mort! - Poèmes - Textes
Poèmes : Et le ciel, arbre mort!
Publié par Alain le 27-02-2021 20:20:00 ( 40 lectures ) Articles du même auteur



Et le ciel, arbre mort!




Tourbillonne un instant
L’aube des jours heureux
Quand s’en vient le printemps
Et qu’on est amoureux !

Le soleil irradie
Le plus tendre des jours
Et toi, toi tu me dis :
« Amour, amour, toujours ! »

Mais je n’en sais plus rien
Et je navigue à vue
Comme un pauvre vaurien
Et sachant ses bévues !

En tout horizontal,
Où sur le dos couché
Toute ivresse est fatale !
La tendresse cherchée !

Il s’en fuit le printemps
D’aimer
Là même où tout autant
Semé !

Et le ciel arbre mort
Tout au long de sa route
N’en sait que les remords
Comme ainsi sont les doutes

Où s’enfuit le printemps
D’aimer
Là même tout autant
Semé

Que la chanson ne soit
Que se taisent les âmes,
Celles qu’on aperçoit
Portent le Nom de : Femme :

Aux blessures fardées
Sous le masque impromptu
Tel à ses jeux de dés
Le geste que l’on tue

Pour ainsi peu connaître
L’aimée
Son aube à sa fenêtre…
Ramer

Comme en mourir demain
Et mon voile à mes yeux
Dont tu as fuis la main,
Puisque j’aime tant Dieu !

Puis tu fuyais l’amour
Mené !
Les espoirs, les toujours
Innés !

Ainsi vint l’horizon
Sur le soir finissant
Et que fut la saison,
Tourbillonne le temps !

Tourbillonne
Abandonne
Questionne :

Où s’en fuit le printemps
D’aimer
Là même où tout autant
Semé !

Alain Girard

Le 27 02 2021

Copyright. Tous Droits Réservés.
Dépôt SACEM

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Titi
Posté le: 28-02-2021 16:58  Mis à jour: 28-02-2021 18:33
Administrateur
Inscrit le: 30-05-2013
De:
Contributions: 1584
 Re: Et le ciel, arbre mort!
Fort joli texte , poème très bien mené dans lequel la haine vient sournoisement supplanter l'amour.

Le soleil irradie
Le plus tendre des jours
Et toi, toi tu me dis :
« Amour, amour, toujours ! »

Mais je n’en sais plus rien
Et je navigue à vue
Comme un pauvre vaurien
Et sachant ses bévues !


Les mots claquent tels des cris de douleur dans une fidélité trahie..
C'est réellement très beau!!!

Merci pour ce joli moment.

titi
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
49 Personne(s) en ligne (21 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 49

Plus ...