| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> xnews >> La destinée d’un crayon de couleur russe - Nouvelles confirmées - Textes
Nouvelles confirmées : La destinée d’un crayon de couleur russe
Publié par Iktomi le 15-02-2012 09:00:00 ( 683 lectures ) Articles du même auteur
Nouvelles confirmées



Au sud-ouest de Saint-Denis de la Réunion, des escarpements s’élevant jusqu’à six cents mètres d’altitude mènent à des quartiers dépourvus de tout cachet tropical. Inutile d’espérer y voir ces adorâââbles petites cases créoles qui ne sont chères qu’aux touristes venus de l’hémisphère Nord ; vivre dans ces cahutes à toit de tôle, le plus souvent sans électricité et sans eau courante, les rend beaucoup moins aimables. Dans ces quartiers, on a bétonné sans mesure aucune, et vous pourriez vous croire à Drancy, Villeurbanne ou Echirolles.

Bien que sans charme particulier, ces écarts de la grande ville n’en sont pas moins des balcons suspendus au-dessus de l’Océan Indien. C’est là l’unique compensation offerte à leurs habitants : les logements sont récents mais mal construits, les commerces rares, mal fournis et scandaleusement chers, le niveau de vie très bas. Inutile d’être diplômé en sociologie pour discerner le caractère explosif de cette combinaison de facteurs, mais là n’est pas mon propos.

 

Un dimanche matin, alors que je cherchais une pile de rechange pour mon cardio-fréquencemètre (détail dont vous vous foutez éperdument, amis lecteurs, et vous avez bien raison : il n’apparaît que pour me permettre d’adresser un clin d’œil amical aux aficionados de l’autobiographie), un dimanche matin donc je m’aventurai dans l’un de ces écarts qui a nom Ruisseau Blanc. La supérette du lieu ne m’ayant présenté que des rayons dégarnis et des étiquettes effarantes, j’avisai un magasin sobrement dénommé « Bazar » : entre ses murs semblait régner la profusion.

 

A peine entré, je changeai de continent : j’étais en Chine. Tout dans ce bazar était chinois, y compris la patronne, une quadragénaire revêche portant des leggings sous une jupe trop courte, entourée d’une nuée de marmots muets comme des carpes mais qu’elle semblait exécrer au dernier point. Elle avait en stock la pile convoitée, et je pouvais l’acheter sans avoir l’impression de me faire voler comme dans le bois de Bondy. J’étais enclin à lui pardonner sa mauvaise humeur, quelle qu’en fût la cause.

 

Je décidai donc de faire le tour des trois rayons que comportait le magasin. Ma première impression fut que j’aurais pu passer la journée et toutes les suivantes à essayer de dénicher dans cette boutique un objet qui ne fût pas estampillé « Fabriqué en RPC » ou « Made in the PRC ».  Des cuiseurs de riz, des horloges murales parlantes (avec l’accent cantonais), des bouilloires…Il y avait là un formidable empilement d’appareils électriques, d’ustensiles de ménage, de jouets... Peu sophistiqués dans l’ensemble, certains d’une inutilité criante, tous ces articles sans exception venaient de Chine, du moins le croyais-je.

 

Et je me trompais, car soudain entra dans mon champ de vision un objet insolite : un étui à crayons de couleur. Ce sont les caractères imprimés sur l’étui qui attirèrent mon regard : c’était du russe, mais comme je me suis bien assez amusé avec le cyrillique ces derniers temps, je dirai simplement qu’il était écrit : « Crayons russes, fabriqués à Tomsk, Sibérie. »

Ils étaient humblement posés là, oubliés. Méprisés. Méprisés, oui, car parmi tout le clinquant de cette camelote qui s’entassait autour d’eux, personne ne leur accordait le moindre intérêt.

 

Je les ai achetés. Je ne sais pas dessiner, je n’aime pas ça, les coloriages m’ont toujours ennuyé, mais je les ai achetés. Les avoir désormais en ma possession me rassure : ils constituent la preuve que je ne les ai pas rêvés. Ils sont les témoins de cette improbable rencontre, en plein Océan Indien, des produits de l’industrie de ce qui fut l’empire des tsars et de ce qui fut l’empire du milieu : des crayons de couleur contre des horloges parlantes (avec l’accent cantonais). Parfois, j’en sors un de l’étui, et je le regarde en me demandant si sa destinée n’est pas comparable non seulement à la mienne, mais à celle de beaucoup d’entre nous. Incroyablement loin de l’endroit où il fut conçu, sans possibilité d’y retourner, étranger et inutile là où il se trouve à présent.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
cristale
Posté le: 15-02-2012 11:26  Mis à jour: 15-02-2012 11:26
Plume d'Argent
Inscrit le: 08-02-2012
De: montpellier
Contributions: 33
 Re: La destinée d’un crayon de couleur russe
dépaysement total, voyage entre la Réunion, la Chine et la Russie! j 'ai adoré
Iktomi
Posté le: 16-02-2012 18:19  Mis à jour: 16-02-2012 18:19
Modérateur
Inscrit le: 11-01-2012
De: Rivière du mât
Contributions: 683
 Re: La destinée d’un crayon de couleur russe
Merci beaucoup cristale !
Loriane
Posté le: 16-02-2012 19:06  Mis à jour: 16-02-2012 19:06
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9079
 Re: La destinée d’un crayon de couleur russe
Je ne sais pas où est passé mon com, suis triste. j'ai encore du oublié de cliquer sur "déposer un com".
J'ai beaucoup aimé ce récit. je te disais que tu es bien à ton aise dans ce genre et que le narratif est ta spécialité.
Ton style est facile à lire, agréable. Les crayons de couleur ont un charme qui articule bien ton histoire.
Tu me rappelles des souvenirs de Russie, où l'écriture m'a compliqué la vie.
 Je disais également que je tiendrais volontiers le pari du recul prochain de l'alphabet cyrillique au profit des lettres latines. Le commerce international, les contraintes économiques  risquent bien  de se révéler des arguments puissants.
Merci pour le voyage.
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
38 Personne(s) en ligne (10 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 38

Plus ...